Les Bonnets rouges sont-ils compatibles avec le système politique français? (2)

-- Politique --

Point de vue
Par Christian Rogel

Publié le 31/12/13 14:26 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Les Bonnets rouges sont difficiles à classer

Dans la première partie (voir notre article), nous avons indiqué que les Bonnets rouges sont en train de bâtir « une machine politique, et non pas un parti », à partir d'une alliance intercatégorielle (agri-ali-transport), qui a rallié d'autres couches de la population bretonne, principalement des travailleurs indépendants (commerçants, professions libérales), mais, aussi des ouvriers, des employés et des techniciens.

Le brandissement du drapeau breton et le renvoi aux Bonnets rouges de 1675, incompréhensible dans un État dont la mémoire est saturée d'idéologie centraliste, a paru exotique et décalé à nombre d'observateurs et à nombre de Bretons eux-mêmes. Comme des menaces sur des usines ont été l'une des deux étincelles, on s'est, naïvement, référé aux positions réelles ou supposées des syndicats ouvriers.

Le déchiffrage politique s'est, souvent, limité à des simplifications et à l'inventaire des différences, alors que l'originalité foncière était, justement, l'alliance d'organisations syndicales d'agriculteurs, de transporteurs et de PME, ainsi que d'une fraction des salariés impactés par l'écotaxe et par les licenciements (abattoirs, camionneurs salariés et autres). (voir notre article)

La suppression de l'écotaxe est une revendication unificatrice, mais, reformulée comme « le maintien de la gratuité des routes en Bretagne », elle a une dimension toute autre.

Une coagulation politique s'est produite et 2014 « verra,  ou ne verra pas », son élévation au rang de facteur agissant de la politique en France, puisque les rares mouvements qui se produisent en Bretagne ont toujours influé sur la France. En fin d'année, beaucoup croient que l'affaire est finie, mais, ce n'est pas parce que les médias ont détourné leur attention que les Bonnets rouges ont disparu.

Le mouvement en gestation viendra-t'il contredire l'analyse du politologue, Romain Pasquier : « Il manque ...une colonne vertébrale intellectuelle à ce mouvement. Il n'y a pas un projet de développement alternatif qui émerge... C'est un mouvement essentiellement cantonné en Basse-Bretagne. Son échec pour le moment, c'est de ne pas avoir essaimé en Haute-Bretagne. » (Le Télégramme, 29 /11/13) ?

Que disent les Bonnets rouges ?

Le Collectif « Vivre, décider et travailler en Bretagne » a publié deux textes fondamentaux.

Le premier est paru sous la forme d'une tribune libre de Thierry Merret, président de la Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles du Finistère (FDSEA 29), (« Le Télégramme » , 01-12-2013), au lendemain même de la manifestation de Carhaix où il en avait lu une partie.

Après avoir défini « le peuple » venu à Carhaix comme de « de simples citoyens (et, parmi eux,) salariés, artisans, commerçants, marins-pêcheurs, transporteurs, entrepreneurs ou paysans, il s'exclame : « Nous ne voulons, ni du jacobinisme parisien, ni du jacobinisme rennais ! Depuis de trop nombreuses années, la France n'est plus gouvernée, elle est administrée par des bureaucrates ! »...  « Le Collectif a des propositions transversales, mais, aussi, des propositions par secteur d'activités à défendre pour libérer les énergies et redonner un élan à l'économie bretonne et ses emplois. Il est scandaleux de présenter un Pacte d'avenir, mercredi [4 décembre], dans de telles conditions ! Ces propositions, nous voulons prendre le temps de les formaliser et de les faire partager au plus grand nombre et, notamment, à nos organisations dites «représentatives ».

Le Collectif a donc un plan pour l'avenir, qui passe par le recueil des propositions des organisations professionnelles et, aussi, des simples citoyens, sous la forme d'un grand « cahier de doléances » breton. Il s'inscrit donc dans la nouvelle logique du partage et de la promotion de la société civile, avec, en plus, la « libération des énergies ».

Énarque, mais, aussi, présidente de Région, Ségolène Royal a-t'elle voulu pointer cette amorce de démocratie participative, quand elle a dit : « Moi, je préfère des peuples en mouvement à des peuples apathiques et qui se disent, on n'a plus rien à faire, ni même à revendiquer. (Dans) la levée des Bretons, il y a quelque chose qui est assez réconfortant. » ? (Canal +, le 9/11/13). Yvan Rioufol, chroniqueur très libéral au Figaro et admirateur des anti-mariage pour tous, voit dans les deux mouvements une émergence positive de la société civile face aux politiques (Débat sur France 24, 30-12-13).

