Régionales 2015 : Christian Troadec ne serait pas au second tour, le FN si

-- Politique --

Point de vue
Par Philippe Argouarch

Publié le 22/10/15 17:10 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

D'après les sondages IFOP parus le 15 octobre dernier, la liste OUI la Bretagne n'arriverait pas au second tour des régionales de décembre 2015. La liste emmenée par Christian Troadec ne ferait que 8% des voix exprimées.

Ironiquement, les 2% qui manquent auraient facilement pu être comblés par le Parti Breton qui fait en moyenne plus de 2% aux élections quelqu'elles soient et qui demandait à faire partie de cette liste. Rejeté, le PB présente sa propre liste emmenée par Bertrand Deléon.

Christian Troadec, en accord avec l'UDB, en voulant absolument présenter sa liste en tant que liste de gauche excluait une partie des militants bretons se situant au centre ou à droite (non FN). Ce n'était pas très malin. L'idéologie fait toujours se fourvoyer à un moment ou à un autre.

Pourquoi l'idéologie ? Que dit Christian Troadec ? (voir notre article) , une interview dans laquelle Troadec affirme que la gauche a des valeurs non négociables comme «l'humanisme et le progressisme». Cette affirmation sous-entend qu'un parti de droite ou du centre ne peut être, ni humaniste, ni progressiste. L'histoire prouve pourtant le contraire puisque l'on sait, pour ne prendre que deux exemples, que le vote des femmes, comme le droit à l'avortement, ont été votés sous des gouvernements de droite, sous Charles De Gaulle et sous Valéry Giscard d'Estaing (gouvernement Jacques Chirac).

Dans la même interview, Christian Troadec affirme ou sous-entend que les paysans et les ouvriers de l'agro-business qui ont l'intention de voter pour le FN, choisissent un parti «d'exclusion», sous-entendu «raciste» alors que ces électeurs ne sont pas plus racistes que vous et moi : ils ont tout simplement perdu la foi dans l'Europe. Ils veulent seulement l'exclusion de ceux qui participent au dumping social, une des causes du chômage et des fermetures de PME en Bretagne (en plus de la fiscalité désastreuse pour les entreprises empêchant tout investissement sur le long terme) --que ça soit des travailleurs marocains illégaux qui ramassent les tomates en Andalousie ou des Polonais dans les abattoirs allemands, le résultat est le même : l'agriculteur breton ne peut plus produire à des coûts compétitifs et certains vont voter FN pour cette seule et unique raison, pour dire non à l'Europe, non à la concurrence déloyale. Il est de plus en plus évident que la béatitude du mouvement breton en ce qui concerne l'Europe commence à lui faire perdre des électeurs potentiels.

La tragédie aurait d'autant pu être évitée, sachant que la gauche est en plein recul (tous les partis de gauche) en Bretagne, en France, en Europe et dans le reste du monde sauf peut-être en Grèce et la Grèce est elle une référence en politique ? En région Bretagne, le même sondage affirme que la droite, tous partis confondus, y compris le FN, est de nouveau majoritaire en région Bretagne avec 54% d'intentions de votes à droite au second tour, contre 46% pour la gauche. Pire, d'après le même sondage, 43% des électeurs de Troadec au premier tour voteraient pour Le Fur au second tour et seulement 20% pour Le Drian et 17% pour le FN (soit 60% pour la droite) !

(voir le site) pour le sondage IFOP complet.

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 4121 lectures.
mailbox imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.

Vos commentaires :

Stéphane Le Coat
Jeudi 22 octobre 2015

Ce qui est notable dans ce sondage, c'est le report des voix de Troadec au Second tour.

43% des électeurs de Troadec se reporteront sur Marc Le Fur

17% des électeurs de Troadec se reporteront sur le FN

et 20% s'abstiendront au 2ème tour.

En résumé, Troadec s'est allié avec l'extreme gauche régionaliste la plus intolérante, alors que son électorat va être un électorat qui est sensible au discours de Droite voir d'extreme droite.

Heureusement que Troadec n'a pas accès aux médias, sinon son électorat se rendrait compte qu'il s'agit d'une liste uniquement de gauche, et il perdrait plus de 50% de ses électeurs.

Damien Kern
Jeudi 22 octobre 2015

Je pourrais souscrire à cette analyse à court terme, pas du tout à long terme. Je pense que la stratégie de C. Troadec est la bonne. Il y aura d'autres élections. Il doit tenir le cap.

En Catalogne, c'est l'addition d'un parti à droite et un à gauche qui remporte la majorité des sièges. UDB et PB ne peuvent pas s'additionner.

Certes ce sondage de 8% est très décevant à court terme. J'aurais misé sur 15%. Cependant l'UDB n'a jamais fait mieux en 40 ans.

S'il vise le long terme, l'UDB serait bien inspiré de s'affirmer et renvoyer plus fermement les Mona Bras/Mollac au PS. Ainsi si Le Drian veut s'ouvrir, il devra débaucher d'autres UDB qui deviendront PS, etc, créant la zizanie dans ses propres rangs.

Le handicap sur cet élection est l'effet Le Drian. Cet effet ne jouera pas 2 fois. Son ministère est taillé sur mesure. Le Drian se protège même derrière Fabius pour la communication internationale. Chévenement est même de retour pour rattraper les betises avec les russes. Imaginons un Le Drian qui hérita du "ministère de l'emploi".

Pour ceux qui ont lu "Psychologie des Foules". Chapitre : Le Prestige ! Il est conseillé à un candidat prestigieux de ne rien dire. Après avoir retarder sa candidature, jusqu'au bout, la stratégie de Le Drian sera de ne rien dire et de rester prestigieux. Un tel candidat est très dur à battre.

Sur l'analyse du vote FN, oui, il faut absolument distinguer les électeurs et le parti.

En France, l'UMPS n'a jamais aussi bien porté son nom. Le vote FN,FdG,Ecolo est faible chez les retraités, les cadres et professions intermédiaires, professions libérales ... Ces gens veulent que le système dure le plus longtemps possible, c'est chez eux qu'on joue avec la peur. Rappelons nous de la rupture de Sarkozy qui se transforma en rupture tranquille avant de s'éteindre.

C'est encore un handicap pour Troadec qui représente la rupture. Le Drian est la statut de l'état providence.

Ceux qui n'ont plus rien à perdre votent ailleurs. C'est le cas des jeunes, des ouvriers, des chomeurs ...

Peri Loussouarn
Jeudi 22 octobre 2015

Ce qu'il est urgent de faire, c'est de lire les programmes !

Ce faisant, on se rend compte que les programmes du Ps et de LR sont identiques : programme jacobin à outrance, le reste étant du blabla.

Le programme du Fn : un parti qui se dit anti européen mais qui ne prévoit jamais,

ni le retrait de l'Union européenne,

ni la fin de l'Euro,

ni le retrait de l'Otan,

seule la fin de Shengen...

Très courageux et catastrophique pour plus de monde que l'on croit.

Enfin le programme de "Oui la Bretagne !" :

le meilleur ;-) :

en effet, projet régional, réaliste, sobre, qui vise la décentralisation raisonnée : demandez le programme !

demandez LES programmes et lisez les !

comparez, décidez et votez !!!!!

et méditez la phrase suivante :

plus grave que le bruit des bottes....

le silence des pantoufles !

Youenn Penhador
Jeudi 22 octobre 2015

Mais depuis le début il mène tout le monde en bateau!

N'a-t-il pas rencontré JY Le Drian au moment des Bonnets Rouges? Que se sont-ils dits ou promis?

On peut imaginer que dès cette époque JY Le Drian a promis un poste de vice président à C. Troadec.

C Troadec ratisse donc le plus de mécontents possible écoeurés du PS et promet un ralliement au PS pour le second tour. Il sera donc sur la liste PS au second tour et entrera ainsi au conseil régional. Il n'aurait pas pu faire cette stratégie en ayant intégré à Oui La Bretagne et le Parti Breton et Breizh Europa et d'autres partis.

IL est gagnant sur les 2 tableaux. S'il fait plus de 10% il a un groupe au conseil régional. S'il a moins de 10% il est vice président du conseil régional.

Sauf erreur de ma part en excluant les partis mentionnés plus haut il n'atteint pas les 10%. Il n'y aura donc pas de groupe de pression breton au conseil régional. Dommage pour la Bretagne. Mais C Troadec aura son poste de vice président.

Luigi Barsagli
Jeudi 22 octobre 2015

43 % de l'électorat de Troadec aurait voté à droite récemment, 20 % à gauche, 17 % FN, le reste abstention ou nul...

Le vote Troadec favorise clairement le PS (en prenant des voix à la droite), et l'exclusion du Parti Breton lui permet de ne pas se maintenir au second tour, et donc de ne pas fragiliser Le Drian.

Un grand bravo pour ce coup de maître de Troadec, aider la gauche à se maintenir aux commandes, en se faisant cette fois-ci passer pour un opposant (la gauche étant au pouvoir).

Mikael
Jeudi 22 octobre 2015

Très mauvaise analyse :

Dire que le FN est un parti raciste et d'exclusion (ce qui est vrai) ne veut pas dire que ses électeurs le soient majoritairement. Ce n'est pas ces électeurs qui sont ciblés, il suffit de lire..

Une partie seulement du PB a été rejetée, mais son président y est pour quelque chose, il me semble. Qaunt à Breizh Europa c'est surtout sa présidente qui était contrariée de ne pas être tête de liste "Ya Breizh" dans le 35 !! Ramenons les choses à leur juste proportion.

Un report des voix vers Le Fur est plus dû à ses engagements pro-Bretagne et au dégoût de beaucoup à l'encontre du PS français.

Etre pour une Europe des peuples, être pro-européen par là ne veut pas dire non plus applaudir l'Europe, sous sa forme actuelle surtout.

Yann Menez Are
Jeudi 22 octobre 2015

Les sondages parisiens commandités par des partis parisiens donnent sans surprise des partis parisiens en tête...L'enfumage de l'électorat breton est complet.

Restons lucides! La campagne ne fait que commencer!

SPERED DIEUB
Jeudi 22 octobre 2015

Bonne analyse ,bon article , sans langue de bois mat tre

Ewen
Vendredi 23 octobre 2015

L'UDB est un groupuscule de fossiles marxistes qui a égaré le pauvre Troadec, dénué d'imagination.

Je souscris évidemment à cette analyse : au revoir la gauche laïcarde, jacobine, sectaire. Le temps du PCF triomphant des socialistes moralisateurs est fini.

Qu'on se débarrasse une bonne fois de régionalisme marxisant, voiture balais du PS depuis 40 ans !

Quelle stupidité de ne pas voir que nous sommes plus en 1981 !

donbzh
Vendredi 23 octobre 2015

Courageuse analyse, que beaucoup avaient anticipés dès le mois de juin avec le rejet de continuer sur le modèle, en progression, des listes :Nous te ferons Bretagne , et Nous te ferons Europe.....

Ratage historique ou calcul pour le maintien de cette gauche qui a refusé la réunification....

Léon-Paul Creton
Vendredi 23 octobre 2015

De toute façon seule l'élection régionale « liquidée » nous dira, et confirmera « une fois de plus sans aucun doute la dessus » ce que nous connaissons depuis tant d'années… De décennies » ! Et nous recommencerons les fois suivantes?... Les mêmes discours, les mêmes prières ?... AVE...AVE...

Caesar ceux qui vont mourir te saluent!!!

C'est-à-dire ce que nous avons toujours connu : Les ralliements et amours ancillaires de ces hommes et partis utilisant la marque BRETAGNE et la langue des Bretons, pour mieux les trahir, les tromper ! La Démocratie Française n'étant depuis longtemps ni plus ni moins qu'un jeu, de tricheurs qui sont ou non « plus ou moins d'origine bretonne », et qui ont perdu le sens de la Vérité, de l'Idéalisme nécessaire ici, donc de l'engagement combatif adapté aux problèmes bretons !

Ils ont « toujours » prétendu ½uvrer pour la Bretagne, celle-ci n'a fait que se, qu'être dégrader dans tous les domaines. Prétendu ½uvrer pour les Bretons, qui n'ont jamais cessé de s'exiler, ceci expliquant aussi partiellement cela. Dix P.Molac (c'est pas pour demain) n'y changeront rien !

NOUS N'AVONS PAS, jamais eu DE REPRÉSENTANTS ni de PARTIS POLITIQUES BRETONS !!!

Ils sont une illusion, un mirage organisé ! IL N'Y pas d'EMSAV, PAS de COMBAT BRETON ! Seulement duperies d'un côté, et rêveries de l'autre. ET ça dure…et ça dure…et ça n'en finit pas…

Ils ont quasiment tous, finalement ou prévu et prémédité, toujours, élections après élections, de soutenir les partis de la droite et de la gauche parisiano-jacobines. Petits domestiques ou grands valets des campagnes…et électorales !

Il nous faut une certaine radicalité que réclame la lucidité! Il nous faut des partis, des hommes… et des électeurs…libérés de l'Écervellage National, des désenvoutés idéologiquement…Il nous faut ré-enterrer les « zombis » … Les nôtres y compris une fois pour toutes !

breizh a-raok
Vendredi 23 octobre 2015

Les raccourcis sont faciles et les additions de voix ne sont jamais celles qu'on espère. Il n'est pas du tout sûr qu'avec les voix du PB Troadec aurait passé la barre des 10%. Sait-on d'ailleurs si ce sondage a proposé la liste du PB comme choix de vote...il y a aussi le NPA qui apparemment n'a pas sût s'allier avec Bzhistance... Personnellement je crois que ces partis ne représentent pas grand chose en terme de visibilité et de voix.... et ce qui compte dans les élections ce sont les voix ! Comme le dit un lecteur plus haut, Troadec va faire le meilleur score "régionaliste" jamais obtenu lors des élections régionales. Il fait avancer le débat sur nos thèmes favoris et pousse les autres listes à se bretonniser...chapeau monsieur le maire et futur conseiller régional, vous poussez la Bretagne et le mouvement breton vers l'avant, vous rassemblez des gens qui n'auraient jamais voté "régionalistes" et vous posez les fondations d'un mouvement qui pourrait à l'avenir en surprendre plus d'un...surtout les jacobins !

Bevet breizh !

Léon-Paul Creton
Vendredi 23 octobre 2015

Peri Loussouarn,

...cela fait 47 ans que je lis, compare, évalue, espère, suppute, prie, gueule, dis c'est la bonne, redis cette fois c'est la bonne…, désespère…

Cette première décennie je pratique le vote breton,inflexible,fier comme un « bar tabac »! 52 années de vote de "Gentil Citoyen" …en comptant De Gaulle (Le père évidemment !)

Á la deuxième décennie, toulours je relis les programmes, les recompare, les re-évalue, espère à nouveau, prie toujours, re-gueule, re-redis que c'est la bonne… finalement re-désespère …mais je revote un peu moins fier

Á la troisième décennie et énième élection je lis de moins en moins les programmes… je vote encore un peu, dubitatif et en traînant les pieds !

Á la quatrième décennie et beaucoup plus d'élections …j'écoute distraitement les programmes… j'ai souvent oublié le jour où il fallait aller voter…

Á la quatrième décennie plus sept années… sur ABP, Peri Loussouarn me dit à moi et aux autres : Mais lisez donc les programmes…comparez …ET VOTEZ !!! Je sors un peu de ma torpeur et je me dis : Pas la peine je connais le résultat !

En le lisant ce cher Peri Loussouarn, je me dis en le lisant vraiment d'un ½il morne : Celui là, il vient de naître… ou il a un problème quéque part…ou alors il est au PS,. Ou bien encore, encarté aux Républicains nouveau qui a goût de bouchon … ou encore y Mélenche tout.

P'têt après tout, que s'il est assez jeune il a le temps de voir le miracle…

Á dire vrai, j'y crois pas !

Votez bien hein ! Peri Loussouarn. ( :0)) , vous avez tout l'Avenir…Moi le vote à 73 ans devient de plus en plus hypothétique, pour bien des raisons ! Des tas !!!

Yann le Bleiz
Vendredi 23 octobre 2015

Il ne faut pas jeter la pierre à TROADEC.

TROADEC est sur une terre de gauche traditionnaliste et tente de tirer vers le haut l'électorat UDBiste.

Or le sondage nous dit que 43% voterait pour le FUR.

C'est donc pas du coté de TROADEC qu'il faut regarder, mais du coté du Parti Breton qui depuis des années s'est mis en tête de manière unilatérale une stratégie d'alliance avec l'UDB en donnant du PB une image d' "UDB compatible"(gauche régionaliste) frustrant très profondément la très grande majorité de ses militants, d'où immobilisme.

