-- Media et Internet --

Le Crédit Agricole refuse un système de payement en ligne pour les dons à l'ABP

Mise à jour du jeudi 1er août 2019

48504_1.pngCA

Suite à la publication de cet article, le Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine a reconsidéré sa décision de refuser le service de payement en ligne à l'ABP et a fait une proposition comportant une réduction de 50% de l'abonnement au service au cours de la première année à titre d'évaluation.

Dans une communication téléphonique, le Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine a reconnu qu'il avait fait une mauvaise évaluation du webmédia Agence Bretagne Presse en raison «de l'absence de nombreuses personnes actuellement en congé». Le Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine a aussi affirmé qu'il était solidaire de ceux qui se battaient pour «Vivre, décider et travailler au pays» considérant que l'ABP était un des vecteurs de l'expression de cette volonté.

Toutefois, il est nécessaire de rappeler ici les tarifs élevés du Crédit Agricole, à raison d'abonnements de 244.8 € TTC par an, et ceci, que vous soyez une association ou une entreprise. Le Crédit Agricole, qui se targue pourtant d'être proche des réalités régionales n'a aucun tarif préférentiel envers le monde associatif, qui, on le sait, est un acteur de la société civile si important en Bretagne.

En plus de l'abonnement, le Crédit agricole prend systématiquement 15 centimes pour toute transaction et en plus un pourcentage appelé «commission monétique» de 0.40%. Concrètement si vous donnez 50 euros à l'ABP, vous payez 34 centimes à la banque et 49,66 euros à ABP.

De son côté la banque américaine Paypal n'a pas d'abonnements mais à une commission fixe de 25 centimes + 3,4 % du montant perçu. Ce qui fait que si vous donnez 50 euros à ABP via Paypal vous payez Paypal 1,7 euros et 48,30 euros à l'ABP.

Le Crédit Mutuel de Bretagne offre la formule Citelis liberté sans abonnement mais avec des frais d'installation s'élevant à 50 euros. Les premières 100 transactions sont sans commission fixe puis 5 centimes par commission, ce qui est trois fois moins que le Crédit Agricole et 5 fois moins que Paypal. Le pourcentage de la commission monétique semble être variable et n'est pas indiqué dans la documentation en ligne.

Voir aussi :
©agence bretagne presse

Cet article a fait l'objet de 2929 lectures.
mailbox imprimer
La redaction de l'ABP

Vos commentaires :

Marmouz
Lundi 29 juillet 2019

Ecoles DIWAN, Derbys bretons, dégradation des monuments, non respect de la loi referendum, suppression de la toponymie bretonne... les attaques contre la Bretagne s’intensifient durant l'été.

Loen fall
Lundi 29 juillet 2019

S'il s'agissait de dons aux macronistes apolitiques nul doute que le Crédit Bricole aurait eu la même attitude .

Boned ruz
Lundi 29 juillet 2019

Ur c'hont oa din e "Crédit Agricole"... ha ma arc'hant zo bet adtennet toud ganin nevez zo! plijadur 'm eus bet me lâr deoc'h... J'avais un compte au crédit agricole et j'ai retiré tout mon argent ! Quel plaisir! quand on sait que cette banque est organisée sur la Bretagne administrative... Echu neuze kenlabourat ganti...memes tra gant ar post tele ha mediaoù zo... hag all!... Ben oui quoi! on ne va tout de même pas faire confiance à une telle politique centralisatrice à l'envers d'un avenir de plus en plus évident... ce serait gâcher nos chances! ur perc'hed a vefe anezhi... La poste .... même chose... kenavo dezhi. L'argent on peut choisir où on le met avis aux amateurs de vérités.

Fañch Ar Vilin
Lundi 29 juillet 2019

En ce qui me concerne, j’ai transféré depuis longtemps mon compte bancaire au CMB parce qu'à l'époque :

1) C’était la seule banque à émettre des chèques bilingues (brezhoneg/galleg).

2) A proposer dans ses DAB les transactions en lange bretonne.

