La grande Fête bretonne de la Saint Gilles à Pornic avec 6 vidéos

-- Cultures --

Reportage
Par Maryvonne Cadiou

Publié le 6/09/12 20:04 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Cette année, par un très beau temps et devant un public chaque année plus nombreux, “Saint Gilles” – le patron de la paroisse dont la fête est le 1er septembre – a été honoré par la 19e fête bretonne de Pornic le week-end passé.

Après l'annonce, avec des photos de l'année dernière (voir notre article) , voici des photos et vidéos (1) de cette année. Cliquer sur les photos pour voir leur légende.

Le Cercle Culturel et Celtique de Pornic

Le CCC-Pornic est l’organisateur (voir le site) , son président est Désiré Jacq, originaire du pays de Morlaix, qui affirme dans une interview, vouloir « rappeler l'appartenance millénaire du Pays de Retz à la Bretagne. Une réalité avérée mais pourtant trop souvent ignorée ou volontairement déniée », est une association très dynamique en matière de culture bretonne à Pornic – outre la Saint Gilles c’est à elle que l’on doit le fest noz de la Saint-Patrick. des cours de breton gratuits par Marie-Thérèse Gorny, il suffit d’adhérer à l’association pour 18 euros par an : (voir le site) de la Ville de Pornic, page du CCC-Pornic.

Mais il y en a d’autres (voir plus bas, Atelier). En parallèle s’est créée l’association de soutien à l’école Diwan Skol Diwan Pornizh qui a réussi à faire ouvrir une école Diwan à cette rentrée, la première en sud-Loire/sud-Bretagne.

Tout au long de cette fête on perçoit vraiment, parmi les musiciens et danseurs, la bonne humeur et leur plaisir d’être là, de jouer, de danser, de rencontrer le public. Les musiciens et danseurs sont toujours disponibles pour répondre à des questions.


L’Atelier de danses celtiques et traditionnelles de Pornic

Les musiciens et chanteurs de Jad'hisse et les danseurs du Quadrille font partie de l'Atelier de danses celtiques et traditionnelles de Pornic (ADCT) (voir le site) et (voir le site) de la Ville de Pornic, page de l’ADCT ainsi que (voir le site) de leur blog.

Précisions de Christian Jacq, vice président du CCB-Pornic : « L’ADCT organise également la fête de la Saint Yves (ou fête de la Bretagne) et assure les cours de danse de Pornic. À La Bernerie ils sont donnés par l'association “Kerverner Raez Dañsoù”. L'initiation aux danses bretonnes du samedi était animée le groupe “Sans Soucis” ».


Le Quadrille de Pornic

– Coiffes : la grande date des années 1870, la petite, dite en carène, date des années 1890. « On a souhaité alors faire des coiffes moins encombrantes ».

– Costumes : le cercle, comme beaucoup d'autres, s'est inspiré des aquarelles d'Hippolyte Lalaisse (2), livre édité en 1985) pour enrichir sa panoplie de costumes plus anciens que ceux qu'on connaissait du XXe siècle. Pour le tissu “à l'ancienne”, ils vont en chercher jusqu'à Challans en Vendée.

– Le cercle, accompagné par le groupe Jad'hisse a fait un joli passage sur scène avec Coco (photo 6) en récitante des deux saynètes, la terre, et la mer, avec la vie des pêcheurs.

Après vint sur scène le cercle Galet's Jade de Saint-Michel-Chef-Chef (voir le site) (photo 15) créé le 15 août 1982 afin d'animer la traditionnelle fête des battages. Depuis 2005, il adhère à la fédération Kendalc'h Bro Naoned. Les instruments de ses musiciens sont le violon, l'accordéon, la clarinette et la Veuze – la cornemuse du pays nantais et du reste de la Haute-Bretagne jusqu'aux pays de Basse-Vilaine.


Le Bagad de Saint-Nazaire

Une nouvelle version du site est prévue pour bientôt : (voir le site) . Leur 3e disque, qui a pour titre QM2 pour le paquebot Queen Mary II construit à Saint-Nazaire, sorti en 2003 pour leurs 50 ans, est presque épuisé (3). Leur 4e disque Carnet de voyage est en souscription jusqu'à sa sortie prévue en novembre prochain (3). Il reflètera les cultures et ambiances qu'ils ont rencontrées de New York à Shanghai, en passant par Agadir et ailleurs. Une formation réduite mais large de ce bagad de catégorie 1, dont le président est Patrick Hervé, a rencontré un vif succès à Pornic en interprétant plusieurs airs de leur nouveau CD, comme Tifenndro, Mr Fifi ou une kopanitza – danse roumaine et bulgare – ainsi que la complainte traditionnelle Marv eo va mestrez.


