Après les Lumières françaises, le soleil breton ?

-- Société --

Chronique de JPLM
Porte-parole: Jean-Pierre Le Mat

Publié le 9/05/20 16:04 -- mis à jour le 09/05/20 16:52

Les crises s’enchaînent

Gilets jaunes, grèves, coronavirus. Et, à chaque fois, les visionnaires se déchaînent. «Rien ne sera plus comme avant». Chacun a sa petite ou sa grande idée sur l’avenir.

Les incertitudes économiques et politiques font de la colère (la juste colère, bien sûr) une coquetterie à la mode. Les indignés touche-à-tout ont usurpé la place des réformateurs et des révolutionnaires qui avaient façonné l’Europe depuis 500 ans. Ils sont faciles à reconnaître. L’indigné touche-à-tout répète «on ne lâche rien !» jusqu'à sa prochaine indignation.

Chacun se replie sur ses lubies. Pour expliquer la dissémination du coronavirus, l’écologiste dénonce la déforestation, le bobo l’élevage industriel, l’anticapitaliste le capitalisme. Les Chinois dénoncent les Américains et vice-versa. Les militants bretons dénoncent la centralisation. Normal, trop normal...

Les visionnaires, les indignés et les trop-normaux ne nous aideront pas. Pour savoir (un peu) où on va, regardons d’où l’on vient.

Les Lumières s’éteignent

Après la guerre 39-45, les vainqueurs se sont attribués une légende dorée sur le dos des vaincus. C’était la victoire de la civilisation sur la barbarie. Communisme et libéralisme, idéologies lumineuses, d’un côté ; national-socialisme et fascisme, idéologies obscures, de l’autre. Victoire des partisans des Lumières, triomphe de la modernité.

Les Lumières, c’est l’essor du social associé à la liberté. Le peuple fait entendre sa voix. Jean-Jacques Rousseau rêve d’un contrat social. Montesquieu met la démocratie à l’ordre du jour. Les révolutionnaires français font du Tiers-état la nation, et de la nation le souverain légitime. Les mêmes font de la liberté le premier des droits de l’homme.

Depuis, l’évolution ne s’est pas faite vers le haut. Au XVIIIe siècle, les penseurs des Lumières avaient combattu les dogmes. Ils avaient suscité des idéaux de justice sociale et de liberté. Les idéaux, trop émotionnels, se sont rationalisés au XIXe siècle sous la forme d’idéologies. Depuis la fin du XXe siècle, les idéologies se cristallisent en dogmes. De dégradations en dégradations, la modernité se termine et les Lumières s’éteignent.

Similitudes à 500 ans de distance

Nous entrons dans une période de confusion et de nouveautés, comme le fut la Renaissance il y a 500 ans. Souvenez-vous ! Au XVe siècle, une révolution technologique se fait autour d’un nouveau média, l’imprimerie. On découvre de nouveaux continents. La démarche scientifique affiche une forme de supériorité sur les croyances. Une bourgeoisie d’affaires émerge. Toutefois, c’est aussi alors que commence la grande chasse aux sorcières ; elle durera 200 ans. Les chasseurs de sorcières sèment la terreur et agitent le spectre d’un complot satanique. Ils défendent l’institution majeure du Moyen-Âge finissant, l’Église.

Aujourd’hui ? On vit une révolution technologique, avec de nouveaux médias numériques. Les dogmes de la science classique sont bousculés par de nouvelles découvertes. L’intelligence artificielle affiche une forme de supériorité sur l’intelligence humaine. On ne parle plus que de «start-ups». Toutefois, c’est aussi l’époque des défenseurs du service public contre le complot diabolique du capitalisme. Ils défendent l’institution majeure de la modernité finissante, l’État.

Similitudes...

Confusions et contradictions

Les idéologies ont structuré la vie politique jusqu'à maintenant. Le déclin des idéologies et la déstructuration de la vie politique a commencé avant les Gilets jaunes et avant le coronavirus.

Les confusions se multiplient sur notre échiquier politique.

