Disparition de Jean-Paul Corbineau : Les Tri Yann dévastés et le public choqué
Dépêche de Philippe Argouarch

Publié le 16/12/22 18:55 -- mis à jour le 19/12/22 08:36

L'auteur-compositeur-interprète et musicien breton Jean-Paul Corbineau, né le 26 août 1948 à Nantes, est décédé aujourd'hui 16 décembre 2022 suite à une longue maladie. Il était un membre fondateur du groupe de musique traditionnelle bretonne Tri Yann.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous !

Toute sa vie il a défendu l'identité bretonne du pays nantais et la réunification de la Loire-Atlantique à la région Bretagne.

En 2017 il avait reçu le prix Bro Gozh car se sont les premiers chanteurs à l'avoir mis dans leur répertoire. En septembre 2020, il avait reçu, avec les deux autres Yann, le Collier de l'Hermine.

JEAN PAUL CORBINEAU s’en est allé, aet eo kuit d’ar Bed all !

C’est un chagrin que je partage avec beaucoup, qui connaissaient le grand artiste.

Mais tout le monde n’avait pas côtoyé une belle personne telle que lui.

A l’écoute des uns et des autres, il irradiait d’une grande humanité et rendait heureux. Chapeau bas, Jean-Paul, trugarez dit ha KENAVO et courage à ses proches ! -Alan Stivell

Tri Yann avait effectué un « Kenavo tour » avec le samedi 11 septembre 2021 à Nantes, un dernier concert devant un public enflammé, marquant la fin de quelque 1 700 concerts en un peu plus de cinquante ans. Depuis ils ont produit deux albums de leurs meilleurs succès remastérisés.

"Nous perdons l'un de nos plus grands ambassadeurs bretons. Jean-Paul Corbineau, c'était le rigolo qui avec ses deux compères savait raconter notre histoire celte et faire rayonner notre musique et notre identité bretonne à travers le monde", a salué dans un communiqué le président de la région Bretagne, Loïg Chesnais-Girard.

"Nous nous souviendrons de sa voix de troubadour, qui sublimait les complaintes du répertoire du groupe, mais aussi de ces longs cheveux blancs qui lui donnaient cette si belle allure de barde", a réagi pour sa part la maire de Nantes, Johanna Rolland.

"Notre émotion est grande tant l'aventure artistique, culturelle, humaine de Tri Yann a marqué l'histoire récente de notre ville", poursuit-elle en évitant de dire que Tri Yann "avait aussi marqué l'histoire récente de la Bretagne", ont fait remarquer certains.

Voir aussi :

5  3  
mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1008 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 13 commentaires
  Cart Michèle
  le Vendredi 16 décembre 2022 20:22
Toute une partie de notre vie qui s'en va ! On a tellement aimé ce groupe et cet amour qu'il avait de la Bretagne..
(5) 
  Naon-e-dad
  le Samedi 17 décembre 2022 17:26
C'est dans leur ville de Nantes que j'avais découvert « de visu » les fameux « Tri Yann an Naoned » qui tenaient la scène depuis des lustres.
.
En première partie une chanteuse talentueuse, pourtant très connue et à juste titre appréciée pour la qualité de sa voix. Mais voilà, la salle était assoupie. Vint le tour des « Tri Yann », et en quelque minutes bourrées d'énergie et d'expérience, ils réveillèrent la salle au point de la transporter. Impressionnant, je fus bluffé par tant d'engagement et de savoir-faire. Les couleurs, plumes, et extravagances des costumes n'expliquent pas tout. « Tri Yann » avait l’expérience.
.
Entre « Tri Yann » et le public, le courant passait. Presque électrique. Ou plutôt, il se passait quelque chose. A limite du carnaval peut-être, mais ce soir-là, comme elle hennit la célébrissime et très populaire « Jument de Michao ». Quelle farandole endiablée ils dansèrent « le Loup, le Renard et la Belette ». Cela dût faire remonter à la surface des mémoires quelques souvenirs enfouis, chez les hommes dans leur maturité. Car elle n'est pas toujours simple et rectiligne la vie terrestre. Popu ou La Fontaine? Ou les deux à la fois? Peut-être que le vrai secret des « Tri Yann » - je ne les connais pas assez - , ce n'était pas d'inventer un répertoire, mais de restituer au peuple du présent ce que le peuple d'hier avait inventé et qui contenait tant d'observation, de savoir-vivre sociétal. Restituer, voilà peut-être le fond du succès. Et pour présenter la chose, pour la rendre digeste, ne pas lésiner sur le talent. Tant qu’à faire. Kement hag ober.
.
Ur strollad kanerien brav-spontus o barregezh, ledan ha digor o c’halon dirak an dud, setu petra oa an « Tri Yann ». Aet eo Jean-Paul Corbineau war-zu baradoz ar varzhed.
.
Au fait, pourquoi « Disparition » ? Trève de biais et de précaution. Nul ne « disparaît », jamais. Décès serait plus neutre, en tout cas plus ajusté à la réalité. Elle n’est pas finie la chanson. Il est juste passé de l’autre côté du miroir, le défunt.
.
Hier soir, sur le port, pas trop loin de chez moi, un groupe d’instrumentistes et chanteurs dévidaient des chants de marin (e galleg), dans la nuit noire, l’odeur de la marée, et la scintillance d’un village de Noël. Ces inconnus chantaient très bien et avec plaisir (j’aurais aimé entendre du breton tout de même, car ce n’est pas pareil, vous en conviendrez…N’eo ket ar memestra). Je ne savais pas alors que chez les « Tri Yann » de trois, il ne restait que deux. Pell ac’hann, ba’ strollad an « Tri Yann », diwar tri ne chome nemet daou. Ne ouien ket an dra-se, pas c’hoazh. Peut-être que ce moment volé au vent était déjà un clin d’œil lumineux ? Ha ma vije bet ar prentadig-mañ, laeret gant an avel, ur serr-lagad luc’hus, deuet eus a-bell ?
(0) 
  J. Christ. Siou
  le Samedi 17 décembre 2022 23:22
Immense tristesse, j'ai longtemps croisé Jean-Paul Corbineau dans des commerces ou bien faisant son jogging dans mon quartier de Nantes, j'étais gamin mais je me rappelle des Tri Yann depuis le début des années soixante-dix...
Jean-Paul et les autres ont largement participé à ma prise de conscience du fait breton et, n'en déplaise aux puristes intégristes de la culture bretonne (si, si, ils existent), furent de grands artistes et musiciens aux côtés de Glenmor, Stivell et Servat. Ces gens-là auront fait bouger les lignes plus que n'importe qui d'autre.
Nous perdons là l'une des plus belles voix de Bretagne, nous reste en cadeaux les merveilleux souvenirs des spectacles durant cinq décennies. Le temps passe décidément trop vite. Immense tristesse, vraiment.
(1) 
  J. Christ. Siou
  le Samedi 17 décembre 2022 23:42
J'allais oublier, ce soir sur France 3 "Pays de la Loire", Jean-paul Corbineau a été présenté comme un artiste "ligérien" et breton, de plus à travers un micro-trottoir on nous le défini comme étant "la voix des Pays de Loire"...
Honteux, simplement honteux, ce service public "à la botte" est tout simplement indigne, irrespectueux au possible et prêt à toutes les récupérations les plus déplacées. Mais qui pouvait bien encore en douter?
La famille et les amis de Jean-Paul ont bien évidement d'autres choses en tête en ce pénible moment mais on serait en droit de demander à la chaine des excuses publiques.
(8) 
De V. Pieron à J. Christ. Siou
 le Dimanche 18 décembre 2022 23:58
A mon avis F3 Pays de la Loire peut se permettre ce luxe car les Tri Yann n'ont jamais été bien clairs en fait politiquement parlant. On est ligérien quand on soutient JJ Ayrault et qu'on a des postes dans sa majorité. D'ailleurs, nous attendrons encore une fois vainement la réaction outragée des trois Jean de Nantes.
(3) 
De P.Bulot à J. Christ. Siou
 le Lundi 19 décembre 2022 14:52
Il me semble que les Triann ont fait des concerts avec l'orchestre National Pays de Loire
(0) 
De Rafig de Nantes à J. Christ. Siou
 le Mardi 20 décembre 2022 12:53
Honte à ce découpage administratif qui ne respecte même pas les morts. Ce grand chanteur breton avec ses 2 collègues ont été les témoins de cette séparation de la Bretagne de 1972.
(1) 
  Alain E. VALLÉE
  le Dimanche 18 décembre 2022 13:24
Gloire aux Tri Yann.
A wir galon.
AV
(1) 
  Al Coin
  le Dimanche 18 décembre 2022 17:38
Aaaaah, s'il s'était agi de J.J Goldman...
(0) 
  Jean-Louis Pressensé
  le Mercredi 21 décembre 2022 00:46
" sa voix de troubadour" (...) "ces longs cheveux blancs qui lui donnaient cette si belle allure de barde" : je suis le seul à être, en tant que vieux Nantais, outré par la niaiserie de la réaction de la maire de Nantes ? Un "service minimum" qui en dit long sur l'attachement de la protégée de Jean-Marc Ayrault à la culture bretonne...
(5) 
  Job Penvern
  le Mardi 3 janvier 2023 07:42
Kenavo Yann-Paol.
(0) 
  Aliette Averty
  le Mardi 3 janvier 2023 11:50
Trés choquée par la soit-disant passante ! Fr3 pdl et O.-F. ne savent pas quoi inventer pour justifier ce territoire sans histoire commune ni à venir. C est une belle escroquerie qui coûte cher. Tu naîs breton et un matin tu te réveilles bâtard. J'étais présente lors de la remise du Collier de l'Hermine. Jossic a été sifflé. Seule la sérénité de la cérémonie a ramené le calme. Vive la Bretagne réunifiée, comme l Alsace et comme l'Ukraine indépendante Condoléances à la famille.
(1) 
  Jean Pierre
  le Vendredi 3 février 2023 20:09
J'étais aussi présent à la remise des colliers quelques jours après un concert à Rennes...C'est Ayrault qui a été sifflé...lors de son intervention filmée...
Et que dire du président de la région bretonne qui confond Jean Louis et Jean Paul...Et Jean Louis n'est pas un rigolo ...Il tourne en dérision des sujets de société pour nous faire réagir...Les contes sont toujours justes et percutants...50 ans de ma vie, la découverte d'une culture que je ne connaissait pas et que j'ai appris à aimer...
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 7 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.