Une Charte très bretonne et très morale

La Charte des Bonnets rouges (voir le site) est une plate-forme de ralliement que les comités locaux doivent adopter à leur première réunion. Entre 30 et 40 ont été créés entre le 1er et le 31 décembre 2013 (voir le site)

La Charte affirme que la Bretagne a un futur, ce qui n'est pas original, mais, ce qui l'est plus, c'est l'absence de références à la France. La Charte vise le  «territoire breton, en intelligence avec les populations concernées. » Les dirigeants, ne sont mentionnés nulle part, excepté sous l'angle « de l'avalanche de normes et de contraintes administratives. », mais, aucune demande de baisse des impôts, car, ce n'est pas une révolte anti-fiscale.

Les élections à venir sont, aussi, absentes, tant il est vrai que celles de 2014 (municipales et européennes) n'offrent aucune possibilité pour les revendications portées.

Les objectifs sont  «le maintien de l'emploi et du travail productif » et «l'aménagement et l'équilibre du territoire breton«.

Les valeurs sont définies par la dépendance les uns par rapport aux autres, la construction collective de la Bretagne, le progrès, la solidarité, la confiance et l'humanisme.

On retrouve donc le slogan, Nous te ferons Bretagne (Xavier Grall), qui a été celui des listes emmenées par Christian Troadec aux élections régionales de 2008. C'est ce que la presse parisienne appelle avec un peu de mépris, « le régionalisme », qui est perçu comme une désertion devant l'appel à la « solidarité républicaine ». A une concurrence des mémoires s'ajoute une sorte de concurrence des solidarités.

Nous ne nous reconnaissons, ni dans la haine, ni, dans le rejet de l'autre.  Outre, l'écho à la morale chrétienne, bien accordé à l'histoire politique de la Bretagne, il s'agit de parer à deux accusations :

- celle du repli sur soi qui exclurait ceux qui n'appartiendraient pas à une communauté virtuelle des Bretons

- celle d'une proximité avec le Front national. Les leaders n'en ont jamais montré, et l'opposition frontale est explicite dans la bouche de Christian Troadec.

Pour confirmer l'aspect moral : »ceux qui adoptent ces objectifs et ces revendications sont dignes de porter, avec nous, le bonnet rouge". La dignité est une valeur humaine universelle, mais, elle était un leitmotiv (parfois théorique) de l'ancienne civilisation paysanne, présente dans les mémoires bretonnes.

Les quatre revendications des Bonnets rouges

Sur l'affiche qui annonce les « États-Généraux de Bretagne/Breujoù Beizh », qui auront le lieu le 8 mars 2014 à Morlaix, sont résumées les 4 revendications de la Charte :

- Maintenir la gratuité de nos routes et supprimer l'écotaxe

- En finir avec les distorsions de concurrence et le dumping social

- Libérer les énergies et en finir avec le carcan administratif et jacobin

- Relocaliser les décisions nous concernant

La Charte ne mentionne, ni la France, ni le gouvernement, mais, elle énonce des demandes qui sont, a priori, inacceptables, bien qu'en vigueur dans les territoires d'Outre-Mer qui ont un gouvernement autonome et un pouvoir législatif (Nouvelle-Calédonie, Polynésie).

Il est proposé, ni plus, ni moins, que d'en finir avec le mode de gouvernement établi par Napoléon, celui des préfets qui prennent leurs ordres dans les cabinets parisiens.

Or, Ouest-France-Dimanche (29-12-13) souligne que les demandes de transfert de responsabilité émises par les élus régionaux socialistes ont été rayées du « Pacte d'avenir de la Bretagne » par le Ministère de la Culture (voir notre article).

Le Célib (1950-1970), bien que pionnier dans la demande de régionalisation, avait du, par réalisme, se concentrer sur des demandes d'infrastructures économiques majeures, obtenues en 1968. Les Bonnets rouges, et les forces vives qui les appuient, ont fait leur révolution copernicienne : les infrastructures économiques ne seront créées ou améliorées que si un pouvoir local de décision est créé en Bretagne, puisque l'État avoue son impuissance à le faire.

Les autres régions ne sont pas mentionnées, mais, Thierry Merret et Christian Troadec ont dit qu'ils ne voulaient pas parler à la place des autres régions, par respect de la volonté des populations concernées. Ce refus de globaliser met la démarche des Bonnets rouges à l'abri d'une récupération par le système politique français, mais, elle est à double tranchant : pas d'interférences de débats externes, mais, pas de traduction rapide dans la réalité.

Dans une troisième partie, nous examinerons la construction de la la machine politique.

Rappel : Christian Troadec, conseiller général et maire de Carhaix, et Thierry Merret, sont, avec Olivier Le Bras, responsable syndical à l'ancien abattoir Gad, les trois porte-paroles officiels du Collectif « Vivre, décider et travailler en Bretagne »

Christian Rogel

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1614 lectures.
mailbox imprimer
Christian Rogel est spécialiste du livre, de la documentation et de la culture bretonne.

