Opéra cochonnier en quatre tableaux : quand l'humour remplace les débats ...

-- Environnement --

Rapport
Par Fanny Chauffin

Publié le 4/02/11 13:25 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Stage de théâtre cochon : qu'est-ce qui se cachait sous ce titre un brin provocateur ? En fait, le stage a démarré avec une heure d'échanges extrêmement sérieux sur la situation actuelle des cochons, porcs et truies en Bretagne : 99,5% de la production porcine est le fait des élevages hors-sols bretons. Les espèces en voie de disparition, le cochon élevé en plein air ? Les 0,5% qui restent.

Ils ont aussi, avant le stage, lu les travaux de Jocelyne Porcher sur la condition des animaux. Ils ont vu ses vidéos courtes et éloquentes sur la situation quotidienne des truies en gestation, les mamelles passant de 12 à 18 en quelques années, les cochonnets pouvant être jusqu'à 26, ce qui entraîne une mortalité de 25% dans les élevages.

Comment faire de l'humour en partant d'un sujet si délicat ? En une heure, le metteur en scène, Kergrist, demande à chacun des cinq stagiaires de composer une chanson sur un air connu en rapport avec ce thème : «l'Armorique, l'Armorique, le porc d'Amsterdam, la truie est l'avenir de l'homme, Me zo ganet e kreiz ar moc'h...»

Et à 17 heures, l'opéra cochonnier était né, petite farce de 20 minutes, qui devait être jouée pour l'ouverture du festival. En voici quelques extraits.

Voir aussi :
mailbox imprimer