Christian Troadec : Pas de consigne de vote pour le second tour. Préparons l’avenir !

-- Politique --

Communiqué de presse de Christian Troadec
Porte-parole: Christian Troadec

Publié le 8/12/15 11:48 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

La liste Oui la Bretagne visait les 10 %. Nous obtenons 6,71 % à l’issue du premier tour et cela nous positionne à la 4ème place des différentes forces politiques en Bretagne. Il faut prendre ce résultat comme un encouragement aux idées régionalistes. Jamais une liste de cette sensibilité n'avait obtenu un tel score sous ses propres couleurs aux régionales. Il faut désormais préparer l’avenir.

Nous constatons avec regret le taux élevé des abstentionnistes et avec beaucoup d’inquiétude la montée inquiétante du FN. Une fois de plus il nous faut dire à nos concitoyens que cette voie extrémiste de droite est sans issue et qu’elle est dangereuse pour la Bretagne, économiquement, socialement et qu’elle ne garantira ni la sécurité ni les libertés fondamentales.

Les attentats de Paris n’ont pas permis de mener sereinement une campagne électorale digne de notre pays. L’instrumentalisation des peurs légitimes et de la douleur par le pouvoir en place - . Il y a fort à parier que les Sarkozystes, s’ils avaient été au pouvoir, auraient eu la même attitude ! - la stratégie d’évitement du « candidat-ministre » Jean-Yves Le Drian, son refus de débattre, ont privé les électrices et les électeurs de la confrontation d’idées nécessaire pour véritablement bâtir un projet collectif breton et faire face aux défis qui attendent la Bretagne. Le PS, renouant avec ses vieux démons mollétistes, en porte l’entière responsabilité. Il contribue par ces méthodes déplorables à grossir le camp des abstentionnistes ou des extrémistes de droite. L’histoire retiendra que Jean-Yves Le Drian, ministre de la Guerre aura été élu président de la Région Bretagne durant un état d’urgence et d’exception où il aurait été honnête de retarder une élection. Ce n’est évidemment pas la dictature mais ce n’est plus tout à fait la démocratie.

La liste Oui la Bretagne n’étant pas en mesure de se maintenir au second tour, ne pouvant raisonnablement pas fusionner avec une des deux listes « civilisées » restant en course, se retire purement et simplement et ne donne aucune consigne de vote.

Dès demain, nous serons néanmoins au travail pour préparer les prochaines échéances électorales, dont la présidentielle et les législatives, pour conforter et renforcer la voie politique bretonne autour de la plateforme progressiste Oui la Bretagne, pour combattre quotidiennement le centralisme et le jacobinisme ambiant et la montée inquiétante du FN. Face à ces deux fléaux, nous serons la voie incontournable de la résistance et une vraie source de proposition en Bretagne. Ce score encourageant du premier tour des élections régionales en Bretagne nous invite à créer une force régionaliste en Bretagne à vocation majoritaire et donc à exercer le pouvoir.

Christian Troadec

Maire de Carhaix

Conseiller départemental du Finistère

Tête de liste oui la Bretagne

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1503 lectures.
mailbox imprimer

Vos commentaires :

Lheritier Jakez
Mardi 8 décembre 2015

Bien: Mais il faut rester autonome vis à vis des organisations jacobines,comme nous l'avions souhaité en 1983.

la base est déjà meilleure,mais il faut que les uns et les autres petites organisations bretonnes,

fassent l'ENTENTE BRETONNE.

Encore faut il que des élus bretons (UDB,Breizh Europa)ne tournent pas leur veste, comme avec

leur ralliement à la liste de Le Drian et de Le Fur.

Et que penser des élus MODEM du 44 qui seront élus avec Retailleau

(Mme Gallerneau de Pornichet...connue pour ses positions B R..?)

B4:3 listes .Il faut une plate forme de coordination avec l'Entente Bretonne de Loire Atlantique-B5.

Assemblée Populaire Bretonne en 2016!Objectifs,moyens financiers indispensables.

Présenter un Plan Breton:Economique,Administration,social,sportif,Culturel ...et actions internationales(ONU,Bruxelles,etc.)