C'est tellement vrai, qu'une fronde (mot à la mode) est apparue autour de Bertrand Deleon en proposant une alternative clairement indépendantiste au risque de se faire exclure du PB.

(A cette fronde, on pourrait également ajouter Pierre Toullec sur la réaffirmation des valeurs libérales des Bretons).

Le PB s'étant fait jeté par l'UDB (ce qui était prévisible) le parti étant prêt à éclater, il s'est rapidement raccroché à la fronde comme à une bouée de sauvetage.

Pour moi, l'échec du mouvement breton tient à 2 choses :

1) le sectarisme gauchiste de l'UDB, qui se dit autonomiste alors que nombre de ses membres sont nationalistes, mais qui garde sa cohésion autour du mythe post 2GM-guerre froide que la gauche s'est le "progrès et l'humanisme".

2) le désamour, pour ne pas dire la négation d'eux-même, chez les bretons de droite suite à un autre mythe (français celui-là) issu de la 2GM que Breton de Droite=Fasciste=collabo sur fond d'histoire usée de PNB et de Bezen...

Du fait, concrètement qu'elle est l'offre politique pour les Bretons :

1)les Partis Jacobins (FD,PS-UMP-LR,FN),

2)la gauche sectaire et castratrice (UDB),

3)la droite inexistante (PB).

Face à une telle offre, il faut comprendre que les Bretons ne votent pas par conviction, mais bien par défaut!

Or on ne crée pas une Démocratie en votant par défaut!

Pôtr ar skluj
Vendredi 23 octobre 2015

Je me retrouve entièrement dans l'analyse de Philippe Argouarch.

Que les militants bretons européistes béats étaient les cocus de la mondialisations, c'est ce que j'ai toujours dit. On ne peut pas à la fois défendre la petite patrie et resté boémé avec une organisation internationale qui, par le biais des flux économique et démographique, organise sa destruction.

On ne peut pas en vouloir aux Bretons qui votent pour le FN par désespoir face à la classe politique anti-nationale qui nous dirige. Mais il est en effet très délicat d'apporter une réponse qui, à la fois combatte l'hystérie pied-noir de l'état-major de ce parti et qui ne blesse pas les sentiments légitimes de ses électeurs.

Le mouvement breton doit apporter cette réponse. Cela passe par l'abandon du marxisme en peau de lapin et du militantisme adolescent des post-68ards. Si le capital apatride est haïssable, il nous faut concevoir, à l'échelle de la Bretagne, un projet politique qui transcendent les différence de classe afin de préserver notre organisation sociale et notre identité. Les patrons des PME bretonnes ne sont évidemment pas les ennemis des paysans et des ouvriers ruraux. Il est absurde de braquer un électorat de droite et de centre gauche par l'attachement irrationnel à un folklore gauchisant qui n'est plus porteur depuis au moins trente ans.

Cependant, je me permets encore d'espérer un progrès des régionalistes bretons aussi admirable qu'aux européennes et qu'aux cantonales. Peut-être les électeurs du PS qui, comme moi, se sont sentis trahis par la réforme territoriale parviendront-ils à aller contre leur conditionnement politique de toujours. Le PS s'est fait le pire agent du jacobinisme en réformant l'organisation de la France avec pour seule boussole la haine des peuples qui la constituent. Il doit être puni.

Stéphane Le Coat
Vendredi 23 octobre 2015

Je vous rejoins sur un point Yann Le Bleiz, le Parti Breton doit une fois pour toute se positionner comme parti indépendantiste de droite.

Il y en a marre de ce mouvement breton qui joue à celui qui sera le + à gauche, alors que le peuple breton est à minima à moitié de droite (les derniers sondages annoncent d'ailleurs 60% à droite entre Le Fur et le FN.

Le problème est que pendant un certain temps, Adsav sous la direction de Frederig Bouder a occupé un espace de "parti indépendantiste breton de droite" qui allait aux élections, ce qui poussait le PB à se rapprocher du centre.

Mais maintenant qu'Adsav est redevenu un groupuscule faf sans perspectives életorales, le PB a tout le champs libre pour se positionner comme tel.

Oui à un Parti Breton de droite régionaliste/indépendantiste (qu'importe l'étiquette).

krystell churie-goal(le)
Vendredi 23 octobre 2015

Toutes ces analyses , ciel !

La haine de la droite , celle de la gauche ! Sont-elles si différentes cette droite et cette gauche? Qu'avons-nous à attendre de la droite en matière de réunification , de valorisation des langues régionales ? De la gauche non plus , me direz-vous !

Si l'on écoute bien C. Troadec lors de son interview par Philippe Argouach , il dit clairement qu'il n'y aura pas de troisième tour . Donc s'il n'obtient pas 10% au premier tour , il ne sera pas au conseil régional , d'après ce que je comprends.( (voir le site)

Où ira le vote de désespérance des électeurs qui voteront FN au premier tour ? Nous n'en savons rien !

L'UDB qui s'est refait une santé en refusant le PB ...

Troadec me paraît très ouvert et tolérant , prêt à composer avec tout les acteurs qui souhaitent plus pour la Bretagne . Toutes ces querelles me paraissent stériles et certainement pas profitables à la Bretagne.

Nous avons maintenant les indépendantistes de droite en plus de ceux de gauche ! Ce paysage politique me semble très pitoyable , très ressemblant au paysage politique national .

Je suis en 44 et voterai Denigot sans été d'âme !

Yann le Bleiz
Vendredi 23 octobre 2015

Je ne sois pas ce que l'Europe vient faire dans le débat.

Vieille tradition française de l'ennemie de l'extérieur, alors que les Bretons n'ont jamais été aussi puissant que lorsqu'ils étaient le moteur de la mondialisation (faut quand même s'en souvenir!).

