-- Patrimoine --

La tour d'Enfer à Campbon (44) a été remise au jour

Le dernier vestige des fortifications de Campbon, à savoir la tour d'Enfer, a été nettoyé de son lierre : sera-t-il restauré? L'édifice noyé depuis quinze ans dans le lierre avait besoin de travaux de limousinerie

25050_1.jpgLa tour d'Enfer décapée de son lierre

La tour d'Enfer est une tour médiévale des XIe et XIIIe siècles située au bas du bourg de Campbon, en face de la croix celtique sur un haut fut de pierre de Nozay située devant l'ancienne école primaire privée (maison des Associations). Elle est le dernier vestige du château de Campbon, qui existait déjà au XIe et qui était déjà ruiné en 1681, hormis la tour d'Enfer et quelques constructions à usage d'auditoire et de prison. La ville était enclose de murs à partir du Xe.

La butte de Campbon a été peuplée très tôt : une église dédiée à saint Pierre s'y trouvait au Ve et fut détruite par les Normands. Près de la tour, un moellon portant la date de MVIII (1008) fut retrouvé.

Cette tour, qui avait encore deux niveaux en 1850, a été dégagée de son lierre. Les murs appareillés «en pierre du pays et en calcaire coquiller du bassin de Campbon» (1), apparaissent en bon état; on suppose que ces pierres de pays sont du schiste, comme celles du pont - menacé lui - au Châtellier, et ce, ne serait-ce que parce qu'elles sont taillées et mises en œuvre comme du schiste. Du talus, on entre dans le premier niveau de la tour, le coussiège près de la baie médiévale est intact, de même que l'arcature. Les joints sont à refaire partout. On ignore à ce jour qui finance les travaux et si la tour sera restauré : quoique il soit assez curieux qu'une municipalité d'un village de pas loin de 4000 habitants ne sache pas ce qu'il se passe dans son bourg (à Bessac, passe encore).

Contrairement à une légende maintes fois entendue, celle-ci n'a pas servi de poste de guet aux allemands durant la Poche de Saint-Nazaire. Ils se juchaient sur l'église. Cette tour mérite la visite : peu de villages bretons ont gardé ne serait-ce que des pans épars des murs de leurs enceintes urbaines. A Campbon il reste dix mètres de mur et une tour qui bientôt, peut-être, se dressera fièrement refaite à l'entrée de la ville.

A moins qu'elle n'ait été dégagée pour faire rêver les membres de l'association historique locale et donner du grain à moudre (à Bicane) aux journalistes?


(1) : Voir le n°3 des Chroniques du pays de Coislin, bulletin édité par l'association historique du pays de Campbon

Voir aussi :

Cet article a fait l'objet de 1431 lectures.
mailbox imprimer

Étudiant en droit-histoire expatrié en Orléans, passionné par l'histoire et le patrimoine de la Bretagne. S'intéresse aussi à l'économie bretonne et à l'actualité de Loire-Atlantique.

Vos commentaires :

Patrice Maillard
Dimanche 4 mars 2012

C\'est un scoop ! La tour d\'Enfer va être restaurée (je suis sûr que ni son propriétaire (privé), ni la commune de Campbon ne sont encore au courant...). Autre information inédite : La tour est construite en schiste alors que je croyais qu\'elle l\'était en calcaire coquillier du bassin sédimentaire de Campbon (il n\'y a pas de schiste à Campbon) ? Autre élément cité inconnu jusqu\'alors : l\'existence d\'un moulin \"situé plus haut dans le bourg en direction de Pontchâteau\" : ?!? L\'inventaire des moulins de Campbon a été dressé par Stéphane Glotin, il ne mentionne aucun moulin dans le bourg de Campbon.

Enfin, dernière remarque, la dénomination \"village\" en Bretagne désigne non pas le chef lieu d\'une commune, mais un groupe de maisons isolé. Le chef lieu, avec la mairie et l\'église est désigné sous le vocable de \"bourg\". \"Village\" tel que vous l\'utilisez est impropre à la Bretagne...

P. Maillard Président Association Historique de Cambon.

Louis BOUVERON
Lundi 5 mars 2012

M. Maillard, bonsoir,

Je vous renvoie à la littérature produite par l'Association Historique de Campbon au sujet de l'appareillage de la tour, même si je ne me souviens plus si vous en étiez membre à l'époque du n°3.

Je doute que le maire de Campbon ne sache pas ce qu'il se passe dans son bourg... ce serait pour le moins inquiétant. Qu'il ne sache pas ce qu'il se passe à Bessac ou même dans la chapelle Saint-Victor, soit. Mais en bas du bourg devant la laiterie...

Village est une appellation générique. Mais la prochaine fois, j'écrirai en gallo pour que cela soit encore plus propre à Campbon.

Bien à vous,

Louis BOUVERON

Puzenat Jacques
Dimanche 15 fevrier 2015

Je fais une étude sur les moulins de la région où ont travaillé les Suel .

Le moulin des Rôtis en fait partie . J' ai lu dans votre article que l'inventaires des moulins de Campbon a été fait par Stéphane Glotin .

Pourrait il me donner des infos sur ce moulin .

Je suis le petit fils des Suel .

Je peux me déplacer à Campbon

Puzenat Jacques 0240156806; Adresse email : puzenat.jacques [at] wanadoo.fr

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 8 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.