Craquements nationalistes alors que l’échéance des 20 et 27 juin approche
Communiqué de presse de Le blog de François Alfonsi

Publié le 6/05/21 4:55 -- mis à jour le 06/05/21 15:39

Alors que l’échéance des 20 et 27 juin approche, on entend bien des craquements entre forces politiques nationalistes. Pè a Corsica, le rassemblement réalisé il y a six ans entre les deux tours entre Femu a Corsica, le pôle autonomiste alliant alors Inseme pè a Corsica, le PNC et Chjama Naziunale, et une partie du pôle indépendantiste, à travers Corsica Lìbera, n’existe plus au moment où se finalisent les démarches de constitution des listes. Trois listes sont désormais probables : Femu a Corsica, PNC et Corsica Lìbera partiront séparément. Core in Fronte, déjà resté en dehors de l’union en décembre 2014 puis en décembre 2017, fera lui aussi sa liste en juin 2021.

Mais il n’y a pas qu’en Corse que les forces politiques nationalistes, quand elles sont arrivées aux responsabilités institutionnelles, ne réussissent pas à se rassembler. Catalogne, Ecosse ou Pays Basque connaissent des situations comparables.

Le tic-tac du compte à rebours a commencé en Catalogne, deux mois et demi après le vote qui a renouvelé la Generalitat et donné un score historiquement haut aux indépendantistes divisés en quatre listes ; Esquerra Republicana di Catalunya, 21,30% des voix et 33 sièges, Junts pel Catalunya, 20,07% des voix et 32 sièges, CUP (Candidatura d’Unitat Popular) 6,68% des voix et 9 sièges, PdeCat (scission de Junts formée par des leaders de Convergencia, l’ancien parti de Jordi Pujol et Artur Mas, qui ont présidé la Catalogne de 1982 à 2014), 3,19% et aucun siège. Au total, 51,24% et 74 sièges, quand la majorité absolue est de 68 sièges. Cette victoire a été acquise il y a deux mois et demi déjà sans qu’un accord n’ait encore été trouvé pour former une majorité de gouvernement. ERC, arrivé en tête a obtenu de la CUP un accord pour gouverner avec leur appui, mais sans participation au gouvernement. Junts, le parti de Carles Puigdemont, et ERC, qui formaient le gouvernement sortant, n’ont pas encore trouvé de nouvel accord. S’ils ne le font pas avant le 14 mai qui s’approche, et qu’aucun gouvernement, même minoritaire mais suffisamment stable, ne peut se dégager, il faudra retourner aux urnes. Ce qui représenterait une prise de risque monumentale pour le mouvement indépendantiste catalan.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous !

En Ecosse, les électeurs se rendront aux urnes le 6 mai, à l’heure où cet article sortira en kiosque. En pleine campagne, alors que le Brexit refusé massivement par le peuple écossais donnait au SNP et à sa « prime minister » et présidente sortante Nicola Sturgeon une confortable avance dans les sondages, une scission est surgie des rangs même du parti nationaliste écossais. Son prédécesseur, Alex Salmond, au prestige considérable, a dû faire face à une campagne médiatique le mettant en cause pour harcèlement sexuel, accusation dont il est ressorti blanchi par la justice. Et son retour à la vie politique a consisté à créer un nouveau parti, Alba (nom gaélique de l’Ecosse), qui concurrence directement son ancien parti auquel il reproche de l’avoir abandonné face aux accusations infondées portées contre lui. Alba fera très probablement son entrée au Parlement d’Holyrood. L’allié traditionnel du SNP, le Scottish Green Party, lui aussi favorable à l’indépendance de l’Ecosse, progresse de son côté dans les intentions de vote. On va donc vers une majorité nationaliste qui pourrait être, en Ecosse aussi, absolue en sièges et en voix. Sous réserve de résorber rapidement les fractures survenues, car il faudra bien s’entendre pour peser assez fort et arracher un nouveau referendum d’autodétermination à Londres.

Au Pays basque, les élections ont eu lieu il y a moins d’un an et ont été triomphales pour le mouvement nationaliste. Le PNV est arrivé en tête (38,70% et 31 élus), devant EH Bildu (27,6% et 21 élus) ; soit au total 66,6% des voix et 52 sièges sur 75. Mais le PNV, fort de son avance, gouverne seul en majorité relative. Le poids nationaliste cumulé, plus fort que jamais, n’a toujours pas de traduction politique concrète au Pays basque.

Avec quatre listes séparées annoncées pour le premier tour du 20 juin prochain, le nationalisme corse ne fait donc pas exception en Europe. Notre difficulté est que le mode de scrutin ne laisse qu’une semaine, entre les deux tours, pour résorber les fractures que ces démarches séparées risquent de produire. Car il faudra préserver l’essentiel : la victoire au second tour de notre camp, celui de la marche du peuple corse vers une autonomie pleine et entière, contre celui du retour au droit commun hexagonal.

Au premier tour il faudra chercher à créer les conditions pour que le duel final entre les « champions » de chaque camp tourne à l’avantage de la Corse. Et pour cela apporter le meilleur score possible à Gilles Simeoni.

Ce communiqué est paru sur Le blog de François Alfonsi

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Vos 1 commentaires
  Michel bernard
  le Vendredi 7 mai 2021 11:41
Bonne analyse ,l'addition de partis divises ne fait pas une majorite ou alors une gouvernance cahotique qui permettra aux opposants de la deconsiderer .Il faut ajouter que les electeurs n 'aiment pas ces querelles d 'ego pour les places et l argent public qui va avec .En catalogne l'absence de fonctionnement du gouvernement independantiste accentue la crise economique, la population qui souffre de cette incapacite a negocier finira par se retourner contre ceux qu elle a soutenu et ne font rien ,meme si madrid bloque le dialogue pour ne pas opposer les deux catalognes a egalite pour et contre l independance, souvenons nous des deux Espagnes de 1936 qui en s obstinant a se rejeter ont cree la guerre civile
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 3 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.