Festival de Cornouaille : Tri Yann commémore Saint-Aubin du Cormier
Dépêche de Philippe Argouarch

Publié le 29/07/12 16:38 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Hier à Quimper, l'éternel groupe Tri Yann s'est produit au Festival de Cornouaille devant un public enthousiaste et serré debout devant la scène. Le chapiteau était plein à craquer. Et quelle mise en scène ! Fidèles à leurs déguisements burlesques et leurs trépignations théâtrales, les huit musiciens, menés par Jean-Louis Jossic, ont eu un rythme d'enfer pendant tout le concert, accompagnés à certains moments par le bagad de Nantes.

Anniversaire

Hier, on était le 28 juillet, et le groupe qui fête ses 40 ans de scène, a tenu à commémorer également la bataille de Saint-Aubin du Cormier qui eut lieu le 28 juillet 1488, entre le Duc de Bretagne, François II, et ses alliés, et l'armée de la Régente du trône de France et ses mercenaires. Cette bataille, que les historiens français et leur suppléants en Bretagne, considèrent outrageusement comme un simple épisode de la "guerre folle", c'est-à-dire une révolte de féodaux, est considérée par les historiens bretons et étrangers comme une bataille décisive qui scella le destin de la Bretagne. (*)

Jossic a lu un texte qu'aurait pu écrire un des soldats bretons, dont 6.000 Bretons et alliés furent tués ce jour-là. Puis, le groupe a enchaîné sur le chant de guerre Dir ha Tan, extrait du Barzaz Breiz et dont le groupe avait mis le texte en musique en 1972 repris sur leur dernier album avec le titre Lamentation sur Saint-Aubin du Cormier (Rummadoù). La soirée s'est terminée avec un fest-noz autour des Sonerien Du et de Tri Yann.

(* ) A ce sujet la différence entre Wikipedia en anglais (voir le site) et le Wikipedia en français sur la même bataille est notable. Alors que la version anglo-saxonne affirme dès la 3e ligne : " It also effectively ended the independence of Brittany from France ", la version en français présente ces faits comme une théorie avancée par les nationalistes bretons et dans le dernier paragraphe, comme en note de page (voir le site) Autrement dit, les historiens français sont des "scientifiques" et les historiens bretons juste des "nationalistes". En gros le reste de la Terre se serait ligué contre la France, seule habilitée à manipuler l'histoire à son profit aux dépens de la vérité.

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1523 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 3 commentaires
Emilie
2012-07-29 18:21:34
Merci pour cet article. J\\\'étais présente au concert avec de nombreux amis fans au premier rang. Comme de coutume, les Tri Yann ont été extraordinaires!!! La set list m\\\'a plu: j\\\'ai trouvé le programme parfaitement équilibré, alternant intelligemment entre vieux tubes et titres récents et décapants. Le concert, en raison des Sonerien Du qui suivaient, a été un peu plus court que d\\\'habitude (1 h 45). L\\\'ambiance était terrible. J\\\'ai adoré!!! C\\\'était un très très bon concert! Pas le meilleur concert que j\\\'ai vu, le meilleur pour moi restant celui de Lorient l\\\'an dernier, sous la pluie, immortalisé sur DVD, mais très très bon tout de même! :) J\\\'ai passé une excellente journée à Quimper. A la fin du concert, au lieu de rester voir les Sonerien Du, mes amis et moi sommes sortis du chapiteau, et nous nous sommes dirigés vers l\\\'espace VIP pour rencontrer les Tri Yann, comme nous en avons l\\\'habitude après chaque concert. Ils sont bien volontiers venus nous voir, bavarder et plaisanter avec nous, faire des dédicaces... Depuis 40 ans, ce n\\\'est plus à démontrer: leur gentillesse et leur disponibilité sont égales à leur immense talent!!! :) Cependant, je tiens à apporter deux petites rectifications à votre article. Tout d\\\'abord, ce n\\\'était pas la première fois que Tri Yann se produisait au Festival de Cornouaille, loin de là! Ils y ont joué très souvent au cours de leur carrière, mais là, ça faisait très longtemps qu\\\'ils n\\\'étaient pas revenus à Quimper (leur dernier passage au Cornouaille datait de 2001, pour la tournée des 30 ans). Et deuxièmement, le titre précis du morceau sur la bataille de Saint-Aubin du Cormier est Lamentations sur Saint-Aubin du Cormier. Il figure sur le dernier album, Rummadoù.
(0) 
Alwenn
2012-07-30 18:10:19
Effectivement, il y a du révisionisme sur Wikipedia, le français, mais aussi l'anglais qui suit grandement le wikipedia français
En france on n'accepte pas de reconnaitre que la Bretagne était INDEPENDANTE, que les Bretons étaient Bretons et non français.
La Bretagne s'est constituée bien avant que la france existe. Elle existe à l'époque de Charlemagne qui règne sur un empire européen (et qui parle une langue germanique.
Certains croit que Charlemagne etait un roi français qui parlait français !! Charlemangne était un empereur germain dont l'empire arrivait jusqu'à la Bretagne, qui a résistée et n'a pas été intégrée à cette empire, malgré les guerres.
De Nominoë/Erispoë jusqu'à Anne De Bretagne, la Bretagne est un pays indépendant, et les Bretons sont Bretons et n'ont jamais été français.
La Bourgogne s'est disoute dans le royaule français, la Bretagne a toujours réssité à l'assimilation, et résistera toukjours (jusqu'à retrouver son indépendance, une indépendance européenne !)
Si Anne de Bretagne s'est mariée avec Maximilien d'Autriche c'est pour préserver l'idépendance de la Bretagne. La guerre en a décidé autrement.
En tout cas, bravo à Anne de Bretagne qui jusqu'à sa mort a tout fait pour qu'un jour la Bretagne puisse redevenir indépendante.
Tout le monde ne le sait pas !
(0) 
SPERED DIEUB
2012-07-30 19:42:38
Alwenn vous venez d'écrire une vérité qu'on entend pas souvent les bretons résistaient aux germains (francs) également aux saxons en ce qui concerne les insulaires. Je suis persuadé que cela a laissé des traces et le pouvoir français en a bien profité pour mettre les bretons en première ligne ensuite dans les différents conflits Et ce traumatisme ancestral serait une des raisons pour lesquelles il y a eu plus de résistance en Bretagne que dans l'hexagone et cela l'emsav ne l'a jamais perçu . Morvan lez Breizh avait toutes les troupes de la Germanie sur son dos lui et les siens ont malgré la force du nombre ont résisté de façon remarquable .Mais Charlemagne a fait également subir des atrocités aux saxons d'Allemagne (massacre de Verden ) qui est parait_il ??? vu l'onde de choc qu'il a provoqué dans l'Europe du nord à l'origine des invasions viking
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 6 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.