-- Politique --

La France ou l’universalisme à géométrie variable

logo BE
logo BE

La France ou l’universalisme à géométrie variable

La manifestation en Corse à l’appel des indépendantistes et autonomistes a été un succès ce samedi 3 février, et tout le monde a les yeux rivés sur le Président de la République pour tenter de savoir quelle va être la réponse de l’État. Les îles voisines de la Corse, Sardaigne, et au-delà Sicile, plus loin encore les Baléares jouissent toutes d’un large statut d’autonomie, mais quand on appartient à la république une et indivisible, c’est une autre histoire.

Et c’est sûrement à ce statut d’unicité et d’indivisibilité que le Président va d’abord faire allusion, à cette fameuse constitution française à laquelle les hommes d’état de ce pays font référence comme si elle était un texte sacré, inspiré par un « être suprême » non moins sacré sans doute.

On oublie ici que les constitutions sont écrites par les hommes, et pour les hommes, et qu’elles peuvent se modifier en profondeur, cela s’est vu ailleurs. On rappellera à l’occasion que la Corse indépendante avait une constitution adoptée en 1755, et que ce texte initié par Pascal Paoli est considéré comme la première constitution démocratique. La France était encore à l’époque gouvernée par un monarque de droit divin...

Ici comme ailleurs ?

Mais, au-delà du côté sacré de la Constitution française, on voit les zélés défenseurs parisiens de l’unicité prendre leur plume, tels Jacques Julliard dans « Marianne » qui fait lui référence à l’universalité de la République. Et le journaliste de nous expliquer qu’un statut en Corse pour la langue corse amènera les Bretons et les Basques à demander la même chose et, toujours selon Julliard, on aboutira alors à des communautarismes ethnicisés, ni plus ni moins.

On regarde alors avec effroi vers les Baléares, où la langue catalane possède un statut, et on s’étonne de l’excellent accueil fait aux étrangers dans toutes ces îles, d’Ibiza à Majorque. Pourquoi ce qui n’a pas débouché sur un repli sur soi sur ces îles amènerait-il une dérive identitaire, les mots sont lâchés, dès qu’il s’agit d’une île faisant partie de la fameuse patrie des droits de l’homme ?

La répression universelle

On se demande finalement si tout ce cirque autour de la constitution sacrée ou encore du message d’universalité de la République, ne serait pas juste un prétexte pour que Paris puisse garder la main un peu plus longtemps sur des territoires qui ne lui ont pas toujours obéi. On remarquera d’ailleurs que lorsque d’autres parties de cette République ont voulu faire sécession, la réponse de l’État dont le siège est à Paris n’a rien eu d’humaniste, et relevait plutôt d’une barbarie universelle.

Rappelons ainsi le massacre de Sétif, en 1945, quand les Algériens, citoyens de seconde zone sur leur propre terre, avaient voulu un peu trop tôt songer à l’indépendance vis-à-vis de la République des droits de l’homme... Mais la même République a aussi eu la main lourde devant les velléités d’émancipation à Madagascar, où elle massacra avec fougue plus de 50 000 autochtones en 1947. Plus près de nous il y eut les cent morts en Guadeloupe en 1967 ou encore l’épisode peu glorieux de la grotte d’Ouvéa, en Nouvelle Calédonie, en 1988.

On conseillera donc aux zélés éditorialistes parisiens de cesser de nous prendre pour des billes, et aux Corses de faire bien attention. En tous les cas, tous nos vœux les accompagnent sur la voie, qui s’annonce dangereuse, de la liberté.

Frank Darcel, président de Breizh Europa

.
mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer

Auteur de l'article :

Breizh Europa

Breizh Europa est un mouvement autonomiste breton et fédéraliste européen. Site internet : http://www.breizheuropa.bzh Compte Twitter : @BreizhEuropa Page Facebook : Breizh Europa

Vos commentaires :

Vincent Fraval
Dimanche 4 fevrier 2018

Jean-François Colosimo, historien et théologien, explique ces jours-ci dans Historiquement Show (chaîne Histoire) comment la Révolution française est une substitution. On remplace la croyance religieuse de l'Ancien Régime par le délirant Culte de l'Être Suprême, qui aboutira à une forme allégée de religion républicaine sous la III° République. Une croyance avec ses divinités (Marianne, l'Etat, la République), son clergé (les préfets, les députés, les instituteurs), sa liturgie (les cérémonies, le 14 juillet, les défilés), ses reliques (le Panthéon) et ses textes sacrés (la Constitution).

