Il n'y a jamais eu de traité d'Union entre la Bretagne et la France

-- Histoire de Bretagne --

Article
Par Philippe Argouarch

Publié le 2/12/11 14:02 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Suite à un commentaire de notre interview d'Edwy Plenel (voir notre article) parlant d'un soi-disant traité d'Union de la Bretagne à la France, un groupe de passionnés d'Histoire de Bretagne met au défi tous les historiens français ou bretons ou anglo-saxons ou de n'importe quel pays de produire ne serait-ce qu'une copie dudit traité.

Le traité n'existe pas. C'est une pure invention manigancée par les historiens français dans leur vaste histoire romancée qui sert de propagande à l’État pour justifier ses prédations passées ou présentes.

Il y a bien eu le traité du Verger en 1492 après la défaite du duc de Bretagne et il y a eu le contrat de mariage d'Anne de Bretagne avec Louis XII en 1499 ; ce sont les deux derniers traités qui définissent les relations entre le duché et le royaume de France.

Nous reproduisons ci-dessous la réponse du Dr Melennec envoyée à ABP, un médecin et un juriste docteur en droit, et historien spécialiste de cette période de l'Histoire de Bretagne :

1 - Il ne s'agit pas d'un décret, mais d'un Édit. La terminologie est capitale : en France, le roi est à lui tout seul le pouvoir législatif, il n'est entravé par rien. En Bretagne, le pouvoir législatif appartient au “Parlement général de Bretaigne“ [1] (désigné souvent sous le nom d’États de Bretagne). Le Duc, fait important, joue certes un rôle important dans l'élaboration des lois bretonnes, mais n'est pas, en aucun cas, le pouvoir législatif à lui tout seul : il n'est que ce que nous appelons aujourd'hui le pouvoir exécutif : il a l'initiative des lois ; c'est la Chancellerie qui rédige les textes (après de larges consultations préalables), qui sont promulgués par le Duc. Mais le pouvoir législatif, à proprement parler, appartient au Parlement général.

Le régime politique breton, avant les invasions françaises est donc résolument moderne, une forme de “démocratie” - si l'on peut s'exprimer ainsi, sans être taxé d'exagération - est en marche sous nos Ducs souverains. Dans l'ensemble, nos Ducs ont été des souverains valables, et dévoués à leur pays. Les Bretons ne réalisent pas l'énorme retour en arrière de notre pays sous la férule de la France, qui va nous ruiner progressivement au cours des siècles suivants, jusqu'à faire de nous plus qu'un "Ploukistan" : le trou du cul de l'Europe. S'il vous reste un peu de fierté, Bretons, pleurez, et redressez-vous !

2 - Il n'y a aucun traité entre la France et la Bretagne, puisque cette prétendue “Union” n'a pas été ni discutée, ni voulue, ni signée, ni paraphée par les Bretons, qui n'ont pas même été consultés (si ce n'est quelques collabos

Document PDF 24086_2.pdf Louis Melennec : Le rattachement de la Bretagne à la France Mémoire pour l'obtention du DEA d'histoire moderne (2001). Source :
Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 9459 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.

Vos commentaires :

Torque et Mada
Vendredi 2 décembre 2011

J'entends bien ce qui est écrit, mais le droit de conquête existe aussi. Et ça, fussions-nous Bretons.

Jean-Louis G.
Vendredi 2 décembre 2011

Toujours la même rengaine venant de M. Melennec. Et donc ? Il va nous inciter à brûler notre carte d'identité. Et après ?

C'est juridiquement valide puisque c'est comme cela dans les faits depuis des siècles et personnes de sérieux n'a jamais pu remettre cela en cause. De toute manière il y aurait prescription. Et si l'on joue à cela alors Anne de Bretagne était illégitime puisqu'il s'agit d'une infraction flagrante au traité de Guérande. On peut remonté plus loin, les bretons ont-ils eu l'autorisation officiellede s'installer en Armorique? Les Nantais et Rennais ont-il été consultés pour être envahis et annexés par les armées bretonnes? Le penthièvre doit-il recouvrer son indépendance de la Bretagne? etc.

M. Melennec semble bien loin des réalités dans sont 6e arrondissement parisien.

Yann LeBleiz
Vendredi 2 décembre 2011

@ Torque et Mada

Seulement, l'état français ne présente pas cela sous la forme d'une conquête mais d'une union volontaire, souhaitée et demandée par les bretons. Pourquoi?

Faut savoir qu'à l'époque, la main mise militaire de la France sur la Bretagne avait scandalisé l'Europe du point de vu de la morale, incluant nombre de Français d'ailleurs (ils ne faut pas l'oublier).

Pour les droits de conquéte (qui reste à définir néanmoins), il y a aussi et heureusement, le droit des Nations-Unies à l'autodétermination des peuples!

Ben, oui, c'est pas toujours celui qui a la sagaie la plus longue qui a raison! Heureusement!

@ ABP

Bravo à ABP pour ce défi!

Une autre idée serait de définir officiellement le statut actuel de la Bretagne au regard du droit international!

Somme nous une région de France, un pays européen occupé, une région autonome (globalement le statut jusqu'en 1789)...? Nous pourrions avoir quelques surprises!

Ce defi pourrait également intéresser des experts du droit international qui pourraient même y trouver un vrai espace d'expression!

Per LeMoine
Vendredi 2 décembre 2011

C'est une évidence , en Droit international la Bretagne est un pays libre et indépendant et il serait actuellement plus riche que la Suisse en PIB . Mais elle a été annexée par la violence ( aujourd'hui crime de guerre ) et tout le monde s'écrase .

Per LeMoine
Vendredi 2 décembre 2011

C'est une évidence que ce fût une annexion , et à notre époque l'ONU interviendrait militairement . Aujourd'hui la Bretagne indépendante serait beaucoup plus riche que la Suisse , mais les bretons colonisés et intoxiqués sont devenus des ... colonisés . Point final et bien à ces veaux , comme disait Charles de Gaulle .

SPERED DIEUB
Vendredi 2 décembre 2011

@ jean Louis à mon sens on fait trop de différences entre les armoricains et les bretons qui étaient en fait des gaulois insulaires. En tout cas bien avant l'émigration officielle il y avait des échanges permanents et une solidarité contre les occupants romains et les invasions germanique. La Bretagne Armorique on devrait dire plutôt Lidaw symbolise la résistance du dernier bastion celtique du continent c'est un miracle de l'histoire. Le peuple de basse Bretagne est dépositaire d'une langue dont l'ancêtre le Kymrique a été parlé dans une grande partie de l'Europe c'est un trésor vivant .Donc c'était bien les germains les agresseurs et non les bretons insulaires à la limite légitimement ils auraient pu aller beaucoup plus loin vers l'est d'ailleurs je me demande parfois si par la suite ce n'était pas le but de Nominoé vu qu'il avait été tué à Vendôme ,,,, Maintenant vu que lors de l'émigration il y a eu des vagues massives il est possible qu'il y ait eu des tensions par endroit

Naon-e-dad
Vendredi 2 décembre 2011

@Jean-Louis G.

" les Bretons ont-ils eu l'autorisation officielle de s'installer en Armorique?" . Il apparaît aujourd'hui (Fleuriot, Raude,...) que l'installation des Bretons dans la péninsule armoricaine se soit faite avec l'assentiment du pouvoir romain, qui était intéressé par un repeuplement de l'Armorique, de façon à renforcer ou maintenir les défenses continentales de l'Empire.

@Gwion

Les historiens sont des gens qui aiment les matériaux avérés (en particulier les documents-papier) et qui savent les situer et les exploiter. M. Melennec a exactement la qualité qu'il faut pour cela. Pouvez-vous nous dire ce que vous entendez par "historien", M. Gwion? La manière dont vous acceptez ou non d'entendre ce que dit M. Melennec relève d'un choix personnel, mais ne change en rien la réalité documentaire historique exposée (et contrôlable).

Cadoudal
Samedi 3 décembre 2011

A Torque et Mada

Comme la conquête de l\\\'Algérie ?.......

Cadoudal
Samedi 3 décembre 2011

Jean-louis

C'est pour ça que les aborigènes d'Australie,les maoris de Nouvelle -zélande ,et bien d'autres,sont en train de se voir restituer leurs terres (si ce n'est déjà fait!) en attendant les Kanaks...

Max
Samedi 3 décembre 2011

@ gwion, je vous précise que dans l'article il est écrit: "historien spécialiste de cette période". Je vous invite ainsi à lire le mémoire de DEA du docteur Mélennec sur ce sujet.

@ Jean-Louis, que vient faire la notion de prescription ici? le contrat de mariage de 1499 est un traité international, donc en vigueur jusqu'à la conclusion d'un nouveau traité entre les parties. En conséquence, toujours en vigueur aujourd'hui.

Pour info, en 1953, la Cour internationale de justice a résolu un litige entre la France et L'Angleterre sur la base d'un traité signé au XIIè siècle.

Hervé Le Bévillon
Samedi 3 décembre 2011

Le droit international ne connait pas la notion de prescription. Le "traité" d'union de 1532 n'est pas abrogé, c'est à dire qu'il est toujours valable bien que largement violé par notre encombrant voisin. Pour revenir au contrat de mariage de Anne de Bzh et de Louis XII il faudrait un document entre l'état français et l'état breton abrogeant l'édit de Vannes du 4 août 1532. Bon, évidemment, il manque un état à l'appel. (mais ça c'est une autre histoire).

Donc on est dans la situation suivante : rien de ce qui se passe en Bretagne n'est légal en droit international.

Il n'y a eu ni conquête (St Aubin du cormier n'en était pas une) ni achat, contrairement à la Corse par exemple).

La dernière tenue des états de Bzh n'est toujours pas close. Le dernier procureur syndic a lancé un appel au peuple... A nous d'y répondre.

Patrick Chevin
Samedi 3 décembre 2011

Non seulement Bretaigne se lit Bretagne mais Montaigne se lit Montagne... Pourtant en gallo on dit bien Bertaeyn !?...

Pour ce qui est du traité, la bretonnité depend de l'attitude des Bretons (et notamment la faculté de parler breton et non français et de rétablir leur souverainté) et pas d'un bout de papier...

Hervé Le Bévillon
Samedi 3 décembre 2011

Au niveau de l'ONU c'est un peu différent.

Yann LeBleiz
Samedi 3 décembre 2011

Discuter de tout cela est bien. Mais à part le travail de Mr Melennec, tout le monde s'est dégonflé sur le sujet, les élus les premiers.

Je relance ma proposition : Lancer un defis aux experts internationnaux ou tout simplement recueillir leur expertise, sur le statut réel au niveau international de la Bretagne!

Certes comme disait Patrick Chevin, si les bretons restent passifs, attendant la bouche ouverte que ses Messieurs de Paris décident pour eux, cela ne sert à rien!

Mais un tel retour de spécialistes internationnaux, permettra aux bretons qui veulent reprendre leur place dans le concert des nations d'avoir une pierre de plus à leur édifice : Le droit international!

Yves Le Gonidec
Samedi 3 décembre 2011

Refusez de pays l\'impôt français ! SI on est 1000 on fera du bruit, si on est 10 000 on sera suivis. Visan Ar Floc\'h l\'a fait, lui, tout seul.

Hervé Le Bévillon
Samedi 3 décembre 2011

" "Une autre idée serait de définir officiellement le statut actuel de la Bretagne au regard du droit international!""

Nous sommes purement et simplement en situation illégale aux yeux du droit international. Comme dans la pratique la force prime le droit, rien ne bouge tant que les principaux intéressés ne bronchent pas.

Kevin
Dimanche 4 décembre 2011

Si mes souvenirs sont bons ceci a déjà été contesté dans les années 70 auprès d'instances Européennes et je crois que cela s'est conclue pas la non recevabilité de cela. Le principal problème est que la France, dans les traités internationaux, est reconnue selon sa géographie actuelle et que personne ne le conteste (à part pour Mayotte).

Enfin on nous explique que le contrat de mariage d'Anne serait toujours en vigueur sauf que ses descendants sont, les rois de France, et de ce fait, le duché de Bretagne était partie intégrante du Domaine royal (ne pas confondre avec royaume) et libre aux successeurs d'en faire des changements de statuts. Notez aussi que les bretons ont voté pour la constitution de la Ve république et de ce fait pour ce mode d'organisation.

Hervé Le Bévillon
Dimanche 4 décembre 2011

Les instances européennes ne sont pas compétentes pour ce genre de problème. Seule le CIJ l'est (et le France reconnait sa compétence).

Pour ce qui est du mariage d'Anna Vreizh et de Louis 12, il unissait le pays et duché de Bretagne au Royaume et à la couronne de France avec cette clause : le dauphin ne pouvait en aucun cas être duc de Bretagne.

"Afin que le nom de la principauté de Bretagne ne soit et ne demeure aboli dans les temps à venir, et que le peuple de ce pays soit secouru et soulage de ses nécessités et affaires..."

Hervé Le Bévillon
Dimanche 4 décembre 2011

""Refusez de pays l'impôt français ! SI on est 1000 on fera du bruit, si on est 10 000 on sera suivis. Visan Ar Floc'h l'a fait, lui, tout seul.""

ça a déjà été tenté par pas mal de monde avec des conséquences catastrophiques : saisie sur salaire, saisie des biens etc..

Ce n'est pas du tout la bonne façon de procéder, sauf si on cherche à faire des martyrs.

Yann LeBleiz
Dimanche 4 décembre 2011

@ Kevin,

"Notez aussi que les bretons ont voté pour la constitution de la Ve république et de ce fait pour ce mode d'organisation."

Cet argument est aussi recevable qu'une personne qui contracte un prêt banquaire sans lire le petit astérix en bas de la page. Les Bretons ont votés sans connaissance de cause, ce n'est pas pour rien que l'histoire n'est pas enseigné!

Pour les instances européennes, c'est simple. Si d'un coté vous avec 3 pékins en association et de l'autre un état, pays nucléaire, membre permanent au Conseil de Sécurité de l'ONU,... la décision est vite prise!

Maintenant, vous refaite la même chose, avec les maires de Nantes, Rennes, Brest, et des manifs dans la rue.... Vous verrez, cela change très vite la situation... Voir la Slovaquie en 1991!

Pour le terrictoire de la France, c'est bien la France qui a essayé de s'accaparer la SARRE Allemande en 1956! (Donc, la France s'imaginait bien qu'elle pouvait encore agrandir son terrictoire, même 11 ans après la 2GM).

Mais, au final, c'est surtout le droit à l'autodetermination des peuples qui fera changer les choses. La France le sait, c'est pourquoi (Source Wikipedia) :

"En 2010, la France n'a pas ratifié la Convention 169 de l'Organisation internationale du travail relative aux peuples indigènes et tribaux de l’Organisation Internationale du Travail, seul instrument juridique international contraignant relatif aux peuples indigènes et tribaux, qui reconnaît notamment leurs droits collectifs à la terre et leur droit à l’autodétermination[6].

Dans un rapport publié le 27 août 2010, les Nations-unies appellent le gouvernement français à ratifier cette convention."

PS : Au passage... Ce serait bien que les associations bretonnes sur les droits de l'homme fassent leur travail, et informe sur les textes que refuse de signer l'état français.

Hervé Le Bévillon
Dimanche 4 décembre 2011

""" Pour ce qui est du mariage d'Anna Vreizh et de Louis 12, il unissait le pays et duché de Bretagne au Royaume et à la couronne de France """

Mea culpa, il s'agissait du mariage avec Charles 8 (vous aviez rectifié, evel just).

Hervé Le Bévillon
Dimanche 4 décembre 2011

""""" Je relance ma proposition : Lancer un defis aux experts internationnaux ou tout simplement recueillir leur expertise, sur le statut réel au niveau international de la Bretagne! """""""""""

En attendant, ils peuvent lire mon livre. :o)

Kevin
Lundi 5 décembre 2011

@Yann LeBleiz

Sauf que les bretons ne sont pas un peuple tribal indigène... Les bretons qui ont voté pour la constitution de la Ve république n'étaient pas les débiles profond que vous semblez vouloir en faire. Vous semblez être bien certains de vos creux arguments. Sans doute l'assurance du cuistre.

Yann LeBleiz
Lundi 5 décembre 2011

@ Kevin

Qui parle de débiles profonds?

Trop simple, toujours la même recette du jacobin en culotte courte : mots haïneux et insultes pour celui qui ne partage pas son point de vue...!!!

Moi, je vous cite un texte de l'ONU, et vous des mots de fond de caniveau!

Kévin, je suppose qu'à l'ONU là aussi ce sont des débiles! N'est pas Kévin, sont pas français ces gens là?!!! N'est-ce pas!

Et puis, pourquoi "peuple tribal indigène", encore le concept de suppriorité de la race? Copain à Jules Ferry aussi?!

Allez mon gars, retourne à l'école, ça te fera du bien! Tu as trop séché les cours, même pour jouer les jacobins en herbe!

Kenavo!!!

Kevina
Mardi 6 décembre 2011

J'aime pas dire du mal des gens et surtout parler sur les morts, chacun fait ce qu\'il veut, mais Charles 8, faut pas aller tres bien dans sa tete pour forcer la femme du pere de sa copine a se marier avec lui.

Et le coup de sa mort, ou il se cogne contre le plafond en descendant l'escalier de chez lui pour aller voir un match de tennis...le niveau du gars....

Enfin bon, RIP, paix a son ame quand meme.

Jean-Louis G.
Mardi 6 décembre 2011

e ne suis pas sure de vous suivre. Vous citez un texte de l'ONU qui parle des "peuples indigènes et tribaux" et ensuite vous critiquez Kevin en réfutant les mêmes termes. Ou voulez-vous en venir? Le texte cité ne peut en aucun cas concerner les bretons (au sens ethnique) qui ne sont pas des autochtones mais venus d\'outre-manche et ont colonisé l'Armorique (plus ou moins de force).

Ar Vran
Mardi 6 décembre 2011

Du calme!!

@ ceux qui douteraient encore : un conseil : fouillez dans les bibliothèques, renseignez-vous, bref lisez et alors vous comprendrez pour enfin vous dire "qu'est-ce que j'ai pu être con(aveuglé) à ce point !!!

@Kevin : Même si actuellement la France continue d'occuper à tort la Bretagne, cela n'en fait une justification!

Charge aux Bretons de recouvrer leur indépendance (mode à définir) si évidemment ils le souhaitent mais cela en connaissance de cause, c'est à dire en connaissant la véritable histoire de leur pays, ce qui est hélas encore loin d'être le cas pour la majorité d'entre eux.

Je vous tire mon billet que le jour où les Bretons dans leur majorité connaitront leur véritable histoire, ils ne se considéront plus comme Français béats. Charge à nous de faire en sorte que ce jour advienne le plus tôt possible!!!

Yann LeBleiz
Mardi 6 décembre 2011

@ Jean-Louis G.

Mon but était de démontrer que la France refuse de ratifier tout texte sur les droits de l'homme, qui permettrait l'expression du droit à l'autodétermination.

J'aurai pu vous citez d'autres textes ou la France refus de reconnaître les minorités nationales, cela change-t-il quelque chose...?

Nous ne sommes plus tribal certes, mais indigènes sûr!

"Les Bretons ont colonisés l'Armorique, plus ou moins de force...!"

Cet argument se développe pour faire un parallèle avec les colonies françaises et culpabiliser une fois de plus les bretons....!!! Toujours le même méchanisme!

Sauf que les historiens comme L.Fleuriot nous apprennent que les Armoricains et les Bretons étaient des peuples identiques (même cultures, même langue, la Manche un autoroute maritime), et qu'au final (Vème siècle) c'est l'Armée de Bretagne (ex romaine) qui a permis aux Armoricains de ne pas se faire coloniser par les Francs comme le reste de la Gaule!

Qui vous a appris que les bretons avaient été violents, qui vous a dit que les bretons étaient différents?

A partir de quand considère-t-on un peuple comme indigène?

Les celtes sont en Armorique depuis 25 siècles, est-ce suffisant, ou faut-il encore plus?

Kévin se permet de me traiter de cuistre : Définition "Homme pédant, ridicule et vaniteux de son savoir".

Sa logique est de maintenir les gens dans l'ignorance, ainsi on peut en faire ce que l'on veut.... Puis on les fait voter, et le tour est joué!

Aux bretons, pas d'histoire de Bretagne,

Aux français, une histoire de France très remaniée,

Comme hier aux africains, nos ancêtres les gaulois!

99% des français ignorent la signification de leur fête nationale, du jamais vu dans aucun pays!

En 2007, Sarkosys affirme que la France n'a jamais commis de génocide!

Si informer c'est être cuiste, alors vive les cuistres!

Ar Vran
Mardi 6 décembre 2011

@ Jean-Louis G.

Moi_même je ne vous comprends pas. vous placez à tout bout de champ que les Bretons ont colonisé l\'Armorique et plein d\'autres pseudo arguments pour permettre de justifier l\'injustifiable à savoir le mensonge de la France face aux Bretons. Vous avez vraiment un sens particulier de l\'histoire, vous y sélectionnez que ce qui vous intéresse.

Un fait est un fait ! il n\'y a JAMAIS eu de traité de 1532 . Ensuite que l\'on y ajoute un texte de l\'ONU ou je ne sais quoi, cela n\'enlève rien au problème. La Bretagne peut donc être considérée au XXI ème siècle commejuridiquement indépendante. Mais pour cela il faudrait que les Bretons le sachent. Et je suis d\'accord avec vous il y a du boulot mais cela ne veut pas dire qu\'il faille accepter un état de fait !!

