Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
Risques de panne électrique : la Bretagne est-elle coupable ?
C'est devenu une habitude hivernale : pointer du doigt l'insuffisante production électrique de la Bretagne, agiter le grelot du risque de panne, et souligner avec des airs entendus que son refus des centrales nucléaires ne l'empêche pas de consommer l'électricité nucléaire des autres... À propos des "insuffisances" de la Bretagne, qui ne produirait que 8 % de l'électricité qu'elle consomme, observons que les chiffres cités pour la "Bretagne" concernent la seule Bretagne résiduelle (c'est-à-dire sans la Loire-Atlantique)
Mona Bras pour UDB le 4/12/10 3:15

C'est devenu une habitude hivernale : pointer du doigt l'insuffisante production électrique de la Bretagne, agiter le grelot du risque de panne, et souligner avec des airs entendus que son refus des centrales nucléaires ne l'empêche pas de consommer l'électricité nucléaire des autres...


Passons sur les capacités de décision prétendument dévolues à la Bretagne. La France suréquipée qui, selon le dossier de presse du Réseau de Transport d'Électricité (RTE), a produit 549 milliards de kilowatts-heures en 2008, et n'en a consommé que 486, n'aurait pas dû devoir importer les 46,6 milliards de kwh qui lui ont manqué pour passer l'hiver ! Des kwh mendiés par la France qui lui coûtent beaucoup plus cher que ceux qu'elle vend le reste de l'année. Les choix français du tout-nucléaire et du chauffage électrique - intimement liés - ont conduit à cette situation. La Bretagne n'en est pas responsable.


À propos des "insuffisances" de la Bretagne, qui ne produirait que 8 % de l'électricité qu'elle consomme, observons que les chiffres cités pour la "Bretagne" concernent la seule Bretagne résiduelle (c'est-à-dire sans la Loire-Atlantique). Or, de l'aveu même des commentateurs publics inspirés par EDF, 30 % de la consommation de cette Bretagne-là est fournie par la centrale électrique de… Cordemais en Loire-Atlantique ! Ce qui porte déjà la part produite à 38 % de la consommation considérée. En tenant compte de la production de Cordemais consommée en Loire-Atlantique, on reste loin des "insuffisances" annoncées.


Alors que l'Île de France ne produit effectivement que 8 % de l'énergie qu'elle consomme, vous ne lirez jamais une ligne pas plus que vous ne visionnerez 10 secondes de reportage pour en informer le public. Et vous pouvez toujours chercher à vous renseigner sur les projets d'implantation de centrales électriques dans la région "capitale", ce n'est pas à l'ordre du jour, c'est tout juste bon chez les ploucs.


Ces quelques précisions apportent un éclairage indispensable sur le caractère de la campagne intéressée que nous subissons. En toute hypothèse, nous n'avons pas à être désignés comme bouc émissaire par les responsables des choix qui sont réellement en cause. D'autant qu'il existe des solutions alternatives.



Ainsi, sachant que le chauffage électrique d'une maison fait appel à une dizaine de kilowatts en moyenne lorsqu'il fonctionne à pleine puissance par grand froid, il suffirait de convertir 40 à 50.000 des chauffages électriques de ces maisons pour "effacer" les 400 mégawatts qui manquent en heure de pointe. Et sachant qu'environ 500.000 ménages bretons sont actuellement équipés en chauffages électriques, il suffirait seulement que 10 % d'entre eux changent de mode de chauffage... quitte à aider ces ménages à hauteur de 40 à 50 % de leurs investissements. Cela coûterait ainsi deux fois moins cher que la construction d'une centrale gaz de 400 mégawatts. Le tout-électrique n'est plus de saison ! Une calorie issue d'une électricité produite à partir du gaz naturel (cf le projet de centrale de Guipavas) coûte, à la production, 2,5 fois plus cher qu'une calorie produite par la combustion directe du gaz !


Il faudrait exposer les données du problème et les solutions alternatives auprès des plombiers chauffagistes, dans les Chambres des métiers et dans les six Centres de Formation des Apprentis des métiers du bâtiment de Bretagne afin de contrer cette propagande. Le secteur du bâtiment en Région Bretagne a perdu 5.000 emplois en 2009 et devrait en perdre encore 2.500 en 2010, d'après le président régional de la Fédération du bâtiment, M. Yves Le Normand. 90 entreprises bretonnes ont mis la clé sous la porte. Alors qu'attendent donc l'État mais aussi l'exécutif du Conseil régional pour lancer dès maintenant un grand chantier régional en faveur des économies d'électricité ?