Préparer les élections municipales 2020.1 er étage de l'implantation nécessaire et incontournable,

dans les communes bretonnes.

L'absence de Statut pour les élus provenant du secteur privé ,empêche de nombreux militants et

sympathisants bretons de s'investir dans les élections.

Un mandat dure de 5 à 6 ans selon les élections,exemple :un maire venant du Privé ne retrouve pas son travail.

Alors comment faire.Actuellement il suffit de voir les professions des candidats pour dénoncer cette situation

confortable pour les partis Parisiens.

Stéphane Le Coat
Mardi 8 décembre 2015

Le contexte n'était pas favorable aux listes bretonnes, mais quelle erreur d'avoir cédé aux extrémistes de l'UDB qui ne voulaient pas d'une liste d'union.

Votre liste a tout de suite été identifiée comme étant uniquement de gauche, fermée aux Bretons qui ne se reconnaissent pas dans ces notions d'extrême gauche portée par l'UDB et de gauche que vous portez monsieur Troadec.

Même si les scores cumulés sont peu fameux, le spectacle désastreux de la désunion a poussé bon nombre de Bretons à voter pour les candidats du PS, des Républicains, et pour certains du FN.

C'est triste, et j'ai bon espoir que vous ne refassiez pas la même erreur la prochaine fois, de grâce ne cédez plus aux injonctions de cette extrême gauche sectaire.

Juhel Richard
Mardi 8 décembre 2015

le budget de la région bretagne est de 1.4 milliard (les miettes que Paris accorde à la "région") alors que le P.I.B de la Bretagne est de plus de 112 milliards. Paris se fout royalement des bretons car Paris donne des ordres et Paris commande. Les Bretons ne sont pas encore assez évolués pour pouvoir gérer seuls leur économie, Alors, merci Paris !

Paul Chérel
Mardi 8 décembre 2015

Bonne réflexion de Stéphane ! Mais j'ajoute : Ne mélangeons pas tout ! Déjà, Troadec parle de préparer des législatives, une présidentielle et pourquoi pas des européennes ? Cette fois-ci, il s'agissait de "régionales", et même si ce mot n'a aucun sens dans le domaine de la politique "à la française", surtout compte tenu du découpage aberrant présenté comme "réforme territoriale" par des esprits maladifs, il fallait donc CLAIREMENT et VIGOUREUSEMENT annoncer ce que l'on allait faire si l'on était élu, au sein de ces Conseils fantoches, ce que toutes les listes en présence, y compris celle de Troadec ont soigneusement évité de faire. Il fallait annoncer et organiser immédiatement un refus systématique contre tout ce qui venait de Paris concernant administration et organisation interne ( questions ferroviaires, trafic aérien, affaires maritimes, éducation, investissements, infrastructures, etc. ) La France est un pays vieillot, sans avenir ; ne nous laissons pas entraîner dans sa dérive ! Et laissons surtout tomber toutes ces salades de gauche et droite ! Paul Chérel

Michael PAUL
Mardi 8 décembre 2015

Très bon commentaire Stéphane Le Coat ! J'allais faire exactement le même ! Sans union pas d'avenir pour notre juste cause... Il aurait mieux valu faire alliance avec Breizh europa et le parti breton, çà aurait évité cette étiquette gauche voir extrême gauche et permis d'élargir l'électorat !

Stéphane Le Coat
Mardi 8 décembre 2015

Par contre position unanime de l'UDB pour voter PS au second tours, ça fait désordre l'union vole en éclat.

Les élus ou figures médiatiques de l'UDB (Paul Molac, Mona Bras...) ont rejoint le PS avant le 1er tour

D'autres cadres de l'UDB (Yann Syz, Chevrel...) appellent à voter Le Drian au second tour

L'UDB communique pour dire qu'elle fait confiance aux électeur pour voter au second tour pour le PS car le FN et Le Fur c'est pas la gauche...

Quelle piteuse image, Oui La Bretagne aurait dû se faire sans l'UDB...

Gérard Mérel
Mardi 8 décembre 2015

BREIZH EUROPA oublie la Bretagne et l'Europe pour ne plus penser que PARIS.

Position de l'UDB:

"L'Union démocratique bretonne, solidaire de la plate-forme Oui la Bretagne, ne donnera pas de consigne de vote pour le second tour."

Léon-Paul Creton
Mardi 8 décembre 2015

Un bon petit scénario pour une série fleuve qui dure ...et le plus longtemps possible.

Une fois C.Troadec dynamité, "aidé" peut-être pour s'écarter et s'éliminer lui-même du débat du 2ème tour ( et peut-être pour l'avenir?), le corps expéditionnaire UDB anti-Troadec se réinstalle sur ses vieilles fortifications où les attendent Mollac-Bras "sur des positions préparées à l'avance"! Comme diraient les militaires.

Le moment venu,Mona sur Fr3 sonne le moment du rappel auprès de Le Drian... excitant, stimulant le réflexe pavlovien du retour, en leur rappelant qu'ils sont "de gauche". Un peu comme l'hypnotiseur claque des doigts pour ramener "son/ses sujets" à la réalité...

Fañch Ar Vilin
Mardi 8 décembre 2015

Daech, Le Drian, le FN, pleins de bonnes raisons d’expliquer ce piteux résultat alors qu’un front breton uni et la dynamique qu’il aurait engendrée aurait pu permettre d’atteindre les 10%.

« Oui à la Bretagne », malheureusement créée sur la division, ne pouvait aller qu’à l’échec et la responsabilité de cet échec incombe en tout premier lieu à Monsieur Troadec et à l’UDB.

La chance historique qu’ils viennent lamentablement de gâcher ne se présentera pas deux fois à eux.

M.Prigent
Mercredi 9 décembre 2015

J'ai comme l'impression que C. Troadec s'est fait "arnaquer" par l'UDB.

Ou alors qu'il a péché par excès de confiance en pensant que les 10% étaient acquis au premier tour, alors même que sous l'influence de l'UDB, les autres partis bretons (PB, BE, AFB-EKB...) étaient écartés de leur liste.

Un autre "cocu" de ces régionales en B4 a aussi été la liste EELV conduite par Louail qui a fait à peu près le même score (6,7%) et qui, comme en 2010 se voit refuser une fusion au 2è tour avec le PS, Le Drian étant sur de remporter, seul, la majorité au Second tour.

Ce qui n'est pas le cas de la liste PS conduite par Clergeau en PdL, et qui, en difficulté vient d'accepter avec ravissement le ralliement de EELV et de ses 7,82% avec très probablement une position éligible garantie pour leurs chefs de file dont De Rugy qui confirme ainsi la stratégie opportuniste adoptée par les Verts depuis Mme D. Voynet.

Evidemment, Paul Molac et Mona Bras, pressentant l'échec de la liste "Oui la Bretagne", ont dès le 1er tour rejoint le PS pour assurer leur place.

D'où la question naïve suivante: "Pourquoi n'a t'il pas été possible, voire même envisagé, de créer une liste commune UDB-Verts en B4 comme en 2010 où, et malgré le refus d'alliance de Le Drian (le seul en France) au second tour, cette liste parvint tout de même à s'assurer 4 sièges"...Cette fois-ci, c'est double zéro, puisque les transfuges Molac et Bras ne peuvent plus décemment se revendiquer UDB.

Pas de Troadec, pas d'UDB, pas D'EELV au CR de B4....La Bretagne va pouvoir roupiller tranquillement jusqu'à 2020, voire 2021 ou 2022 puisque dans "notre" République le Monarque-Président décide du calendrier des élections...Je serais peut-être mort d'ici-là !

Damien Kern
Mercredi 9 décembre 2015

M. Troadec, les résultats sont très décevants.

Néanmoins je suis convaincu que votre stratégie long terme est la bonne. Les circonstances ont été exceptionnellement défavorables avec un événement imprévisible.

Pas évident de gérer l'allié UDB, ils n'ont aucune discipline. Enfin les vieux barbus vieillissent. Mona Bras est figurante Halloween.

Je dois reconnaitre que Le Drian est très fort. Il a 68 ans. Derrière lui, je n'ai vu personne pour le remplacer. Sûr de sa force, il semble aussi prendre des libertés avec le PS. Le logo du PS n'apparait pas. Les électeurs ont beaucoup d'espoir dans l'homme providentiel.

J'ai 3 critiques :

- Vous stigmatisez trop le FN. A la fin ça devient lassant. Le mouvement des bonnets rouges est trop parti vers le FN. Il faudra un jour que la gauche revienne aux fondamentaux du salaire net.

- Il y a un gros manque de notoriété en Ille et Vilaine. Pas évident avec la métropole Rennes. Une faille : je trouve Appéré complètement nulle. Rennes écrase économiquement B4, en fait je suis très pessimiste sur les fondamentaux économiques de cette métropole dont j'ai beaucoup de relais. Une économie très dépendante de l'immobilier. A surveiller.

- Au niveau EU, EELV est dans le groupe des régionalistes en Europe, ex SNP écossais. L'écologie, c'était le job de UDB, il y a un gros raté politique. +5-6% qui permettait d'être au 2dn tour. EELV vient en plus de se ridiculiser pour la 2ème fois avec Le Drian.

--

Il y a un vide régionaliste à droite mais ça n'était pas votre cible électorale. Enfin si vous avez des idées en catimini pour booster l'autre flan.

Léon-Paul Creton
Mercredi 9 décembre 2015

Scénario. Saison 2

6,70 % + 6,71% = 13,41 %

Si je ne me trompe pas une fusion de Troadec et Louail permettait un maintient. Non ?

Je ne saisi pas que C. Troadec se soit précipité pour jeter l’éponge et pour dire qu’il ne donnait aucune consigne de vote…Laissant le champ libre à ses partenaires udébistes !...

Louail (écolo breton ?) a tenté de jouer sa partition à la trompette solo, les antécédents Le Drian auraient dû les rendre méfiants ! Avec Le Drian qu’attendait-il ainsi ? Ils se sont fait humilier inutilement les écolos (bretons ?) ! Et au chômage…

Un peu de patience de Troadec, et même en « s’agenouillant » devant Le Drian, les écolos (bretons ?) auraient dû « exiger » une réponse rapide de Le Drian (à qui en passant je ne ferai pas l’honneur d’appeler Duc ou Connétable de Bretagne !).

Cela fait, dans les temps et avec de l’intelligence « pragmatique », nos deux compères Troadec et Louail fusionnaient, déposaient la liste commune, et imposaient au 2ème tour une présence bretonne …de combat.

Mais non ! Tout « s’est barrer en quenouille » et nos deux chefs de guerre se retrouvent le bec dans l'eau, et nous avec !

Qu’est-ce qui n’est pas bon dans mon scénario, svp ??? Bien sûr que vous aurez quelques Si, par ci, par là…

TRUBLET Colette
Mercredi 9 décembre 2015

Je suggère de faire un pas de côté. Aucun des partis à la mode parisienne avec leurs sempiternelles stratégies et bagarres fratricides ne va résister à une vague de fond en train de gonfler en Europe. La régionalisation est en marche de manière irrépressible et tout le monde sent bien que les vieux partis sont condamnés. Une révolution est programmée en France avec cette idée qui couve d'une sixième république. En Bretagne, nous pouvons profiter de ce mouvement pour nous préparer à récupérer notre héritage géographique, historique et culturel, mettre en place les conditions d'une prise en charge de notre destin en ressuscitant notre parlement. Le mouvement "Construisons la Bretagne" réalise un travail remarquable qui nous propose 20 dossiers très intéressants dont nous pourrons discuter les termes au sein du parlement et ensuite travailler à la réalisation de ses préconisations. Au plan français et européen le fédéralisme va s'imposer. L'Europe économique va céder sous la pression des peuples qui en ont assez d'être soumis à des directives imposées et qui vont de plus en plus se révolter contre la malédiction de la soumission. Il va falloir savoir y faire si nous voulons que l'esprit de fraternité gagne du terrain en re-inventant un "vivre "ensemble" tel la démocratie de proximité. Si en Bretagne on peut faire la démonstration que les idées de gauche de droite du centre et d'ailleurs peuvent s'affronter sans anathème et de manière courtoise au sein d'un parlement bien représentatif de la société bretonne alors nous avons une chance de faire prospérer notre héritage et de nous inscrire dans l'évolution qui se dessine. Et ce n'est pas parce que nos intérêts particuliers sont tricotés avec nos convictions philosophiques politiques et/ou religieuses qu'ils nous coupent de notre condition humaine engagée dans le triomphe de la vie en toute fraternité. La vie et l'histoire nous en montrent l'évidence, d'une part avec l'échec chaque fois qu'une guerre nous fait nous détruire les uns les autres et d'autre part nous permet une belle envolée chaque fois qu'on peut laisser s'exprimer la solidarité, la créativité et la défense de l'intérêt supérieur des populations. Cette perspective est capable de mobiliser nos jeunes en attente d'un combat à mener pour la fraternité , un idéal comme celui-là est à portée de l'effort à faire pour réinventer la politique. Je propose de ressusciter notre Parlement, d'y accueillir une véritable représentation de la société bretonne et d'y réapprendre comment on pourra s'y affronter sans s'entre déchirer comme le font les partis parisianisés qui nous exaspèrent de plus en plus. Et comme les Bretons ne sont pas plus raisonnables que les autres, il faudra se montrer malins pour endiguer et canaliser les antagonismes. Quand aux anathèmes actuels entre les uns et les autres de gauche de droite et d'ailleurs , ils sont parfaitement contre productifs. Ils ont empêché que le "Oui la Bretagne l'emporte. Travaillons ENSEMBLE pour la réunification de notre pays, pour ressusciter notre parlement et pour élaborer ensemble la représentation de tous, et pour choisir des règles qui organiseront les conditions des affrontements et des détestations. Et que l'avenir soit ouvert et respirable, au moins, et plus si réussite ...

Brocèlbreizh
Mercredi 9 décembre 2015

Préparer l 'Avenir, c'est un combat de chaque jour.

Dimanche, le seul à se battre pour la réunification et à naviguer dans le sens contraire de son parti, c'est Monsieur Le FUR et non le chef des armées de France (idem, si Mr Rousset- le Girondin- était Breton,je m'en accommoderais également).

En dehors du F-Haine, les partis jacobins sont voués à l'extinction.

A part l 'UDB, les mouvements Bretons savent faire des alliances et l'ont prouvé ces dernières années...

Notre Pays Breton passe avant toute idéologie...

spered dieub
Mercredi 9 décembre 2015

Si je ne me trompe pas une fusion de Troadec et Louail permettait un maintient. Non ?

Cette fusion était t-elle légalement possible ??? d'autre part ce n'est pas certain que les écolos auraient été d'accord de rejoindre Troadec

J'estime que cette fois il a fait par principe le bon choix de ne pas donner de consigne de vote ,de toute façon il n'était pas en position de force pour négocier avec Le Drian ,peut être avec Le Fur ?? mais là il prenait le risque d'éclatement de sa coalition ,ce qui risque malgré tout d'arriver

Tout au plus vu le risque de surenchère jacobine que représente le FN il aurait pu appeler ses électeurs à voter soit pour LE Fur ou LE Drian suivant leurs sensibilités

Quand à Colette vos rêves que j'approuve sont tout à fait contraire à la réalité ,le populisme a le vent en poupe non seulement en France ,mais plus généralement en Europe ,voir dans le monde .Toutes les forces du mal sont en marche de manière presque bizarrement synchronisées même si leurs apparences sont tout à fait antagonistes .Cela n'augure rien de bon à court terme ,peut être suite au cataclysme qu'elles vont engendrées nous pourrons espérer un monde meilleur ,si il en restera un ?

Léon-Paul Creton
Mercredi 9 décembre 2015

Damien kern, « Je dois reconnaitre que Le Drian est très fort. Il a 68 ans. Derrière lui, je n'ai vu personne pour le remplacer. »

__Á vaincre sans péril l'on triomphe sans gloire__

Si vous attendez que tous ceux qui nous/vous en imposent soient tous morts pour ériger les faibles planqués et conditionnés, en héros, je crains beaucoup que le peuple Breton ne leur accorde que peu de crédit et de respect! La trajectoire de la gauche udébiste en témoigne !

Spered Dieub

« La liste Oui la Bretagne n’étant pas en mesure de se maintenir au second tour, ne pouvant raisonnablement pas fusionner avec une des deux listes « civilisées » restant en course, se retire purement et simplement et ne donne aucune consigne de vote. »

Á moins qu’une loi électorale jacobine et restreignante encore, indique, impose que l’une des liste doive faire les 10 % !

Cette phrase du communiqué laisse penser que cela pouvait être fait, donc légal. Que les EELV n’aient « éventuellement » pas voulu fusionner, après avoir fricoter quelques années avec UDB et PS, aurait purement et simplement relever du « foutoir » habituel. Pire, de l’incapacité d’exister autrement que sur le dos d’un PS ! Ce qui est en fait la réalité car comme l’UDB, « les puces changent de chiens » suivant les circonstances…

jean louis le corre
Mercredi 9 décembre 2015

A propos d'eventuelles fusions Trodec-Verts au 2° Tour: c'etait IMPOSSIBLE ,les dés sont pipés jusqu'au bout : Les listes ayant fait plus de 5% ne pouvaient fusionner qu'avec des listes ayant obtenu plus de 10% Quant a la repartition des sièges :la ou les minorités se partagent 25% des siéges avec la liste majoritaire,qui elle recolte d'office 75% des siéges (donc 75 + un pourcentage des 25 restants !)

Celà dit pour le 2° tour il me semble qu'il y a un candidat qui lui a de rélles convictions Bretonnes,et a mouillé la chemise pour la Réunification : Marc Le Fur ...

On n'est pas obligés d'etre d'accord sur tout (Agriculture productiviste ...)les Socialistes meritent-ils la victoire aprés ce qu'ils ont fait a la Bretagne ???

Un électeur Troadec du 1° Tour

jean louis le corre
Mercredi 9 décembre 2015

A propos d'eventuelles fusions Trodec-Verts au 2° Tour: c'etait IMPOSSIBLE ,les dés sont pipés jusqu'au bout : Les listes ayant fait plus de 5% ne pouvaient fusionner qu'avec des listes ayant obtenu plus de 10% Quant a la repartition des sièges :la ou les minorités se partagent 25% des siéges avec la liste majoritaire,qui elle recolte d'office 75% des siéges (donc 75 + un pourcentage des 25 restants !)

Celà dit pour le 2° tour il me semble qu'il y a un candidat qui lui a de rélles convictions Bretonnes,et a mouillé la chemise pour la Réunification : Marc Le Fur ...

On n'est pas obligés d'etre d'accord sur tout (Agriculture productiviste ...)les Socialistes meritent-ils la victoire aprés ce qu'ils ont fait a la Bretagne ???

Un électeur Troadec du 1° Tour

Joël Riboul
Mercredi 9 décembre 2015

@ Léon-Paul Creton

A ma connaissance, 2 listes entre 5et 10% ne peuvent pas fusionner.

Peuvent fusionner une liste >10% (qui à le droit de se maintenir) avec une liste entre 5 et 10% (qui à le droit de fusionner.

Léon-Paul Creton
Mercredi 9 décembre 2015

OK Joël Riboul et Jean louis le corre, cela semble clair de ce côté là . Effectivement le système est bien cadenassé jusqu'au bout.

Cela implique d'avoir des responsables politiques plus intelligents, plus prévoyants, dont les engagements ne soient pas de bas calculs électoraux à buts lucratifs, mais qui servent les territoires et les Hommes desquels ils prétendent se faire..les Champions!!!

Lucien Le Mahre
Mercredi 9 décembre 2015

Un scénario supplémentaire pour faire suite aux diverses suggestions :

"Et si tout cela avait été prévu depuis le début" ?