Vos commentaires :

T K X G
Mardi 31 décembre 2013

A la rédaction pour Christian Troadec,

De la part de deux Suisses venus hier à Carhaix devant la Mairie, nous vous remercions de ce que vous faites pour la Bretagne. Bloavezh mat!!

Ed Du
Mardi 31 décembre 2013

C'est de la part de Ed Du!

Michel Prigent
Mercredi 1 janvier 2014

Cà y est, cette fois c'est certain ! F.Hollande en nous adressant ses meilleurs voeux nous a promis en 2014, une avancée sur la décentralisation.

D'ailleurs, il l'a déjà entamée en 2013 en accédant à toutes les demandes formulées par les lobys politiques des collectivités:

-Création d'une couche suppléméntaire au mille feuille territorial: La Métropole.

-Parité homme/femme des élus dans les conseils départementaux qui se traduit tout au moins en Loire Atlantique à en augmenter le nombre de 5%.

-Restauration de la compétence générale à tous les niveaux des collectivités locales.

Le statut catégoriel des élus ayant été préservé, voire amélioré, promis, juré il va s'occuper de réduire la dépense publique de 15 Md¤ après nous avoir dit il y a 6 mois qu'il engageait des mesures de simplification administratives à hauteur de 3 Md¤.

Si je fais un calcul élémentaire, ces économies équivalent à la suppression de 400 000 postes de fonctionnaires, cà il ne nous l'a pas dit.

Ou alors, ces 18 Md¤ d'économies seront prélévées sur les budgets d'investissement dont les 3/4 sont imputables aux collectivités, ce n'est pas bon pour la croissance, bien qu'avec la solution maintenant généralisée (à l'anglaise) du PPP (partenariat Public/Privé) pour réaliser les équipements publics, une nouvelle astuce a été trouvée pour étaler, par la formule du leasing, les investissements sur des dizaines d'années, soit en clair, pour étaler l'endettement dans le temps.

Je ne pense pas me tromper en prévoyant que cette loi 2014 sur la "décentralisation" va consister à reporter sur les collectivités le financement improductif du social, du chômage et peut être avec un peu de chance des compétences déléguées en matière de perception fiscales (en espérant que Bercy n'impose une formule uniforme sur tout le territoire comme de confier les taxes qui se substituent à la Taxe professionnelle exclusivement à la Région, donc au pouvoir politique et non à la gestion du payeur patronal qui s'en servait pour la formation).

Car plus que de compétences octroyées, les collectivités ont surtout besoin de liberté de gestion et donc de responsabilité.

On est encore loin d'une France fédérale.

kris Braz
Mercredi 1 janvier 2014

Pour ceux qui connaissent mal Thierry Merret ou pourraient avoir des illusions sur le personnage, un intéressant article du site S-eau-S : (voir le site)

Une question bien naïve : Merret est bien président de la FDSEA29, non, et membre de la chambre d'Agriculture et autres organisations agricoles. A Notre Dame des Landes il va y avoir des paysans expropriés et quelque 1600 ha de terres agricoles détruites. Ne serait-ce pas le rôle d'un paysan syndicaliste de défendre ces personnes et ces terres ?

Bloavezh mat.

Christian Rogel
Mercredi 1 janvier 2014

@Chris Braz

T. Merret ne peut prendre de position différente de celles de la FDSEA 44. Celle-ci ne condamne pas le principe de NDDL, mais demande que le maximum de surface agricole soit conservé et qu'elle soit associée aux opération de mise en conformité avec le loi sur l'eau.

Naon-e-dad
Mercredi 1 janvier 2014

« Il s'agit de parer à deux accusations », commente Christian Rogel, en citant - extraite du paragraphe « Nos valeurs » de la Charte des Bonedoù ruz - la phrase suivante : « Nous ne nous reconnaissons, ni dans la haine, ni, dans le rejet de l'autre. ».

Ce commentaire- « Il s'agit de parer à deux accusations » semble - de bon aloi, de prime abord. A y réfléchir, pourtant, ce type de commentaire postule une inféodation de facto au regard, réel ou supposé, de l’autre. L’autre étant en la circonstance, le nuage des médias qui regardent la Bretagne de l’extérieur. Et qui usent d’un référentiel élimé, trop largement décalé par rapport à celui des Bonedoù Ruz. Ce référentiel extérieur - autoritarisme contre-productif et conservateur; centralisme figé et mortifère incapable d’adaptation aux besoins réels politiques, culturels au sens large, économiques,…- est bien souvent désigné sous l’appellation générique de « jacobinisme » qui est à l’idéal Républicain ce que le formica est au bois massif, un apprêt superficiel et trompeur .