En réalité, la seule dérive "identitaire et communautariste" observable est celle des élites françaises, le plus souvent parisiennes, et de ses affidés. Telle une secte radicalisée, ahanant ses psaumes (Unité, Unicité, Egalité ...) dès qu'un territoire exprime son doute ou son incroyance.

Les Corses, comme les Catalans, ont choisi une voie modérée et pacifique, c'est sans doute le mieux à faire dans ces cas-là.

Frank Darcel
Dimanche 4 fevrier 2018

Merci Vincent, je vais de ce pas voir cette vidéo qui mérité certainement d'être vue et revue !

Vincent Fraval
Dimanche 4 fevrier 2018

La prochaine diffusion d'Historiquement Show sur Histoire aura lieu vendredi 09/02 à 12h.

Jean-François Colosimo publie "Aveuglements", un essai où il fustige le discours anti-religieux actuel (la religion au sens anthropologique), discours religieux en lui-même.

Pour illustrer la substitution opérée par la République française, JF Colosimo raconte ce fait historique: en 1920, le Vatican a remercié la France d'avoir gagné la Première Guerre mondiale en canonisant (enfin) Jeanne d'Arc.

Réponse de l'Etat français en 1924: les reliques (!) de Jean Jaurès, le militant pacifiste anti-nationaliste assassiné un mois avant le début de la guerre en 1914, sont transférées au Panthéon. Seulement 10 ans après sa mort, et malgré ses positions.

Tout est bon.

Boned ruz
Dimanche 4 fevrier 2018

Vous êtes dans le ton !.... C'hwi a zo ar reoù kentañ....

spered dieub
Lundi 5 fevrier 2018

La révolution de 1789 a démarrée en Bretagne, la noblesse ne faisant aucune concession quand à une représentation plus démocratique au parlement de Bretagne.Elle a confondu abusivement ses privilèges avec les liberté bretonnes à qui a profité le crime,le club breton est devenu le club jacobin par usurpation .C'est la noblesse et le clergé qui ont bénéficié le plus des franchises de 1532 ,au détriment du peuple Breton La politique de centralisation a été mise en place bien avant cette révolution qui comme toutes dévorent leurs enfants .....Non sous l'ancien régime il n'y avait pas préfets mais l'équivalent ,c'est à dire des intendants .Il y avait parfois justement une rivalité entre le clergé et l'administration royale ,donc ce qu'essaye de démontrer Vincent est tout à fait discutable .

(voir le site)

Jacques
Mardi 6 fevrier 2018

Que la République soit une substitution est tout à fait vérifiable... c'est même revendiqué par les Républicains les plus absolus comme Jean-Louis Debré...

@ Breizh-Europa

Avez-vous noté que le Gouvernement semble disposé à une évolution institutionnelle pour la Corse et cela bien que les Corses n'ont pas voté pour E.Macron (soit l'inverse total de la démarche bretonne)?

Comment analysez-vous que les Corses dispose autant de l'oreille de ce Gvt alors que ce même gvt se fiche parfaitement des Bretons?

Idem, il est intéressant de noter que les souverainistes français (en gros, la population des téléspectateurs de TV Liberté) soient globalement réceptifs aux attentes des Corses ou du moins très respectueux (voir envieux) de la détermination et de l'amour des Corses pour leur pays?

Ils semblent que les nationalistes corses parviennent à un certain niveau de dialogue, bien loin de ce que les Bretons obtiennent!

(Sachant que les Corses semblent plus conscient que les Bretons des efforts à fournir pour obtenir une évolution.... en référence au prix que certains autres peuples/nations ont du payer pour s'être opposé à l'une et indivisible république... les chiffres sur les massacres que vous évoquez même si ces massacres ne sont plus à la mode républicaine)

Cordialement,

Fañch
Jeudi 8 fevrier 2018

''Une croyance avec ses divinités (Marianne, l'Etat, la République)...''

Marlène Schiappa (1/2 corse) interrogée il y a quelques jours pour savoir s'il y avait un peuple Corse ne répond pas à la question mais explique " Je crois au peuple français"

C'est donc bien en terme de croyances en la religion Laïque enseignée par La République que tous ces apôtres nous gouvernent.

Écrire un commentaire :

Combien font 0 multiplié par 5 ?

Publicités et partenariat