-- Langues de Bretagne --

La France en infraction des articles 26 et 27 du pacte international relatif aux droits civils et politiques de l'ONU

Fernand De Varennes, envoyé spécial de l'ONU et rapporteur aux minorités nationales
Fernand De Varennes, envoyé spécial de l'ONU et rapporteur aux minorités nationales

À Leeuwarden, lors du Congrès de la FUEN, Jean-Pierre Lévesque de l'Institut culturel de Bretagne, a interviewé Fernand de Varennes, le Rapporteur spécial de l'ONU aux minorités nationales. Au cours de discussions sur le cas de la Bretagne, le rapporteur a tenu à rappeler les articles 26 et 27 du pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) signé par la France en 1980 et adopté par les Nations Unis. La France ne le respecte pas.

Le PIDCP a été adopté à New York le 16 décembre 1966 par l'Assemblée générale des Nations unies dans sa résolution 2200 A.

Cet article interdit la discrimination en particulier de la langue. La Bretagne est victime tout spécialement de deux discriminations en contradictions flagrantes avec le pacte international. Il s'agit de la discrimination envers la langue bretonne et de la discrimination envers l'identité bretonne de la Loire-Atlantique dont on pourrait rapporter des centaines de cas.

Article 26

Toutes les personnes sont égales devant la loi et ont droit sans discrimination à une égale protection de la loi. A cet égard, la loi doit interdire toute discrimination et garantir à toutes les personnes une protection égale et efficace contre toute discrimination, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique et de toute autre opinion, d'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.

Article 27

Dans les Etats où il existe des minorités ethniques, religieuses ou linguistiques, les personnes appartenant à ces minorités ne peuvent être privées du droit d'avoir, en commun avec les autres membres de leur groupe, leur propre vie culturelle, de professer et de pratiquer leur propre religion, ou d'employer leur propre langue.

__Articles 26 et 27 du Pacte international des droits civiques et politiques

La rapporteur a aussi mentionné un nouveau document de l'ONU sorti en 2017 (à envoyer d'urgence à notre gouvernement) : Droits linguistiques des minorités linguistiques : Le guide pratique . Ce guide est très bien composé et liste à la fin l'ensemble des armes juridiques dont disposent les Bretons.

L’identité d’une personne, que ce soit son nom ou son prénom dans une langue minoritaire donnée, doit être respectée, reconnue et utilisée par les autorités publiques. Les langues minoritaires doivent également être inscrites sur les panneaux de signalisation et les indications topographiques si possible, en particulier dans les zones où elles ont une importance historique ou dans les régions où sont concentrées les minorités.__Droits linguistiques des minorités linguistiques, le guide pratique

Les traités et autres conventions internationales

• Art. 25, 26 et 27, Pacte international relatif aux droits politiques et civils (Nations Unies)

• Art. 5(c), Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale (Nations Unies)

• Art. 14 + art. 3 du protocole no 11 à la Convention européenne des droits de l’homme (Conseilde l’Europe)

• Art. 4 et 10, Convention-cadre pour la protection des minorités nationales (Conseil de l’Europe)

• Art. 10, Charte européenne des langues régionales ou minoritaires (Conseil de l’Europe)

• Art. 2 (2) et (3), Déclaration sur les droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques (Nations Unies)

• Rec. 11 et 15, Note d’orientation du Secrétaire général de l’ONU sur les discriminations raciales et la protection des minorités (2013)

• Rec. 13, Les Recommandations d’Oslo concernant les droits linguistiques des minorités nationales (OSCE)

• Recommandations de Lund sur la participation effective des minorités nationales à la vie publique (OSCE)

Document PDF 45251-languagerightslinguisticminorities_fr.pdf Le guide de la bonne pratique des États à l'égard des minorités nationales. Source : OHCHR
Voir aussi :
©agence bretagne presse

Cet article a fait l'objet de 1495 lectures.
mailbox imprimer
logo

Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.

Vos commentaires :

Lucien Le Mahre
Dimanche 24 juin 2018

Nous y voilà !

Après la violation par la France des articles 4 et 5 de la "Charte Européenne de l'Autonomie locale" du Conseil de l'Europe, voici à présent la violation par le même Etat des articles 26 et 27 du "Pacte International relatif aux Droits politiques et civils" des Nations Unies.

Et ce n'est pas fini !

Mais pour le moment, il s'agit d'épaissir le dossier accumulant les preuves à charge établissant - devant les instances internationales concernées - l'illégalité de la situation qui nous est imposée, ceci dans le but évident de préparer notre désaliénation.

Yves Lainé
Mardi 26 juin 2018

Jean Pierre, merci d'avoir représenté la Bretagne qui peut être fière de toi !

Erwan
Mardi 26 juin 2018

Vu au JT de France 2 à 13h00 ce jour :

Voici comment le Président de la République Française parle de la Bretagne en Europe, devant son Ministre des Affaires Etrangères, au Pape (repris face caméra au JT donc) : "Les bretons, c'est la mafia française"

Lheritier Jakez
Mercredi 27 juin 2018

J'attends encore la réaction des "élus" bretons passés à la LREM;,comme députés ou élus grâce à des appuis de militants bretons en 2017.???

Expliquez moi comment ces violations peuvent elle être poursuivies pour "forcer" les Gouvernements Français à respecter ces textes internationaux.

C'est vrai aussi que d'autres pays ne respectent pas les résolutions votées à l'ONU.

Quelle suites et perspectives avec ces violations?

CDH
Mercredi 27 juin 2018

@Jakez Lheritier

Pour un exemple d'action sur la base du Pacte international relatif aux droits civils et politiques : voir le recours déposé en 2004 devant le Comité des droits de l'homme de l'ONU sur une initiative de Bretagne Réunie ((voir ABP 883)).

Écrire un commentaire :

Combien font 2 multiplié par 2 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées.

Publicités et partenariat