3) Qui investissait dans l’économie bretonne.

Son système informatique est performant. La carte virtuelle et le virement automatique sont opérationnels depuis de nombreuses années.

Si tant est que la France est le dernier pays soviétique d’Europe, il n’est pas encore interdit de changer de banque.

PS : Je ne suis pas employé du CMB.

Klaod an Duigou
Lundi 29 juillet 2019

Si Madame Martin veut connaître le contenu en breton, elle peut apprendre le breton, ou même faire appel à un traducteur.

Sinon, si elle n'est pas au clair sur la liberté d'expression, je peux lui faire un cours à partir de l'histoire des Etats-Unis et des différentes déclarations des droits de l'Homme, et des traités et pactes internationaux signés et ratifiés par la France. Comme c'était un peu mon métier, et que j'arrivais même à intéresser mes élèves, avec un peu de chance j'arriverai à la faire progresser...

Burban xavier
Mardi 30 juillet 2019

France grand pays , beaucoup d'idées et peu d'argent surtout! Y a-t-il un capitaine sur le bateau???

Ce pays se délite trop sur de sa force et de son caractère singulier : l'exception culturelle est une vaste blage aux yeux du monde entier , les banquiers n'ont que des intérets quittons le CA !

Pour ma part , c'est fait !

Naon-e-dad
Mardi 30 juillet 2019

«Mais c'est en breton !». La vache! Je ne pensais pas qu'un personnel bancaire (au contact du public, qui plus est) pouvait en être à un stade de décérébration aussi accablant. Pauvre dame!

Enfin , soyons positif, elle a reconnu - toute seule apparemment - qu'il y avait sur ce site, du breton écrit. D'autres croient qu'il n'est pas possible d'écrire le breton (je n'ai toujours pas compris comment fonctionnaient leurs neurones, mais bon!): 'y a que le français qui s'écrit, Môssieù!

Au final, ca tombe bien, je réfléchis depuis quelques temps à changer de banque. Celà fait un candidat en moins...

Quand je pense que lorsque j'étais adolescent, il y avait un cendrier sur la table familiale sur lequel étaient écrits quelques mots de breton (traduits devant moi par mon entourage de labourerien-douar), du style: je mets mon argent au Crédit Agricole. Quelque chose comme "Ma arc'hant a laakan er C'hredit Agrikol". Ce cendrier, objet publicitaire distribué dans les campagnes, portait le logo du Crédit-Agricole,...evel-just!

Les temps changent au Crédit Agricole. Cheñchet eo penn d'ar vazh er "C'hredit Agrikol"....

Klaod an Duigou
Mardi 30 juillet 2019

C'est arrivé il y a longtemps au Crédit Agricole, rue du Port, à Lorient. Une maman arrive pour un crédit dont elle a absolument besoin, elle a avec elle son fils aîné, une dizaine d'années. Accueil cordial, le banquier discute chaleureusement avec le mioche, puis lui pose la question :"Qu'est-ce que tu feras comme métier quand tu seras grand?", le gamin répond:"Instit dans une école en breton". Le banquier entre dans une rage folle et le rabaisse plus bas que terre. La maman, une grande bouche pourtant, ne moufte pas, elle a absolument besoin de ce crédit.

Fañch Ar Vilin
Mardi 30 juillet 2019

C’est nous qui les faisons vivre.

Quittons ces vestiges d’un autre siècle.

Nous avons encore le pouvoir de choisir parmi leurs concurrents.

Rafig
Mercredi 31 juillet 2019

Il n'y a rien de pire que les gens qui ne font "pas de politique" et qui ne sont "pas sectaires".

En fait, ils discriminent les minorités avec de "bonne foi" et s'autocensure en espérant que Paris ne les remarquera pas.

Avec ce genre de comportement, faut pas s'étonner si le capitalisme à la française s'écroule !

aime jean
Jeudi 1 août 2019

Quelle idée aussi, pour ABP d'avoir un compte au Crédit Agricole !!!

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 1 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.