Convention État-région sur la transmission des langues de Bretagne : Les calendes bretonnes ?

-- Langues de Bretagne --

Communiqué de presse de Unanet evit ar brezhoneg
Porte-parole: . UEB

Publié le 8/12/21 14:18 -- mis à jour le 08/12/21 20:45

Avant la décision abrupte du Conseil constitutionnel du 21 mai dernier, censurant la liberté pédagogique d’enseignement des langues régionales, les différents réseaux d’associations réunis dans le collectif “Unanet evit Ar Brezhoneg” (Uni.e.s pour la langue bretonne” ) s’étaient mobilisés pour faire avancer le dossier de la convention spécifique aux langues de Bretagne, entre l’État et la Région.

Une grande et belle manifestation avait eu lieu le 13 mars dernier réunissant près de 5 000 personnes dans les rues de Quimper, élèves, parents, bénévoles, sympathisants et élus demandant que cette convention soit établie et signée avant l’été dernier et surtout avant les élections régionales de juin.

Le Président de la Région Bretagne, Loïg Chesnais-Girard, s’était engagé à obtenir une convention ambitieuse avec l'État, mais les négociations avaient été stoppées au début de la campagne des régionales.

L'exécutif de la Région est maintenant renouvelé depuis plus de 5 mois et nous nous inquiétons de n’avoir pas plus d’avancée qu’au printemps de cette année. Lors de la session du Conseil culturel de Bretagne du samedi 4 décembre, des membres de nos associations ont interrogé Stéphane Perrin, vice-président de la Région au budget, sur l'avancée des négociations.

L’absence d’information précise de sa part nous fait craindre un certain attentisme sur le dossier et donc sur les moyens accordés à l’enseignement et la transmission des langues régionales. Il est nécessaire que les responsables locaux de la Région et de l'État avancent concrètement sur cette convention avant les congés de fin d’année. Nous en appelons au Président de Région afin qu'il porte rapidement ce dossier auprès du gouvernement et du premier Ministre.

Les semaines passent. Nous ne sommes pas dupes ! L'approche des élections présidentielles et législatives risquent de bloquer encore une fois les négociations. Nous pourrions alors considérer que cet attentisme est une nouvelle entrave du Ministre de l’Éducation Nationale envers l’enseignement des langues régionales.

Nous saurons alors nous mobiliser ! Nous vous donnons rendez-vous au tout début de l’année prochaine afin de faire un point d’étape.

Voir aussi :

0  0  
mailbox
imprimer
Strollad "Unanet evit ar brezhoneg" Collectif "Unie.e.s pour la langue bretonne" DIWAN, DIV YEZH BREIZH, DIVASKELL, KELENNOMP! , KEVRE BREIZH
Vos 2 commentaires
Alan-Erwan Coraud
2021-12-09 06:07:09
Les départements ont aussi un rôle à jouer .
La mobilisation doit être générale
(0) 
Jiler
2021-12-09 11:49:26
Mezhus eo ar pezh a vez graet deomp, met ken mezhus all emzalc'h ar Vretoned ma ne vez graet netra.
Ne blegint nemet ganr un harz-drebiñ harpet gant an holl re a bled ouzh ar yezh. Lod a zo prest da gregiñ e-barzh.
Deoc'h bremañ d'ober ho labour: sevel ur skipailh a raio war-dro an harz-debriñ, da gntañ. Da c'houde: gwelet peur vo ar gwellañ; petra vo goulennet; pelec'h ober (kavet eo bet al lec'h); araok pe goude ar votadegoù evit at prezidant ? ...hag all...
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 8 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.