Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
L’uniformité républicaine, avatar du nationalisme français
En entendant les cris d’orfraie venant de tous les bords de la classe politique française après le discours de Jean Guy Talamoni à l’assemblée de Corse, on a d’abord envie
Frank Darcel pour Breizh Europa le 21/12/15 19:01
39174_1.jpg
logo Breizh Europa

En entendant les cris d’orfraie venant de tous les bords de la classe politique française après le discours de Jean Guy Talamoni à l’assemblée de Corse, on a d’abord envie de se pincer. Voilà en effet que ce ramdam vient de ce qu’on a parlé corse à l’assemblée territoriale de Corse… Ce qui serait considéré tout à fait normal dans d’autres pays européens qui ont adopté le multilinguisme prend, dans la prétendue patrie des droits de l’homme, une dimension ubuesque et totalement anachronique.

A Breizh Europa, nous constatons d’abord avec plaisir que la France, après avoir tout fait pour faire disparaître les langues et identités régionales, n’a pas atteint son but. Des régions, autrefois prises par les armes, résistent à l’uniformisation réclamée par Paris. Et quelle meilleure manière de lutter contre la mondialisation que de préserver nos langues, nos identités, mais aussi nos intérêts économiques régionaux ?

Nous remarquons également que le Front National a fait ses moins bons scores dans ces régions où les identités dites régionales sont restées fortes. Cela devrait faire réfléchir nos élites, car à force de vouloir tout unifier, tout araser, on crée des citoyens sans Histoire, sans profondeur, sans recours devant les discours les plus populistes, et de plus en plus réceptifs à un nationalisme français réducteur, et monolingue.

Ainsi, quand Marie-Noëlle Lieneman ou François Fillon en appellent à la République pour interdire les langues régionales, n’oublions que le mot république, dans la bouche de nos politiques parisiens et leurs relais locaux, est juste le faux-nez d’un nationalisme français insidieux, qui enferme cet Hexagone sur lui-même depuis trop longtemps.

Sinon, comment expliquer que les mêmes politiques français, adversaires du breton et du corse, soutiennent la pratique, louable également selon nous, du français au Canada ? Cherchez l’erreur.

Caroline Ollivro, présidente de Breizh Europa

Voir aussi :
logo
Breizh Europa est un mouvement autonomiste breton et fédéraliste européen. Site internet : (voir le site) Compte Twitter : @BreizhEuropa Page Facebook : Breizh Europa
Voir tous les articles de Breizh Europa
Vos 2 commentaires
Paul Chérel Le Mardi 22 décembre 2015 11:06
J'aime bien l'expression « faire réfléchir nos élites » Comme si elles en étaient capables ! Elles n'ont qu'un seul neurone dans le cerveau, celui de se faire réélire. Elles y réussissent assez bien d'ailleurs si l'on en juge sur les résultats des élections. Jusqu'au jour où ce sera le peuple qui réfléchira. Paul Chérel
(0) 

Alter Ego Le Mardi 22 décembre 2015 17:40
Ca serait bien de laisser les termes "régions", "langue régionale" à nos adversaires. Allez dire à un Corse qu'il habite une "région à forte identité", pas sûr qu'il apprécie. Laissons tomber aussi "territoire", qui sent la bureaucratie parisienne à plein nez.
Quant à la France, est-ce une nation? Selon la définition française, sans doute. mais selon la définition allemande de la nation, pas du tout.
Je martèle aussi qu'il faut en finir avec toute demande concernant l'égalité. Nous ne sommes pas égaux, nous sommes différents. C'est le droit à la différence que nous devons exiger, encore et toujours.
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 3 multiplié par 9) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons