-- Histoire de Bretagne --

Si Eisenstein avait filmé les Princes Maudits de Bretagne, ou notre Histoire facile à comprendre, grâce à Étienne Gasche

Étienne Gasche, ici en conférence à Vannes, en 2014
Étienne Gasche, ici en conférence à Vannes, en 2014

La quasi-totalité des Princes qui nous ont gouvernés ont subi la Malédiction. A partir de ce constat simple, l'érudit Étienne Gasche nous livre l'Histoire de Bretagne avec les yeux – la caméra, plutôt – de Sergueï Eisenstein, lequel débat, Hé oui !, avec Saint-Corentin afin de choisir les meilleurs plans, les meilleures scènes.

45112_2.jpgUne du livre "Les Princes Maudits de Bretagne", É. Gasche, éd. Coop Breizh, mai 2017, 392 p.

Saint-Corentin l'a choisi, et l'a donc ressuscité pour ce voyage à travers le temps, car il attend de lui «non pas un film, mais un chef d’œuvre». Les dialogues entre ces deux protagonistes, d'apparence si différents, l'un très catholique, l'autre sûrement très proche au début d'idées léninistes, voir son fameux Le Cuirassé Potemkine, avant d'être voué aux gémonies staliniennes, entre autres suite à sa caricature discrète des tyrans dans Alexandre Nevski (film). Gasche prend position sans ambiguïté contre les heures sombres du catholicisme, telles celles des Croisades, et bien entendu ne cache pas ses idées anti-staliniennes. Par ailleurs, il sait se moquer très gentiment de Jésus et de Marie-Madeleine, Mado lui va mieux.

Après Shakespeare, Eisenstein

Après son inoubliable Tragédie de Anne de Bretagne, où l'on voit les réflexions du meilleur des tragédiens britanniques :William Shakespeare (voir ABP 38495), Étienne Gasche frappe encore un grand coup faisant intervenir Saint-Corentin et Sergueï Mikaïlovitch Eisenstein pour cette description chronologique, mais ô combien vivante, de la malédiction subie par quasiment tous les princes de Bretagne.

Le livre, entrecoupé de schémas généalogiques précieux, est par ailleurs alerte, grâce à l'humour et au plaisir non dissimulé de l'auteur, s'amusant des anachronismes, des bons mots («l'amour, le sexe, le missel et l'eau bénite n'ont jamais fait bon ménage», des situations, n'hésitant pas à faire intervenir Jésus ou Le Très-haut. Le Malin, sous toutes ses représentations : Satan, Lucifer..., est par ailleurs peut-être le personnage principal, au moins le fil rouge de la narration, faisant en sorte que la Malédiction s'abatte.

Nous comprenons vraiment mieux l'Histoire, ainsi présentée.

Bien entendu, l'ouvrage est documenté, et cet excellent biographe, professeur d'Histoire en retraite, ne rigole pas avec la réalité. Il fait d'ailleurs appel à Korentin Skrivaner, Istor Rouaned Breizh - Korentin Skrivaner, histoire des rois de Bretagne, une de ces œuvres hélas épuisée, couvrant la période du Haut-Moyen-âge, ou à Jean-Christophe Cassard (voir ABP 33283) et (voir ABP 28831), grand Historien, dont on sent le respect qu'il inspira à l'auteur.

Interview d'Étienne Gasche

[Agence Bretagne Presse] : Quel a été le déclencheur, l'idée, qui vous a incité à présenter ainsi l'Histoire ?

[Étienne Gasche] : Les Rois maudits de Maurice Druon a été le déclencheur quant au nom. Oui, la malédiction s'est bien abattue en permanence sur les Princes de Bretagne. Ancien photographe en noir et blanc, j'avais l'intention de présenter l'Histoire comme un film en noir et blanc, la noirceur et la blancheur du Moyen-Âge. La blancheur d'Arthur, et la noirceur de la Mort. Après Shakespeare pour la Tragédie de la duchesse Anne, je me suis tout naturellement tourné vers Eisenstein. Mais il s'agit ici d'un grand travail de recherche. Cette noirceur, cette blancheur, on la retrouve dans les films d'Eisenstein, dans ses plans, dans ses prises de vue.

[ABP] : Quelques mots sur la vie d'Eisenstein ?

[EG] : Eisenstein est un fils d'intellectuel, brillant. Au-delà de l'Histoire de Bretagne, je souhaitais mettre en valeur la vie d'un artiste dans une dictature. Trop connu pour être assassiné, il est intouchable, Staline pensait au contraire l'utiliser. Proche du peuple, voir Le Cuirassé Potemkine, il souffrira du poids de la dictature.

[ABP] : Quelle différence avec Soljenitsine ?

[EG] : Sa notoriété initiale, car il était là avant l'arrivée de Staline.

[ABP] : Puisque la religion est omniprésente dans votre roman, avec une certaine dérision, comment vous définiriez-vous vis-à-vis d'elle ?

[EG] : Je suis agnostique. Je sais que je ne sais pas. Je ne suis sûrement pas mécréant, ni athée.

[ABP] : On sent de la tendresse dans le personnage de Saint-Corentin que vous dépeignez si bien.

[EG] : Saint-Co, je l'aime bien. D'ailleurs, j'aime bien tous ces saints de Bretagne. Ce sont des saints du peuple. Et Saint-Corentin, c'est Kemper, sa Cathédrale. J'adore Kemper. Vous savez, un de mes grands amis était de cette ville : Martial Ménard (voir ABP 40875). (Il traduisit d'ailleurs en breton différentes œuvres de Étienne Gasche) ndlr.

[ABP] : Vous faites également souvent référence à Jean-Christophe Cassard.

[EG] : Jean-Christophe Cassard fut sûrement le meilleur médiéviste qu'il soit. Il fallait avoir un sacré culot, à l'époque, pour faire sa thèse sur «Les Bretons de Nominoë».

La Bretagne, c'est un lieu de vie, qui vit avec les autres

[ABP] : Vous invitez des sherpas dans votre roman, et ils sont toujours présents, courageux dans l'effort.

[EG] : Je ne souhaite pas que les gens se renferment sur leurs inquiétudes. Je souhaite vraiment une ouverture. C'est pour ça que j'ai mis des sherpas. Je les avais vus à l’œuvre dans leur milieu, en 1972, avancer en colonne avec leur chargée. Ils représentent le courage, l'abnégation. Et ils sont indispensables. Ça m'a permis aussi de mettre dans ce livre des bouddhistes. Il y a aussi d'ailleurs des juifs, des musulmans. Je ne veux surtout pas être coincé dans ma Bretagne. Je veux être ouvert. D'où le final (en apothéose, ndlr). Un Breton peut s'épanouir en sortant de sa Bretagne, mais ça n'empêche pas d'avoir des racines.

La Bretagne, c'est un lieu de vie, qui vit avec les autres. N'oublions pas que Anne de Bretagne avait aussi du sang non breton dans ses veines. Mon idée est de faire de la pédagogie sur l'Histoire de la Bretagne. Dans l'Histoire enseignée, il n'y a que Jeanne d'Arc. N'oublions pas qu'il y a eu Anne de Bretagne, Nominoë. L'essentiel est que l'on puisse se tolérer, échanger.

Tous les travaux doivent être ramenés à l'échelle de la Bretagne, aux cinq départements

[ABP] : L'avenir de la Bretagne ?

[EG] : Je ne suis pas politique. Ou alors, tout est politique. Mon but est de faire connaître l'Histoire, ensuite, ce sont les gens qui décident comment ils vont vivre. Le monde va de toutes façons vers autre chose. Je suis sûr que dans un siècle, les frontières seront différentes. Tous les travaux, doivent être ramenés à l'échelle de la Bretagne, aux cinq départements. Il ne faut surtout pas s'arrêter au découpage administratif.

[ABP] : Revenons à Eisenstein. Pourquoi ne pas avoir choisi Charlie Chaplin ?

[EG] : J'aurais pu faire le choix de Charlot. Hélas, il a trop laissé en souvenir le côté burlesque du personnage, bien que Le Dictateur, il fallait vraiment le faire, même aux États-Unis, Les Temps modernes (film) aussi.

Eisenstein a laissé une autre image, de sérieux. Il fut contemporain du dernier star de Russie, son œuvre en est nourrie.

Savoir d'où l'on vient

[ABP] : En conclusion ?

[EG] : Pour moi, le devoir de mémoire ne veut rien dire. Le devoir que l'on a, c'est celui d'instruire nos enfants, pour qu'ils connaissent leur Histoire. Le monde de demain ne se fera qu'avec des gens qui savent d'où ils viennent, pour savoir où ils vont.

Note :

É. Gasche, Les Princes Maudits de Bretagne, éd. Coop Breizh, Spezet, mai 2017, 392 p.

Voir aussi :

mailbox imprimer

Vos commentaires :

Écrire un commentaire :

Combien font 6 multiplié par 9 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées.

Publicités et partenariat