Si la Bretagne disposait de la 1ère flotte de commerce d'Europe, ce n'était pas pour faire des régates à la voile!

Comme je le disais sur l'article de Troadec, où l'on nous rabâchait encore avec le dumping social (sur fond de conseil obtenu auprès d'universitaires allemands) : "La Bretagne subit moins le dumping que le surcoût social français, et visiblement si certains vont en Allemagne il est très surprenant que ce n'est pas pour étudier la mise en place d'un gouvernement local et notamment d'un Ministère de l'Agriculture de Bretagne à l'image de ce qui existe dans les LANDERS".

Après ça, on peut agiter un Gwenn ha Du, mais ça ne reste que de la gesticulation, si notre vision du "décider au pays" se conçoit en conservant à Paris ce qui devrait être légitimement en Bretagne!

En tout cas, les paysans allemands, Danois, Irlandais, utilisent moins le mot "dumping" mais disposent TOUS d'un gouvernement local pour des populations identiques en nombre à la Bretagne!

Or qui parle concrètement dans son programme d'un gouvernement local en Bretagne?

Donc, moins un problème Européen qu'un problème Breton de savoir ce que nous voulons!

Paul Kerguelen
Vendredi 23 octobre 2015

Allons donc!

Maintenant, pour être indépendantiste, il nous faut nous déclarer, avant que d'être indépendantiste, d'être de droite ou de gauche!

Il me semble, pourtant, qu'être indépendantiste c'est d'être avant tout pour que son pays ne soit pas sous la tutelle d'un autre pays!!

Que ce pays soit de droite ou de gauche, qu'importe! c'est aux habitant dudit pays d'en décider! et non pas aux partis d'en décider pour eux dans des luttes incessantes et stériles!

Les partis, eux, doivent donner la ligne directrice!

Il me semble que les partis d'Écosse et de Catalogne font passer l'indépendance de leur pays avant leur idéologie, et que, c'est sur cette base qu'ils sont fort!

Il me semble, quand je lis Unser Land, que ce n'est pas la défense de leur idéologie de droite ou de gauche qui prime, mais celle de L'Alsace!

Et eux, ont 50 000 adhérents! Combien de partis Bretons peuvent s'en enorgueillir?

Et qui agit le plus, au final? Unser Land ou nous???

Mais là, nous nous disputons pour savoir si nous devons avoir une liste d'indépendantiste de droite ou de gauche! pas une liste d'indépendantiste tout court!!!

Et c'est avec ça que nous voulons que le reste de la population nous rejoigne???

Population qui en a marre des clivages Gauche/Droite, les deux faisant la même politique, et à qui nous offrons un spectacle lamentable, aucune unité, et des noms de liste changeant à chaque élections???

Où est l'unité, où est une RÉELLE volonté d'autonomie dans tous ça???

Que voulons nous RÉELLEMENT?

Savoir si la Bretagne se doit d'être de gauche ou de droite? ou si elle se doit juste d'être à minima autonome???

Il me semble que certains ont la mémoire bien courte!

Oui Troadec à fait, et fait bouger les lignes!

Mais n'oublions pas que le PB à été le plus sage dans cette histoire en faisant passer la Bretagne avant sa ligne idéologique!

Que l'UDB, voulant à tout prix faire passer une ligne politique avant l'intérêt de la Bretagne, à refuser l'alliance du PB avec Troadec et BE.

Qui se rappelle ici les scores que faisait Troadec avec le PB et BE? alors quel score auraient-ils fait allier de l'UDB? nul ne le saura!

Quant à Troadec, il a louper un coche, un sérieux coche!

Alors, un peu de sérieux!!!

La question n'est pas de savoir si nous devons être de gauche ou de droite, mais de savoir si nous voulons ou non cette indépendance!

Et mettre notre énergie non pas à nous chicaner comme des gamins, mais à savoir comment se faire entendre, voir, par la population qui ne demande, elle, qu'une ligne claire, et non nos chamailleries et le LAMENTABLE spectacle que nous lui proposons!...

Pour les idéologies, la population bretonne à pour cela, les partis jacobins et les partis qui sous couvert de la Bretagne, jouent leurs jeux!

Donc, oui relisons les programmes... Pour ma part, je n'en vois qu'un seul qui fasse passer l'indépendance avant tout....

Herve le Borgne
Vendredi 23 octobre 2015

Désolé mais l'historique de "OUI la Bretagne" est totalement faux ; personne n'a été exclu, même pas le PB et il y aura des membres de ce parti (dont moi-même et la vice-présidente) sur la liste Finistère.

Kristof
Vendredi 23 octobre 2015

Le dernier sondage donne Troadec à 9 %, et il est dèjà sûrement au-delà de 10 %

Tout évolue, et dans le bon sens!...

Philippe Guilloux
Vendredi 23 octobre 2015

Une élection se joue dans les urnes, pas dans les instituts de sondage.

Nous sommes sans le premier temps, celui de la campagne. les listes viennent d'être connues, les programmes ne sont pas encore complètement dévoilés, les femmes et les hommes qui veulent recueillir nos suffrages sont sur le terrain.

Viendra ensuite le temps de l'élection et les résultats

Viendra enfin le temps des bilans, des analyses et des leçons à en tirer

Je m'étonne qu'on en soit à perdre du temps à jouant ce tiercé dans le désordre et à faire des analyses scabreuses en partant de sondages qui on fait preuve, dans le passé, de leur incapacité à prévoir un résultat.

SPERED DIEUB
Vendredi 23 octobre 2015

En ce moment pour les agriculteurs allemands c'est pas terrible non plus .Les danois n'en parlons pas c'est la CATA et renseignez vous si vous ne me croyez pas ,malgré que les denrées sont les mieux payées d'Europe .C'est le résultat d'une concentration à marche forcée et qui a entrainée une spéculation sur le foncier et le surendettement (ils subissent aussi le dumping social allemand ) .Les irlandais s'en sortent mieux ,car le gouvernement compte beaucoup sur l'élevage pour continuer à améliorer la situation économique du pays ,le prix du lait est garanti sur plusieurs années ,ce qui donne de la visibilité Par contre là aussi la spéculation sur foncière pourrait à terme affaiblir ce secteur Je ne sais pas si c'est une bonne chose mais en Bretagne et en France la spéculation excessive est bloquée de part le rôle des SAFER ,comme quoi le dirigisme économique n'a pas que des inconvénients non plus ....

alain Muzellec
Samedi 24 octobre 2015

Une fois de plus, arrêtons les tartufferies moralisatrices. Il faut lutter contre le FN non pas parce que ce serait un "parti d'exclusion", mais parce que c'est un parti nationaliste français dur, ennemi de la Bretagne.

Comme disait MAO, "c'est un bien et non un mal d'être attaqué par ses ennemis".

An Floc'h
Samedi 24 octobre 2015

@Philippe Guilloux

D'accord même si les sondages restent un indicateur à prendre un compte même s'ils sont évidemment orientés et pas une science exacte.

L'intérêt aussi de les comparer comme le fait Kristof.

Tirer des conclusions de deux sondages n'éclaire pas sur le résultat final mais encore aurait-il fallu que l'ABP ne commence pas à en tirer des conclusions. Au moins sur le report de voix.

Le 2e sondage fait gagner 1 point à Troadec mais donne un report différent: de 43 pour LE Fur c'est maintenant 45 pour Le Drian !

On peut se plaindre, en comptant aussi breizhistance, qu'une liste unique ne soit prédite à 11%. Mais pour l'instant, le soi-disant gauchisme d'OlB reste à démontrer. Et surtout, elle n'est pas loin des 10%. On ne pouvait pas s'attendre à un plébiscite, tant mieux d'ailleurs tant que ça n'en est pas un dans les sondages. Ca rendrait certains méfiants. Et ça laisse optimiste. 1 ou 2%, ça peut se trouver. La campagne a à peine comencé. D'autant que les sondés ayant répondu OlB, eux ils vont vraiment le voter. Ceux qui répondent PS, LR ou FN, pas sûr. Le même sondage rapporte que 45% des habitants du CRB ne se sentent pas concernés. Les votants OlB doivent être minoritaires dans ces 45%.

Yann le Bleiz
Samedi 24 octobre 2015

@ alain Muzellec

Le FN n'est pas plus l'ennemie de la Bretagne que le PS ou l'UMP/LR...

Faut arrêter avec ce genre de fable (peut-être justificatrice de choix passé)...

N'avez-vous jamais entendu les Sénateurs s'exprimer sur la réunification bretonne (les vidéos sont sur internet, ABP devrait facilement les retrouver)....

TOUS les partis français sont opposé à la Bretagne et souhaitent, pour le bien de la République, la disparition de cette Bretagne (ancien pays européen)!

J'ai dis tous les partis politiques français, je n'ai pas dit les Français qui pour beaucoup ne seraient visiblement pas opposés un retour à l'Independence de la Bretagne.

Et laissons MAO là ou il est, ce type qui est l'un des plus grands meurtriers de l'histoire!

SPERED DIEUB
Lundi 26 octobre 2015

Vous dites La tragédie aurait d'autant pu être évitée, sachant que la gauche est en plein recul (tous les partis de gauche) en Bretagne, en France, en Europe et dans le reste du monde sauf peut-être en Grèce et la Grèce est elle une référence en politique ?

Pas si sur quand on voit la montée de pegida en Espagne de surcroit ,ce mouvement pourrait être un grain de sable enrayant le processus d'émancipation de la Catalogne

Pas certain de part l'ascension malgré des obstacles au sein de son parti de Jeremy Corbyn en Grande Bretagne annonçant la fin idéologique des années Reagan dame de fer

Et en Pologne une nouvelle tendance certes classée très à droite mais qui reprend des idées qui vont tout à fait à l'encontre du libéralisme économique et du libre échangisme .Mais effectivement ,il y a de quoi être inquiet pour l'avenir de l'union européenne ,et malgré toutes ses imperfections ,son technocratisme voir son jacobinisme ,je le déplore

(voir le site)

Stéphane Le Coat
Lundi 26 octobre 2015

Le Gauchisme de Oui La Bretagne reste à démontrer ?

1- Il suffit d'aller à une réunion et c'est vite vu. Les débats d'idées ne concernanent que les poncifs de la gauche et extreme gauche. Les réunions sont noyautées par l'UDB qui mets en avant l'UDB toutes les 30 secondes alors que d'après la charte initiale de Oui La Bretagne on devrait ettre les étiquettes en retrait.

2- Ou encore d'aller sur leur site "Oui la Bretagne est une plate forme politique régionaliste rassemblant les forces démocrates, progressistes et de gauche de Bretagne"

C'est clairement indiqué que c'est une liste ne se reconnaissant que dans les "valeurs" de gauche, ils auraient pu ne pas dire "de gauche", ou dire "rassemblant les forces politiques de gauche et de droite", mais non, il ne prennent même pas la peine de faire semblant de citer la droite.

3- Et le coup de grace, s'inscrire aux newsletters des comités de Oui La Bretagne, et vous aurez la joyeuse surprise de recevoir.... les communiqués de l'UDB !

