Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
Le Quimperois Pierre Toulhoat est céramiste joailler orfèvre et créateur de bijoux bretons et celtiques. Il réalise 4 colliers en argent massif chaque année. Ils sont uniques car ils portent tous le nom du récipiendaire  au dos de l'hermine centrale.
Le Quimperois Pierre Toulhoat est céramiste joailler orfèvre et créateur de bijoux bretons et celtiques. Il réalise 4 colliers en argent massif chaque année. Ils sont uniques car ils portent tous le nom du récipiendaire au dos de l'hermine centrale.
- Dépêche -
Le Collier de l'Hermine remis à quatre Bretons remarquables hier à Quimper. Les Videos

Mise en ligne des 4 videos. Pour la première fois dans le cadre du Festival de Cornouaille, le Collier de l'Hermine a été remis hier à quatre nouveaux lauréats au Théâtre Max Jacob de Quimper. Un théâtre trop petit

Philippe Argouarch pour ABP le 23/07/11 16:02

Pour la première fois à Quimper, dans le cadre du Cornouaille, le Collier de l'Hermine a été remis hier à quatre nouveaux lauréats au Théâtre Max Jacob. Un théâtre trop petit car beaucoup de personnes ont dû rester dehors.

Initialement prévue au Théâtre de Cornouaille, la cérémonie, uniquement annoncée sur le programme papier du festival, mais pas sur l'internet, avait été déplacée au Max Jacob (1). Une autre conséquence de la malencontreuse réduction de la durée du festival à six jours : pas assez de salles !

L'Ordre de l'Hermine, déclinaison moderne de l'ordre de chevalerie créé par le duc Jean IV en 1381, est décerné chaque année depuis 1988 par l'Institut culturel de Bretagne à des personnes ayant œuvré pour la Bretagne. (voir le site)

Le collier de l'Ordre a été remis hier à la chanteuse brittophone Andréa Ar Gouilh, à l'agriculteur André Pochon – un des pères de l'agriculture durable – à l'avocat Yann Choucq, co-fondateur de Skoazell Vreizh, et au professeur Joseph Le Bihan co-fondateur de l'Institut de Locarn.


(1) Théâtre Max Jacob : (voir le site) pour son histoire.

Philippe Argouarch

Document PDF 22719_2.pdf Le dossier des Herminés 2011. Source : Institut Culturel de Bretagne
Voir aussi :
mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 2773 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Voir tous les articles de de Philippe Argouarch
Vos 5 commentaires
  Kristen al Lae
  le Samedi 23 juillet 2011 19:15
Même si bien d'autres personnes sont encore à distinguer, la Bretagne peut s'honorer de compter de tels récipiendaires.
Le Collier de l'Hermine est notre plus haute distinction; elle nous est d'autant plus précieuse.
Gourc'hemennoù dezho holl !
Kristen
(0) 
  Caroline Le Douarin
  le Samedi 23 juillet 2011 20:58
Ce théâtre de Kemper, un petit joyau du début du siècle, ne contient plus que 250 places !
Il conviendrait tout à fait pour des Master classes comme en propose le Festival de Lorient le matin, gratuites et passionnantes si on s'intéresse à tel ou tel instrument.
Mais il ne convient certainement pas pour des grandes cérémonies comme la remise des Colliers de l'Hermine. Où le festival avait-il donc la tête ? Un concert payant en même temps et à la place l'a chassé du grand théâtre. Copie kemperoise à revoir pour 2012.
Si quelqu'un se dévoue sur wikipédia : la page Max Jacob ne mentionne pas que le théâtre de Kemper a pris son nom. Pourtant c'était en 1998...
(0) 
  Xavier Guézou
  le Samedi 23 juillet 2011 21:37
Voir Pochon avoir le collier de l'hermine fait bien rigoler : un peu comme si on filait la légion d'honneur à Bové.
Il a eut le mérite de pointer les défauts d'un modèle productiviste, mais on oublie un peu vite que ce même modèle a sauvé le tissus social rural du pays et nourri le monde pendant de longues années.
S'il n'y avait eu que des Pochons dans les années 60-70, la Bretagne serait la Creuse.
Tout modèle est critiquable, peut-être que ce serait bien de rendre d'abord hommage aux bâtisseurs de ces modèles - certes imparfaits - avant de louer ceux qui en pointèrent les défauts.
(0) 
  Mathieu Guihard
  le Dimanche 24 juillet 2011 23:27
Merci Philippe pour cet article et les vidéos des interventions des herminés. C'est important que les médias audiovisuels relaient les messages importants qui ont été prononcés ce jour-là et je note que seul l' ABP l'a fait! J'ai quelques corrections à apporter aux informations de l'article :
- tout le monde a pu rentrer dans le théâtre car des personnes inscrites ne sont pas venues, ce qui a libéré des places pour les personnes non-inscrites. Seules 5 d'entre elles n'ont pas eu la patience d'attendre de 10 à 15 minutes et sont reparties avant le début de la cérémonie,
- la cérémonie a été annoncée sur l'internet, au moins sur le blog de l'ICB : http://blog.culture-bretagne.org/?p=773
- faire l'hermine au théâtre Max Jacob est un choix budgétaire.
(0) 
  Mikael Baudu
  le Lundi 25 juillet 2011 00:11
Avant d ecrire n'importe quoi il faut se renseigner. Pochon etait egalement un des promoteurs du developpement agricole breton dans les annees 60!
(0) 
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 0 ?