A moins que peut être vous allez nous citer dans vos prochains arguments que l\'occupation de la Bretagne par la France est la réponse légitime à l\'occupation militaire de Nominoé et ses sbires d\'une partie ouest de la France. Dans la même série, vous devez justifier la séparation de la Loire-Atlantique de la Bretagne en arguant du fait que du tant de ce même souverain breton, elle n\'est pas bretonne!

A mon avis, ce type d\'argumentation s\'apparente au syndrome du colonisé qui ne veut pas reconnaitre la réalité car elle pourrait déranger.

et bien tant pis, c\'est trop tard !!!

SPERED DIEUB
Mardi 6 décembre 2011

Jean Louis il me semble que vous n'avez pas lu mon commentaire .Par ailleurs je ne sais pas si quelqu'un peut me donner plus de précisions à ce sujet à savoir j'ai eu lu que avant la colonisation romaine les pièces de monnaies étaient identiques sur le territoire de l'actuelle Bretagne .Aurélien de Courson donne un rôle déterminants aux armoricains dans la genèse de la Bretagne

Yann LeBleiz
Mardi 6 décembre 2011

@ SPERED DIEUB

Merci, pour aller dans mon sens.

Pour la Loire-Atlantique non Bretonne à l'époque de Nominoé :

En fait, si vous regardez la carte du Traité de Verdun en 843 (Découpe du terrictoire francs en 3 Royaumes). Vous verrez qu'il n'y a que la rive sud de la Loire qui n'est pas en Bretagne.

En 843, les Francs considéraient donc Nantes comme Bretonne!

A galon,

Michel
Mardi 6 décembre 2011

@Yann LeBleiz

Vous faites références aux marches de Bretagne qui étaient Franques. Nominoë était alors un homme des rois francs. Ne travestissez pas la réalité historique.

louis Mélennec
Mercredi 7 décembre 2011

LOUIS MELENNEC (Paris, 7 décembre 2011).

IL N\'Y A PAS EU D\'OCCUPATION MILITAIRE DE l\'ARMORIQUE PAR LES BRETONS.

De très nombreux auteurs (plus de 20, presque tous universitaires), se sont penchés sur la question, y compris dans des colloques publics.

Tous pensent, en dépit de la faiblesse des sources, qu\'il s\'est agi d\'une migration lente, étalée sur plusieurs siècles, probablement du 4ème au 9ème siècle. Chédeville et Guillotel parlent même, \" à la lumière des recherches récentes, d\'une infiltration lente et progressive \" (La Bretagne des Saints et des Rois, Rennes, éditions Ouest France, 1984, page 42). Le volumineux livre de GIOT et MERDRIGNAC (Rennes, 2003, éditions PUR) fait un bilan - assez confus - de la question. Je vais moi-même publier sans trop tarder - probablement dans mon blog -, une brève étude exposant tous les arguments invoqués à l\'appui de cette thèse. En tous cas, IL N\'Y A, NULLE PART, TRACE D\'UN QUELCONQUE \" RAZ DE MAREE \" BRETON EN ARMORIQUE, pas plus que de traces de combats ayant opposé les Bretons d\'Outre-Manche, et les Armoricains.

Tout cela a été écrit maintes et maintes fois. Mais il est exact qu\'il n\'existe actuellement AUCUN OUVRAGE EXPOSANT SYNTHETIQUEMENT l\'histoire de la Bretagne, et que l\'Etat français s\'oppose à l\'enseignement de l\'histoire dans les lycées et collèges, car là, si cela se produisait, il y aurait une fuite éperdue des esprits vers l\'exigence d\'une Liberté retrouvée, et de la restitution de tous les Droits de la Bretagne.

Il n\'est pas exclu que je mette \" bout à bout \" les études que j\'ai publiées, à condition d\'en avoir le temps.

Yann LeBleiz
Mercredi 7 décembre 2011

@ Michel (Désolé, ma réponse s'est retrouvé sur l'article de M.LeGuen)

Simple : google => Traité de Verdin => image

Vous obtenez une multitude de Cartes. Vous regardez!

Visiblement, marche ou pas marche, les Francs ne considéraient plus ce terrictoire comme le leur!

Pourquoi? Aux historiens de répondre!

Certes, il existe aussi des cartes de Bretagne sans cette zone tampon!

Mais, je ne connais aucun pays, qui retire de ses terrictoires les zones tampons qu'il dit lui appartenir!