En tout cas, dans le monde souvent cynique de la politique, il n'est nullement incongru d'envisager cette éventualité parmi d'autres, car même si elle demeure théorique en l'absence de preuves tangibles, elle reste néanmoins dans l'ordre du possible. Si du moins, comme dans une enquête policière à la Colombo, on relie entre eux les indices apparents, en y ajoutant timidement les deux doigts de psychologie de comptoir à la disposition du détective amateur.

Car en effet, remarque liminaire : toute possibilité d'évolution de carrière à gauche semblant décidément aléatoire en B4 sans l'aval du "Notable Provincial Jacobin Number One", inexpugnable après des décennies de présence politique ininterrompue (plus 6 années supplémentaires à confirmer dimanche sans problème), si on est chatouillé de façon récurrente par le syndrome bien connu de "la petite bête qui monte", accompagné d'ambitions parlementaires, sénatoriales ou autres, il peut être éventuellement : habile, roué, madré ou encore matois, de faire quelques concessions immédiates dans la perspective d'un futur personnel plus rayonnant.

Car on a bien réfléchi que le choix naturel pour un "régionaliste" réputé convaincu devait normalement s'orienter vers une "plateforme ouverte", forcément peu ou prou transversale - ben oui ! - susceptible donc de coaliser la gauche régionaliste modérée de MPB avec le PB (son allié aux dernières européennes) et les petits partis fédéralistes, tout en se montrant bien entendu accueillante aux Bonnets Rouges et consorts - dont au passage "on" participait à la gestion du mouvement - l'UDB venant éventuellement s'adjoindre à cette force modérément et gentiment émancipatrice.

Un score de 10% et plus pouvait être alors attendu sans optimisme démesuré, autorisant une présence salutaire au Conseil Régional, quelles que soient par ailleurs les réserves portées sur l'humiliante faiblesse de cette assemblée territoriale capitale pour nous, dans les domaines liés des compétences et du budget...

Or qu'a-t-on vu ?

- Un désengagement voulu ou contraint du concurrent à l'écharpe herminée du mouvement des Bonnets Rouges (redoutés pour leur caractère imprévisible et leur danger de contagion incontrôlée par le pouvoir hexagonal, dont on a vu les relais bretons défiler l'un après l'autre dans les fiefs concernés, l'air suspicieux et la moue réprobatrice de propriétaires abusés : De quoi, de quoi, des Minahouets dans mon canot ?).

- Un rejet des Fédéralistes doublé d'une répudiation du PB.

- Un repli exclusif et donc fatalement étriqué sur une UDB certes autonomiste, mais paradoxalement dépendante d'un PS qui ne l'est pas et, pour ne rien arranger, captive d'un manichéisme rigide gauche/droite à la française l'amenant à se prémunir contre les miasmes à craindre dans toute entrée d'air frais.

- Enfin, un galop présidentiel irrévérencieux et solitaire, brusquement retiré des enchères sans la moindre explication.

Dans ces conditions, le résultat : 6,71 n'est donc pas véritablement une surprise pour tout le monde et encore moins un échec pour certains. Comme d'une part Monsieur le Comte est satisfait de la confiance inébranlable de ses braves laboureurs et que d'autre part charbonnier reste maître chez soi, dans sa baronnie, prêt à de nouvelles péripéties, il s'agit finalement d'une opération bien menée.

Sauf que, contre-partie évidente au bonheur des uns, la silhouette héroïque d'un nouveau Roi Arthur - coalisant les Bretons assoiffés de dignité contre un Centralisme infantilisant et discriminant - s'éloigne pour un bon moment pour les autres.

Mais il y a toujours des grincheux et d'ailleurs des détectives de pacotille qui imaginent des scénarios délirants. Quant aux doux rêveurs, il serait plus que temps d'arrêter de croire au Père Noël !

spered dieub
Mercredi 9 décembre 2015

Prigent vous dites

Le Drian étant sur de remporter, seul, la majorité au Second tour.

