La Bretagne est une vieille nation, très antérieure à la nation française

-- Histoire de Bretagne --

Communiqué de presse de Histoire et Identité
Porte-parole: Louis Melennec

Publié le 25/09/07 14:53 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Ce qui a mis, ces derniers jours, une bande de corbeaux en fureur, c'est la phrase suivante, qui dément tout ce qui leur a été enseigné dans les manuels officiels d'histoire (certains corbeaux, en effet, vont à l'école) : « La Bretagne est une vieille Nation, très antérieure à la Nation française ».

Je n'ai pas fait cette découverte, d'autres l'ont dit, en particulier Arthur de La Borderie, notre grand historien romantique, l'immense juriste Marcel Planiol, dont les écrits ne sont cités que par quelques auteurs en Bretagne – ce qui fait écrire aux autres des sottises sur les rapports des Ducs avec les Rois de France, sur la Souveraineté de la Bretagne au Moyen-âge, etc…

Le débat va prendre de l'ampleur dans un avenir proche.

Qui a cru voir une manifestation culturelle dans la « Breizh Touch» du dimanche 23 septembre 2007 ? La réussite artistique est remarquable. Mais personne ne s'y est trompé : nous avons assisté à une manifestation politique impressionnante : le retour symbolique de la Bretagne sur la scène Internationale, cautionné par les peuples celtes qui, ayant subi comme nous les cruautés de l'Histoire, se dégagent de leurs fers : l'Écosse, l'Irlande, le Pays de Galles, la Galice, les Asturies ….

Il est passé dans la foule des Bretons un immense frisson. Voilà cinq siècles que nous attendons. Beaucoup, devant leur poste de télévision, ont pleuré.

C'est maintenant une question d'années. Petite note humoristique, dont je n'ai pu vérifier l'authenticité : Le président de la République (Française) s'est abstenu de comparaître sur la tribune officielle ; les services généraux, en effet, l'ont averti que des troupes bretonnes – pacifiques - massées aux portes de Paris, avec quelques dizaines de tonnes de tomates pourries, s'apprêtaient à investir la capitale. Leurs intentions n'ont pu être élucidées, mais on a préféré jouer la prudence.

La naissance de la « Nation France» , comme je l'ai dit, est tardive. Cette Nation ne commence à prendre corps qu'à la fin du XVe siècle. Il y a bien - cela n'est contesté par personne - un Royaume, un Roi, et des Sujets. Mais le sentiment d'appartenance, critère principal des nations, n'est pas encore présent au rende - vous. Il n'y a plus de désaccord sur ce point chez les spécialistes qui ont longuement réfléchi à la question (Suzanne Citron, Bernard Guénée, Michel Mollat du Jourdain, Pierre Chaunu, entre autres).

Pour vous mettre en appétit, voici quelques citations, que nous amplifierons plus tard en une véritable conférence, ou en une émission radiophonique (sur une radio française, la Bretagne refusant encore de nous entendre ), qui vous mettrons en joie, après tant de siècles d'obscurantisme :

«AU DÉBUT DU XVIe siècle, la Nation française commence tout juste à prendre corps :

Le royaume de France forme un ensemble territorial de 450 à 460 000 kilomètres carrés, bien ramassé , ce qui le place parmi les grands États européens.

Les quelque seize à dix huit millions d'hommes et de femmes que l'on dit sujets du roi de France ont-ils le sentiment d'appartenir à un même corps politique, à une même Nation ? Observe-t-on cette VOLONTE DE VIVRE ENSEMBLE qui, selon Renan, crée la Nation ? En un mot, LA FRANCE EXISTE-T-ELLE ?

À cette question, pour nous simple, il n'y a, au début du règne de François Ier, de réponse que complexe.

En 1515, où chaque province, chaque petit pays, chaque ville, chaque groupe social a son statut, ses intérêts, ses propres lois, son système de mesures, sa coutume particulière, soigneusement défendue, LE ROI EST, EN VERITE, le ciment de l'État-nation EN GESTATION.

Il n'en reste pas moins que s'affirme, PLUS OU MOINS NETTEMENT, plus ou moins consciemment, au long de la période, ce qu'il faut bien appeler un sentiment patriotique…. Ce PATRIOTISME NAISSANT mêle étroitement la fidélité monarchique et l'attachement au royaume…

Cette NAISSANCE du sentiment national n'est pas spéciale au royaume de France … »
Jean JACQUART, Docteur ès lettre, agrégé d'histoire, professeur émérite à l'université Paris-I (François I er, Fayard, Paris 1994).


À LA VEILLE DE LA REVOLUTION, en 1789, le sentiment national a progressé. Mais les Français ne sont pas encore une Nation authentique. CALONNE, Premier ministre de Louis XVI écrit :

« (La France) EST UN AGRÉGAT INCONSTITUÉ DE PEUPLES DÉSUNIS ».
Suzanne CITRON, l'éminente théoricienne du MYTHE NATIONAL (Paris, 1989), écrit dans son magistral ouvrage sur « L'histoire française en question » :


« La révolution française a créé le concept d'État-nation 'Un et Indivisible'. La troisième République l'a inculqué par l'enseignement de l'histoire : Nos ancêtres les Gaulois, Clovis, Charles Martel, Hugues Capet … les soldats de l'an II, la France qui a inventé la Liberté ( ! ! ! ) ….. Nous continuons, plus ou moins bien, à vivre sur l'image d'une France sans commencement, innée, existant AVANT D'ÊTRE NÉE, prédestinée au Droit et à la Justice ( !). Ce schéma mythique et apologétique, mis en forme par Ernest Lavisse dans ses célèbres manuels, est largement inspiré par Michelet, pour qui la France est une RELIGION ( !) » .

DOUX JÉSUS ! Et nous, Bretons qui, à force de coups de fer appliqués sur nos pauvres cerveaux pendant un siècle et demi, avons failli oublier que notre Nation s'est forgée au minimum au VIIIe siècle, contre les invasions incessantes des Francs, à partir de Pépin le Bref, en 754 ! (Voir nos articles sur Nominoé, publiés par ABP). (voir notre article) et (voir notre article)

Ma Doue beniget!

Dr Louis Mélennec, Plouc de Bretagne.

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 2644 lectures.
mailbox imprimer
logo
Histoire et Identité est un groupe d'historiens bretons dont le but est de restaurer la vérité sur l'Histoire de Bretagne. Le fondateur du groupe est le Dr Louis Melenec, docteur en droit et en médecine, diplômé d'études approfondies d'histoire, diplômé d'études supérieures de droit public, de droit privé, de droit pénal, ancien chargé de cours des facultés de droit et de médecine, ex-consultant prés le médiateur de la République française, ancien éléve de la Sorbonne et de l'École des Chartes de Paris.

Vos commentaires :

ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 0 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.

--Publicité--
yoran embanner