Bagad Bro Landerne

Un bagad pro-réunification de la Bretagne et qui l'affiche. Ne s'est-il pas affirmé en Bretagne en saluant le public ? De plus il arbore le fameux autocollant « plaque » de voiture 44 en Bretagne sur sa caisse claire, qu'ils ont eu grand plaisir à montrer à ABP pour deux belles photos souvenir (n° 31 et 32) avant de repartir dans leur lointain Léon.

Et pro-langue bretonne : il a reçu le label Ya d'ar brezhoneg en décembre 2009 pour leur énergie à promouvoir la langue bretonne (voir notre article) .

Leur deuxième CD War-zu al loar date de 2009 avec allusion dans le titre à la fameuse Lune de Landerneau, qui, avec “le bruit” dans Landerneau, est l'autre “symbole” de la Ville ! Voir deux paragraphes dans Landerneau sur wikipédia. Nous nous attarderons sur lui car il est moins connu que le bagad de Saint-Nazaire, tout du moins dans la région nantaise.

Fondé en 1990, le Bagad Landerne est la résurgence de formations ayant existé à Landerneau dans les années 60. Affilié à Bodadeg Ar Sonerion (qui fédère 100 bagad), le Bagad Landerne est devenu le Bagad Bro Landerne (4), Loïc Pézennec en est le président, Tristan Jezequel à la bombarde est le penn talabarder et le penn soner soit le “chef” du bagad. Kevin Lesage (5) à la cornemuse est le penn-biniaouer.

Tangi Thomin (sur photo 24), le fils de Yann-Ber (Jean-Pierre) Thomin – très investi pour la langue et la culture bretonnes du Pays de Landerneau (dont il fut maire longtemps) – est un des sonneurs de cornemuse ; Tangi est par ailleurs président d’Arvorig FM, la radio bretonnante basée à Landerneau. Les instruments sont sponsorisés par l'entreprise Triskalia de Landerneau (née de la fusion de Eolys, Coopagri Bretagne et Cam 56), dont on voit le nom sur la photo 27.

Loin d'être statiques, ils montrent une vraie aisance sur scène, dans la scénographie et la mise en vue des différents sonneurs “de couple” au cours de cette prestation. Après un premier passage au cours de l'après-midi, où il accompagna superbement les chorégraphies du Cercle, leur dernière prestation, de 10 minutes, fut un enchantement en fin de deuxième passage. C'est un enchaînement de différents airs : Suite de mélodies du Pays bigouden, une suite de l'Aven, une complainte en guise de tamm kreizh (temps de repos) et un bis du jabadao. Visiblement ils avaient tant de goût à jouer qu'il leur était difficile de quitter la scène !

Mais ce bagad n'est que de deuxième catégorie ; il n'a pas été question avec eux de ce sujet sensible... à lire – dans les articles parus après le concours de Lorient de cet été – leur déception d'y être mal placés...

Une spectatrice venue leur témoigner son admiration après leur prestation, confie à ABP « Oui, c'est vrai, ils ont été magnifiques, mais ils ne sont qu'en deuxième catégorie pourtant. Est-ce que parce que, lors des concours, ils ne présentent pas de compositions modernes, ces airs qui n'ont plus rien de breton, qui attestent de la prouesse des compositeurs et des sonneurs en matière de technique, mais qui souvent ne ravissent pas les oreilles... ? Nous n'avons pas les mêmes critères que les jurys de concours... » termine Françoise, amèrement.


Le cercle celtique de Landerneau « Eskell An Elorn »

Les ailes de l'Elorn, du nom de la rivière Élorn à laquelle wikipédia met un regrettable accent sur le E, qui naît du côté de Sizun, qui passe à Landerneau et se jette dans le fond de la rade de Brest sous les ponts de Plougastel et de l'Iroise. Les costumes du Léon comprennent un châle, pour les tenues de fête, et (voir le site) pour l'historique du cercle et l'explication de son nom : allusion faite aux châles que les danseuses déploient comme des ailes au bord de la rivière , un fait qui a été signalé par Christian Jacq, vice-président du Cercle de Pornic, celui-ci s'attachant toujours à donner des précisions culturelles très bienvenues à propos des bagadoù, des danseurs, leurs costumes et leurs danses et leurs prestations scéniques.

– Les costumes : « Ils ne sont pas inspirés du “Lalaisse” (2), nous n'avions pas assez de références. Nous en avons trouvé sur d'autres gravures anciennes », déclare une membre du cercle. « Ce tablier de soie, par exemple, date de 1900. Nous trouvons nos tissus chez le grossiste Socolatex à Paris ».

– Les coiffes : une coiffe “normale” est portée par les ouvrières des usines ou les employées – en cuisine des restaurants... – la “cornette” avec châle est portée pour les cérémonies : mariages, pardons...

(voir le site) du cercle qui donne toutes les explications sur les costumes et les coiffes.


Les coiffes du Cercle de Vannes

À Vannes il y a avait un modèle de coiffe par quartier. Selon leur catégorie sociale, les Vannetaises habitaient dans tel ou tel quartier : Saint Pierre ou la cathédrale : les commerçants, (coiffe d'artisane à ruban), et les hommes en costumes “à la française”. La coiffe longue, postérieure à 1870 vient du Lalaisse (2) était portée dans le quartier de Saint Patern. L'autre coiffe la “3 plis” est portée à Vannes et les hommes sont en costume de ville. Pour les tissus, le cercle se fournit aussi chez le grossiste Socatex à Paris, il peut trouver des tissus pour tabliers chez Myrtille. Par exemple le tablier bleu en soie a été repéré sur Internet. Il était vendu à Marseille où ils sont allés le chercher.


La sono

La société Orage de Saint-Avé près de Vannes est engagée depuis trois ans par les organisateurs pour sonoriser toute la fête. Photo 13 les sonorisateurs Tim et Simon.


Les stands

De nombreux stands, très fréquentés, entouraient le site de la fête, dont certains en photos ici et sur (voir notre article) avec :

– des produits locaux : pâtisseries bretonnes, sel de Bourgneuf, pommes de terre et oignons directement des producteurs au consommateur, boissons et produits importés d'Irlande, un artisan de Pornic en sculpture d’objets en bois, un stand des “Vins de Loire” – appellation contestée et combattue par le nouvellement fondé Comité des Vins Bretons (6) qui ne reconnaît pas cette dénomination pour les vins du vignoble nantais (voir notre article) pour des détails – qui a néanmoins accepté l’affiche créée par le comité, venu en distribuer la veille, et aussi l’habillement et accessoires marqués Bretagne, avec “Breizh en ville” (photo 46) et leur nouvelle déclinaison de la bigoudène : (voir le site) de Brest, acceptés en dernière minute car ils palliaient le désistement de la SNSM (Sauvetage en mer) et venus pour la première fois (voir le blog sur leur site) ;

– la culture maintenant (même si on lit que la gastronomie ferait partie de la culture), alors disons “culture intellectuelle”, avec livres d'occasion, livres neufs et disques chez Gweladenn de Saint-Nazaire, le Musée du Pays de Retz – et son fabricant de coiffes, le stand du Cercle Culturel et Celtique Alan al Louarn de Pornic et son exposition ;

– le stand de l’École Diwan de Pornic qui ouvre enfin cette année.

– le stand de l’association Bretagne Réunie, revendicatrice de la réunification de la Bretagne avec son exposition et ses documents et objets, ainsi que ses membres toujours prêts à discuter cordialement de la question.

– on n’oubliera pas l’indispensable buvette tenue par des membres du Cercle de Pornic et sympathisants.



Notes

(1) (voir le site)  de i-Pornic.com (le site non-officiel de Pornic et de la Côte de Jade) pour une autre vidéo de chaque bagad.

(2) Lalaisse : François Hippolyte né à Nancy en 1810 ou 1812, mort à Paris en 1884 (sa page wikipédia est indigente). Après la Galerie Armoricaine. Costumes et vues pittoresques de la Bretagne. Nantes, Charpentier Père et Fils (1848), les éditions de la Cité à Brest (Pierre Le Bris) publièrent De la Bretagne et autres contrées. Aquarelles et dessins en deux volumes. Le premier est tiré de la thèse de Denise Delouche, le second reproduit les aquarelles. (voir notre article) pour la note Légende complète de la photo 5.

(3) Le CD QM II n’est pas totalement épuisé : la librairie Gweladenn de Saint-Nazaire nous signale qu’il lui en reste une dizaine. Souscription pour Carnet de voyage : à 19 euros + 3 euros port, prix ensuite 24 euros. Chèque à l’ordre de Bagad Saint Nazaire. Adresse : 3 ZAC des Pédras 44117 Saint-André-des-Eaux.

(4) www.facebook.com/BagadBroLanderne du bagad Bro Landerne sur facebook.

(5) Kevin Lesage : (voir le site) du Télégramme du 28 février 2010 pour découvrir son histoire : Bagad bro Landerne. Un Nantais à la baguette.

(6) Comité des vins bretons, adhérent de l’Agence Culturelle Bretonne de Loire-Atlantique (voir le site) sise à Nantes. Extrait du site ACB : L'association a pour objet la promotion des vins bretons produits dans le département de Loire-Atlantique. A pour activités la culture et le loisir autour du vin breton de Loire-Atlantique et plus particulièrement du Vignoble nantais. Il organise des animations locales diverses : banquet chanté, fest deiz, fest noz, marché de Noël, des rencontres de gastronomie, cuisine, œnologie…. Contacts : Beau Soleil 44330 Mouzillon. Tél : 06 09 82 15 78, philcheneau [at] orange.fr (voir le site)


Maryvonne Cadiou

Document PDF 01bagadsaintnazaireplaquette2009.pdf Dossier de presse 2009 du Bagad de Saint-Nazaire.. Source : Bagad de Saint-Nazaire
Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 3740 lectures.
mailbox imprimer