Oui La Bretgane est une liste de gauche, qui a exclus le Parti Breton, craché sur la moitié du peuple breton qui ne se reconnait pas dans le sectarisme gauchiste, et certains ont le culot de venir nous vendre cette liste ?!

PS : Pour Herve Le Borgne, la vice-présidente a elle même parlé de l'exclusion du PB a la convention nationale à Vannes, qu'elle se taise pour faire amie amie avec Troadec c'est son choix perso (et le votre), mais le PB a bien été exclut !

o. Nicolas
Lundi 26 octobre 2015

50 ans de régionalisme n'ont servi à rien !

Pas de réunification, Langues marginalisées..éradiquées (!)..territoire amputé (Nantes/St.Nazer 40% de l'économie Bretonne..en Moins !)

...La france est l'éternel bourreau de la Bretagne..comme Londres l'est pour l'Irlande !

Ces Etats centralistes ne lacheront jamais car il en va de leur influence, de leur puissance...

Fini les Bla blas sempiternels, improductifs !

Comme un SNP en Ecosse..Votons pour la liste :

"Notre chance, l'Indépendance" quel panache !

Frankiz evit Breizh.

Dr LE MEE Jean Louis
Lundi 26 octobre 2015

Nous (l'AFB-EKB) partageons entièrement cette analyse. Il faut savoir que notre bureau avait eu une rencontre avec Troadeg épaulé de deux de ses conseillers majeurs (Andrev Lavanant et Charly Grall).Notre entretien avait porté sur trois points précis:

1-notre demande de placer en position éligible 3 de nos adhérents , dont 2 élus.

2-avoir l'assurance qu'au second tour Troadeg ne se rallierait pas à la gauche française.

3-connaitre le montant de notre participation.

Sur ces 3 points nous n'avons eu aucune réponse précise.

Nous avons alors entamé des négociations avec Ar Fur et avons obtenu un accord pour 3 places éligibles et accord sur sur 10 points de programme.

Toute notre ligne d'action repose sur une exigence essentielle: faire payer au PS et à ses soutiens locaux (déclarés ou camouflés) leur trahison envers leurs promesses antérieures:

-réunification

-mise en oeuvre des pactes internationaux sur la promotion du Breton.

-compétences et pouvoirs financiers accrus pour la Bretagne.

-droit à légiférer sur certaines questions essentielles pour l'avenir du Peuple Breton.

Dr LE MEE / Président de l'AFB-EKB;

Irrelevant
Lundi 26 octobre 2015

Tous ceux qui ont un peu de mémoire se rendent compte que le PB s'est fait avoir tout comme Emgann s'était fait enfler à la fin des années 1990 : Asambles avait été supplanté par Galv Karaez. In fine, le but semble être toujours le même : en finir une bonne fois pour toute avec les nationalistes et les indépendantistes.

Tout aussi dramatique est l'incroyable recul sémantique qui s'opère sous nos yeux : aucune trace du principe d'autonomie, mais on doit avaler jusqu'à la lie les mots "régionaliste", ''régionalisme''. C'est dans la droite ligne des concepts de l'Etat colon qui fait que maintenant tout le monde ou presque utilise les concepts de nos maîtres : langue ''régionale'', ''territoire'' et autres. C'est le grand bond en arrière.

SPERED DIEUB
Lundi 26 octobre 2015

Pas si sur quand on voit la montée de pegida en Espagne !

J'ai fait une erreur je voulais dire podemos et non pegida

An Floc'h
Lundi 26 octobre 2015

@Stéphane Le Coat

Se revendiquer de gauche n'est pas extrême. Le gauchisme, c'est la gauche extrême.

OlB n'est pas l'UDB. Il y a des gauchistes, pas que, à l'UDB et donc à OlB mais ils ne sont pas seuls.

Et surtout, surtout, ça dépendra du score.

Vous voulez faire exploser le gauchisme breton ? Votez pour lui ! Rien de mieux qu'un peu de pouvoir, pour une fois, et une ambition qui se concrétise pour obliger à se resituer sur l'échiquier. Comme la Bretagne est plutôt centriste, le gauchiste finira de gauche. Et la gauche, ce n'est pas si mal. Mais ça fait si longtemps qu'on ne s'en souvient pas.

An Floc'h
Lundi 26 octobre 2015

Que de commentaires intéressants et pleins d'idées (un peu trop de convictions parfois) quand même sur l'ABP.

Eloi M.
Mardi 27 octobre 2015

Dr Le Mée, merci pour votre témoignage éclairant... Je pense que le principal problème de C. Troadec, c'est l'organisation, il lui manque un parti réellement organisé avec suffisamment de membres impliqués pour pouvoir construire quelque chose. Donc ses partenaires (on a vu le témoignage du PB et de Breizh Europa) attendent et attendent encore des réponses sans les avoir et pour finalement découvrir dans la presse l'accord avec l'udb...

SUr l'accord avec l'udb je pense que son calcul est qu'il voulait éviter de reproduire le scénario des européennes ou il y avait 2 listes concurrente, la sienne et celle de l'udb. Il a du penser que le PB, Breizh Europa, l'AFB EKB, etc ne seraient pas capable de créer de liste indépendants et donc il les a sacrifié sur l'autel de l'UDB. Le calcul est complètement raté, on a maintenant des "régionalistes" (beurk) avec Le Drian, avec Le Fur, et on a Oui La Bretagne, Notre Chance l'Indépendance, et Breizhistance... Assez pour être dégoutté de la Bretagne et pour que cela ne débouche sur rien au final...

Ce qui me permet d'embrayer pour dire qu'effectivement, le mot régional, régionaliste, langue régionale, etc. j'en ai soupé comme Irrelevant !

