LE BRETON N'EST PAS LE BIENVENU A LA POSTE DE BEGARD !
Communiqué de presse de Ai'ta ! Kreiz Breizh

Publié le 20/01/13 14:38 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

« Bienvenue – Degemer mat » Voilà ce que l'on peut lire sur les gilets des employés de la Poste de Carhaix, qui affiche également une signalétique bilingue depuis quelques mois. La Poste de Bégard n'a pas le même sens de l'accueil : la directrice n'a pas trouvé à son goût l'action de sensibilisation des usagers initiée samedi par notre collectif non-violent, a refusé tout dialogue et préféré appeler la gendarmerie. Quelques militants ont alors décidé de s'asseoir à même le sol pour protester face à cette réaction. Persistant dans son attitude négative, la directrice de la Poste a demandé aux gendarmes d'intervenir manu militari et décidé de fermer l'agence. Ai'ta ! déplore fortement ce blocage systématique et maintient sa demande auprès de la Direction de La Poste de voir la langue bretonne mise en valeur à la poste de Bégard, comme elle a su le faire à Carhaix.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

A l'occasion des récents travaux de rénovation de la poste de Bégard, il eut été facile d'installer une signalétique bilingue et de mettre en valeur les employés brittophones prêts à accueillir le public en langue bretonne. Faisant fi de la vitalité de la langue bretonne à Bégard (crèche en breton, filière bilingue en primaire et bientôt au collège, nombreuses associations…) et de la demande sociale, la directrice de l'établissement en a décidé autrement, et n'a pas même daigné répondre au courrier de notre collectif, ni même à celui de Gérard Le Caer, maire de Bégard, demandant à ce que la langue bretonne puisse trouver sa place dans la nouvelle poste. « L'exemple de Carhaix est un exemple que je ne souhaite pas suivre », avait-elle déclarée par téléphone avant de refuser tout rendez-vous.

Ainsi donc, une seule personne peut décider arbitrairement de bannir la langue bretonne d'un espace qui a vocation de service public ! Cette attitude de blocage systématique tranche une fois de plus avec l'exemple carhaisien où le dialogue avait pu s'instaurer avec la directrice, et le dossier avancer de façon positive pour tout le monde. A ce propos, les dires des responsables de la Poste de Bégard sont édifiants. Le bilinguisme mis en place à Carhaix est selon eux « une grosse erreur » et les panneaux en question « devraient être enlevés d'ici peu » ! Gageons que la population ainsi que les élus de Carhaix apprécieront… En attendant, Ai'ta ! demande à la Direction Régionale de La Poste d'intervenir pour que notre langue puisse trouver toute sa place, à Bégard comme ailleurs, comme le demande de nombreux citoyens bretons et d'élus.

Voir aussi :

mailbox
imprimer
logo
Ai'ta ! est un collectif de défense et de promotion de la langue bretonne dans la vie publique. Le collectif mène des actions non-violentes et est indépendant de tout parti politique.
Vos 3 commentaires
  Arzhel Eostig
  le Dimanche 20 janvier 2013 17:00
Réaction lamentable et démesurée... Espérons que la charte des langues minoritaires soit très bientôt signée, en totalité, et appliquée, enfin !
(0) 
  Job LE GAC
  le Dimanche 20 janvier 2013 19:35
La directrice de la Poste de Bégard a tort ! par son attitude, elle a privé le public d’un service qu'elle doit assurer. Or, ce service n’était en rien affecté par la présence du groupe « Aïta », rien ne laissait penser que le bureau pouvait être menacé, pas plus que les agents. Tant qu'il n'est pas l'heure de fermeture, le bureau doit demeurer ouvert.
De plus, elle s’est mise en port à faux avec le maire, ce qui est contraire à la déontologie entre services publiques. Elle devait l'en avertir de la décision qu'elle avait prise, de même que celle de faire appel aux forces de "l'ordre" . . .
M. le Maire doit, à mon avis, faire preuve d’autorité en tant que « représentant de l’Etat », et, après vérification que la manifestation ait été pacifique, demander des explications à la Direction Rennaise, argumentant que des gens ont été privé du service public parce que la responsable du bureau n'étant pas d’accord avec ce qui semble être la décision de faire apparaître la langue bretonne dans le quotidien du public, avait décidé de fermer son bureau.
Il serait étonnant qu'elle puisse invoquer le "droit de retrait" . .
Madame la responsable du bureau de Bégard a privilégié sa façon personnelle de penser en lieu et place de l’ouverture mise en place par la Direction Rennaise de La Poste.
(0) 
  Mikael Kel
  le Lundi 4 février 2013 20:06
M'étonnerait que la décision vienne d'elle seule !! A La Poste il y a une hiérarchie, laquelle remonte jusqu'à Paris. Il est évident que celle-ci fait et fera blocage.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 9 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.