Régionales 2015 : débat sans langue de bois hier soir à Quimper

-- Politique --

Reportage
Par Philippe Argouarch

Publié le 24/10/15 11:34 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Organisé par Kevre Breizh au Théâtre Max Jacob, le débat s'est déroulé sans les têtes de listes des Socialistes de Les Républicains. Le Drian ne faisant pas vraiment campagne vu ses activités comme ministre du gouvernement et Marc Le Fur étant retenu par un autre engagement électoral à Loudéac : le lancement officiel de sa campagne.

La liste PS était représentée par Paul Molac (pas encarté PS), la liste Le choix de la Bretagne (LR) par Isabelle Le Bal (Modem), la liste Oui La Bretagne par Christian Troadec, EELV par René Louail et le Front de gauche par Xavier Compain , ces trois derniers, des têtes de listes.

Si l'extrême gauche traditionnelle avait été invitée avec le Front de gauche, le FN, dont les sondages donnent 18% au premier tour, ne l'était pas. Mais qu'auraient-ils pu dire lors d'un débat dont les thèmes étaient la réforme territoriale et les langues bretonnes devant deux cent personnes dont une grande partie de régionalistes ? La liste indépendantiste emmenée par Bertrand Deléon n'avait pas été invitée non plus malgré leur demande, sur le tard certes, mais demande quand même.

Quant à Breizistance, on ne sait plus s' ils présentent des listes depuis que le NPA s'est retiré d'une alliance lancée en septembre dernier autour d'une plateforme qui demandait entre autres l'interdiction des licenciements et l'accueil de tous les migrants ! Certes, en démocratie, les rêveurs ont le droit de se présenter--ils n'ont pas forcement le droit d'être invités à un débat organisé par la société civile. Sans oublier que l'extrême gauche avait déjà deux représentants en la personne de Xavier Compain qui s'est plaint qu'on avait pas abordé le social et René Louail, qui, au vu de ses déclarations durant la conclusion des débats, appartient définitivement a la branche la plus gauchiste d'EELV, celle qui a fait fuir le Nantais François de Rugy, un farouche partisan de la réunification et beaucoup d'autres. Les vieux barbus de 68 sont si tenaces qu'on en viendrait presque à avoir de la compassion devant tant de manichéisme simpliste abreuvé de phrasélogie marxiste, et affiché depuis 50 ans sans jamais douter.

Un invité très applaudi : Gilles Dénigot, la tête de la liste choisir nos régions de la Loire-Atlantique (un ex EELV). Le géographe Jacques Lescoat a aussi été très apprécié lors de sa présentation de ce que aurait du être une vraie reforme régionale. Il a dénoncé la main-mise de ceux que Paul Molac appelle les métropolistes par opposition aux régionalistes.

Les débats ont été francs, sans langues de bois. Christain Troadec a gagné à l'applaudimètre vu que les thèmes abordés étaient les thèmes prioritaires des régionalistes, majoritairement présents dans la salle.

Document PDF uneidentiteregionalepour_lafrance.pdf Une identité régionale pour la France.. Source : Jacques Lescoat
Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 2074 lectures.
mailbox imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.

Vos commentaires :

Yann le Bleiz
Samedi 24 octobre 2015

C'est formidable, tout le monde est d'accord...

La langue, l'autonomie démocratique, l'autonomie fiscale, etc.... Donc tout va bien!

Le fossé entre les paroles et les actes ne peut pas être plus grand...!

Très bon discours de Troadec, très bonne présentation de Dénigot...

Le reste, c'est une insulte pure et dure au peuple.

Molac est extrêmement décevant, il devient l'exemple de comment la République peut retourner une personne en lui offrant un avenir politique!

krystell churie-goal(le)
Samedi 24 octobre 2015

La branche la plus gauchiste d'EELV ? EELV n'était-elle avec le PS au gouvernement ? Le PS n'est-il pas un parti de gauche donc gauchiste ? On aimerait qu'il soit vraiment ce qu'il prétend être , ce pour quoi il a été élu ; un parti de gauche !

De Rugy veut un poste , un point c'est tout !

Il n'est ni de droite ni gauchiste , il joue pour sa pomme ! Et ce même pour la réunification ...

Le respect est dû à ces militants de 68 ans qui se sont battus toute leur vie et quoi qu'on en pense , mai 68 a changé irrémédiablement la société française. Ils ont toujours vécu en Bretagne et la connaisse très bien.Où sont les jeunes pour prendre la relève ? La droite est aussi ringarde , avec ses militants souvent aussi d'un âge respectable , et qui croient encore naĩvement au modèle états-uniens . Modèle respectueux s'il en est des peuples autochtones . Voir le site "De la plume à l'écran" .

Le travail de fourmi décrit par Paul Mollac est respectable également , sans lui où en serait la langue bretonne ? N'est-ce pas ce combat-là aussi qui a permis à de gens tels que C. Troadec , denigot et leurs partis d'un nouveau genre d'exister dans l'acceptation des idées et idéaux de chacun .

Ces différents combats se complètent et ce sont les rapports de forces qui font la démocratie , sans eux elle n'existe plus ; elle est une quête perpétuelle . En ce moment , nous vivons dans une ploutocratie !

Job LE GAC
Samedi 24 octobre 2015

LETTRE A MARC LE FUR (absent lors du débat) qui a botté en touche sur une proposition pourtant de pleine actualité. Le sénat devant voter mardi prochain, soit dans 3 jours !

"Bonjour,

Vous êtes des luttes pour la réunification de la Bretagne, vous semblez défendre la langue bretonne....

D'où ma stupéfaction en entendant la réponse que vous avez faite à ma proposition ci-dessous !

Vous comprendrez que l'on s'interroge..!

Le fait que vous soyez député

ne vous exonère en rien de peser sur une décision scélérate du président du sénat, lequel a de grandes responsabilités au sein de votre mouvement..!

Espérant de votre part le sursaut d'un candidat breton de Bretagne,..... bien entendu, avant mardi, jour où le sénat prendra sa décision.

Bien cordialement"

"L'âme du petit jacobin s'éveillerait il chez Marc Le Fur..??

On peut le penser..!

En effet, lors du débat de vendredi soir, je lui ai fait la proposition suivante : il est reproché à JY Le Drian de n'avoir pas mis sa démission en jeu au sujet de la réunification de la Bretagne. Je propose à Marc Le Fur et à ses amis des "républicains" de démissionner de leur groupe si le président du sénat continue à faire de l'obstruction à la ratification de la Charte européenne des langues régionales .

La question lui a été directement posée par l'intermédiaire de France3.

Sa réponse est bien loin de me convenir, il a répondu : "Je suis député et pas sénateur "....

Comme quoi, quand le petit jacobin sommeille chez quelqu'un il peut se réveiller à tout moment....!!!"

Yann le Bleiz
Dimanche 25 octobre 2015

@ krystell churie-goal(le)

"mai 68 a changé irrémédiablement la société française".

Déjà nous sommes en Bretagne et quand je lis de telles choses, je me dis que les 7 milliards de personnes qui n'ont pas connu le mai 68 parisien, doivent être un ramassis de pitoyablement archaïques, mais j'ai un doute...

Enfin, le Breton est lui admiratif de ce mouvement parisien, n'est-ce pas là le plus important!

"Paul Mollac est respectable également , sans lui où en serait la langue bretonne ?"

Donc, c'est Paul Mollac qui a sauvé la langue bretonne... On en apprend tous les jours et moi qui pensaient que c'étaient les Bretons qui collectivement refusent de finir à la poubelle de l'histoire.

Imagine-t-on Alex SALMON rejoindre le LABOUR, ou Arthur MAS un parti politique espagnol?

Nous bretons serions les premiers à crier à la traîtrise...!!!

Mais quand il s'agit de la Bretagne, d'une Mona Bras ou d'un Paul Mollac qui font le choix financier de leur carrière face à la Bretagne, là le Breton trouve des excuses...

Pas étonnant qu'Ecossais, Gallois et Catalans ont les pleins pouvoir chez eux et que nous Bretons pleurnichons car rien n'avance chez nous.

Les jeunes d'AÏ'TA, anonymes, déterminés, dont certains sont sur le terrain depuis des années, en font plus pour la Bretagne qu'un Paul Molac qui trouve des excuses aux 70% de députés socialistes bretons qui ont voté contre la réunification!

Ewen
Dimanche 25 octobre 2015

Une opération d'intoxication socialiste. FN interdit, indépendantistes exclus.

Louarn, qui est un protégé de Le Drian, se moque du monde.

Job LE GAC
Dimanche 25 octobre 2015

@Ewen : Ce que tu dis là est FAUX ! ! J'ai participé au choix de ceux qui seraient sélectionnés pour le débat !

Le temps nous était compté, et il nous a fallu faire des choix ! Nous avons privilégié les listes susceptibles d'aller au 2ème tour et qui se préoccupent des deux thèmes retenus, à savoir : les langues de Bretagne et la réunification.

Le FN étant opposé à la promotion des langues régionales ainsi qu'à la réunification nous avons tous voté contre sa présence. Une chose est certaine : Tangi Louarn n'a pas "décidé" d'exclure Deléon, je peux en témoigner; alors, il faut arrêter de dire n'importe quoi !!

Et puis, tu peux toujours organiser un débat, qu'est ce que tu attends ?? . . .

Ewen
Lundi 26 octobre 2015

"Le temps nous était compté, et il nous a fallu faire des choix ! Nous avons privilégié les listes susceptibles d'aller au 2ème tour et qui se préoccupent des deux thèmes retenus, à savoir : les langues de Bretagne et la réunification."

Merci de me donner raison, je n'en demandais pas autant ici. Le FN sera au second tour, selon tous les sondages. Le Front de Gauche, non.

En outre, ce raisonnement est évidemment une malhonnêteté : c'est l'électorat, le jour du vote, qui peut dire qui sera au second tour ou non. Pas vous, vous n'avez aucune boule de cristal.

Ce débat est truqué dès l'origine : vous décrétez qui a la bonne opinion, sans regard pour le fait que dans une démocratie, c'est la présentation antagoniste des opinions qui est son fondement. Si le FN est contre l'enseignement du breton, il ne vous appartient pas de lui interdire de le dire. Ca c'est le travail des autres partis/listes et il y en avait assez pour le faire valoir.

Louarn n'est à aucun moment en position pour organiser un "débat", puisque c'est un socialiste qui est là où il est grâce à la majorité régionale. C'est encore plus évident avec le Tsar de la langue bretonne du PS, Lena Louarn, qui vice-présidente.

Ca n'a trompé personne, sauf la petite planète subventionnée qui dépend du PS. C'était une véritable honte, une parodie de débat démocratique avec, dans la coulisse, des intérêts clairement identifiés.

Pierre de Meriadek
Lundi 26 octobre 2015

@ewen J'étais au débat et le PS n'a certainement pas été gagnant, donc votre "dé pipé" est inapproprié. C 'est Troadec qui est sorti au dessus du lot, le PS a été fortement critiqué à la fois pour sa réforme régionale grotesque et la non ratification de la charte des langues régionales et minoritaires et pour la région les maigres résultats de la politique linguistique.

Quant à la position du FN sur les langues régionales, elle est claire et nette voir (voir le site) . Le Fn est contre le breton et contre une Bretagne historique à 5, le FN ne veut qu'une région : La France. Vous voulez débattre de quoi ?

Yann le Bleiz
Lundi 26 octobre 2015

@ Pierre de Meriadek et Job le Gac,

Le FN, nombre de Bretons votent pour eux et de plus en plus.

Or la Démocratie, ce n'est pas un petit nombre de personne (autorisées) qui s'estime en doit de choisir ce que doit être le débat démocratique.

Les Socialistes étaient présent, pourtant que font-ils pour la langue, pour la Réunification pour le droit à une dévolution économique et sociale...?

70% des députés socialistes ont voté contre la réunification!

On oublie vite ce chiffre qu'il faut taire!

La grande majorité du mouvement breton à fricoté avec le PS.

Aujourd'hui la cerise sur le gâteau c'est l'exemple pitoyable des ténors de l'UDB qui quittent le bateau pour rejoindre le PS.

La compromission ne se cache même plus!

Qui peut croire que la Bretagne est c½ur de ces personnes???

Pratiquement tout le mouvement breton à voté Mitterrand, un ex d'extrême droite, haut fonctionnaire de Vichy qui habilement à refusé le portefeuille de la question juive, pour après guerre se reconstruire une virginité tout en ayant son fils trafiquant d'armes vers les pays les plus pauvres d'Afrique...!

Rabâcher les qualificatifs d'humanisme de progrès devient indécent!

Peut-on avoir des exemples Ecossais, ou les membres du SNP ont abandonnés le navire pour rejoindre le LABOUR???

Les Membres du SNP visiblement ne partagent pas les valeurs humanistes de la majorité du mouvement breton, car voulant chasser purement et simplement le LABOUR hors d'Ecosse!

Mais, je n'ai aucun doute que si UKIP faisait 20% des voies en Ecosse, le SNP ne l'aurait pas exclu du débat ne serait-ce que pour avoir l'opportunité de convaincre les Ecossais de voter différemment!

(Ne nous cachons pas, le FN en Bretagne c'est la situation idéale pour maintenir le PS!)

Si rien ne bouge en Bretagne, c'est parce que la grande majorité du mouvement breton est compromis avec le PS!

Exactement, l'inverse du mouvement Ecossais!

Tudual Radiguet
Lundi 26 octobre 2015

@ Yann le Bleiz

Le problème avec le mouvement breton, si tant peu qu'il en existe bien un, est le complexe post guerre, où, pour décrier celui-ci, le raccourci militant breton = facho, donc, repli sur soit, non ouverture au monde et tout le poncif qui va avec et dont FM s'est faite une championne.

Il fallait donc pour contrebalancer cela s'afficher de Gauche.

Certains, dont l'UDB, se sont affilié au PS en espérant pouvoir faire changer les choses de l'intérieur.

Le calcul en soit n'est pas forcément mauvais. Mais l'erreur est, après s'être fait avoir plus d'une fois, de continuer dans la même démarche, encore et encore.

Cependant, je ne pense pas que l'on puisse aussi dire que le mouvement gauchiste ou post soixante-huitard n'a rien fait pour la Bretagne. Le plus bel exemple est l'école Diwan. Mais celui-ci nous apprends aussi que si nous voulons quelque chose, nous n'avons rien à attendre de Paris, mais que nous devons le faire par nous-même.

Le mouvement Breton est frileux. Il dit vouloir l'autonomie, mais à les yeux toujours tourner vers Paris, et au lieu de s'organiser réellement pour trouver l'autonomie, s'affilie à des partis politiques français ou leur fait allégeance. Et beaucoup d'entre nous, recherchons non pas la vraie autonomie, mais un siège et faire carrière dans la politique afin d'être un notable.

La Bretagne passe alors en second plan, n'en est qu'une excuse!

Comme si bien dit, a-t-on déjà vu des membres du SNP rejoindre le Labour? Ailleurs on ne le fait pas, mais en Bretagne... oui! car s'est bien connu, la Bretagne ne peux se comparer avec d'autre pays car elle a sa propre spécificité, comme on me l'a si souvent dit ici ou là!

On veut bien alors dire que l'on est autonomiste, pour avoir le vote des autonomistes, mais surtout, surtout en reproduisant le schéma français Droite/Gauche et proposer non pas l'autonomie ou l'indépendance (hormis Notre Chance, l'Indépendance) mais en proposant une idéologie politique Droite/Gauche avant que de proposer l'autonomie.

Ce qui est pernicieux. Car sous couvert de l'autonomie, on joue le jeu des jacobins qui eux disent: "voyez, vous ne voulez pas l'autonomie, moins de 5% de la population le veut!" et au moindre problème, vous courrez sur Paris!

Il est vrai que c'est ainsi que nous y arriverons! l'exemple des 50 dernières années sont là pour le prouver! Continuons donc allègrement dans cette voie puisque c'est celle de la réussite!

Or, si nous la voulions réellement nous ferions tout pour l'avoir, et, ensuite, à nous de savoir régler nos problème nous même au lieu d'avoir les yeux rivés sur Paris en attente de la moindre promesse d'aumône ou d'un pacte d'avenir qui n'est en soit qu'une vague fumisterie...

L'autre problème, est d'avoir la mémoire courte, et avec, de vouloir nous faire prendre des lanternes pour des vessies, avec la gueule toute enfariné...

Tudual Radiguet
Lundi 26 octobre 2015

@ Job LE GAC

Merci d'avoir répondu, même involontairement à mes questions (celles-ci n'étant pas parues) sur pourquoi la non présence du FN et de NCI ou de Breizistance lors du débat!

En effet, j'ai cru un moment comme le disait Tangi Louarn dans le Télégramme

« Le Front national n'est pas invité car nous considérons qu'il ne s'agit pas d'un parti comme les autres »

Me voilà rassurer! ce n'est donc pas une question d'exclusion, mais bel et bien afin de ne pas entendre leur point de vu, celui-ci n'allant pas dans le sens du consensus général sur la questions de la réunification ou de l'avenir de la langue bretonne....

Ceci dit, je n'étais pas au débat, qui lui, a eu le mérite d'exister, malgré toutes les critiques qui peuvent être faites et l'exclussions de certains partis quel qu'en soit les raisons...

Dommage que les vidéos ne montrent pas la carte des régions proposée par le géographe...

Job LE GAC
Lundi 26 octobre 2015

@Tudual: ça y est, la carte a été rajoutée .. ! (là encore, il fallait qu'on la récupère pour pouvoir informer "le plus grand nombre" .. !

@Yann le Bleiz : Puisque apparemment, nous ne serions pas des plus démocrates, je vous invite à organiser le prochain débat, lequel sera surement bien plus démocrate que le notre . .! Je ne vous connais pas, mais je suis certain que vous allez briller par la qualité !! . . A moins que vous seriez un adepte du "ya ka, faut qu'on" . .. ?

yanneutch
Lundi 26 octobre 2015

Si deléon n'a pas été exclu, pourquoi n'était-il pas au débat? (ce n'est qu'une question).

trugarez

konan Lasceau
Mardi 27 octobre 2015

La Basse Cour d'élus "Bretons" est élevée au même grain français, celui de science PO et l'ENA.

les Poules dites Bretonnes peuvent donc caqueter indéfiniment "régionalisme, régionalisme,tu l'a vu mon livre et ma Bretagne, Oui la Bretagne" ... il ne sort portant rien de ce chapeau depuis fort longtemps !

il n'y a donc pas de différence entre la politique Sarkozienne et celle du Hollandisme. C'est le même Jacobinisme. A la sortie de science Po ou de l'ENA chacun choisit un camp par défaut.

Et....cela peut durer encore longtemps, car l'Ennemi des Bretons c'est la Finance (curieusement le même ennemi que notre bon blagueur "François")

Et par dessus tout Les Bretons peuvent se glorifier d'un Ministre de la Guerre, qui a pris la suite Libyenne du talentueux Sarkozy et tout ce beau monde s'effarouche des centaines de milliers de personnes qui ne veulent pas rester sous les Bombes, les ... !

Ha, oui j'oubliais ...on ne veut plus de Nationalité en Europe afin de satisfaire les multinationales qui sont parties faire leur marché en Grèce.

Pour en revenir à nos PORCS Bretons, il parait que l'on va mourir d'un cancer si on mange trop de charcuterie, ben voilà une bonne nouvelle au moins on mourra à cause de nos galettes saucisses ! Par contre pour les éleveurs quelle pub !

Yann le Bleiz
Mardi 27 octobre 2015

@ Tudual Radiguet

Je partage votre texte.

Juste un point, je pense mal comprendre, c'est très certainement de l'ironie: "car s'est bien connu, la Bretagne ne peux se comparer avec d'autre pays car elle a sa propre spécificité.."

La Bretagne n'a rien de spécifique, sauf à être la Bretagne, un pays comme des centaines d'autres, une nation comme des centaines d'autres...

Si les Bretons ont une spécificité, ce serait à mes yeux d'être l'une des plus anciennes nations d'Europe ayant eu sa propre gouvernance (propres institutions) du 6ème siècle à la fin du 18ème siècle et de voir aujourd'hui les Bretons se comporter comme si tout cela n'avait jamais exister (milieu militant breton de gauche en tête).

Diwan :

Je modérerai. Si Diwan existe, c'est surtout par la masse des parents anonymes qui font vivre les écoles avec toutes les difficultés misent en place par l'Etat (et ces parents n'ont pas connu le mai 68 parisien). La réalité, avec seulement 300 bacheliers pour un pays de 4,5 millions d'habitants, nous sommes très certainement le pays qui en fait le moins mais qui mythifie le plus.

@ Job LE GAC

Je vous proposerai bien une autre voie, dans l'idée de celle d'Alex SALMON.

Alex SALMON est entré au SNP alors que celui-ci faisait quelques % de voix, aujourd'hui le SNP dirige l'Ecosse. En Bretagne, personne ne peut se valoir d'un tel parcours.

Or Alex SALMON, suite à l'échec du référendum a eu la modestie de laisser sa place aux jeunes pour mener l'élection suivante : Résultat, le SNP est entré à Westminster tel un tsunami.

Alex SALMON, en plus de construire le SNP, avait former les jeunes à prendre la suite!

Je propose que les membres du conseil culturel de Bretagne, de Kevre Breizh est autres institutions censées défendre la Bretagne en face de même, que les vieux routiers indéboulonnables laisse la place aux jeunes!

Sauf que je doute que nos vieux routiers aient formé les jeunes. Et concernant les jeunes, Kevre Breizh s'est surtout distingué en les dénonçant!

Néanmoins, l'idée peut avoir du sens!

Paul Kerguelen
Mardi 27 octobre 2015

@ Yann le Bleiz

Pour ce qui est des spécificités sur la Bretagne, je confirme: c'était bien de l'ironie, une réponse sous-jacente à ceux qui ne cessent de répéter que l'on ne peux transposer le cas de l'Écosse ou de la Catalogne à la Bretagne, celle-ci ayant ses propres spécificités...Qu'il ne faille donc pas prendre exemple sur elles (qui font passer leur indépendances avant une idéologie mais y arrivent quand même) et que nous ne pouvons nous inspirer de ce qui réussit ailleurs...

Il va sans dire que je partage totalement la mise au point faite dessus!

Pour ce qui est de Diwan, je ne parlais pas du Diwan actuel, mais celui de la création, de celui crée par des parents post soixante-huitard, dans un appartement. C'est grâce à eux, qui, sans attendre Paris, que les écoles Div-yezh et public en Breton existent. Sans eux, ou en serait l'enseignement du Breton?!?

Cet exemple afin de démontrer que l'on ne peux reprocher aux gauchistes ou post soixante-huitard de n'avoir rien fait.

Rendons aussi à César ce qui appartient à César.

Bref, je ne suis pas contre ceux qui sont de gauche. C'est une conviction idéologique qui se respecte, comme TOUTE conviction idéologique.

C'est la règle du jeu démocratique.

Mais ce qui a le don de me mettre hors de moi, ce sont les partis politiques, tel l'UDB, qui font passer leur idéologie avant l'autonomie ou l'indépendance de la Bretagne, et qui, se pensant les tenants de la vérité, excluent les autres ne correspondant pas à leur ligne idéologique.

Ce n'est pas à eux de nous imposer une idéologie, mais aux Bretons de choisir celle-ci, une fois autonome ou indépendante.

Or, actuellement, nos partis (encore une fois hormis NCI) nous proposent non pas de nous amener à l'autonomie sur une base de l'autonomie, mais sur une base idéologique. Et nous avons vu ce que cela à donner dans les pays où les partis ont agit ainsi (souvent avec le mot Démocratie dans leur noms).

En agissant de la sorte, c'est mettre de côté l'autre moitié de la population qui ne veux de cette idéologie.

Voie de succès garantie si l'on joue le jeu des élections!

Non. Soit on est autonomiste, soit on est indépendantiste. Tout autre, n'est que faire le jeu de Paris, des jacobins. Atteignons d'abord soit l'une, soit l'autre, et après, cela sera aux Bretons de choisir leur idéologie au pouvoir.

Le jour ou le mouvement Breton aura compris cela, peut-être alors avancerons nous!

Mais je sais aussi que je prêche un converti....

Yann le Bleiz
Mardi 27 octobre 2015

@ Tugdual Radiget,

Diwan :

Oui, l'idée de Diwan était bonne, mais comme je le disais, cela existe dans tous les pays!

Ils l'ont fait, c'est bien, mais est-ce une raison pour qu'on nous bassine avec mai 68 pour le reste du 21ème siècle. Je ne le pense pas.

L'objectif aujourd'hui, c'est de faire qu'en Bretagne tous les jeunes puissent avoir accès à l'enseignement du Breton, et là, on trouvera certainement d'autres 68tards indéboulonnables qui s'y opposeront vivement!

La Gauche:

Etre de gauche, ça veut dire quoi?

Pour moi, la seule gauche compatible avec la Démocratie est représentée par les Sociaux-Démocrates, mouvement issue des Socialistes et qui a fait sécession à la fin du 19ème siècle en Hollande, au Danemark, puis en Allemagne.

Le reproche fait à l'époque était que les Socialistes n'avançaient que sur le principe aveugle de l'idéologie et non sur la réalité du monde : notamment pour imposer aux autres leur vision et pour nier la réalité, particulièrement en ce qui concerne l'économie de marché.

Donc, les Hollandais, Danois et Allemands, ont compris cela dès la fin du 19ème siècle.... Il y a plus de 100 ans!

D'ailleurs, dans les pays du nord de l'Europe, les Sociaux-Démocrates passent souvent des alliances avec les Libéraux, qui pourtant n'ont pas le même positionnement surtout vis à vis de la place de l'Etat dans la société! Ce qui est un signe d'ouverture d'esprit!

En Bretagne au 21ème siècle avec l'UDB, nous sommes dans la version la plus idéologique qui soit.

1 siècle de retard sur nos voisins! Pour le coup, oui, là, on peut dire que nous sommes des ploucs!

La raison en est simple, le socialisme est historiquement très lié au jacobinisme, et maintenir le socialisme en Bretagne comme en France, permet de limiter le débat démocratique.

F.Hollande en redécoupant la France, comme jadis l'Afrique, nous l'a d'ailleurs bien démontré...!

N'oublions pas que ce sont les "forces de progrès" qui ont colonisées l'Afrique et détruit en grande partie leurs identités!

L'UDB est socialiste, donc rien a attendre d'eux!

A la grande différence du SNP qui est Social-Démocrate!

La différence peut paraître mince, mais après 70 ans de paralysie du mouvement breton, ils seraient tant que l'on en tire des conclusions!

L'autre problème, c'est que les Libéraux et Chrétien démocrates bretons ne s'assument pas! Coincé qu'ils sont entre l'idéologie Républicaine (liberticide) et l'accusation très utilisée par l'UDB et l'Etat Français, qu'en Bretagne être de droite et indépendantiste = fascisme!

Ce ne sont pas des Sociaux-Démocrates qui agiraient ainsi, le SNP n'agit pas ainsi!

Résultat, rien ne bouge en Bretagne et l'UDB est toujours au centre du jeu!

(Je pense que Troadec n'arrivera pas à faire passer l'UDB dans la ligne Social-Démocrate, mais j'aimerai beaucoup me tromper!)

Damien Kern
Mardi 27 octobre 2015

Mai 68, les barbus bretons, le modèle etasunien. Politiques français de droite et gauche ont un point d'accord : le repoussoir etasunien.

Mai 68 a pour origine les campus américains; en France on pense que c'est Nanterre qui influence le monde entier.

Regardons un peu ce modèle.

C'est une fédération de +/-52 états - 330 millions habitants - 335 députés et 100 sénateurs ( 2 par état - pour contrebalancer les métropoles et l'abus de majorité ).

Prenons l'exemple d'un état moyen : Louisiane - 4.7 millions d'habitants. Cet état envoie 6 députés et 2 sénateurs.

En Bretagne administrative - 3.2 millions habitants, ils sont 27 députés et 14 sénateurs. Il faudrait y ajouter les 3 ou 4 députés EU (un grand total de 45). (Un état US équivalent enverrait 4 députés et 2 sénateurs )

La France est pays très intéressant pour une carrière politique. Les citoyens sont choyés.

Les langues régionales.

La France a UNE langue officielle, ensuite on peut brasser du vent indéfiniment pour en mettre une autre. L'état fédéral US n'a tout simplement pas de langue officielle. Chaque état fait ce qu'il veut, la moitié des états ignorent le concept de langue officielle.

Ex : Louisiane : anglais et français.

L'éducation est évidemment décentralisée, pas de ministre federal de l'éducation.

Trop simple pour l'esprit français.

Léon-Paul Creton
Mercredi 28 octobre 2015

« Résultat, rien ne bouge en Bretagne et l'UDB est toujours au centre du jeu! »

« (Je pense que Troadec n'arrivera pas à faire passer l'UDB dans la ligne Social-Démocrate, mais j'aimerai beaucoup me tromper!) »

Yann Le Bleiz

L'UDB est ( ?) au centre du jeu…Peut-être ! S'il l'est, c'est parce que quelqu'un accepte de la laisser s'y placer… La mollesse, le laisser faire de C.Troadec est assez significatif . Je trouve que le taureau de Carhaix a plutôt la corne molle dans ce cas là !

Mais moi je « … n'aimerai pas beaucoup me tromper ! ». L'UDB doit disparaître car elle est depuis longtemps un « ennemi intérieur » ! Qui s'ignorerait comme tel? J'ai quelques doutes. ! Elle doit être oubliée (sauf pour montrer ce qu'il ne faut pas faire) et qu'éventuellement de ses militants sincères privilégiant l'autonomie ou l'indépendance bretonne…Se retrouvent… ou plutôt se « dispatchent » ailleurs !

Je pense qu'une majorité d'entre eux devraient se mettre au jardinage, culture du chanvre (ça rend joyeux à ce qu'il paraît) par exemple, et oublier la Bretagne et la politique, qui s'en porterait beaucoup mieux!

Ils en ont fait assez comme cela, ils ont bien mérité de se reposer !

Yann le Bleiz
Mercredi 28 octobre 2015

@ Damien Kern

Très belle démonstration...

Mais nos 68tards bretons qui admirent Paris et Nanterre, au mieux abandonnerons la lecture de votre texte aux bouts des premières lignes, au pire balayerons votre présentation en vous cataloguant de fasciste à la solde de l'Amérique (Amérique qui reconnaît la violation des droits bretons, se dit en passant!)

Le problème, c'est qu'une grande partie du milieu breton est forgée sur ce modèle. La Bretagne n'est qu'un tremplin pour eux, leur conviction ne dépasse pas leur idéologie primaire sur fond de recherche d'intérêt personnel.

Pas question de se remettre en cause et surtout pas pour la Bretagne.

D'où le fossé avec les Ecossais, Gallois et Catalans!

D'où, la fuite des ténors de l'UDB vers le PS, sachant que l'UDB qui reste n'est pas pour autant débarrassée de l'idéologie primaire.

Mais tout cela n'est possible que par la faiblesse des Sociaux-Démocrates et surtout des Libéraux et conservateurs bretons qui n'osent pas s'affirmer car ces courant de pensée bien que majoritaires en Europe sont minoritaires en République (on est en doit de se poser la question sur le pourquoi?).

Bernez Arvor
Mercredi 28 octobre 2015

Dire que mai 68 est un mouvement parisien, c'est une véritable mépris pour toutes les luttes sociales et politiques et pour tout le renouveau culturel des années 68 et suivantes en Bretagne

Paul Kerguelen
Mercredi 28 octobre 2015

@ Yann le Bleiz

Reste un sérieux problème et de poids!

Le reste de la population bretonne!

Après tant d'année à vouloir détruire notre histoire, beaucoup de nos concitoyens ont finis par croire qu'ils étaient français et croient encore que sans la france, nous coulons et que c'est grâce à la france que nous ne sommes plus dans la misère.

Même si c'est oublier que c'est la france qui nous a appauvrit, et que si longtemps la Bretagne a été une terre pauvre, c'était aussi dû à la france.

Et suivant les sondages, même s'ils ne valent que ce qu'ils valent, la Bretagne serait prête à réélire...le PS bien français!

Il nous faut avouer un certain masochisme! que nombre de région française ne comprennent pas.

Mais là aussi, tant que le "mouvement" Breton, au lieu de vouloir faire passer une idéologie avant la Bretagne, tant que tous les partis ne se seront pas alliés pour créer un vrai équivalent d'un SNP faisant passer la Bretagne avant leurs clochers, le reste de la population ne nous suivra pas.

Il y a pourtant une demande. Il ne reste qu'a enclencher le mécanisme. Mais tant que l'on ne proposera pas une unité afin d'obtenir l'autonomie, nous n'y arriverons pas.

Troadec fait du bon travail. Il faut le reconnaître.

Mais il a choisit aussi l'exclusion de certain... Or ce n'est pas en excluant certains que l'on peut se présenter en rassembleur. Cependant, son score sera peut-être aussi l'étincelle qui mettra la machine en route. Dommage que juste derrière, il y ait l'UDB qui sous couvert de la Bretagne a souvent jouer contre au nom d'une idéologie de gauche et qui aime exclure les autres car non conforme à leur idéologie....

Pour ma part, j'ai choisi. Je ne joue pas avec ceux qui exclut les autres, au nom d'une idéologie, mais avec ceux qui font passer la Bretagne avant, avec comme but, l'indépendance....

Yann le Bleiz
Mercredi 28 octobre 2015

@ Bernez Arvor

"Dire que mai 68 est un mouvement parisien, c'est une véritable mépris pour toutes les luttes sociales et politiques et pour tout le renouveau culturel des années 68 et suivantes en Bretagne"

Vous avez raison, nos grands parents étaient des tarés qu'il fallait mettre aux oubliettes de l'histoire.

Mai 68, c'est une révolution de gosses de riches qui avaient les moyens de faire les andouilles.

On l'a fait passer pour une révolution populaire pour niquer le peuple une fois de plus. Et ca marche...!

Les bobos sont rentrés à la maison retrouver le fric de papa-maman, et les syndicats sont devenus plus jacobins que jamais copains comme cochons avec le pouvoir central...

Aujourd'hui, même pas 6% d'encartés chez les syndicats!

Ce qui permet aux Enarques de détruire les PME et ETI, et de délocaliser massivement l'industrie!

Epaulé en cela par un système éducatif devenu totalement défaillant!

Du fait, un gosse d'ouvrier est celui qui de toute l'Europe à la plus faible possibilité de s'élever dans l'échelle sociale!

Comme révolutions sociales et politiques, oui on peut dire que cela en fut une...!!!

Ne m'en voulez pas, si je préfère être du coté des 7 milliards de personnes qui méprisent ou se moquent bien du formidable élan social que fut ce délire de bourgeois parisien!

@ Tugdual Radiguet

On ne tue pas un peuple, mais comme je le dis toujours, ce n'est pas le peuple breton qui souffre le plus de la République même s'il souffre énormément, c'est le peuple français qui lui est totalement identifié à ce délire au point de ne plus savoir qui il est.

Le véritable risque est que la déculturation des Français les rendent de plus en plus compatibles d'une dérive totalitaire...!

Voir la réflexion du précédent intervenant, pourtant breton!

yanneutch
Jeudi 29 octobre 2015

" Tangi Louarn n'a pas «décidé» d'exclure Deléon, je peux en témoigner; alors, il faut arrêter de dire n'importe quoi !! "

Donc il n'a pas été exclu, on a juste omis de l'inviter ? Subtil détail...

Colette TRUBLET
Vendredi 30 octobre 2015

Aucune Bretonne dans la série de ces commentaires ... On croirait même qu'ils sont complètement calqués sur le modèle français avec les disputes des uns et des autres pour avoir le dernier mot. L'objectif de la réunification qui emporte une majorité d'opinions favorables depuis des décennies disparait sous l'écran de fumée des supputations de droite de gauche des extrêmes et tout ça est très très fragile, très facile à manipuler par ceux qui possèdent l'art de la poudre aux yeux; NOUS N'AVONS AUCUN ENNEMI À DÉFAIRE. NOUS N'AVONS QU'UN SOUCI : LA RÉUNIFICATION. et si nous voulons absolument un ennemi visons le jacobinisme. Notre avenir en dépend. C'est par ailleurs le sens de l'histoire : Ne voyez-vous pas que les métropoles s'installent là où les Régions reconstituent les pays de l'hexagone? Ne voyez-vous pas que la Région parisienne est en train de reconstituer l'Ile de France, très différente de l'Alsace, de la Bretagne, de la Corse? Ne voyez-vous pas le mouvement vers une démocratie de proximité qui répond à la mondialisation? Ne voyez-vous pas que des mouvements de fond agitent l'Europe, mouvements qui n'ont pas encore atteint leur expression politique. ( cf : Colibris - mille révolutions tranquilles et plus près de nous : Trémargat et beaucoup d'autres)Les deux objectifs susceptibles de faire basculer sans dégats excessifs et sans lutte armée sont la RÉUNIFICATION de la Bretagne et le FÉDÉRALISME en France et en Europe.

ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 7 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.