Pour ce qui est de l'histoire de la gauche, la gauche la gauche, qu'est-ce que c'est la gauche ? Aujourd'hui c'est un concept qui n'a plus aucun sens, comme celui de droite. Aujourd'hui on voit des partis de gauche vendre leurs pays à l'ultralibéralisme, des partis de droite protéger les allocations familiales, bof bof.

Bref je suis un peu déçu par tout le monde maintenant. On ne sait même plus pour qui voter. Pour Troadec pour essayer de lui faire passer la barre des 10%, en priant pour qu'il n'y ait pas d'accord ultérieur avec le PS ? (Je pense qu'il n'y aura pas d'accord puisque Mona Bras et consort se sont sauvés pour conserver leur strapontin, mais on n'est jamais sur de rien...). Pour Déléon, histoire de voter pour ce qui se rapproche le plus de mes idées, et se satisfaire d'un 1% symbolique et inutile ? Ou aller à la pêche une fois de plus ?

Stéphane Le Coat
Vendredi 30 octobre 2015

@An Floc'h

L'UDB fréquente Breizhistance, s'allie avec EELV, et fait des listes communes aux municipales avec le PCF et le FDG.

Et surtout, l'UDB tient un discours qui la classe à l'extreme gauche, luttre des classes, marxisme, régularisation des clandestins...

Oui La Bretagne est une liste d'alliance entre la gauche et l'extreme gauche. Ca n'a rien de centriste, et encore moins de rassemblement, et ça n'a plus grand chose de breton.

Mais c'est vrai qu'avec l'arrivée de tellement d'ex-PS sur la liste et d'anti breton connus, on peut se demander si ce n'est au final pas simplement une liste PS bis.

Yann Le Guellec
Lundi 2 novembre 2015

Dans son interview(lien 38627 de ABP),Christian Troadec n'a nullement affirmé que la gauche a des valeurs non négociables puisqu'il n'a pas même employé le mot gauche mais présenté Oui la Bretagne comme ayant une plate-forme ouverte aux valeurs humanistes, de progrès et démocratiques .

Les termes employés sur le site de Oui la Bretagne sont "rassemblant les forces démocrates, progressistes et de gauche". Il n'est pas dit" progressistes de gauche" et c'est vrai que dans un ordre différent, cela aurait été plus explicite" force de gauche, démocrates et progressistes".

Le contraire de progressiste, c'est conservateur et je pense que centre droit et centre gauche qui caractérisent l'essentiel du Parti Breton, classe ce dernier parmi les progressistes en accord avec l'esprit d'ouverture de Oui la Bretagne .

Le fait qu'un membre du Parti Breton se soit allié à Rennes avec la droite conservatrice a permis à l'UDB ou du moins à ses conservateurs de gauche raliés depuis à Le Drian d'écarter un temps le Parti Breton de la négociation ; l'erreur est maintenant réparée puisque Claudine Perron qui en est la vice-présidente est désormais en 4ème place et en position éligible sur le Finistère et d'autres membres étaient déjà sur les listes .

Les 2 principaux partis parisiens n'ont pas eu trop de mal comme d'habitude à diviser les bretons mais cette fois-ci, une petite minorité les a suivis et il nous faudra de nouveau les accueillir quand ils se rendront compte que l'alliance avec le parti de Sarkozy qui se fout des bretons et avec les jacobins du PS et l'alliance contre nature avec Marilyse Lebranchu et Emmanuel Macron ne mène qu'à la désillusion .

Avec la bonne volonté de tous, Oui la Bretagne va désormais atteindre les 10% et dès lors les 14% au second tour qui permettront d'obtenir un minimum de 9 sièges à la région et pour la première fois une force de pression bretonne non inféodée .

Ensuite, il ne restera plus qu'à oeuvrer pour construire cette voix bretonne dont parle Christian Troadec et définir sur les bases d'un humanisme social qui caractérise l'essentiel des bretons, le genre de société et d'économie que nous voulons pour la Bretagne dans le cadre d'une Europe qui aura aussi à se redéfinir .

Les vaines querelles ne seront bientôt plus qu'un souvenir quand le score de Oui la Bretagne aura rendu crédible le vote breton et commencera à intéresser les médias européens qui ne manqueront plus de citer une Bretagne qui aura rattaché son wagon au train de l'Europe des peuples .

Michel BEAUPRE
Mardi 3 novembre 2015

Euh désolé d'interrompre ces échanges uniquement centrés sur B4 pour parler un peu de la Loire Atlantique : de l'autre côté du rideau de fer, il y a encore et toujours un département qui se bat pour se rappeler au bon souvenir des quatre autres et qui pour les élections Régionales a réussi à concocter une liste d'Union inédite des forces bretonnes et aurait bien besoin de recevoir des soutiens actifs de tous les beaux parleurs tournés uniquement vers cette Bretagne croupion. Le 6 décembre appelez à voter pour" Choisir nos régions et réunifier la Bretagne", il sera toujours temps de reprendre vos querelles ensuite.

An Floc'h
Mercredi 4 novembre 2015

@Yann Le Guellec

Analyse sensée. En espérant que le score suive.

@Michel BEAUPRE

Troadec rencontrant Denigot à Nantes. C'est une évidence morale. Est-ce que c'est évident du côté B4 ? Malheureusement, on en doute parfois.

Ca ferait au moins le buzz. Qui s'intéresse à ces régionales ? Et puis, ça soulèverait la problématique de la France centrale d'oïl avec Paris en son centre. La liste « Choisir nos régions et réunifier la Bretagne» à un excellent nom. Une manière d'instiller chez nos amis Vendéens, du Maine et de l'Anjou l'idée d'une vraie réforme de la RF, par la Fédéralisation. Avant la Présidentielle, ça prépare le terrain.

ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 5 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.