Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
Le Rectorat refuse d'accorder les mathématiques en breton pour la filière bilingue français-breton au collège de La Villemarqué à Quimperlé !
Div Yezh Skaer et Div Yezh Tremeven demandent depuis un an que l'enseignement des mathématiques s'effectue en breton. Le rectorat argumente que la filière est encore trop fragile au collège
Rozenn Le Crom pour Div Yezh le 18/06/12 18:49

Communiqué de Div Yezh Skaer et Div Yezh Tremeven

Les deux associations de parents d'élèves Div Yezh Skaer et Div Yezh Tremeven demandent depuis un an que l'enseignement des mathématiques s'effectue en breton pour la filière bilingue au collège de La Villemarqué. En réponse à cette demande renouvelée plusieurs fois, le rectorat argumente, finalement, que la filière est encore trop fragile au collège pour pouvoir ouvrir une 2e matière enseignée en breton.

Pour les deux associations, le problème est pris à l'envers et il faut en premier lieu que l'institution la rende attractive. Accorder cette 2e matière ne peut que permettre à la filière de se renforcer car elle tendrait ainsi vers un vrai bilinguisme.

Le Rectorat demande aux parents d'élèves scolarisés à Scaër de faire des efforts en inscrivant leurs enfants dans un autre collège que leur collège de secteur. Il prétend également qu'il n'y a pas d'enseignants disponibles. Deux enseignants compétents et disposés à venir travailler à Quimperlé ont pourtant été trouvés par les parents d'élèves. Et l'un d'entre eux peut assurer le nombre d'heures de cours nécessaires dans la discipline... à condition que le Rectorat fasse des efforts quant à la répartition de ses heures d'enseignement entre le collège de La Villemarqué et le collège où il enseigne actuellement.

Le Rectorat est-il prêt à faire des efforts, tout comme il le demande aux enfants de Scaër et de Tréméven ?

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1209 lectures.
logo
Association de parents d'élèves pour l'enseignement du breton à l'école publique - secteur de la Cocopaq.
Voir tous les articles de Div Yezh
Vos 7 commentaires
Klaod an duigou Le Lundi 18 juin 2012 18:53
Comme d'hab!
(0) 

Jak le Dreuzic Le Mardi 19 juin 2012 01:27
On aura au moins appris quelque chose... que les mathématiques puissent se faire en breton.
(0) 

Ar Vran Le Mardi 19 juin 2012 09:13
C est normal que le rectorat de France refuse les mathématiques en Breton, il ne sait déjà pas compter en français le pauvre (par exemple il suffit de voir la gabegie des profs remplaçants pour se faire une idée de la lourdeur du mammouth !)
Vivement que la Bretagne s'emancipe de la France et laisse ce pays dans sa m... Administrative qui étouffe tout à part son armée de bureaucrates et autres petits fonctionnaires formatés à la sauce bolchevique
(0) 

Yann Servais Le Mardi 19 juin 2012 09:33
Le Cursus des filières bilingues était d\\\'assurer la parité horaire des 2 langues contrairement au système immersif tel que le fait Diwan. Et c\\\'est même pour ça que Diwan n\\\'a pas pu intégrer l\\\'Education Nationale. Y aurait-il tromperie de fait ?
(0) 

iffig cochevelou Le Mardi 19 juin 2012 10:13
@Jak Le dreuzik
Même si ce n'est pas évident, on arrive aussi à faire des maths en français !
(0) 

Flo Le Mercredi 20 juin 2012 09:10
Et pendant ce temps là ailleurs dans le monde on est conscient que le bilinguisme précoce rend les enfants plus intelligents, et ce même dans les mathématiques, les avantages du bilinguisme précoce ne concernent pas que la linguistique.
(0) 

Naon-e-dad Le Mercredi 20 juin 2012 10:46
Sur les mathématiques en breton, on peut consulter le site de Preder , éditeur de référence s’agissant d’ouvrages de nouvelle terminologie. Par exemple : MATHÉMATIQUES Il STATISTIQUES – PROBABILITÉS
Voir le site :
L’éditeur scolaire de référence reste bien sûr TES (Ti-Embann ar Skolioù). Catalogue des ouvrages en breton consultable sur le site : . Naviguer dans les rubriques Ar produioù/Dornlevrioù ou Ar produioù/Katalog
Enfin, les Editions Skol Vreizh ont aussi publié un dictionnaire en 2002.
Puis-je ajouter une remarque en relation avec l’art de la phrase en breton ?
Dans la phrase bretonne, la position des éléments syntaxiques fait sens, et bien souvent leur simple juxtaposition suffit à établir une relation fonctionnelle (en faisant l’économie d’une coordination, par conséquent). Autrement dit, la sémantique bretonne tire largement parti de la position des éléments syntaxiques.
Conclusion : apprendre le breton donne l’occasion d’acquérir des réflexes de pensée, proche du jeu de domino, simple, efficace, structuré, qui pourront être exploités dans bien des domaines, y compris en maths (pensons à notre système de numération positionnelle universel, aussi simple que génial).
Aussi, nous aurions tort de nous priver de l’apport d’Européens anciens sous le seul prétexte qu’ils n’étaient pas Latins.
Et j’ai bien envie de penser – à travers l’exemple breton - que les langues de la famille celtique, ou la partie la plus originale de ces langues, viennent de plus loin encore que l’expansion celtique. Elles ont beaucoup à nous apprendre sur l’esprit humain. Ce qui est assez logique, et vertigineux aussi.
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 3 multiplié par 6) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons