Le Parti socialiste en péril en Bretagne, comme ailleurs

-- Politique --

Point de vue
Par Christian Rogel

Publié le 25/06/14 13:54 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

La Gauche , c'est d'abord, le Parti socialiste

Si le Premier ministre, Manuel Valls, peur réelle ou rhétorique habile, évoque la mort éventuelle de la Gauche (pour lui, seul, son parti est « la Gauche »), la question vaut d'être posée en pour ce qui concerne la Bretagne, à la lumière des dernières élections, tant municipales qu'européennes, et en tenant compte du mouvement des Bonnets rouges en arrière-plan, le phénomène politique breton le plus remarquable depuis des décennies (voir notre article) et (voir notre article).

Le Parti socialiste feint souvent d'ignorer les autres nuances de la gauche, sauf, pour conforter ses majorités, et, parfois, copier des idées. Dans le système présidentiel (louisquatorzien/napoléonien) français, on ne mène pas des politiques en coalition et en partenariat, mais, on accorde des strapontins à des alliés priés de rester bien sages.

Chute électorale du PS et de ses alliés en Bretagne

Bien que les élections locales ou européennes ne préjugent pas des votes aux élections présidentielles et parlementaires, les mois d'avril et de mai ont été meurtriers pour le Parti socialiste en Bretagne, confirmant le recul, tant en nombre de communes gérées qu'en perte d'influence et d'adhérents, le tout étant aggravé par les pertes sensibles des écologistes de gauche (EELV) dans une région où ils avaient acquis quelques positions importantes. De plus, l'Union démocratique bretonne, alliée dans certaines communes, a fait du surplace aux élections européennes (1,85%), la rupture avec les écologistes ne lui procurant aucun bénéfice (voir notre article). Sans exagération, la situation du Parti socialiste en Bretagne est devenue critique, car, il a perdu des finances et des postes administratifs pour ses cadres et ses divisions ne le mettent pas en condition de remonter, à court terme, vu son état de désorganisation (voir notre article) et (voir notre article).

Un parti socialiste profondément divisé

Le Parti socialiste perd, parce qu'il est irrémédiablement indexé sur ce qu'il se passe à Paris et qu'il n'en vient rien qui puisse satisfaire les Bretons et, aussi, parce qu'il est profondément divisé et que cela commence à se voir. Les divisions portent, de plus en plus, sur l'interprétation des revendications à couleur locale, que certains comme Jean-Yves Le Drian, Pierrick Massiot, Jean-Jacques Urvoas, Paul Molac, Corinne Erhel, Odile Herviaux, Jean-Pierre Le Roch, Jean-Luc Bleunven, Jean-Michel Le Boulanger, Michael Quernez prennent en compte et que d'autres, sur une ligne jacobine, refusent par principe. Ces jacobins sont, souvent, sur une ligne antilibérale qui n'est pas forcément comprise par les électeurs bretons, connus pour leur relative modération, passé gaullo-centriste et «2ème gauche » oblige.

Philiippe Noguès, député socialiste d'Hennebont, ancien syndicaliste, essaie de dévaloriser la revendication de la réunification de la Bretagne en la caricaturant comme une « ambition identitaire », mais, que dirait-il aux Irlandais qui demandent le retour de l'Ulster dans la République ? Il veut ainsi suggérer que la mouvance bretonne pencherait, par nature, pour la droite, éventuellement extrême et, pourtant, il avoue que la France s'est constituée « parfois, sous la contrainte ». Que propose-t-il en face ? « Un État fort, pour la solidarité sociale », et, s'il veut une pyramide d'assemblées élues, il se garde bien d'aborder la question des compétences et du poids des bureaux parisiens. Célébrer l'État fort est un tremplin pour se rallier à un Front national à prétentions sociales comme certains délégués syndicaux de Lorraine du Nord (voir le site)

Cette ligne du bunker est soutenue par les blocs socialistes brestois et rennais, ainsi que trégorrois. Elle a le soutien des présidents des conseils généraux de la Bretagne amputée (Claudy Lebreton - 22, Pierre Maille - 29 et Jean-Louis Tourenne - 35) (voir le site) qui veulent le maintien des conseils généraux et sont opposés à la réunification, mais, ces archéo-socialistes jacobins sont sérieusement contrés par la tendance Le Drian qui domine à la Région Bretagne.

Réunification de la Bretagne : le nouveau et ultime marqueur de l'esprit breton ?

Ces socialistes, qui, on le verra, critiquent fort les Bonnets rouges, ne pouvaient pas prévoir que François Hollande, jouant à la pâte à modeler avec les collectivités locales comme un enfant dans sa chambre, ouvrirait le jeu en Bretagne sur un thème, jusqu'ici peu en vue, celui de la réunification de la Bretagne. Cette revendication, extrêmement symbolique et objet de manifestations fournies très peu évoquées dans la presse parisienne et locale, a été mise dans le débat public lors des États Généraux de Bretagne, tenus par les Bonnets rouges à Morlaix, le 8 mars 2014 (voir notre article).

Cela n'allait pas de soi que que les forces économiques qui ont suscité le mouvement s'engagent dans un combat que, même beaucoup de Bretons, ne jugeaient pas important, mais, c'était logique, d'une part, parce que les intentions de l'État étaient connues, mais, surtout parce que cela met en jeu la position même de la Bretagne, non pas uniquement dans l'espace, mais dans la géopolitique. Le « réflexe péninsulaire » n'est pas ce que Bernard Poignant, autre jacobin, croit y voir, c'est une perception historique et sentimentale d'un territoire connu et reconnu. On finira par définir un Breton par la perception politique qu'il a du territoire breton et, non à des éléments strictement personnels comme ses sentiments ou sa langue.

Cela trace une démarcation nette entre ceux qui n'auraient pas trouvé anormal de tracer des territoires de forme carrée, comme proposé sous Louis XVI, et ceux pour qui un territoire est une construction d'abord sentimentale et intellectuelle, avant que l'économie ne s'y déploie. Dans la « Lettre à la Bretagne » (28 mai), Pierrick Massiot, président socialiste de la Région Bretagne le résume très bien : « Est-elle dépassée l'idée que la performance des organisations est, d'abord, le fruit d'une bonne prise en compte des réalités humaines, géographiques, historiques et sociales ? On ne joue pas au lego ! La grande dimension d'un territoire n'a jamais assuré son efficacité. On risque, au contraire, de se couper du réel et de fabriquer des ensembles technocratiques, déconnecté de tout lien avec les réalités du quotidien ». Il précise qu'une Bretagne unifiée « aurait toute sa place dans le concert des régions européennes, et même au delà. »

Marylise Lebranchu, princesse d'Île-de-France

La ministre morlaisienne, Marylise Le Branchu, sanctionnée pour travail insuffisant sur la réforme de l'État et se l'étant fait retirer au profit d'André Vallini, fait parfois mine de ne pas prendre parti, puis lâche qu'elle verrait bien la Mayenne rejoindre la Bretagne, tout en étant réticente sur la réunification. Elle a pourtant voté tous les voeux du Conseil régional de Bretagne en faveur de celle-ci !

En jacobine zélée et sous couvert de refuser qu'un institution recouvre une identité, elle se livre à une attaque, qui a été peu relevée, contre Jean-Yves Le Drian et son successeur à la Région Bretagne, Pierrick Massiot, en disant à Lorient, le 20 juin : « Le président du Conseil régional n'est pas le prince de Bretagne ». Le Drian a souvent été surnommé le « Duc de Bretagne » et Prince de Bretagne est une marque commerciale des légumiers de Saint-Pol-de-Léon qui appartient à des adversaires politiques (pro-Bonnets rouges) de la ministre. Plus folklorique, elle parle de la possibilité d'un « conseil spécifique à la Bretagne historique » (voir le site) Qui va miser un sou sur cet ectoplasme politique? On peut supposer qu'elle tentera de disputer la Région B4 à Le Drian en 2015.

Technocrates socialistes contre zones hors métropoles

Parmi les socialistes qui se sont opposés à la Réunification, il y a eu les maires de Brest (François Cuillandre), Rennes (Nathalie Appéré), Nantes (Johanna Rolland) et Saint-Nazaire (David Samzun) (voir le site) Ils sont de purs produits de l'appareil socialiste et raisonnent en technocrates. Leur positionnement, un peu téléphoné, sur la fusion Bretagne-Pays-de-la-Loire est révélateur du danger que fait courir la « métropolisation » à la sauce socialiste, car, dans leur vision, il n'y a pas de place, en terme de sensibilité, pour les territoires non-urbanisés. Ils tiennent pas compte du message adressé par les électeurs de Christian Troadec et du Front national aux dernières élections et appellent populisme le refus de leur vision mécaniste d'apparatchiks. Les zones centrales de la Bretagne (l'essentiel du territoire) ne veulent pas d'une subordination aux métropoles, synonymes de rejet dans les ténèbres extérieures (voir notre article).

La dérive des socialistes finistériens face aux Bonnets rouges

La panique des socialistes finistériens est telle qu'ils ont publié un communiqué (voir le site) que les autres socialistes de Bretagne se sont bien gardé d'approuver, tant il a paru à la limite du ridicule. Demander à un mouvement politique de s'auto-dissoudre est le comble de la tartufferie, car, c'est avouer qu'on ne croit plus dans sa capacité à contredire politiquement. Encore un autre raisonnement enfantin. L'essentiel du propos était de dire aux militants : « Cessez d'avoir peur, les croquemitaines vont partir très loin », mais, cela ne va pas faire revenir les adhérents dans les sections locales qui resteront peuplées de retraités (voir notre article). Le mouvement des Bonnets rouges n'a pas mobilisé autant qu'attendu le 14 juin, mais, d'autres occasions de revenir sur la scène politique lui seront offertes et, en attendant, il savoure sa victoire sur l'écotaxe, puisque tout le monde la lui attribue. A noter l'adjectif « ultra-libéral », appliqué à Thierry Merret, qui indique que c'est une frange proche du Front de Gauche qui a inspiré le texte. Réaction des Bonnets rouges : (voir le site)

L'Assemblée de Bretagne : dynamique bretonne ou décor de théâtre ?

Jean-Jacques Urvoas, député de Quimper, s'est beaucoup investi dans la proposition d'une Assemblée de Bretagne qui absorberait les compétences les plus consistantes de la Région et des départements (voir le site) Le projet a un nom alléchant, mais, il souffre du même déficit de crédibilité qu'a eue la réforme annulée de Sarkozy créant le conseiller territorial et l'absence de précisions de Hollande sur les compétences que pourraient exercer ses super-régions. Il est bien mentionné l'exercice de pouvoirs législatifs, mais sans les préciser. Au fond, personne ne veut enfreindre le sacrilège qui consisterait à parler des compétences que l'État devrait abandonner. Les tenants du pouvoir ne veulent pas se couper les bras et ceux qui y aspirent ne vont pas prendre le risque de se faire accuser de lèse-majesté. Les centristes, comme Bayrou ou Léotard, qui voulaient, il y a longtemps, une France fédérale, l'ont oublié, car, plus la crise s'approfondit, plus on a besoin de croire que l'Etat est impartial et omnipotent.

Les Bonnets rouges, les messagers qui annoncent l'effondrement

Le mouvement des Bonnets rouges, en moins d'un an, a mis au jour le cercle vicieux dans lequel s'est enfermé la machine de l'État français, car, s'il prétend pouvoir guérir les maux, les exigences de la population augmentent et, s'il dit la vérité, c'est-à-dire son impuissance grandissante, il perd sa légitimité. L'incapacité des dirigeants parisiens à endiguer la corruption galopante et à ne pas déverser indument l'argent public sur leurs amis devient de plus en plus évidente pour la population et les Bretons ne sont pas encore blasés à ce propos.

Les machines politiques du Parti socialiste et de l'UMP sont à bout de souffle et ne peuvent plus remplir leur rôle, fixé par la Constitution, de «concourir à l'expression du suffrage universel ». La Sixième République (ou son double) est de plus en plus proche et les Bretons peuvent y gagner, s'ils font preuve d'astuce politique. Ils ont déjà (re)gagné le statut de région remuante, que le pouvoir doit ménager (voir notre article).

Christian Rogel

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1324 lectures.
mailbox imprimer
Christian Rogel est spécialiste du livre, de la documentation et de la culture bretonne.