Oui logiquement haut la main

Seulement j'avais un oncle qui me disait ,je cite ,les élections c'est traitre ,et ,y compris dans ce cas de figure ,car il est des paramètres que l'on ne maitrise pas

Jean Albert
Jeudi 10 décembre 2015

@Léon-Paul Creton : "... de Le Drian (à qui en passant je ne ferai pas l’honneur d’appeler Duc ou Connétable de Bretagne !). " Hé, Hé ....le Sire s'est comparé jadis à Nominöe (rechercher dans ses déclarations à O.F. lors de sa première mandature ). Il est en passe de règner plus longtemps que le Roi emblématique. Rions !

xavier burban
Jeudi 10 décembre 2015

Ce que je retiens des résultats de cette élection : c'est une progression en pourcentage , une campagne tronquée par les malheureux évènements parisiens , pratiquement pas de débats audibles pour les électeurs et électrices .

Je suis confiant pour l'avenir les Breton(ne)s sont lucides mais certes encore peu informés sur les vrais enjeux , ils y viennent lentement .

Les partis de gouvernements sont en déclins , mais le nationalisme français est bien vivant , nous avons un horizon : c'est lémancipation et conserver le désir de liberté !

Fañch Ar Vilin
Jeudi 10 décembre 2015

@ Jean Albert

En effet, et il y aurait très largement de quoi inspirer une comédie actuelle que l’on pourrait intituler par exemple « Le Drian hihan », en écho au « Nominoë oe » de Jakez Riou,

Léon-Paul Creton
Vendredi 11 décembre 2015

@ Jean-Albert

Il paraît qu’en 1981, lors de la victoire de Mitterrand et d’une prétendue union de la gauche, la fièvre a poussé certains apparatchiks à cette « déviation », cet infantilisme primaire qui sont de s’amuser à s’identifier aux bouchers-charcutiers de 1789, ou à se désigner entre eux. Untel se prend pour Robespierre ! Tel autre pour Danton ! Celui-là pour Sieyès ! Celui-ci pour Mirabeau !...Et, je l’imagine, se congratulant et riant comme des bossus, tous se tapaient sur le ventre et sur celui de son copain !...

Bref l’on peut se mettre la tronche dans, ou sous un entonnoir, et se prendre pour Napoléon, Charlemagne…ou Nominoé, voire De Gaulle, mais souvent les costumes sont mal taillés !

Pour Le Drian il aurait mieux valu qu’il choisisse, soit Le Chapelier, député de Rennes, ou encore, Le Guen de Kerangall, député de Lesneven plutôt. Mais cela aurait fait trop naturel ! Trop tous les jours ! Pas assez « dé gizé » !

« Les premiers des Jacobins furent le Breton Le Chapelier, co-rédacteur du Serment du jeu de Paume,… ».

« C'est le Breton de Landivisiau, Le Guen de Kerangall, qui eut une intervention déterminante dans l'abolition des privilèges particuliers et territoriaux (c'est-à-dire des provinces), lors de la séance de la nuit du 4 août 1789,… » De Lesneven par ailleurs !...

Joël Riboul
Vendredi 11 décembre 2015

@ Xavier Burban

Je retiens comme vous certains éléments positifs même si l'évolution est faible depuis les élections NTFB (régionales 2010 et européennes). On assiste plus à une consolidation du fief de C. Troadec qu'à une progression d'ensemble.

Je retiens également l'incapacité à rassembler, voire la volonté de ne pas rassembler.

Je retiens également la fragilité d'un duo UDB/Troadec de dernière minute et le manque de structuration du discours et des idées

Joel Riboul
Vendredi 11 décembre 2015

Pour être plus précis, par rapport aux européennes NTBF de2014, la progression est 5000 voix (81 000 contre 71000) soit 6% de progression.

Le 29 est en progression sur la base d'un palier déjà élevé (40% du nombre de voix); le 35 en forte progression mais sur la base d'un niveau très bas.

Le 22 est en baisse et le 56 en stabilité négative.

Cette élection conforte le C Trodec dans son fief mais n'apporte pas beaucoup de réponses pour le reste et laisse semble-t-il un gôut amer de nombreux militants sincères qui envisageaient une union large pour la Bretagne.

De la à en arriver à l'analyse de Lucien Le Mahre...

ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 1 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.