La Bretagne, de nos jours encore, préfère l’authentique et la vie à toute contrefaçon. Or le Jacobinisme, qui profite à quelques-uns – lobbies, courants de pensée, idéologies « tri-colorisées » - , l’Armorique n’en a jamais voulu, et surtout en a beaucoup souffert, jusqu’à être amputée de libertés élémentaires et d’un fragment de territoire ( la Loire-Atlantique)… Contre cela, il faut autre chose que de la comm’(unication) élyséenne!

Voilà contre quoi les Bonnets Rouges se lèvent, pour exprimer l’impérieux besoin de rénover et dépoussiérer une culture politique française, qui sent la naphtaline et masque à peine. Qu’il s’agisse de Gauche ou de Droite d’ailleurs, on perçoit bien depuis la décennie écoulée, cette sorte d’abdication face à l’axe structurant de la montée vers la Démocratie…. Peut-être la gouvernance européenne, si secrète, ainsi que la gouvernance financière mondiale, si redoutable, ont elles leur part dans cette impression prégnante. Or, il s’agit d’ouvrir les palais de verre et de néons, de leur faire retrouver le goût de l’air, si immédiatement nécessaire, si planétairement partagé. Il s’agit de réoxygéner tout çà, de respirer au vent du futur. Et la Bretagne tonique, de mémoire humaine, est habituée aux humeurs océaniques, aux vents qui vont vers, ou viennent de l’ailleurs.

C’est cela la Tradition ici, un vouloir vivre ensemble, un vouloir être-soi, en relation transocéanique, avec les autres.

Il n’y a donc pas lieu, à mon sens, de prendre en compte des accusations qui sont comme un auto-portrait de nos adversaires socio-politiques. Il suffit d’affirmer ce que l’on est, ce que l’on veut être. L’énoncé de valeurs n’est pas là pour servir de possible bouclier distinctif face à l’extérieur, il est là pour affirmer et dessiner sa propre intériorité. L’énoncé de valeurs est un exercice porteur d’une direction et appelant une dynamique. Fasse que les Bonnets Rouges / Bonedoù Ruz réussissent dans cette nécessaire entreprise.

« Bloavez Mad deoc’h holl ! » hervez ma vez skrivet e pannelloù-brudañ er vro ( Penn-ar-bed) !

Christian Rogel
Jeudi 2 janvier 2014

Une affirmation n'est pas toujours une défense, mais, il y a des mots tellement utilisés qu'ils deviennent codés et il est très visible que cette phrase est une référence à d'autres discours.

La formulation codée sert aussi à pointer qu'on n'est pas ignorant des fétichhismes langagiers du moment.

Savoir si cela convainc les adversaires, la réponse est dans "La mauvaise réputation" de Brassens.

PIERRE CAMARET
Jeudi 2 janvier 2014

Michel Prngent.......il a encore tellement de bons copains a placer!!

Salutations d'un pays bien tranquillle:Le Laos

maryvonne Ardouin
Jeudi 2 janvier 2014

"La Bretagne, de nos jours encore, préfère l’authentique et la vie à toute contrefaçon. Or le Jacobinisme, qui profite à quelques-uns - lobbies, courants de pensée, idéologies « tri-colorisées » - , l’Armorique n’en a jamais voulu, et surtout en a beaucoup souffert, jusqu’à être amputée de libertés élémentaires et d’un fragment de territoire ( la Loire-Atlantique)… Contre cela, il faut autre chose que de la comm’(unication) élyséenne!"

Oui, mais une communication inverse, reste une cmmunication;

le message : vivre, décider et travailler en Bretagne, cette dynamique qui fonde les Bonnets rouges me réjouit.

Mais il y a comme une lacune...

car je n'entends personne pointer vraiment la présence et le pouvoir pris sur de nombreux secteurs de l'économie bretonne par les multinationales de l'agro alimentaire, quelle plus grave atteinte à la liberté des bretons que de décider de ce qui se passe chez eux, en plus avec l'aval des collectivités et élus locaux.

et où est l'authentique et la vie quand on voit comment est maltraitée la terre bretonne par l'industrie chimique et comment sont élevés porcs ou volailles et fabriqué majoritairement de manière industrielle ce que mangent les enfants bretons.

car garantir la vie c'est garantir la santé de sa terre et de ses enfants, non ?

et naivement (!) je constate que la Bretagne tout comme l'Afrique ou la Roumanie ou la Pologne est traitée comme une vulgaire colonie

non pas seulement par l'Etat Français, mais par beaucoup plus dangereux et beaucoup plus puissant.

J'ai découvert à l'occasion des événements l'existence

du groupe américain Smithfield Foods, ses méthodes et comment il a pris la main sur tout un pan de l'économie bretonne (voir sur wikipedia sa stratégie !) et comment en septembre 2013 il vient d'être entièrement racheté par le groupe chinois Shuanghui !effarant et terrifiant !

A aucun moment dans les médias les multinationales n'

ont été citées, même pas à propos du groupe GAD ! on prend pour cible l'Allemagne,qui piquerait les emplois, encore une fois en se trompant de cible, curieux ce silence généralisé sur les vrais responsables, le marché mondial.

Et puis les bras m'en sont tombés quand j'ai voulu en savoir plus sur christian Troadec et que j'ai découvert qu'il laissait un groupe chinois investir à

Carhaix qui va produire du lait en poudre pour les petits chinois (exploiter l'or blanc breton !).

et la encore j'ai trouvé cette info en cherchant bien,tellement elle reste confidentielle

Alors là, vraiment je me suis dit, la Bretagne se laisse traiter comme une colonie, dont on vient exploiter les ressources (comme on le fait avec l'uranium du Niger !) et se trompe de responsable en collant tout sur le dos de l'Etat Jacobin.

Donc je me dis qu'on pourrait attendre un peu plus de fierté de la part de ces bretons si fiers de leur histoire et de leur culture, que j'aime et admire....

On ne supporte pas d'être déçu par quelqu'un qu'on aime....

Ed Du
Vendredi 3 janvier 2014

Si c'est vrai, alors là oui, on ne supporte d'être déçu par quelqu'un qu'on aime.

Michel Prigent
Vendredi 3 janvier 2014

Eh oui Maryvonne, ce n'est pas de hier que des sociétés étrangères, notamment anglo-saxonnes investissent en Bretagne dans la création ou l'achat d'entreprises de transformation de nos matières premières que sont l'élevage et l'agriculture, opération à bien plus forte valeur ajoutée que la production.

Au niveau national français, la tendance est la même depuis bien longtemps:

-Pour l'acier, secteur pourtant stratégique Arcelor Mittal, l'indien à raflé la production française qui, reste faible (15 M tonnes), comparée à l'Italie (30 M T) et surtout l'Allemagne (45 M T).

-Le secteur automobile aussi est phagocyté par le japonais Nissan (encore que ce partenariat avec Renault semble équitable), ou bientôt les chinois chez Peugeot.

-Ne parlons pas du secteur électronique, Hifi ou électroménager, il n'existe quasiment plus dans le secteur de la grande distribution.

-Seul le bâtiment et les TP avec des sociétés comme Bouygues, Vinci, et quelques autres conservent la maitrise nationale de leur actionnariat, de même que le secteur pharmaceutique très rentable en France du fait du laxisme de nos responsables politiques à l'égard des prix pratiqués (ex: nos génériques sont 2 à 3 fois plus chers qu'en Italie);

-En matière d'exploitation de ressources ou d'industries liées au domaine maritime, malgré un espace océanique 2è mondial, nous sommes 28è (après la Belgique) pour le transport maritime, nous avons 3 fois moins de caboteurs que l'Allemagne avec sa façade maritime modeste, notre construction navale STX de St Nazaire tenue par les coréens (30% de participation de l'Etat français quand même) est toujours sur la corde raide, les sociétés de maintenance et de réparation des navires sont aux mains des hollandais, pire, le chantier de déconstruction de nos navires militaires (dont ceux du "cimetière" de Landevennec) qui est potentiellement de 200 000 T d'acier, vient d'être attribué à la Belgique au dépend de Brest (a t'on entendu G.... "nos" élus locaux, au moins ?).

Bref, non seulement la France se désindustrialise, mais celles qui restent sont achetées par les étrangers USA, Chine, Inde...Pourquoi n'a t'il pas été possible de trouver un partenariat européen comme l'Allemagne, pourquoi la collaboration Siemens/Alsthom n'a pas pu se faire..; Ah, mais non ! Les "bôches" ne vont quand même pas acquérir nos usines ! Autant les brader aux Chinois, Qatar (dans EADS Airbus, et même dans le journal l'Humanité sans compter le PSG !).

D'ailleurs, je ne sais pas si vous l'avez remarqué, mais nos grands cerveaux parisiens sont en train de brader l'agroalimentaire français pour espérer vendre de la technologie High Tech comme le Rafale aux Brésiliens, à tel point que lorsque la production agroalimentaire française croissait de 6% celle de l'Allemagne a cru de 30%.

A ce jour, si je ne me trompe, nous sommes passés de 1er exportateur européen en agroalimentaire au 4è rang derrière l'Allemagne, les Pays-Bas (!) et l'Espagne.

Alors POURQUOI, cette déroute industrielle et agroalimentaire continue.

Nos illustres élites élues, vous disent que le Français investit très peu dans l'actionnariat: le CAC 40 est composé de 50% de capitaux étrangers, Les assurances-vie, option DSK (placement en action) ne concernent que 5% des contrats...

Oui, c'est vrai, mais j'ai une explication personnelle à ce phénomène de désaffection du citoyen pour l'entreprise, et nos "chers" élus n'y sont pas pour rien !