Vos commentaires :

erwan Lescop
Mercredi 25 juin 2014

Comme dit Frédéric Lordon Le "Parti Socialiste" c'est la droite complexée (de moins en moins complexée d'ailleurs), et pas du tout la gauche.

eugène le tollec
Mercredi 25 juin 2014

Je pense que la Bretagne doit leur montrer qu' une situation pré-révolutionnaire est entrain de s'imprégner dans l'ensemble du peuple.

Les girondins ont été écrasés durant la révolution ...ils sont en pleine renaissance.

Marcel Texier
Mercredi 25 juin 2014

Que sont les socialistes bretons (?) devenus! Où sont les Charles Brunellière, père du syndicalisme nantais, les Yann Sohier, le fondateur d'Ar Falz, les Emile Masson du XXIième siècle ?

Emile Masson, qui était professeur d'anglais, mais qu'une solide formation philosophique avait préparé à être un théoricien, a publié dans sa revue Antée, en 1912, un article dont l'extrait qui va suivre apparaît comme prophétique à la lumière de ce qui se passe en Bretagne aujourd'hui:

"Il faut que le socialisme et la langue bretonne ne fassent en Bretagne qu'un corps et qu'une âme. Leur sort est lié comme celui de leur race" (un mot tabou aujourd'hui !). Le socialisme ne vaincra que s'il se propage par la langue du pays, et elle aura un avenir plus glorieux qu'elle n'eut jamais. Si le socialisme l'emporte par la "voie française", il ne s'établira en Bretagne que par la méthode jacobine, "autoritaire", et ne trouvera pas racine en ces âmes indomptables qui ne reçurent le catholicisme même qu'en le façonnant à leur farouche image."

Bien sûr, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis le temps où écrivait Emile Masson. Mais, "mutatis mutandis", quelle voix socialiste en Bretagne aurait, comme lui, le courage de clamer aujourd'hui, face à toutes les tentatives de nivellement, de décervelage, de mise au pas que nous avons subies et que nous subissons encore: "la Bretagne est une "nation distincte"?

Il vaut la peine de lui redonner un peu longuement la parole:

"Très bien camarades ! Mais considérons la Finlande. Admettez-vous qu'elle soit "russifiée" ? Je ne ferai pas à des disciples de Bakounine et de Kropotkine l'injure de le croire. Alors ? Si vous vous élevez si haut contre la russification de la Finlande, pourquoi vous asseoir si bas sur la francisation de la Bretagne ? - "ça n'est pas la même chose", vous écriez-vous en choeur ! La Finlande est une "nation distincte". Son absorption par un Etat plus fort est un crime de lèse-humanité...Droit des peuples ! etc...Mais la Bretagne n'est pas une "nation distincte" ! Du reste, l'absorption de la Bretagne par la France est une victoire de la révolution sur la réaction !"

"Sublime, camarades! La Bretagne n'est pas une "nation distincte...politiquement" ! Le jour où le grand ours aura serré une patte définitive sur le cou de la Finlande, la Finlande non plus ne sera plus une "nation distincte. En ce temps-là, que vous verrez, vous vous assoirez donc sur la Finlande ? Car il est évident qu'une "nation distincte", c'est pour vous un phénomène politique ? Mais, ce phénomène "naturel historique", d'avoir eu quinze siècles d'histoire distincte, une langue et une littérature distinctes, une économie sociale, un tempérament, une énergie "distincts", ce phénomène-là pour vous ne compte pas ?...C'est le cas de la Bretagne. En vérité, pour un peu vous m'accuseriez d'inventer la Bretagne, et la "conscience nationale" des Bretons".

Heureusement pour les Finlandais, "le grand ours", n'a pas "serré une patte définitive sur le cou de la Finlande." L'environnement international l'en a empêché et la Finlande est maintenant une nation libre. Nous n'en sommes pas là ! Mais, quel Breton, de droite ou de gauche, oserait en 2014 s'exprimer avec une telle netteté, une telle vigueur, une telle énergie ?

Ce que n'ont pas compris les socialistes français et les socialistes bretons, formatés de la même façon, c'est la pérennité des nations, pérennité qui, même apparemment effacée par des décennies de "bourrage de crâne" peut resurgir brusquement au moment où on ne s'y attend plus.

Dans le texte de Christian Rogel qui contient tant de fines observations, j'en relèverai une qui me paraît particulièrement importante:

"On finira par définir un Breton par la perception politique qu'il a du territoire breton et non à des éléments strictement personnels comme ses sentiments et sa langue".

Ceci me paraît fondamental. C'est tellement vrai que je connais plein de Bretons aussi peu politisés qu'on peut l'être et qui sont révulsés, révoltés, dégoûtés par la vue d'une Bretagne-croupion !

Il faut être un socialiste breton (?) bien éloigné des réalités pour n'avoir pas "intégré" celle-là ! Pour moi l'acceptation de "B4" est la marque infaillible d'un "Breton en peau de lapin" !

Guillaume Caër
Mercredi 25 juin 2014

I have a dream

JY LEDRIAN démissionne et adhère au Partie Breton !

Il devient le porte parole de la Bretagne libérée de ces complexes Parigots. Il serait le Néo-Nominoé de la renaissance Bretonne. Il laisserait à jamais son nom gravé dans le granite.

Alors Jean Yves ça te tente pas? Plus tôt que de rester dans les archives de l'Histoire française , comme un simple troufion du PS.

Rêvons et samedi réveillons nous !

Job LE GAC
Mercredi 25 juin 2014

I have an other dream . . .: SAMEDI, AVEC NOUS, TOUS LES ÉLUS DU PS DE BRETAGNE (HISTORIQUE) ONT DÉCIDE DE DÉFILER POUR EXIGER LA RÉUNIFICATION DE LA BRETAGNE . . . ! !

CA, CE SERA UNE SURPRISE POUR LE GOUVERNEMENT . . . ! ! !

CHICHE . . .????

SPERED DIEUB
Mercredi 25 juin 2014

Quand les idées reçues deviennent des vérités historiques ...

Eugène qui étaient les girondins ???? des fédéralistes !!! surement pas, c'était simplement la droite jacobine puisque bon nombre entre eux étaient passés par le club des jacobins Ce sont les girondins qui ont déclaré la guerre aux autres nations d'Europe ,avec peut être l'arrière pensée que celles ci écrasent cette révolution usurpée qui avait dévié vers une dictature sanguinaire Ils avaient aussi voté la mort de Louis XVI ,politiquement les girondins d'aujourd'hui seraient des libéraux qui se trouveraient quelque part entre l'ump et l'udi ,ils seraient favorables à ce charcutage artificiel de l'hexagone, contrairement aux héritiers des jacobins conservateurs aujourd'hui qui sont des départementalistes ,et si c'était ces derniers qui feraient capoter cette dite réforme vu leur infiltration discrète mais pas moins efficace dans les coulisses du pouvoir .Paradoxalement et certainement au grand dam de leurs intentions ,ce seraient les sauveurs de la Bretagne ,vu que l'on s'apercevrait très rapidement que cette organisation territoriale sur la base des départements serait complètement obsolète .Mais après tout ce n'est qu'un juste retour manivelle que méritent ces héritiers des usurpateurs du club breton ,dont un des précurseurs n'était autre que De La Chalotais un des dernier défenseurs des libertés bretonnes sous l'ancien régime .

Yves Kenerhvé
Mercredi 25 juin 2014

Peut être le PS et l'UMP ont ils des faiblesses en ce moment..mais les transferts vers les BR sont loin d'être acquis..un mouvement auto proclamé breizhou...Le corporatisme paysan fàcon petit-gourvennec est loin de faire l'unanimité..RDV électoral a suivre..il ne suffit pas de verser du fumier dans les sous-préfectures...!!

SPERED DIEUB
Mercredi 25 juin 2014

voici un lien sur le sujet

(voir le site)

Naon-e-dad
Mercredi 25 juin 2014

Dans le dernier "Nantes-Passion" - le magazine municipal de Nantes - deux pleines pages sur la culture bretonne.

Leur nouvelle stratégie est claire: faire les yeux doux à la Bretagne "administrée" pour pousser à la fusion B4/PDL. Or, cet ectoplasme est un non-sens à tout point de vue!

Rien à attendre de Mme Johanna Rolland (la nouvelle maire PS de Nantes) sur ce sujet.

Il va falloir résister, encore et toujours.

A moins d'arriver à faire entendre raison à nos politiciens hauts-placés... Hélas, il ne s'agit pas d'intellect, il s'agit bien d'un blocage irraisonné, affectif chez ces jacobins rigidifiés, fossilisés.

Pourtant, la question bretonne est plus que jamais au coeur de la démocratie française.

Une seule clé d'avenir stable et dynamique, la REUNIFICATION.

Naoned e Breizh!

Iffig Cochevelou
Mercredi 25 juin 2014

Le problème c'est qu'a mon avis , on va se trouver bien seul , car il est évident que Le Drian va nous lacher !

C'est bien notre dernier combat et il ne faut pas le louper !

Eloi M.
Mercredi 25 juin 2014

Job le Gac, cessez de rêver...

Nos braves parlementaires socialistes, surement durement chapitrés après que 15 d'entre eux aient pris position pour la réunification, ont sagement boudé la réunion organisée à l'assemblée nationale aujourd'hui par Bretagne Réunie... Comment espérer qu'ils viennent manifester samedi ? Cette réunion aurait pu être un succès avec à priori au moins 20 parlementaires favorables, au lieu de cela elle s'est réduite à 5 députés... Un peu léger !

Dans le même temps une commission sur la réforme territoriale a été créée au sénat : (voir le site)

On notera avec intérêt le noms des parlementaires de Bretagne et des alentours :

Pour le PS, sorti tout droit de Jurassic Park : M. Edmond Hervé, ancien maire de Rennes, fossoyeur de la réunification à son époque.

Pour le parti communiste : M. Gérard Le Cam, dont la position sur le sujet est très tranchée ( (voir le site)

Pour EELV, Ronan Dantec, ex-poisson pilote de la réunification, aujourd'hui perdu en eaux troubles (en espérant qu'on pourra le repêcher...) (voir le site)

Pour l'UMP, M. Dominique de Legge, qui souahite une fusion Bretagne/Pays de la Loire, ou à défaut une Bretagne à 5 départements, (voir le site)

Pour aider ces braves gens dans leur décision, un vendéen M. Bruno Retailleau, favorable soit à une fusion Pays de la Loire/Bretagne, soit à un arc Atlantique en ajoutant le Poitou-Charentes.

Ite Missa Est.

Je n'y crois plus du tout.

J'espère tout de même que nous seront nombreux samedi pour ce qui va s'apparenter à une marche funèbre. On aurait pu venir habillés en noir et blanc pour rappeler nos couleurs, mais il semble que seul le noir s'impose...

Christian Rogel
Mercredi 25 juin 2014

C'est vrai que c'est le gouvernement montagnard, donc anti-girondin, qui avait fait voter une constitution très décentralisée au début de juillet 93,mais, c'est lui qui l'a suspendu en énonçant,curieusement, que "le gouvernement (serait) révolutionnaire jusqu'à la paix". C'est à cause de cela que jacobin et centraliste sont devenus synonymes.

Par la suite, à chaque coup de barre à gauche, les pouvoirs étaient descendus au niveau du district, puis, remontés au département par des gouvernements plus droitiers. Les régions apparaissent maintenant plus adpatées pour des politiques de cohérence et l'étage départemental ne semble plus pertinent, car concurrencé par les communautés de communes qui pourraient atteindre la taille d'un arrondissement.

eugene le tollec
Jeudi 26 juin 2014

La Bretagne n'appartient à aucun parti.

Je dis tous ces gens sont des gens de passage et que ça

M.Prigent
Jeudi 26 juin 2014

Connaissant les pratiques fort peu démocratiques de la Vè République, il est fort probable que la refondation régionale de Hollande, aussi invraisemblable soit-elle aboutisse, soit par réflexe "Godillot" des élus, soit plus probablement par la force de "l'article 49-3" utilisé par le gouvernement.

Les citoyens n'étant pas encore assez "malheureux" pour faire la révolution, il ne reste plus que la perspective (lointaine) des élections, qui au vu de la situation de plus en plus dégradée de la France devrait accroitre le rejet des partis en place sans pour autant ouvrir une perspective nouvelle, car que je sache même l'émergence de nouveaux partis protestataires, voire populistes en Grèce, Espagne, Italie bien plus encore maltraités par la crise n'a pas changé la représentativité traditionnelle du pouvoir dans ces pays.

L'option électorale pour les bretons serait le boycott systématique de tous les partis nationaux sauf à leur candidats clairement identifiés démocrates et anti-jacobins (pro B5 par ex) au profit des listes régionalistes et à défaut au ...Front National, solution du pire pour accélérer la prise de conscience urgente des réformes indispensables.

Car, il est patent que seule la peur ou la contrainte pourront ébranler le bunker des institutions de "notre" républicocratie".

Louis Le Bars
Jeudi 26 juin 2014

@ Iffig Cochevelou : "Le problème c'est qu'a mon avis , on va se trouver bien seul , car il est évident que Le Drian va nous lacher !"

Qu'entendez-vous par là ?

PIERRE CAMARET
Jeudi 26 juin 2014

Nous allons voir .

Mais je doute helas , que les Bretons par reflexe democratique et antijacobin , votent pour des candidats identifies a leurs interets , a leur cause .

Leur bulletin risque d'aller plutot FN ????.

Moi je voterai, dans ce cas extreme : Besancenot ou Poutou .

Iffig Cochevelou
Jeudi 26 juin 2014

@Louis Le Bars

Il suffit de lire le texte rédigé par Le Drian et Le Foll paru ce matin , pour comprendre que c'est bien cette fusion qu'ils veulent même s'ils le font en douceur pour calmer le jeu auprès des Bretons lobotomisés

Seule solution : 20% aux prochaines élections régionales , puisque c'est le statu quo provisoire qui sera certainement décidé.

Marcel Texier
Jeudi 26 juin 2014

Le ton défaitiste, las, désabusé de certaines interventions appelle, me semble-t-il, la mise au point suivante : que la manifestation du 28 juin ne suffira pas pour que "les Princes qui nous gouvernent" (jamais cette expression n'a été plus vraie !)réunifient la Bretagne, c'est une évidence. Que ce soit la fin de tout et surtout la fin de la Bretagne, c'est exactement le contraire. C'est maintenant que les choses sérieuses vont commencer. Des tas de Bretons vont perdre leurs illusions et arriver à la conclusion qui s'impose: la seule, l'unique solution, c'est l'indépendance ! Ils vont venir grossir les rangs (qui commencent à s'étoffer !) de ceux qui l'avaient déjà compris et certains depuis longtemps ! Quand tout ce monde-là dirigera ses énergies, son intelligence vers ce but unique, au lieu de s'épuiser dans de vaines discussions avec un adversaire de mauvaise foi et qui, au surplus, n'a aucune légitimité en Bretagne, nous aurons fait un très grand pas en avant.

Se vérifiera une nouvelle fois la parole de Jean-Paul Sartre dans sa préface au "Portrait du Colonisé" d'Albert Memmi, livre qu'un Breton ne peut lire sans avoir l'impression de se regarder dans une glace:

"Quand un peuple n'a d'autre ressource que de choisir son genre de mort, quand il n'a reçu de ses oppresseurs qu'un seul cadeau, le désespoir, qu'est-ce qui lui reste à perdre ? C'est son malheur qui devient son courage ; cet éternel refus que la colonisation lui oppose, il en fera le refus absolu de la colonisation."

"La Bretagne entre en résistance", tel était le titre d'un article du Président de Bretagne Réunie, je crois, à la suite de la publication de l'invraisemblable carte des nouvelles régions. C'est exactement çà, et cette résistance-là aboutira à la victoire !

SPERED DIEUB
Jeudi 26 juin 2014

Iffig Cochevelou

Xavier Bertrand ténor de l'ump s'en est pris l'autre jour à Jean Yves Le Drian parce qu'il refusait la fusion et donc la disparition de la Bretagne ,au lieu que certains parti bretons le lynche ,ils feraient mieux de l'encourager et de le soutenir dans des moments qui sont en fait peut être très difficiles pour lui qui sait vous ??? Si c'était un gouvernement de droite avec Marc Le Fur à la place de Le Drian je dirais la même chose .Mais non je trouve que le silence radio de ces mêmes partis bretons vis à vis des ténors de l'UMP, qui se sont quasiment tous prononcés pour la fusion ; voir aussi des courants jacobins de l'UDI et du MODEM ,commence à devenir un peu bizarre !!!

Iffig Cochevelou
Jeudi 26 juin 2014

à SPERED DIEUB

Mais qui a tous les pouvoirs aujourd'hui ?

Le Drian s'est trop engagé précedemment, pour qu'on lui attribue la moindre excuse : c'est clair son parti passe avant la Bretagne : il aura peut-etre sa statue dans le futur Granwest qu'il nous laisse deviner .

Sous Sarkozy le PARTI BRETON, n'est pas resté sans rien dire.

Pour ce qui est de Le Fur, et je ne suis pas la pour prendre sa défense, mais il n'a pas changer de ligne quel que soit le gouvernement , du moins pour l'instant.

Yann LeBleiz
Jeudi 26 juin 2014

L'erreur était de croire que la séparation de la Bretagne était l'½uvre des fascistes, car Pétain collaborait avec les nazis. Sauf que ce qu'à fait Pétain, ce n'était que l'application d'un projet datant d'avant la guerre.

Les socialistes font aujourd'hui mieux que Pétain : ils créent le projet "la disparition de la Bretagne", pays presque 2 fois millénaires, pour en finir définitivement avec la question bretonne et il l'applique.

Mais ne soyons pas insultant, l'ethnocide et le déni de démocratie, si on dit que c'est fait pour le bien d'un peuple même contre sa volonté, ce n'est pas comparable!

Holland nous l'avait bien dit, sa référence, c'est Jules FERRY : "le droit des peuples supérieurs"!

Hors, les bretons voulant la Bretagne ne sont-ils pas inférieurs?

L'humanisme, c'est beau, n'est-il pas!

Alan PRYTGWENN
Samedi 28 juin 2014

Il faut surtout espérer que les bretons abandonnent leurs chimères socialo-communistes héritées des délires franchouillards du 19ème siècle. Depuis l'aube de l'Histoire, aucun système communiste ou collectiviste n'a fonctionné. Le dernier en date est l'empire soviétique. Les chinois, quant à eux, ont eu l'intelligence d'abandonner le marxisme tout en gardant le nom.

La preuve de l'inefficacité des systèmes collectivistes est la comparaison, au sein d'une même civilisation hellénique, entre SPARTE et ATHENES.

SPARTE, système communiste à l'état pur où la propriété privée était strictement interdite (on n'était même pas propriétaire de son slip) a abouti à un système militariste et un désastre économique. Il ne reste rien de SPARTE.

ATHENES, cité commerçante et capitaliste, est l'exemple même de la prospérité économique et d'une extraordinaire explosion intellectuelle, artistique et philosophique. C'est l'ancêtre de la Démocratie et de notre société. C'est l'un des héritages majeurs de l'Occident.

Historiquement, les bretons sont un peuple dynamique d'aventuriers, d'explorateurs, de navigateurs, de commerçants, d'entrepreneurs. La Bretagne des 15ème et 16ème siècles est un état capitaliste.

La République Jacobine a fait de ce peuple dynamique et industrieux un peuple d'assistés CGTiste quémandant à genoux les subventions accordées par la "NOMENKLATURA" hexagonale dans le but de sa réélection.

Il faut jeter les oripeaux du "modèle français" qui s'avère être un échec complet inadapté à l'économie du 21ème siècle et qui veut faire disparaître notre spécificité dans un grand "métissage", une grande macédoine, sans racines,facile à manipuler.

Le jacobinisme, c'est l'ancêtre du nazisme et du stalinisme, c'est la négation de la différence et de la liberté de penser, c'est le refus de l'imagination, de l'esprit d'initiative, c'est la religion du politiquement correct qui interdit toute déviation sous peine d'être rejeté dans les ténèbres extérieurs.

Le résultat, c'est la France actuelle, incapable d'évoluer et de découvrir des solutions innovantes, paralysée par ses fonctionnaires uniquement préoccupés de la sauvegarde de leurs privilèges et englués dans des schémas vieux de 2 siècles.

Il faut se rappeler que des pays comme la Suède, le Danemark, la Finlande, la Norvège, l'Autriche ne sont pas en crise. Je ne parle pas de l'Allemagne et de la Hollande. Quant à la Grande-Bretagne, son évolution économique est positive.

L'homme malade, c'est la France, une France en crise économique mais également morale et sociétale.

La solution du problème breton est BRETONNE !

ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 2 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.