Albert Poulain et P'tit Louis incollables en chansons à boire !

-- Cultures --

Dépêche
Par Fanny Chauffin

Publié le 5/02/11 20:34 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Chez Angèle à Riec, longère et feu de cheminée, cidre et crêpes sur les tables. A côté de Brigitte Kloareg, les deux compères finissent de manger. Ils ont plus d'un tour dans leur sac, écument les fêtes et sont de sortie deux fois par semaine partout en Bretagne. Avec toujours la même pêche et la gouaille qui fait que les convives poussent bien vite la chansonnette pour leur répondre.

«Amis, mes chers amis buvons ...», mais sans perdre la raison. C'est ce qu'ils font, et c'est impressionnant de les écouter. Ils viennent tous deux du pays gallo, Albert de Pipriac ou «Piperia la galette», et P'tit Louis de Bovel où il tenait un café où chaque année à la fête de l'Epille, les 24 heures du chant font défiler un nombre impressionnant de chanteurs.

Alors, question répertoire, difficile de coller ce chanteur qui est capable de tenir si longtemps. Albert compare certains mots en gallo de P'tit Louis avec les siens, se met à conter, laisse la place aux Anglais et Hollandais venus pour eux aussi chanter des chansons à boire et à manger de leurs pays. Huguette va dire le poème de Prévert sur le terrible bruit de l'oeuf cassé sur le comptoir. Brigitte va chanter une version des beaux épinards, Albert va reprendre une autre version, et ainsi jusque tard dans la nuit pour ceux qui ont eu la chance de rester jusqu'au bout ...

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 2828 lectures.
mailbox imprimer