Leaders catalans en prison : retour de boomerang pour l’Europe !

-- --

Communiqué de presse de Le blog de François Alfonsi
Porte-parole:

Publié le 10/02/21 9:39 -- mis à jour le 10/02/21 20:31

La semaine diplomatique a été marquée par la rencontre entre le ministre russe des Affaires étrangères, Serguei Lavrov, et le Haut Représentant de l’Union Européenne aux Affaires Extérieures, Josep Borrell, qui est un catalan, mais totalement rallié aux thèses espagnolistes à la manière d’un Charles Pasqua. L’Europe voulait brandir son soutien à l’opposant russe Navalny, victime d’une tentative de meurtre par empoisonnement par les services secrets, puis embastillé par la dictature de Vladimir Poutine. La Russie a pu lui répliquer en dénonçant le sort fait par l’Espagne aux Catalans : juste retour des choses, et illustration de l’affaiblissement de l’autorité diplomatique européenne en raison de la dérive anti-démocratique de l’Etat espagnol en Catalogne.

La scène s’est déroulée en direct lors de la conférence de presse officielle organisée à l’issue de la rencontre. Devant les journalistes russes et européens, Josep Borrell a rappelé la condamnation européenne de la tentative d’assassinat et de l’emprisonnement de l’opposant russe le plus emblématique. Sergueï Lavrov lui a alors répondu « en blâmant l’emprisonnement des prisonniers politiques catalans par l’Espagne ». Le ministre russe a déclaré que la Belgique et l'Allemagne avaient contredit les tribunaux espagnols dans l'affaire du 1er octobre 2017 : « Vous remettez en question les décisions de notre système judiciaire", a pointé Lavrov lors de la conférence de presse conjointe avec Borrell, "alors que vous appliquez au sein de l’UE deux poids deux mesures », en jetant l’opprobre sur la Hongrie et la Pologne et en tolérant l’Espagne.

Cette passe d’armes diplomatique n’enlève rien aux atteintes intolérables de la Russie aux principes démocratiques et aux droits de l’Homme, ni au soutien que l’Europe doit à Alexei Navalny. Mais elle en dit long sur le boulet qu’est devenue l’Espagne pour la crédibilité de la diplomatie européenne !

Mais il n’y a pas qu’en Russie que l’affaire catalane est montrée du doigt. Mardi 2 février, au Parlement belge, le Premier ministre, le libéral Alexander De Croo, a comparé l'Espagne pour la première fois à la Hongrie et à la Pologne en réponse au député Sander Loones qui l'avait interrogé sur les décisions de justice belges qui refusaient les euro-ordres de l’État espagnol contre les exilés au motif qu’un procès équitable n'est pas possible en Espagne si l’on était un militant indépendantiste. « Notre gouvernement croit en une forte application de l'État de droit dans tous les États membres, tant en Pologne qu'en Hongrie et en Espagne. Chacun doit respecter les valeurs européennes fondamentales en tant qu'État de droit », a-t-il déclaré. C’est la première fois qu’un premier ministre en activité affronte l’omerta des États européens face à la crise catalane.

Dans le dossier catalan l’Europe joue le jeu de l’Espagne, malgré l’opposition de plusieurs institutions démocratiques qui ont contredit ce choix. Ainsi, l’entrée de Carles Puigdemont au sein du Parlement Européen grâce à la décision de la Cour de Justice de l’Union Européenne a démenti le bien-fondé de l’acharnement judiciaire espagnol contre des hommes et femmes politiques au comportement démocratique irréprochable. Mais cette « omerta » européenne au profit de l’Etat espagnol, voulue et appliquée à la demande du Conseil, relayée au Parlement Européen par « l’Union sacrée » de la plupart des députés espagnols, commence à se fissurer sérieusement. Car elle affaiblit l’Union Européenne dans ce qui est sa principale force : sa crédibilité démocratique.

Pour les Catalans, qui éliront dimanche leurs députés à la Generalitat, la donne politique est en train d’évoluer à la lumière de ces évolutions politiques et diplomatiques européennes. Mais la victoire électorale devra être au rendez-vous des urnes. Ce n’est qu’en reconduisant une majorité indépendantiste parmi les députés que l’indépendantisme catalan consolidera sa crédibilité comme représentant légitime du peuple catalan. Et il faut maintenir ouverte la table de négociation malgré tout actée par le gouvernement Sanchez, « indispensable pour ouvrir les portes de la négociation internationale », comme l’explique très bien Oriol Junqueras dans une interview au quotidien El Punt/Avui dont Arritti publie les principaux extraits.

C’est le seul chemin pour l’avenir : tenir bon dans le combat démocratique, progresser dans les urnes, internationaliser les soutiens, et tendre la main au dialogue.

Ce qui vaut pour la Catalogne vaut aussi pour la Corse !

>Ce communiqué est paru sur Le blog de François Alfonsi

Voir aussi :
mailbox imprimer

Vos commentaires :

jakez Lheritier de St Nazer
Mercredi 10 février 2021

excellente prise de position.

Il faudrait associer à ces prises de positions :

la situation écossaise qui demande à adhérer à l'Union Européenne,et est bloquée par les anglais

et le refus de la France de réunifier la Bretagne pour la Loire Atlantique ,alors quelle a réunifié la Normandie,et refait la communauté d'Alsace.

L'Allemagne a bien aussi été réunifiée sans votes!

Organisons une action à Bruxelles, en Mai avant les élections régionales et départementales?

penn kaled
Mercredi 10 février 2021

Oui mais bien plus que n'importe quel pays d'Europe l'Angleterre respecte davantage le droit de ses minorités ,cela n'a pas toujours été le cas .Mais si la Bretagne pourrait avoir ne serait que le tiers de l'équivalent de l'autonomie écossaise ,ce serait déjà un progrès non négligeable .L'Irlande du nord a pu garder le libre échange avec l'union européenne ,à la limite l'Ecosse aurait pu revendiquer la même chose , tout en restant dans le Royaume uni .A partir du moment ou les autonomies renforcées sont respectées ,je ne vois pas la nécessité de mettre des frontières entre les peuples européens ,sinon l'on va à l'encontre de l'idéal fédéraliste ,évidemment je déplore le brexit

Kerbarh
Mercredi 10 février 2021

Les grands états nations se fissurent de toute part. Les pays ultra centralisés vont s’écrouler économiquement et sociologiquement comme l’URSS en 1991. Reste à savoir quand mais c’est inéluctable. Vive la nation européenne aux 100 drapeaux !!!

Killian Le Tréguer
Mercredi 10 février 2021

Je ne comprends pas le concept d'autonomie ou d'indépendance sans frontières, il faudra m'expliquer ? L'autonomie et l'indépendance posent comme principe de faire des normes, des lois, su un territoire défini et identifiable. C'est l'idée même de frontière, idée qui est souvent présentée comme archaique ou négative alors que c'est la première pierre de l'édifice civilisationnel.

J'ai parfois l'impression que l'idée bretonne, est juste de montrer son drapeau au voisin, comme on le ferait dans une kermesse ou à un match de foot.

Sinon les écossais ne sont pas bloqués par les anglais...ils ont voté contre leur indépendance à 55 %, puis ont votés pour que le Royaume-Uni (donc les anglais inclus) restent dans l'UE (à près de 60 % ce qui fait quand même 40 % qui ont votés pour quitter l'UE, on est pas si loin des 45 % qui ont votés pour quitter le Royaume-Uni ET l'UE 2 ans plus tôt).

Un peuple qui refuse par référendum son indépendance, référendum co-organisé avec le pays de départ, je n'appelle pas cela un peuple bloqué.

Rafig
Jeudi 11 février 2021

@Killian le Tréguer :

"Je ne comprends pas le concept d'autonomie ou d'indépendance sans frontières"

1 - Vous ne comprenez pas c'est parce que vous n'avez pas l'état d'esprit breton ;-).

2 - L'autonomie ou l'indépendance ce n'est pas du tout la même chose ! Prendre les 2 termes sans distinction c'est adopter le point de vue et les faux arguments des parisiens, République Française centralisée et anti-peuples de France.

Ce que veulent les bretons c'est préserver nos 2 langues locales encore parlées et la Réunification de la Bretagne avec ses 5 départements. Que l'État français et les français respectent la démocratie en respectant les bretons. A vous de vous informer.

Didier Lebars
Jeudi 11 février 2021

Il y a la grande idee interceltique et meme la liberation mondiale des peuples. Du point de vue culturel : magnifique; du point de vue diplomatique : un desastre.

L histoire des civilisations est faite d empires et d alliances, les petits pays se rallient toujours a un ensemble.

La Russie joue ce jeu logique pour affaiblir EU. M. Borrell n est qu une calamite bien commode.

Quant a l Ecosse : Auld Alliance. J en ai vu des ecussons "Ecosse" sur les voitures.

(voir le site)

La France appuie depuis toujours l Ecosse pour affaiblir le Royaume Uni. Les jacobins du Figaro sortent regulierement un article sur l Ecosse au bord de l independance. Si l Ecosse devenait independante, la France appuiera sa candidature EU; pour bons et loyaux services l Ecosse votera ce qu il convient au parlement EU. Raisonnement identique pour l Irelande.

En Bretagne, il restera les indignations et les manifestations pour les naifs.

L Angleterre est l allie geographique historique de la Bretagne. Quelques posts ici sont du meme avis.

Le Royaume Uni est une devolution, la France une centralisation - Go where you are treated best.

A. Gourvennec declarait etre plus proche de Londres que de Paris. Resultat : La Brittany Ferries. J ai toujours ete mieux traite en UK qu a Paris.

penn kaled
Jeudi 11 février 2021

Trugarez deoc'h Didier ar Bars memes menoziou meus ganeoc'h .

Killian Le Tréguer
Jeudi 11 février 2021

@ Rafig

Merci, mais je suis bien breton. Et quand bien même je ne le serais pas, il ne me semble pas que ce soit le débat.

"L'esprit breton", vous parlez sans doute du vôtre, le breton n'est pas l'Homme Bolchevik, il n'est pas un et indivisible non plus. Esprit es-tu là ? Si l'esprit breton est le vôtre, au vu de votre message il est bien condescendant !

Nous nous informons tous.

Vous rappelez la revendication B5, très bien donc c'était un peu le sujet des frontières. Si elles n'existaient pas, n'avaient pas des conséquences sur le REEL, elles nous importuneraient peu. Un drapeau par ci, par là, un livre d'Histoire nous suffiraient amplement.

L'autonomie et l'indépendance ce n'est pas exactement la même chose, mais l'on parle d'une question de degrés et je ne connais pas de territoire autonome qui ne soit pas traversé par une revendication d'indépendance.

Là n'était pas la question, dans les deux cas la notion de frontière est importante. En Bretagne certains font d'ailleurs du rattachement du 44 un préalable à absolument tout, ce qui me semble une grossière erreur stratégique..

penn kaled
Samedi 13 février 2021

Killian vous dites je ne connais pas de territoire autonome qui ne soit pas traversé par une revendication d'indépendance.,c'est vrai la plupart du temps ,il doit y avoir quelques exceptions à la règle à travers le monde .Cependant si l'on va dans le sens du fédéralisme européen pour les uns ,Europe des régions pour d'autres ,c'est le concept d'autonomie qui prévaut dans ce cas ,un peu comme aux USA ,en Suisse .Seulement les états nations cherchent toujours à grignoter les libertés qu'elles ont accordées auparavant à leurs provinces ,et celles ci font aussi parfois de la surenchère en revendiquant l'indépendance , on tourne en rond .Et comme la France craint par dessus tout la réémergence d'une nation sur son flanc ouest ,elle continuera à tout mettre en oeuvre pour abolir toute notion de Bretagne dans le sens politique du terme .Pourrions nous vu ce constat parvenir à un compromis qui serait une autonomie en abandonnant l'idée d'indépendance totale ,vu que à terme nous irions vers une Europe rénovée , fédérale incluant à nouveau l'ensemble des iles britanniques ???

Kerbarh
Dimanche 14 février 2021

Les grands états nations se fissurent de toute part. Les pays ultra centralisés vont s’écrouler économiquement et sociologiquement comme l’URSS en 1991. Reste à savoir quand mais c’est inéluctable. Vive la nation européenne aux 100 drapeaux !!!

penn kaled
Dimanche 14 février 2021

kerbarh ,cela fait bientôt cent ans que l'on entend ce genre de discours .Mais je crains fort que la Bretagne disparaisse politiquement avant que ce grand soir arrive .La solution pour le gouvernement va être assez simple pour pour payer la dette ,ruiner les épargnants de part une dévaluation ,voir un prélèvement direct sur les comptes vu que l'importance de l'épargne et des autres actifs dans l'hexagone .L'état français est très endetté mais pas plus que d'autres ,par exemple le Japon ,les USA .Une Europe à cent drapeaux serait t-elle gérable ?

ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 3 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.