C'est en effet le rôle de la Région puisqu'elle est en charge de l'apprentissage, dont celui des métiers du bâtiment. Il serait également opportun de faire un autre geste à destination des professionnels du bâtiment en concentrant l'aide de la Région sur les travaux de conversion vers des modes de chauffage plus économes et renouvelables plutôt que de participer au financement d'une centrale électrique à gaz inutile et contraire aux ambitions d'une industrie bretonne des énergies marines.


Nous n'avons pas besoin de plus d'électricité, nous devrons de toute façon en consommer moins à l'avenir, mais plus intelligemment. C'est à cette condition que la Bretagne, aujourd'hui victime des choix de l'État et de l'industrie nucléaire de l'électricité, pourra prétendre imiter le modèle écossais (réduction de 42 % des émissions de gaz à effet de serre entre 1990 et 2020). D'autant que les conclusions du Sommet des négociations sur le climat de Cancun insistent – tant pour atteindre les objectifs du Millénaire que pour limiter sérieusement les émissions de gaz à effet de serre – sur le fait que les collectivités villes et Régions sont le bon niveau pour réaliser des plans d'actions intégrés : entre autres la qualité de construction et les économies d'énergie dans les bâtiments, ainsi que le développement des énergies renouvelables.


Pour l'Union démocratique bretonne, la porte-parole Mona Bras

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1574 lectures.
Vos 4 commentaires
Emmanuel Grenier Le Lundi 6 décembre 2010 13:30
Merci à l'auteur de nous rappeler le déséquilibre de traitement médiatique entre IDF et Bretagne. Effectivement, je n’ai jamais lu une ligne pour se plaindre du fait que l’Ile de France ne produise que 8% de l’électricité qu’elle consomme…
Pour le reste, je suis plus nuancé. Ainsi, je pense que faire référence au « modèle écossais » est plus que douteux. L’UDB présente comme un fait acquis la diminution de 42% des GES en 2020. Mais ce n’est qu’un objectif fixé par une loi (Climate Change Act) !
En réalité, l’évolution des émissions de l'Ecosse peut difficilement mener à la considérer comme un modèle : entre 1992 et 2006, ces émissions ont régulièrement augmenté (au total, de 10,4 millions de tonnes équivalent CO2)
Les émissions per capita ont suivi une évolution similaire, passant de 14,7 à 16,7 tonne CO2equ/hab entre 1992 et 2006. C’est certes mieux que les 55,5 du Quatar (l’idole des marchés financiers et des « bling bling » de tous les pays) ou que les 23,5 des USA.
Mais c’est tout de même beaucoup par rapport à la moyenne européenne (10,6), à la moyenne pour le Royaume-Uni (10,6 aussi). Ou surtout par rapport aux 8,8 français ou aux 7,4 suédois.
Alors certes, les émissions écossaises ont chuté de façon spectaculaire avec la crise : -20% en trois ans. Mais ce n'est qu'un effet conjoncturel, pas un modèle à suivre ! Je rappelle au passage que la France a déjà réussi à diviser ses émissions par 4. Mais c'était entre 1939 et 1945, avec l'austérité et la désindustrialisation imposées par les troupes d'occupation !
Sources : http://scotland.gov.uk/Publications/2009/10/28101012/3
Dans le secteur électrique écossais, les émissions ont augmenté de 20% sur la période 1990-2006, principalement du fait de la mise en ligne de nouvelles centrales au gaz. Ironiquement, l'UDB antinucléaire présente comme modèle une région où le nucléaire représente tout de même plus du tiers de la production !
Source : http://www.airquality.co.uk/reports/empire/aeat/ghg_main_98.pdf
(0) 