La droite a toujours eu du mal à se définir, entre ses éléments dirigistes, ses éléments opportunistes et ses éléments libéraux. Pour définir la droite, c'est en général ses adversaires qui s'en chargent. Ils sont plus vifs pour dégainer un jugement.

Les grèves récentes contre un régime universel de retraite marquent le basculement de la gauche. Elle défendait autrefois l'universalité des droits ; une bonne partie défend désormais les services publics, ce qui n’est pas la même chose. Les clivages de classes s’effacent devant les intérêts statutaires. L’évolution est consacrée par le langage courant. Le patron d’hôpital et la femme de salle sont tous les deux des «soignants». A la SNCF, celui qui gagne le SMIC et celui qui gagne 10 fois plus sont tous les deux des «cheminots». Tchao les exploités !

L'écologie politique luttait jusqu'à présent contre les pollutions. Elle lutte désormais contre le réchauffement climatique. Le problème, c’est que ce n'est pas la même chose. Le mouvement est parti des Etats-Unis avec la réhabilitation du nucléaire par des anti-CO2. D'autres clivages entre anti-pollution et anti-CO2 vont apparaître, dans l’industrie et dans l’agriculture, croyez-moi.

En Bretagne aussi...

Les militants bretons du XXe siècle voulaient un pouvoir politique (régional, autonome ou indépendant) et pour une reconnaissance internationale. Ah, s'asseoir dans le fauteuil d’un décideur politique ou d’un représentant de la Bretagne à l'ONU... Le rêve ! Arrêtons de rêver. La perspective d’une Bretagne officielle n’est plus le but ultime, comme au temps de la splendeur des États-nations. Il nous faut aller plus loin que la reconnaissance par les autres. Nous allons donc devoir rester debout.

La révolution numérique, qui marque le début d’une nouvelle époque, relativise les institutions et les pouvoirs politiques. Elle se moque des frontières. Elle ne parle pas en termes d’autonomie ou d’indépendance, mais d’identités et de communautés. Communautés de développeurs pour créer des logiciels libres, communautés de touristes pour trouver les meilleures destinations, communautés d’intérêts matériels ou immatériels. La petite bigoudène «A l’aise Breizh», identitaire et communautaire, détrône le BZH institutionnel. Les réseaux sociaux inventent des nouvelles manières d’être breton, sans demander d'autorisations officielles.

Changement d’époque

Comment préparer l'avenir, plutôt que de le prédire ou de le dénoncer ? L’économie réelle va mal, mais les marchés financiers tiennent bon. Cela pourrait consacrer l'entrée du capital financier dans toutes les activités, économiques, mais aussi culturelles ou pédagogiques. La Bretagne n’étant pas le Qatar, ce n’est pas bon pour nous, sauf à faire des alliances originales.

Les crises à répétition rendent l'État français plus pauvre, et aussi plus dépendant de ses créanciers. Des vacances du pouvoir sont possibles. Des opportunités pour le conquérir, le renverser, ou s'en passer, vont apparaître. Des séparatistes, des militaires, des communautaristes, mais aussi des souverainistes de droite ou de gauche peuvent être tentés par diverses aventures. Encore faut-il un groupe organisé, des moyens, et une détermination, ce qui n’est pas donné à tout le monde par les temps qui courent. Les aventures politiques marquent le crépuscule de la période moderne. Elles ont commencé avant l’arrivée du virus, en Italie, en Grande Bretagne, au Brésil, aux Etats-Unis, aux Philippines. La France est restée inexplicablement raisonnable jusqu'à présent.

Bref, au-delà des Gilets jaunes et du coronavirus, des bifurcations profondes sont en cours depuis plusieurs années. Les Lumières s’éteignent. Les aspirations communautaires prennent le pas sur les aspirations sociales. La révolution numérique est une révolution à la fois technologique, économique et politique, comme le fut la Renaissance il y a 500 ans. Les nostalgiques du passé ne chassent plus les sorcières. Ils s’accrochent aux anciens pouvoirs et nous désignent les incarnations du diable.

Depuis 1532, la Bretagne a raté les Lumières et toute la période moderne. Préparons 2032.

Voir aussi :
mailbox imprimer
Jean-Pierre Le Mat est chef d'entreprise et auteur. Il a en particulier réédité et complété l'Histoire de Bretagne de Henri Poisson; Patrick Pearse et l'insurrection irlandaise de 1916; les cent vies de l'hermine; Histoire de Bretagne, le point de vue breton; Enquêtes sur les prophéties de Merlin ; Carnet d'un Bonnet rouge ; Ils ont fait la France. Il anime le site contreculture.org.

Vos commentaires :

Midas Mirliton
Samedi 9 mai 2020

Il s’agit d’un coucher de soleil sur Saint-Malo, pas d’un lever ;)

Article au point de vue très intéressant, quelque peu déconcertant et qui reflète bien les changements de l’époque actuel

Burban xavier
Lundi 11 mai 2020

Pour ma part , je souligne que les individus demandent toujours plus de protection de la part de L'Etat:

Cette crise montre encore comme en 2008 lorsque les Marchés financiers déraisonnaient entre l'économie réelle et la spéculation pour gagner de l'argent facile , celui que la finance ne met pas dans l'appareil productif et surtout dans l'innovation . Par contre les Etats font payer les errements financiers "des traders et autres prévaricateurs de la société " par le plus grand nombre , c'est à dire les contribuables pour soutenir justement " les marchés " , la crise sanitaire le démontre au grand jour , des Etats serviles qui obéissent aux règles des "marchés" qui leur font" la leçon" en demandant la privatisation des services publics dont nous avons besoin : hôpitaux en proximité , régie de l'eau contrôlées par les citoyens et qui sont moins coûteuses selon la Cours des Comptes , la production de l'énergie devrait être assurée par des entreprises d' Etat pour modérer les factures de l'usager tout comme les transports publics et tous les biens commun .

A présent , les financiers font appel aux Etats pour sauver le système bancaire en faillite ! Pourquoi ? Sachant que les Etats sont sous la coupe réglée des financiers internationaux qui sont les çréanciers des Etats devenus débiteurs et les Etats n'ont pas le courage politique de réguler les "marchés" qui sont devenus toxiques pour l'économie , car leur imagination est sans borne pour créer des produits élaborés et complexes pour irriguer leur propre besoin , c'est pourquoi les bulles spéculatives croissent et les risques avec . Le contribuable citoyen,jouera le rôle de pompier pour éteindre l'incendie qui va venir sur "les marchés" car les Etats sont ruinés pour la plupart en Europe , les prélèvement obligatoires ont atteints des sommets pour combler les dettes d'états auprès des "marchés financiers gavés" . L'argent n'est plus dans l'économie réelle mais sur des lignes qui noircissent les écrans , nous devons savoir qu'une monnaie en elle -mm en papier n'a aucune valeur si la confiance intrinsèque des utilisateurs dans celle -ci est absente car ce n'est que du papier imprimé pour faciliter un échange ou une transaction , il en va de mm pour les transaction par chèque ou par carte bancaire ou autre ....

Le comble de tout ceci , c'est que les Etats sont dépossédés de leur pouvoir de gérer les flux financiers par " le marché" , ils sont réduits à obéir aux injonctions des "grands de la finance" qui demanderont toujours plus ce qui entraine naturellement l'appauvrissement des salariés , artisans , paysans , commerçants , petits industriels ,fonctionnaires , retraités ....

Les lois du marché sont simples , leur principal créativité c'est d'échapper aux règles communes pour le bien commun afin d'être exempter d'impositions nécessaire à la construction de sociétés équilibrées et plus justes pour le profit d'un petit nombre . En 1975 "la politique contractuelle d'Edmond maire" (CFDT) 77°/° de la valeur ajoutée d'une entreprise était distribuée aux salariés , à présent en 2017 en France c'est 43°/° dans les grands groupes . Quant tout va bien "la Bourse" critique l'Etat et remet des dividentes juteux à ses actionnaires (LVMH 280 euro l'action en 01/2019 , 425 euro en 01/ 2020 ) un exemple en revanche le Medef réclame "des sous " par le biais du CICE à François Hollande alors président soit 42 milliards par an sans contre-partis pour les entreprises qui ont des bilans très bons fin 2019 , les actionnaires ont de bonnes raisons de se plaindre encore ...

Quant au ruisellement promis par Mr Macron , je crains que les salariés doivent attendre longtemps pour le voir et sans doute rafraîchir leurs attentes .

Par ailleurs , le standard du patronat c'est de faire des ouvriers des patrons certes précaires financièrement " Uberisation " des emplois en dehors des clous sociaux et de protections des travailleurs laborieux , le génie n'a pas de limite ... L'auto-entrepreneur s'échine à réussir le 3/4 d'entre-eux sont revenus à la case départ au bout de 4 à 5ans sans le sous , le RSA vient pallier les manques c'est à dire l'Etat , en fait le contribuable ...

Je vos conte une histoire d'un patron dont les chauffeurs se plaignaient à juste titre de leur salaires ,ce patron généreux leur suggéra de le devenir , il leur remis la remorque de transport à chacun à titre gracieux en revanche ils durent s'acheter à crédit le tracteur ( camion à crédit) et eurent des traites à rembourser à une banque , une crise sanitaire arriva concernant le cheptel , le travail manqua , la concurrence fut rude entre chauffeurs devenus prestataires du patron qui minora le prix du transport pour les chauffeurs -patrons s'en suivirent des faillites d'entreprises ... et des malheureux face aux Tribunaux de Commerces et des familles brisées .... le patron racheta à bon prix les engins et reconstitua une nouvelle flotte de transport ....Quant aux banques elles récupérèrent leur dû ...

Ce libéralisme joyeux déstructure nos sociétés occidentales de manières éhontées et ce n'est pas un progrès ."De Gaulle n'était pas communiste en 1945" , il créa des instruments de justice sociale , sécu , allocation familiale , caisse de vieillesse.... pour obtenir une société plus apaisée et pourtant la France était ruinée à la sortie de la 2ème guerre mondiale .

La fragilité économique et sociale va s'aggraver en dépit des mesures prises car nombre d'entreprise ne repartiront pas faute de trésorerie suffisante , Les Pays -Bas , L'Allemagne , l'Autriche et les pays Scandinaves se refuseront "à payer pour les pays du sud par égoïsme , la mutualisation des dettes étatiques en zone euro est une solution faute de quoi les "marchés " imposeront des taux élevés "aux canards boîteux " ( expression empruntée à Raymond Barre sans intérêts je l'espère) .

Quant à la révolution technologique et les nouveaux périphériques dont nous sommes" addicts" , leur vulnérabilité est grande et basée sur le risque car il suffirait d'éruptions solaires massives par exemple " pour mettre fin aux rêves enchantés" .La crise du Corona virus indique que les besoins élémentaires sont capitaux : manger , boire , se vêtir , se chauffer ....se loger ....

Dans le système d'endettement et de crédit , la croissance est moteur , il n'y a plus de croissance suffisante sur la planète , ni les ressources pour effacer les dettes hélas en Occident !

jakez Lheritier
Mardi 12 mai 2020

Pour comprendre après ces commentaires:

Pouvez vous nous donner la liste des 20 plus gros créanciers de la "France".

Et cette dette totale est de combien ?

Un particulier connait les siens et les sommes dues;

Jean Pierre Le Mat
Mardi 12 mai 2020

@ Jakez Lheritier

Plusieurs publications donnent des précisions sur la dette française et les créanciers.

Le mieux est de commencer par le site gouvernemental : (voir le site)

Voir le paragraphe "Qui détient la dette publique ?". La dette française est principalement détenue par des "non-résidents" (64% en fin 2014, chiffre en augmentation constante). Ces "non-résidents" sont des fonds spéculatifs, des fonds de pension et des fonds souverains d'Etats étrangers.

Jean Pierre Le Mat
Mardi 12 mai 2020

Autre site sur la dette française et ses créanciers :

(voir le site)

... Et dans d'autres Etats européens :

(voir le site)

Bill Breizh
Mardi 12 mai 2020

La vieille lubbie de la fin des Etats, des frontières etc est encore de sortie. C'est une lubbie vieille comme le monde, celle des vieux empires à l'internationale communiste. Et si ce n'est la frontière d'un Etat, ce sera celle de la rue sécurisée, d'une visière en plexiglas ou de la propriété barricadée. L'Histoire est un éternel recommencement.

Bill Breizh
Mardi 12 mai 2020

Article totalement nihiliste. Comme d'hab' JPLM dit tout et son contraire, on ne sait d'ailleurs pas trop ce qu'il souhaite au juste. Ce qui est certain, c'est que l'immobilisme gagne à tous les coups en Bretagne...regardons les vagues, pensons à notre petit jardin, les frontières sont bien plus loin, après tout, on s'en fous...

Burban xavier
Mardi 12 mai 2020

Le 30 septembre 1797 la France fit défaut face à ses créanciers , la dette est effacée par la République , les marchés de titres publics furent fermés , la mobilisation de la dette est céée pour mieux l'annuler au 2/3 , le 1/3 restant est inscrit sur un livre de comptes , la déflation est brutale , l'épargnant se voit son patrimoine divisé de : 3000 !

Citons Ramel " J'efface les conséquences des erreurs du passé pour donner à L'Etat les moyens de son avenir " , en 1800 la banque de France est créée en 1802 le budget est enfin équilibré ...

Napoléon va continuer ses guerres en les finançant par le "butin" , tous les traités prévoient ces dispositions pour trouver des ressources pour les troupes ...Le franc or dit germinal nait en 1803 .

Un "caisse des armées" voit le jour , la dette n'est que de 20°/° en 1813 pour la France .

Ce sont les grands établissements financiers de l'époque de Francfort qui financeront les anglais et leurs Alliés continentaux pour amener la défaite de Waterloo ...en 1815 .

Puis ce sera le siècle des rentiers les taux d'intérêts servis sur les emprunts publics atteignent 8°/° en 1815 , c'est une solution de financement efficace et une dette interne ......

(çà fait rêver) en France puis diminueront à 4°/° en 1880 car c'est coûteux pour la France ....

1870 c'est la défaite de Sedan le pays est exangue l'endettement estimé à 87°/° du PIB pour la France

La guerre de 1914 à 1918 va faire exploser les puissances européennes dominantes vainqueurs comme vaincus , les dettes cumulées sont vertigineuses , en 1915 les Européens ont empruntés 500 millions de dollars aux USA (Banque JP Morgan) en 1918 ils doivent 7000 millions de dollars à l'Amérique , la Russie fait défaut 1,6 millions d'épargnants français sont spoliés "emprunts russes "!

La France est à 150°/° de dettes publiques du PIB les USA 28°/° du PIB .Les vainqueurs imposent à L'Allemagne un montant de réparations de 132 milliards de marks soit 33 milliards de dollars environ soit 3°/° du PIB annuel du nouvel Etat allemand qui devient surendetté en 1926 ....

Poincaré va stabilisé le franc grace aux nouvelles taxes , la crise du capitalisme financier en 1929va tout bousculer , l'Allemagne est en cessation de paiement malgré des aménagements de dettes si bien que les Alliés continentaux vainqueurs ne peuvent plus rembourser les "américains " soit 16 milliards de dollars en 1931 , les déficits budgétaires croissent , la pauvreté est exponentielle , les USa creusent leurs déficits (D Roosevelt) les ennemis d'hier le 15 juin 1934 à Lausanne (coffre fort de la finance débridée) font défaut de leurs dettes à l'égard des USA .

Keynes arrive et met en oeuvre se théorie construites en 1936 , et prône :" les déficits" pour financer une croissance nouvelle qui se fera attendre en 1939 chacun comprend que la guerre est inévitable car Hitler pratique ce que naguère Napoléon avait fait en Europe " le butin"(40°/° en zone occupée en France) , les impôts , des prélèvements et taxes ..... L'inflation est contenue par "la terreur " sous le régime nazi ... Toutes les épargnes vont à la guerre ....

Les Américains livrent des armes aux Anglais à la condition expresse de concessions brittaniques sur l'organisation du Monde après la guerre , en 1944 ce sont les accords de Bretton Woods , le FMI est créé pour la gestion des dettes le dollar devient monnaie de référence pour les échanges le Gold Exchange Standard est sensé le protégé ....De Gaulle a écrit que la dette française équivalait à 10 années de recettes fiscales en 1945 . seule l'inflation rognera celle-ci en 1969 14°/° du PiB ,

En 1974 Nixon empêtré dans la guerre au VietNam met fin à la convertibilité du dollar en or et pour caus e, les 'bonds américains " vendus sur les "Marché" auraient ruinés les USA si un pays détenteur en avait fait la demande . danger pour le dollar !

De nombreux pays font défaut : l'Argentine , le Brésil , , le Mexique ....depuis lors . La France a procédé à des emprunts nombreux et multiples , la dette publique des pays Occidentaux est faible , les instruments financiers permettent une titrisation de la dette (donc financée par les épargnants ).

Depuis 2007 touts 'est emballé et rien n'est mçitrisé hélas !

Colette Trublet
Mercredi 13 mai 2020

Comment comprendre cette accumulation de commentaires sur la dette, la finance, le porte-monnaie individuel et le bas-de-laine? L'argent circule à l'image d'un système sanguin en charge d'irriguer le corps de l'humanité dans ses moindres représentants. C'est un système infiniment utile et bien adapté À CONDITION de se donner les moyens d'en contrôler tous les canaux. Alors il faut des ingénieurs très ingénieux pour en organiser les flots et les fluctuations selon des valeurs de justice et les valeurs que la mémoire et l'intelligence collective des peuples ont fini par savoir nommer. Les Celtes avaient dit : une seule nécessité pour tous : la mort. Les lumières ont dit égalité (de destin) fraternité et liberté. Il y a eu ensuite des foules de ratages, de retours en arrière jusqu'à cette apocalypse écologique qui appelle une métamorphose urgente en même temps que les gilets jaunes, dans plusieurs pays, dénoncent la misère individuelle. Nous nous apercevons qu'à la liste des valeurs qui éclairent notre intelligence collective : le respect des différences a été laissé sur le bord du chemin, comme si nous avions arrêté de penser. Je dis ceci parce que l'intelligence collective n'est pas prise en charge par les financiers ni par les partis politiques, ni par nos élus. J'aime savoir que l'intelligence collective des peuples chemine depuis le premier matin du monde et que nos esprits travaillent sans cesse selon nos besoins pour faire triompher la vie, en dépit du fait que nous sommes adossés à la mort, unique nécessité. J'ajoute que l'intelligence collective inscrit ses découvertes en raison de son appartenance à un peuple, à une manière d'être au monde, à une langue ciselée et enrichie d'âge en âge ET à des échanges diversifiés avec les autres. Ni l'administration ni les systèmes qui organisent les mouvements économiques et financiers ne doivent être le résultats de très savantes stratégies réservées à une oligarchie d'élites. Ils doivent soumettre leurs savants calculs et les arguments de leurs stratégie à l'intelligence collective qui doit fonctionner désormais de manière structurée dans tous les domaines utiles à nos sociétés, à nos peuples. Cette manière de faire est déjà active, avec en tête de pont la convention citoyenne qui planche sur l'écologie, mais pas seulement, je pense aux colibris, et à "mille révolutions tranquilles" selon le titre d'un livre paru éd LLL.

Jacques
Lundi 1 juin 2020

@JP le MAT

Définir les détenteurs de la dette de l'état français par le seul titre "non résidents" est bien trop pudique. En effet, savoir précisément la nature des états qui détiennent cette dette, souvent derrière des noms très stéréotypés de fond d'investissement est particulièrement important.

Pourquoi, simple que vu le niveau de cette dette, l'état français est redevable d'un ''retour'' qui pour beaucoup ne sera pas simplement un remboursement (remboursement très hypothétique).

Depuis 2 mois, chacun à constaté que le gvt français avait la capacité à mentir et changer de dialogue à 180° sans même rechercher la moindre cohérence ni crédibilité. En clair, cela signifie que les gvt français prend des actions sans la moindre prise en compte de l'impact vis à vis de la population (si certains veulent croire en la sincérité du gvt cela ne regarde qu'eux, mais lui le gvt il s'en fiche totalement de l'opinion...)

On doit se poser la question du pourquoi?

En général, chacun de nous essaye un minimum d'être crédible vis à vis de ceux à qui ont doit notre pouvoir... Non?

Donc, cette manière d'agir n'a aucun sens sauf si le pouvoir décisionnel au sein de l'état français doit moins aux peuples de l'Hexagone qu'à ses créanciers....

Il faut donc savoir d'où vient l'argent qui permet de maintenir l'illusion!

Et une fois que l'on sait qui finance, on peut commencer à imaginer les contreparties... vu que l'on sait que ces contreparties ne seront très probablement pas un remboursement!

Bon honnêtement, je pense qu'une part significatif de la population de France ou de Bretagne, ne souhaite pas pour des raisons idéologiquement voir apparaître le nom des pays finançant l'état français... tout simplement parce que la réalité est trop en écart de leur idéologie...

Beaucoup d'entre nous vivons dans le virtuel...

C'est à mon avis pour cela qu'une force politique n'arrive pas à émerger en Bretagne....

Personnellement, je ne suis pas sûr que la Bretagne s'est arrêté en 1532, je pense plutôt qu'elle s'est arrêté en 1789 et encore pire depuis la fin de la 2ème GM.

Et ma crainte est de voir la Bretagne mourir et disparaître avec des Bretons vivant dans un monde virtuel confortable intellectuellement (le bilan du virage progressiste a été désastreux malgré de très rares succès qui cachent une forêt de renoncements), mais qui ne correspond pas à la réalité du monde dur, intransigeant et nécessitant une base assumée de valeurs culturelles et sociétales nécessaires pour refuser les mirages et avoir la force de s'adapter sans se renier pour passer au-travers...

Ex : Hier (dans les années 60/70) être de ''gauche/progressiste'' était une forme de défiance au système établi (une image de rebelle), aujourd'hui être de gauche c'est défendre bec et ongle le système établit tout en rêvant encore du temps où on s'imaginait ''rebelle''!

Cette période très courte représente pour moi, le virage ou les Bretons ont échangé leurs valeurs très anciennes (continues depuis 2500 ans malgré les crises : empire romain, empire franc, perte d'indépendance, révolution française) pour des valeurs intellectuelles de confort de faibles durées temporelles d'origine extérieure à notre long tradition civilisationnelle (exemple : ''la solidarité sociétale sur base culturelle'' a été remplacé par ''le socialisme internationaliste sur base idéologique'' : le fil civilisationnel hérité du temps long a été coupé et remplacé par un ''ersatz'' : un produit de remplacement d'aspect similaire mais aux qualités inférieures)!

Erreur et impasse intellectuelle, pourtant qualifié du titre pompeux de "progrès" (plus c'est gros, plus ça marche... comme on dit)... alors que loin de nos illusions nouvelles, le monde continue de vivre et d'évoluer!

Mon avis : Les peuples qui survivront aux 21ème siècle seront les peuples qui auront su s'adapter à cette nouvelle période de grand changement technologique SANS changer leurs valeurs culturelles et sociétales historiques propres!

Je pense que la Bretagne à la capacité à redresser la barre, mais pour cela il va falloir enterrer ''le quand dira t-on de la police de la pensée''... pas simple, car nous sommes devenus très dépendant de cette drogue très dure!

C'est un avis!

ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 9 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.

--Publicité--
yoran embanner