-- Economie --

Chômage : la Bretagne sort la tête hors de l’eau. La France coule toujours

Pour la première fois depuis septembre, (voir notre article) le chômage baisse en Bretagne, alors que la France continue de s'enfoncer dans la crise.

24998_1.jpgEvolution du chômage en Bretagne - janvier 2012. Une infographie ABP.


Un journal morlaisien s'est empressé de relayer en sourdine cette bonne nouvelle (voir le site) réduite à un léger mieux » Mais si l'on se reportait aux chiffres on s'apercevrait que de fin décembre à fin janvier, la Bretagne est passée de 170.945 à 170.022 chômeurs (1), soit 923 chômeurs en moins. Soit, si on a bien lu, 0-5 % de chômeurs (cat. A) en moins (1).

Mais il est vrai que la hausse se poursuit en France, où les unes après les autres, les usines continuent de fermer ou sont maintenues à coups d'expédients qui tiennent plus de l'interventionnisme politique habituel que du véritable projet économique comme l'ex-raffinerie Petroplus. Il y a désormais 2.691.678 chômeurs (catégorie A) en France (2), et le gouvernement qui cherche à positiver ne trouve qu'une bonne nouvelle : la hausse se ralentit ! Il y en aurait trois autres : pour une fois, les femmes, les seniors et les jeunes sont épargnés ; en revanche, le nombre de chômeurs de très longue durée ne cesse de croître, surtout dans les bassins jadis industriels, notamment dans le centre de la France. Donc la relative bonne santé de la Bretagne et de ses périphéries (notamment la Basse-Normandie qui compte 139 chômeurs de moins, notamment en Manche) fait quelque peu fausse note. Cachez-nous ces Bretons que l'on ne saurait voir !

La rémission de la crise n'est pas encore assurée en Bretagne, puisque le sort de la SOBRENA à Brest (voir notre article) n'est pas éclairci, pas plus que celui de la filière navale à Saint-Nazaire (voir notre article) où 200 emplois sont toujours en péril. Mais l'Ille-et-Vilaine et le Finistère commencent à sortir la tête de l'eau, tandis que le Morbihan ne s'enfonce pas plus.

Il y a quelques années, les Bretons qui en avaient assez de la France posaient des bombes, et sautaient les trésoreries, les poteaux EDF ou même les antennes de l'ORTF. Cela est désormais inutile. Ce n'est pas à la France que la Bretagne doit sa résistance économique, ce n'est pas à la France qu'elle doit sa capacité intarissable à innover (voir notre article), à exporter, à vivre au rythme du monde plutôt qu'à s'en défendre par tous les moyens. Chaque chômeur qui retrouve un emploi, chaque entreprise qui se crée et qui ne connaît point la crise en Bretagne est une bombe lancée contre un pseudo-modèle économique français en faillite, un interventionnisme étatique débilitant dont la fin semble de transformer la France en une grande et belle friche industrielle. Aujourd'hui, la Bretagne commence à prendre une direction économique différente de la France, abrutie par des décennies de choix économiques et sociaux aberrants, dont le dernier en date est de singer l'Allemagne et les pays du nord de l'Europe en imposant la rigueur. La France n'a jamais eu dans sa culture la rigueur, contrairement à l'Islande ou la Lettonie qui l'ont souvent pratiquée, et où, effectivement, cela marche. Demain, la Bretagne refusera de subir elle-même ces aberrations qui menacent sa santé économique, sociale, politique. La Bretagne n'a qu'un problème, c'est la France.


Notes

(1) : chiffres pour les cinq départements bretons.

(2) : Une fois retirés les chômeurs bretons.

Voir aussi :

Cet article a fait l'objet de 1040 lectures.
mailbox imprimer

Étudiant en droit-histoire expatrié en Orléans, passionné par l'histoire et le patrimoine de la Bretagne. S'intéresse aussi à l'économie bretonne et à l'actualité de Loire-Atlantique.

Vos commentaires :

Yves Le Gonidec
Lundi 27 fevrier 2012

Lavaret eo !

Nevenoe
Mercredi 29 fevrier 2012

En raison de ses ambitions politiques et militaires, la France se précipite dans le gouffre, entrainant avec elle, entre autres, la Bretagne. Pourquoi les Bretons devraient-ils continuer à payer pour des objectifs dont ils n'ont que faire ? A quoi sert-il, pour les Bretons que la France fasse sentir son influence dans le concert des nations ? La France, pour la Bretagne, est un véritable boulet économique dont il faut se débarrasser au plus vite...

Yann LeBleiz
Mercredi 29 fevrier 2012

Les journaux "bretons" rétissant à l'annonce d'une nouvelle positive pour la Bretagne.

Le candidat Holland, dans l'un de ces tracs évoquait que la France était en 44ème position sur la liberté de la presse (rang très peu glorieux).

Il serait intéressant de savoir à quel rang se situe la Bretagne!

Jusqu'à quand, un tel control médiatique peut continuer?

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 9 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.