Bernard Durand Le Lundi 6 décembre 2010 16:10
Je trouve très comique de vouloir imputer à la politique nucléaire de la France les difficultés actuelles de la Bretagne. Cette politique nucléaire prévoyait l'installation à Plogoff d'une centrale nucléaire en bord de mer,occupant, ce qui n'est pas le cas des éoliennes, très peu de place et peu visible dans le paysage parce qu'il n'y aurait pas eu besoin d'aéroréfrigérants. La consommation électrique annuelle de la Bretagne est de l'ordre de 20 TWh, soit environ la production annuelle d'une centrale de 2 réacteurs modernes tels que ceux de la centrale de Civaux dans la Vienne!Il n'y aurait donc à l'heure actuelle aucun problème en Bretagne si cette politique avait pu être appliquée.
Vouloir ensuite rendre responsable de l'essentiel des difficultés le chauffage électrique, qui est aussi un choix( rien n'empêchait les Bretons engagés de choisir de se chauffer au bois!)et proposer de le remplacer par du gaz est également du plus haut comique. Tout d'abord le compte n'y est pas, cela tout au plus ferait baisser la consommation d'hiver de 20%, et la consommation annuelle de 10%. Or il manque 92% . Ensuite proposer de le remplacer par du chauffage au gaz est absurde pour une associaion qui, je suppose, souhaite diminuer l'effet de serre.Car le gaz, non seulement produit à la combustion du gaz carbonique, mais aussi est responsable de fuites de méthane qui ont un pouvoir de réchauffement à 100 ans 21 fois supérieur à celui du gaz carbonique; il en résulte que le chauffage au gaz, même avec les meilleures chaudières, émet en EQUIVALENT CO2 environ 400 g par kWh. Le gaz présente aussi des dangers non négligeables d'explosion, en témoignent les innombrables accidents qui ont lieu en France, dont certains mortels ( cf Mulhouse). Et il n'est guère durable! il y aura des difficultés sérieuses d'approvisionnement d'ici une dizaine d'années d'ici, qui iront en s'aggravant!
Utiliser la centrale de Cordemais pour augmenter artificiellement la production locale d'électricité est aussi pour le moins curieux.De plus cette centrale utilise du fuel et du charbon, et est une source importante de pollution locale.
Les Bretons devraient enfin se rendre compte qu'ils ne seraient pas ainsi en difficulté s'ils avaient accepté le nucléaire. Certains sont peut-être d'ailleurs de cet avis (la majorité silencieuse?)

(0) 

Guyonvarc'h Christian Le Mercredi 8 décembre 2010 11:43

Monsieur Grenier, vous imputez au gouvernement SNP (Scottish national party) d'Alex Salmond des décisions (construction de la centrale nucléaire de Sellafield, construction de centrales électriques au gaz) qui ont été prises par les gouvernements centraux britanniques conservateurs ou labour des années 70 à 90. A l'époque il n'y avait ni parlement écossais, ni gouvernement écossais, ni lois écossaises, ni budget écossais.
Par ailleurs le bilan carbone effectivement élevé des Ecossais s'explique par l'importance de l'industrie d'extraction pétrolière et gazière offshore en Mer du Nord.
Il ne s'agit pas d'idéaliser ce qui se passe en Ecosse mais ce qui est remarquable dans la démarche écossaise c'est deux choses:
1) l'engagement concret dans la construction d'une industrie des énergies marines afin qu'elles se substituent progressivement aux énergies fossiles,
2) une démarche de transparence et de pédagogie au niveau budgétaire, en ayant décidé de comptabiliser les budgets publics en équivalent CO². D'ailleurs, après que j'eus proposé au Conseil régional de Bretagne d'en faire de même en 2009, JY Le Drian a repris l'idée dans son programme électoral en 2010.
(0) 

Guyonvarc'h Christian Le Jeudi 9 décembre 2010 07:11

Monsieur Durand est favorable au nucléaire, ce qui est son droit. L'UDB y est opposée et elle l'assume.
Au-delà des considérations environnementales et de sécurité (Tchernobyl est tout de même à l'origine de la plus grande catastrophe énergétique de tous les temps... et des milliers d'Ukrainiens et de Biélorusses continuent à la subir dans leur chair (1), sur un strict plan économique je rappellerai simplement que le coût faramineux du stockage des déchets radioactifs et du démantèlement des centrales obsolètes n'est jamais pris en compte quand il s'agit d'évaluer la pertinence du nucléaire civil.
Or le coût du démantèlement de la "mini-centrale" de Brennilis, démantèlement toujours inachevé 25 ans après la fin d'activité, est évalué par la Cour des Comptes (des gens sérieux n'est-ce pas?) à 482 millions €, soit la moitié du budget de la Région Bretagne.
Le coût du démantèlement des 58 réacteurs nucléaires existants en France est évalué à 65 milliards €.

Quant à la comparaison entre le coût du gaz et celui de l'électricité issue de la combustion du gaz (comme il est prévu avec le projet de centrale électrique à gaz de Guipavas), je souligne que l'association Negawatt, qui regroupe 350 professionnels français du secteur de l'énergie, a calculé que la production d'une calorie à partir d'une centrale électrique à gaz coûte de 2 à 2,5 fois plus cher qu'une calorie issue de la combustion directe du gaz. Donc, oui, à défaut d'énergies renouvelables locales, le chauffage au gaz naturel est économiquement et écologiquement parlant la moins mauvaise des solutions.
(1) Je sais, c'était une technologie soviétique mais c'est également cette technologie qui a envoyé les premiers hommes dans l'espace.
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 1 multiplié par 9) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons