Poutine Une défaite historique La retraite de l’armée russe de Kherson, ville de deux cent mill
Communiqué de presse de François Alfonsi

Publié le 21/11/22 17:07 -- mis à jour le 21/11/22 21:40

La retraite de l’armée russe de Kherson, ville de deux cent mille habitants, capitale d’un oblast (région) d’Ukraine, principale conquête de l’armée russe durant les premiers jours de l’invasion lancée en février dernier, sera assurément une date historique. Elle le sera pour l’Ukraine, pour l’Europe et, a contrario, pour la Russie. Certes, la guerre n’est pas finie, et elle durera encore des mois. L’Ukraine voudra retrouver la totalité de son intégrité territoriale. Pour les territoires occupés depuis février dernier, l’objectif est désormais envisageable. Pour ceux qui ont été annexés il y a huit ans, la Crimée et le Donbass, il est plus difficile à envisager tant l’implantation russe y revêt un caractère stratégique, particulièrement en Crimée qui abrite l’essentiel de la marine russe en Mer Noire. Pour le Donbass, tout dépendra de la dynamique guerrière désormais favorable à l’Ukraine, et de l’attitude des populations qui y vivent, russophones et sous influence de Moscou depuis plusieurs années. Quels enseignements retirer de cette retraite de Kherson, après les défaites enregistrées autour de Kyiv (mai), puis de Kharkiv (septembre) ? L’armée russe, pourtant surpuissante et surarmée, est désormais en situation inférieure face à l’armée ukrainienne, pourtant modeste, mais largement soutenue par l’appui logistique (renseignements, lutte contre les cyberattaques, aide économique directe) et en armements sophistiqués par les Etats Unis et leurs alliés européens et britanniques.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous !

L’objectif de Poutine était de vassaliser l’ensemble de l’Ukraine. Sa première défaite lors de l’offensive vers Kyiv a ruiné cette ambition, car la résistance inattendue menée par le Président ukrainien Zelinsky et son armée a sauvé l’Ukraine et sa capitale d’une occupation qui aurait remis en cause son existence même. Puis, après l’été, la reprise de la région de Kharkiv a validé la stratégie menée par les USA pour contrer les prétentions de Vladimir

Poutine : en armant de façon moderne et performante l’armée ukrainienne, elle a été capable de défaire l’armée russe lors des batailles d’artillerie sur le terrain. Cette stratégie vient de confirmer son efficacité à Kherson, l’armée russe préférant replier ses troupes d’occupation plutôt que de devoir faire face à une nouvelle défaite, avec de nombreuses pertes en hommes comme en matériels qui renforcent ensuite, comme à Kharkiv, l’arsenal à disposition des Ukrainiens. La retraite de Kherson sonne comme un aveu d’impuissance de l’armée russe face à la coalition Ukraine/USA/Europe constituée dans l’urgence créée par l’offensive surprise de Vladimir Poutine. Cela aura bien sûr des répercussions considérables. Première conséquence : la Moldavie échappe à l’invasion à laquelle elle était promise dans la suite de l’Ukraine, avec la circonstance difficile d’une partie de son territoire, la Transnitrie, déjà sous contrôle de paramilitaires russes dont l’implantation dans le territoire est un héritage de l’ancienne Union Soviétique. L’armée de ces supplétifs de Moscou était programmée pour marcher sur Odessa et assurer la domination russe sur toute la Mer Noire. Ce plan est désormais devenu obsolète.

Deuxième conséquence : l’adhésion de l’Ukraine et de la Moldavie à l’Union Européenne est désormais promise aux gouvernements de ces pays, alors que jusqu’à présent la crainte d’une réaction militaire de la Russie avait gelé tout projet en ce sens.

Troisième conséquence : les projets de la Chine contre Taïwan sont fragilisés dans la mesure où il est avéré désormais qu’une armée de résistance, opérant sur son territoire et soutenue comme l’a été l’armée ukrainienne par les USA et leurs alliés, peut défaire les plus grandes puissances militaires adverses. Ces constats désormais validés dans les faits risquent de reconfigurer favorablement un monde qui, en ce début d’année 2022, avait basculé soudainement à nouveau dans la

guerre !

Ce communiqué est paru sur François Alfonsi

Voir aussi :

1  0  
mailbox
imprimer
logo
Membre de Femu a Corsica et préside depuis 2014 l'Alliance libre européenne (ALE). Élu une première fois député européen le 7 juin 2009, Il est de nouveau élu député européen le 26 mai 2019, sur la liste Europe Écologie Les Verts.
Vos 2 commentaires
  Penn Kaled
  le Lundi 21 novembre 2022 19:04
Comme on dit il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué .Je trouve que vous êtes un peu trop optimiste quand à une victoire de l'Ukraine .Au moment ou vous soulignez la victoire de Kerhson ,cette ville subit les bombardements russes .L'Ukraine est pratiquement paralysée du fait que son réseau électrique ne fonctionne plus ,combien de temps la population va supporter , vu le froid ,l'accès à l'eau conditionné en partie par l'électricité nécessaire au pompage ??? Concernant Taïwan là aussi vous vous trompez étant donné que l'Europe et les USA sont à genoux devant Xi Jinping ,nouveau Dieu vivant ! pour le supplier d'intercéder auprès de Poutine pour mettre fin au conflit .Je suppose qu'il doit jubiler vu que justement les (démocraties ) occidentales sont bien naïves à son égard alors que dans le domaine du respect de la vie humaine le pouvoir chinois n'a rien à envier à celui du Kremlin ,Cette menace chinoise est bien plus dangereuse pour le monde que celle de la Russie ,sans compter qu'elle peut à tout moment lâcher son chien berger Corée du nord .Tout comme Erdogan qui lui aussi fait semblant de jouer les bons offices ,et bénéficie de l'impunité pour oppresser les pauvres Kurdes abandonnés par l'occident alors que c'est beaucoup grâce à eux que l'état islamique à été neutralisé du moins pour temps .
(1) 
  Alain E. VALLÉE
  le Mercredi 23 novembre 2022 11:08
"l’armée russe préférant replier ses troupes d’occupation plutôt que de devoir faire face à une nouvelle défaite,"
N'aurait-elle pas offert une pseudo facile opportunité à l'Ukraine ?
En effet, pour l'admirable et glorieuse Ukraine, libérer Kherson était une reconquête à fort pouvoir symbolique, militaire et politique.
Mais ainsi libérer Kherson n'était-ce pas entrer dans le jeu certainement pervers de la Russie ?
N'aurait-il pas été beaucoup plus stratégiquement efficace de foncer sur Metilopol et même Mariupol , il y a un mois non défendus par des fortifications, pour retrouver un accès à la Mer internationale d'Azov avec un double intérêt : d'une part, en prenant à revers les lignes de défenses en construction tant au Dombass que devant Kherson sur la rive orientale du Dniepr, et, d'autre part, en perturbant encore plus le ravitaillement de la Crimée ?
Il ne s'agit surtout pas d'oser donner une leçon aux stratèges Ukrainiens que l'on suppose informés et conseillés par les Alliés. Mais de froidement poser de difficiles questions.
La grande et belle victoire que constitue la libération de Kherson évacuée par l'armée russe peut aussi apparaître telle un piège offert à l'Ukraine juste avant l'hiver et la probable reconstitution de l'armée de prédation russe. Alors que la libération de Metilopol et même de Mariupol signifiait l'échec total de la barbare agression poutinienne, de son idéologie, et l'écroulement probable du régime russe.
AV
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 0 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.