Comment voulez-vous que les politiques dont les 3/4 sont soit des avocats, juristes, fonctionnaires (aucun de "nos" 38 ministres (+ 1 Ayrault) n'a mis un pied en entreprise.

"La République n'a pas besoin de savant !" clamait le Président du tribunal qui allait guillotiner le grand savant Lavoisier, ce riche fermier général..;Eh bien çà n'a pas changé !

Parmi les X ministres chargés de la promotion ou de la stimulation de notre industrie, Montebourg, Bricq (obligée de supplier les entreprises pour l'accompagner à l'étranger), seule Fleur Pellerin a une crédibilité auprès des patrons.

Etonnez-vous, que dans ces conditions, les élèves des lycées techniques et bien plus encore professionnels destinés aux métiers dits manuels n'aient pas le sentiment d'être dévalorisés dans ce pays ou seuls les causeurs, vous savez ces gens de science Po, énarques, technocrates (y compris de l'UE) qui excellent à complexifier des problèmes simples (normal, ils en vivent) en vous pondant 400 000 règlements, 4 000 articles dans le code du travail, en pérennisant un foutoir structurel administratif (le Mille feuille) créateur de sièges d'élus et de bureaucrates anti-productif...

L'apprentissage, y compris pour les ingénieurs...C'est bon pour des prolos allemands besogneux et peu cultivés !

Chez nous, mon collègue prof me disais que dans son lycée professionnel, plus de la moitié des élèves de Bac Pro avait choisi de poursuivre de "brillantes" études en fac...Ils vont en bouffer de la théorie! Cà va leur faire tout drôle ! Mais après tout, c'est peut-être pour retarder l'accès au monde "redoutable" du travail.

Il est vrai que de la trilogie à Pétain "Travail, famille, patrie" il ne subsiste que "Les valeurs républicaines" (Valeurs où, comme dans la "Quenelle', on peut mettre ce que l'on veut.

Paul Chérel
Vendredi 3 janvier 2014

Comme il est difficile de répondre à des gens comme Maryvonne ! Bravo donc à Michel Prigent de s'être attelé à cette tâche ingrate et délicate. En fait, Maryvonne n'a pas tout à fait tort. Elle ne fait que répéter ce que disent les journaux (français), les politiciens (français), les éducateurs (français), etc.Ce n'est donc pas sa faute. La Faute, elle commence à l'Education nationale : dédain de l'économie, dédain des sciences et techniques, dédain de ceux qui entreprennent, dédain de ceux qui s"enrichissent, etc. le tout couronné par des media formés à la même école, ignares et les yeux bien fermés sur ce qui se passe en dehors de leur petit hexagone. Si les "étrangers" envahissent la France, c'est que la France ne vaut plus un clou sur le plan de l'industrie, de la recherche (surtout appliquée), de l'avance technologique. La Bretagne en subit le contrecoup. Heureusement, pour elle (si l'on peut dire) elle a encore une population jeune, courageuse, travailleuse. C'est ce que recherchent les "méchants" étrangers pour en profiter et gagner des sous,sauf grèves bien entendu. Paul Chérel

PIERRE CAMARET
Vendredi 3 janvier 2014

M.PRIGENT.Au milieu de l' environnement bouddhiste (Laung Prabang),ou je me trouve,une peur me prend: Le mouvement les Bonnets rouges ,ne va t-il pas finir comme une simple Jacquerie???.

Léon-Paul creton
Vendredi 3 janvier 2014

Michel Prigent je n'ai qu'un mot ... BRAVO!!! Pour cet envoi!

maryvonne Ardouin
Vendredi 3 janvier 2014

j'ai 2 hypothéses, soit il était très difficile de me répondre sur tout, soit c'est un choix.

Il était facile de tomber dans le panneau des clichés, en me mettant dans le lot des ignorants ou des victimes, pauvre Maryvonne, pauvre victime, pardonnez lui car elle ne sait pas ce qu'elle

dit....

(l'être-soi dont parle Naon e dad, ne se réduit pas à

l'Entre soi et me semble une vision riche de sincérité,donc de générosité en soi, mais qui ne va pas de soi pour tout le monde)

En tant que bretonne de mère et adhérente à Bretagne Réunie, mais vivant en terre non bretonne,

j'ai pris cela pour du dédain et cela m'a rappelé ce

que me racontait maman.

Quand elle était pensionnaire à Plouarzel et qu'on la traitait de mauvaise chrétienne car elle ne donnait pas le sou pour les pauvres petits chinois..(en 1930 on leur faisait la charité, aujourd'hui on leur vend du lait en poudre, drôle d'évolution !)

alors que pour elle c'était pomme de terre et pomme de terre, pendant que pour la table à coté,celle des bons chrétiens, c'était viande à volonté,...

De cette Bretagne là, je ne suis pas fière, celle de la morale et du mépris (et de la division entre bretons).

Quant à l'analyse de notre système éducatif national,

j'y souscris totalement, mais qu'ont fait les élites bretonnes,les enseignants bretons eux même en interne, se sont ils rebellés, ont ils été force de contestation ?

(cf le débat entre Per Jakez Elias et Xavier Grall)

Et autre lacune, de nouveau,

de ne pas répondre à mes autres arguments

en mettant seulement l'accent sur l'aspect étranger de ces sociétés (qui viennent exploiter la belle jeunesse bretonne...), là où je parlais d'abus de pouvoir financier (au niveau mondial,ou européen, ou Français)

Aucune réponse à mon argument sur la co-responsabilité

des bretons eux même et leurs contradictions.

Rien sur l'exemple de Christian Troadec avec son usine chinoise , mais j'aurais pu aussi citer Thierry Merret

dont la vision de l'emploi agricole s'encombre peu de la qualité de la terre et de l'eau en Bretagne, , mais aussi des mauvais choix stratégiques de GAD,

qui n'est ni chinois ni parisien !

Les choix politiques ou économiques (des élus ou des acteurs économiques bretons) de produire a tout prix ont ouvert eux même la brèche aux investissements étrangers, par la loi de la compétitivité, cheval de troie qui les a mis à la merci des grands groupes

(les Coopératives céréalières et laitières du Poitou Charentes ont fait les mêmes erreurs stratégiques !)

Voila les contradictions que je voulais souligner.

La question, que pose l'auteur de l'article,

c'est : les bonnets rouges sauront ils

se confronter à ces contradictions,

en auront ils le courage, les moyens pour produire des solutions concrètes, adaptables dans d'autres régions, dont ils pourront être fiers,

en surmontant le conformisme et le conservatisme national(et local) ? en se dépassant eux même...

Beaucoup comptent sur eux, sur leur dynamique, pour ouvrir de nouvelles voies, et sur leur tenacité.

J'espére qu'ils ne se fourvoieront pas dans le piège de l'enfermement que je considère comme le plus grand risque pour les Bretons eux même et la Bretagne.

Et là, effectivement cela peut ne rester qu'à l'état de jacquerie (du fait de ne pas globaliser la réflexion ).

Et quelle que soit l'évolution de la régionalisation

et du transfert des compétences, bien au delà

de l'aspect administratif,

restera toujours la question des choix et des responsabilités, et de l'indépendance par rapport aux contraintes et aux pressions (économiques,financières, règlementaires quelles qu'elles soient), pour gérer à court,moyen et long terme (avec et malgré les

groupes mondiaux de la finance)

J'attends la troisième partie de l'article avec intérêt.

Maryvonne

Christian Rogel
Vendredi 3 janvier 2014

Cela fait deux commentaires qui ont été arrêtés par la rédaction de l'ABP du fait qu'ils visaient un peu trop personnellement un contributeur, alors que seules les idées doivent être en débat.

Michel Prigent
Samedi 4 janvier 2014

Je comprends l'interrogation de Maryvonne qui, sans doute sans adhérer au NPA de Besancenot ou le PG de Mélenchon, déplore la puissance des marchés financiers mondiaux toujours intacte malgré la crise de 2008 des subprimes.

Rude entreprise que de lutter contre la puissance de l'argent, Sarkozy, l'UE, Hollande lui-même s'y casse les dents.

Bien entendu, le "grand soir" révolutionnaire anticapitaliste n'est pas pour demain, et peut-être heureusement (URSS, Cambodge, Corée du Nord...);

Mais effectivement, nos dirigeants pourraient faire preuve d'un peu plus de volontarisme en favorisant des solutions industrielles et financières intra-européennes, protectionnistes au besoin, comme n'hésite pas à le faire les USA au lieu d'ouvrir les fusions et OPA aux marchés mondiaux.

Cela, pour qu'au moins les capitaux européens soient majoritaires dans l'actionnariat des sociétés comme ont réussi à l'imposer les caldoches de la Nouvelle Calédonie qui arrivent à signer des partenariats d'exploitation minière avec les plus grosses sociétés mondiales sans bourse délier et en étant majoritaire à 51% !

Il y a aussi la méthode autoritaire de feu Chavez, ex Pt du Venezuela ou d'autres pays de l'AMS (Brésil) qui nationalise les champs pétroliers.

C'est vrai que si la Bretagne était doté de pouvoirs de décisions économiques, elle pourrait, sans pour autant basculer dans le communisme, garder la maitrise de son potentiel ou tout au moins trouver des accords industriels et financiers intra-européens, toute chose que, par chauvinisme imbécile (germanophobie et mégalomanie) la France s'interdit de pratiquer.

Pauvre Europe, Pauvre France...Qui s'auto détruisent.

PS: Je profite de la présente (comme on dit) pour exprimer mes meilleurs v½ux 2014 à mes amis "Ronchons" L.P.Creton, mon voisin d'outre baie (de Douarnenez) et à P.Camaret nom voisin toponyme (je suis né à 4 km de Camaret) et qui depuis que l'ai "rencontré" vers 2005 internautant sur le site An Armorik n'a pas perdu une once de ses convictions bretonnes.

A nous 3, nous devons bien totaliser 230 ans, Pierre, vénérable doyen, Léon Paul le sénior toujours fidèle et mon humble personne en position de benjamin.

Je "nous" souhaite bonne continuation.

PIERRE CAMARET
Samedi 4 janvier 2014

Nouvelle caledonia .partenariat. Nickel.m.prigent vous cites sans Le nommer. Andre dang de la smsp .koniambo, que je connoisseur bien,un genie vietnamien ne en nc.son pere avail immigre en nc , comme miner.

Un genie du business , comme beau coup d. Asiatiques.

Il faudrait Dix Andre dang en Bretagne.

Suis en transit a Bangkok.

Meilleurs voeux pour 2014.esperons ,nous Bretons pour cetteAnnee,ne pas être cocus.nous axons Si souvent l habitude de l être

Dominique Droal
Samedi 4 janvier 2014

Je suis d'origine bretonne (père de Ploneour Lanvern et mère de Vieux vy sur Couesnon).

La France a disparu depuis 1969, au départ de De Gaulle, la cinquième République a disparu quand la constitution de 1958 a été remplacée parlementairement par la constitution européenne. Donc, la cohésion nationale a disparu. Maintenant, c'est le règne des Communautés. Actuellement la communauté socialiste a tous les pouvoirs légaux et a peine 1 personne sur 5 lui fait confiance.

La communauté bretonne est une communauté de peuple sur une terre qui lui appartient légitimement. L'arbre tombe toujours du coté ou il penche.

Fini le temps des nations, commence le temps des peuples.

eugène le tollec
Dimanche 5 janvier 2014

Bretons

Un seul mot me frappe :

Machine politique....cette machine doit accompagner le MESSAGE BRETON....avec ce mouvement la puissance économique se met en marche ....aurons nous un rouleau compresseur ...ou Rien?

Les frémissements sont là et ils font peur.

Ce pouvoir de nuisance "à la République" doit se politiser et se légaliser pour faire encore plus peur...j'en appelle aux députés bretons (actuellement sous obédience et étiquettes diverses)

rappellons nous,qu'avons nous ,en face de nous , un centralisme républicain exacerbé,des élites de tout poil imbues de leurs prérogatives et superbement individualistes et carriéristes.

une théorie d'état qui nie tout régionalisme,toute subsidiarité,tout désir de liberté et de droits fondamentaux (économie et son management).

Que vois je devant moi....une table (meme pas ronde) des patrons et donneurs d'ordres d'état et le long du mur ...des bretons attendant le "asseyez vous" et déjà dans leurs quémandes.

NON ET NON.....quelqu'un a écrit "le cheval d'orgueil";

Devrons nous toujours "baisser pavillon...ou siffler sur le bord".

Intelligencia bretonne DEBOUT...

Léon-Paul Creton
Dimanche 5 janvier 2014

Je vous remercie Michel Prigent, vos v½ux vont droit au c½ur du « ronchon de trois », que d’aucuns imaginent « vieux », qualificatif dont nous fûmes baptisés tous trois avec Pierre Camaret, il y a déjà bien des mois de cela. Deux cents trente ans à trois, c’est le bel âge pour penser « un pont plus loin !… »

Notre « Ronchon’s Club » ne rique pas de manquer de matière à pester, ensuite à persifler, pour finir carrément par siffler tous ces « improducteurs" politiques et digesteurs , qui dans leur impéritie récurrente réarment déjà les mêmes vieux mousquets et tromblons complètement dépassés, chargés des mêmes mitrailles de mêmes calibre inadaptés, qui ont donné tant de preuves d’efficience tout au long du large demi siècle passé. Notre Club peut encore largement en accueillir d’autres, car beaucoup ici ont tout autant de ressources, et souvent bien davantage !

D’autres encore préfèrent nous dire, que le fin du fin serait tout simplement d’en rire ; mais souvent en ces domaines qui nous tiennent à c½ur, le rire est le propre de l’homme (ou de la femme) qui s’en sert comme travestissement de son impuissance la plus réelle et/ou de sa duplicité catégorielle et corporatiste.

Je vous adresse mes Meilleurs Voeux M.Prigent, à vous aussi P.Camaret ainsi qu’à C.Rogel dont j’apprécie beaucoup articles et analyses, sans oublier bien entendu tous les Bretons avec ou sans bonnets rouges qui veulent DÉCIDER, TRAVAILLER et VIVRE dans leur pays…

« Dans le Ronchon breton de plein air, de la tête au tire-bouchon, tout est bon ! »

ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 8 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.

--Publicité--
yoran embanner