L'ACIPA solidaire du collectif des pilotes de ligne qui dénoncent le survol exagéré de Nantes
Communiqué de presse de ACIPA
Communiqué de presse de Anne-Marie Chabod

Publié le 11/01/12 23:06 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
24560_1.jpg
Un airbus survole Nantes le 5 septembre 2011 à 19 h 07. Malgré le ciel gris ici le temps est beau ce jour-là et vent d'est-sud-est de 5 km/h.

L'ACIPA tient à apporter son soutien au collectif de pilotes qui, très courageusement, dénonce publiquement (1) certaines pratiques visant à exagérer le survol de Nantes, dans l'espoir de faire croire aux Nantais qu'une nouvelle plateforme est nécessaire à Notre-Dame des Landes.


Le samedi 2 octobre 2010, jour de très grande manifestation dans Nantes (40.000 à 50.000 personnes dans les rues), l'ACIPA a été alertée par un pilote qui ne comprenait pas pourquoi tant d'avions avaient atterri par le nord et donc survolé la ville cet après midi-là sans aucune justification technique. Des manifestants avaient aussi été étonnés d'un nombre inhabituel de survols.

L'ACIPA souhaite que les codes de bonne conduite et environnementaux locaux soient toujours respectés. Elle rappelle que les avions sont moins nombreux et moins bruyants qu'il y a dix ans ; si le trafic venait à augmenter fortement dans les décennies à venir, la solution d'une réorientation de la piste existe et il est déplorable qu'aucune étude technique sérieuse n'ait été réalisée à ce sujet.

L'ACIPA rappelle que le projet de Notre-Dame des Landes fait partie des grands projets inutiles de ce XXIe siècle car Nantes Atlantique peut aisément répondre aux besoins, que l'étude économique qui a servi de base à la Déclaration d'Utilité Publique de 2008 a été faussée et que ce projet est à contre-courant des enjeux sociaux, financiers, économiques et énergétiques de ce siècle.

(1)France Bleu Loire Océan du 9 janvier 2012 et Ouest France du 10 janvier 2012


Contact presse : Dominique Fresneau : 06 71 00 73 69

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1245 lectures.
Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le projet d'Aéroport de Notre Dame des Landes Association luttant contre la création d'un autre aéroport à Nantes (Loire Atlantique) Sur les communes de Notre Dame des Landes, Grandchamp des Fontaines, Vigneux de Bretagne et Treillières
Vos 2 commentaires
COURAUD Stéphane
2012-02-21 16:19:25
PITOYABLE LE GARS DE L\'UDB LA ! C\'EST PAS COMME CA QU\'IL VA GAGNER DES ADHERENTS CE PARTI !
(0) 
Yves Bourriaud
2012-03-04 20:39:00
Totalement Schizophrène et parano ce militant de "UDB, l'aéroport de Notre Dame des Landes n'a pas lieu d'y être.
D'abord,il y a la situation géographique pour rassembler plusieurs aéroports en un (Angers et Rennes pas assez rentables à leurs yeux) et supprimer des centaines d'emplois. On le voie actuellement comme exemple, rassembler les hôpitaux en un seul (ex: La Cité sanitaire de Saint-Nazaire qui réunie privé/public pour le pognon) avec la supression des fonctionnaires surtout hospitaliers alors qu'il n'y a pas lieu puisque nous sommes de plus en plus nombreux sur la terre et qu'il y aura de plus en plus de besoins de se soigner. Pour l'aéroport, il suffisait de dévier de quelques degrés la piste actuelle; cela fait plus de vingt ans que ce projet existe et contre toute attente, on prévoit un grand aéroport, on dévie les avions à survoler le centre de Nantes même en provenance du sud,on fait croire qu'il y a de plus en plus d'avions,plus de passagers pour faire imposer ce nouvel aéroport au détriment de l'agriculture,l'environnement, des nuisances et des catastrophes et malgré tout on continuera à construire à proximité. C'est pûrement politique et financier, c'est inacceptable de dépenser inutilement nos impôts locaux. Qu'est-ce que nous mangerons demain à cette allure ?
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 5 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.