Pourquoi ne voir qu'une seule carte, et oublier l'autre!

C'est intéressant de voir, que c'est toujours à la Bretagne d'être minimisée!

gwilion
Samedi 10 décembre 2011

Mon dieu cet article et surtout les commentaires ont de quoi faire défriser les historiens.

d'ailleurs quand on parle des marches de Bretagne, il ne faut pas confondre car il y a 2 marches de Bretagne, celles d'avant Nominoë et celles qui seront construites après afin de protéger de nouveau la France des conquêtes bretonne.

J'aimerai aussi savoir quelles sont les bases historiques qui vous permettent de dire que la Bretagne était une démocratie (les nobles bretons n’étaient ni meilleurs ni plus mauvais que les nobles des autres pays d’Europe) je suis d'accord avec vous sur le principe quand vous parlez de minimisation de l'histoire de le Bretagne mais il ne faut pas tomber dans l’excès inverse non plus.

Pour info historique le parlement de Bretagne fut créé après l'union de la Bretagne à la France il est donc anachronique de dire que le parlement n'a pas voté cette union . il faut parler des états de Bretagne, qui d'ailleurs n'arrivaient pas à s'entendre entre eux....

et l'union fut actée par le traité du verger et les mariages suivant.

On peut être nostalgique d'une époque révolue mais l'indépendance de la Bretagne n'est pas défendable dans la mesure ou le duché comme bien d'autre d'ailleurs fut pris par la force (les guerres étaient d'ailleurs très rares a cette époque malgré les idées reçues )

c'est la révolution française qui a definitivement enterré les privilèges que la Bretagne avait conservé suite a l'union des deux royaumes...

bleumalouine
Mercredi 4 janvier 2012

Ma fille va présenter un exposé à l'école. Elle va ainsi contribuer à faire connaitre son histoire! Après de longues recherches, nous en sommes arrivées là (en résumé) :les 1ères populations installées en Bretagne, groupées en tribu, viennent de l'Est. Les Celtes, vers -850, s'installent sur la péninsule qu'ils baptise Ar Mor et organise en cités. En parallèle, d'autres Celtes s'installent en Gde Bretagne. Vers -50, la Gaule et l'Armorique doivent se soumettre aux Romains, qui se retirent vers 410, affaiblis, d'une partie de l'Armorique. L'Armorique subi alors plusieurs attaques barbares et perd un grand nombre de sa population. Au Vème s., les Bretons (les Celtes de Gde Bretagne), attaqués par les Saxons, les Angles et les Pictes se réfugient en Armorique. Ils semblent avoir été bien acceptés car leur langue, leurs coutumes étaient assez semblables et l'Armorique était dépeuplée. C'est alors que l'Armorique devient Bretagne.

Nominoé fonde ensuite l'unité et l'indépendance bretonne,combat Charle le Chauve et récupère la partie d'Armorique que les romains avaient gardée sous leur coupe lors de leur retrait en 410 et qui avait été rattachée au royaume Franc.

En ce sens, le peuple breton n'a pas la même origine que le peuple franc.

Vincent Le Floc'h
Samedi 8 septembre 2012

Les britons sont plus ou moins autocthones avec apports belges et létaviens puis tout ça s'est recroisé. En fait nous sommes même des pré-celtes selon les généticiens. Les britons ne fuient pas les angles et les saxons, car ce sont leurs alliés jusq'au 7ème siècle et les vagues de britons en Armorique s'effectuent du 1er au 5ème siècle. En réalité, ils ont été "appelés" à peupler l'Armorique alors très peu peuplée, pour y faire progresser l'agriculture et la marine marchande. Effectivement les langues létaviennes, bretonnes et belges sont similaires mais tout cette ère linguistique est très vaste et ne se limite pas à la seule petite Bretagne actuelle donc. Les Parisii parlaient une langue proche du breton.

Robert pouritou
Samedi 23 septembre 2017

Moi je suis indépendantiste de l'Île de France

3 ème région économique mondiale. Chacun dans son coin c'est mieux.

Curtenelle
Mercredi 27 septembre 2017

Au-delà des polémiques, cette question pose un vrai problème de droit international qui se résume à deux questions : qu'est ce qu'un traité ? Comment en sortir ? Quelqu'un saurait-il si sicette affaire à été portée devant une juridiction non-nationale et si oui, laquelle ?

Gérard Ollieric
Mercredi 10 octobre 2018

Robert pouritou ,

je pense pouvoir vous dire que tous ,ici, sur cette page, nous vous accordons avec le plus grand plaisir votre indépendance .

Que l’ile De France soit la troisième région économique mondiale , ( cinquième en réalité) cela devrait vous choquer ! Nous sommes donc des vassaux de cette arrogante région qui depuis des siècles détruit toutes les autres à son profit’. En hexagonie, tous les chemins et les rails mènent en effet à Paris . Le reste importe peu ! C’est La province , les ploucs , quoi !

Sur le fond du débat, je ne pense pas que cette technique soit la bonne, la france se moque du droit international.

Vous allez vous en rendre compte avec la plainte pour crime contre l’humanité déposée par la Polynésie contre la france pour les essais nucléaires... Aucune chance d’aboutir !

Pierre Robes
Dimanche 4 novembre 2018

@ Yann Le Bleiz "Une autre idée serait de définir officiellement le statut actuel de la Bretagne au regard du droit international ! Somme nous une région de France, un pays européen occupé, une région autonome (globalement le statut jusqu'en 1789)...? "

Un pays d'Europe occupé (la Bretagne n'a signé aucun traité avec l'UE) au regard du droit international. Le Traité de Nantes de 1499, c'est le statut légal de la Bretagne :

Selon les historiens et juristes La Borderie et Barthélémy Pocquet du Haut Jussé : "L'Acte authentique qui réglait le droit public de la province [de Bretagne] était encore le contrat de mariage de la reine Anne avec Louis XII. Or cet Acte assurait l'indépendance du Duché, car il stipulait formellement que la Reine en conservait personnellement la propriété, et que celle-ci passerait non pas à l'héritier du trône [de France], mais au second fils [ou fille] qui naîtrait du mariage....la pleine propriété revenant aux héritiers naturels de la reine ..." (confirmé par Louis Mélennec, diplomé de droit public)

(voir le site)

Barthélémy Pocquet du Haut Jussé :

(voir le site)

plouc authentique et rancunier
Lundi 22 février 2021

Je suis un vrai plouc avec un peu de noblesse bretonne (ma dernière ancêtre ayant eu une "particule" est morte en 1871). J'ai découvert cela par les recherches d'autres membres de ma famille. S'ils ne se sont pas trompés, je serais aussi un descendant de la famille Tanguy Du Chastel connue dans le Léon.

En commençant par cela, vous allez penser "encore un m'as tu vu". Et vous n'avez pas tort... mais ils y en a beaucoup, dans cette Bretagne annexée.

Comme je l'ai dit, les recherches pour ma généalogie ont été faîtes par d'autres (4 ou 5 arbres qui se recouvrent en partie sue le site geneanet). Je constate qu'il y a beaucoup de bretons qui s'intéressent à ces "détails historiques sans importance" aux yeux des français.

Longtemps après l'annexion, la société et la culture se sont maintenues. Je peux situer dans quel manoirs ont vécu mes ancêtres de la petite noblesse bretonnante, à l'époque de la duchesse Anne et la toponymie est restée très stable depuis 5 siècles.

Tout cela a tenu à peu près jusqu'au grand déclin breton orchestré par l'état français entre les 2 guerres mondiales (d'ailleurs causées par les français, qui s'en déchargent entièrement en fustigeant le "nationalisme nocif" qui sévirait dans les pays voisins).

J'ai l'impression assez nette que l'autoritarisme français augmente sans cesse, que l'ambiance se dégrade et que tôt ou tard, la rupture viendra.

Cette page à propos d'un "traité d'union" factice ne contient pas les mots "royaume uni" ou "irlande" ou "irlandais" mais cela donne un exemple de ce qui est possible: même après l'éradication de la langue celtique en Irlande, le peuple y parle majoritairement la langue du colonisateur, mais n'a pas pour autant renoncé à sa volonté d'être libre.

Le problème en Bretagne et surtout dans le Léon est que beaucoup de bretons vivent au crochet de l'état français. Ils sont prêts à tout renier en échange d'un "emploi à vie" et à piétiner les bretons qui veulent simplement défendre le "droit d'un peuple à disposer de lui même", comme dans n'importe quelle autre zone coloniale.

Les débats dans cette page donnent une idée de la guerre civile qui se prépare pour l'autonomie, et qui pourrait arriver lorsque le système français aura déclenché un nouveau conflit majeur.

ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 5 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.