1918: un siècle après, encore des stigmates

-- Histoire de Bretagne --

Agenda de Jean-Jacques Monnier
Porte-parole: Jean-Jacques Monnier

Publié le 14/10/18 10:51 -- mis à jour le 14/10/18 11:49

On en toujours au bilan humain, terrible et toujours contesté. Suivant l'opinion de ses auteurs, il monte ou descend au gré des opinions. Quand on compare les recensements de 1911 et de 1921, le résultat est intéressant mais doit être corrigé à la hausse, puisque dans population bretonne où les jeunes adultes sont nombreux, nombre de ces derniers ont encore pu émigrer entre 1911 et 1914. Ils ne sont plus domiciliés en Bretagne. Leurs décès éventuels ne sont plus comptés en Bretagne. Il y a aussi tous les décès résultant de la guerre mais survenant après. On s'arrêtera à l'approximation des 150 000, sans exclure que le nombre soit plus élevé. Bien sûr, le rural affecté dans l'infanterie sera le plus touché par la mort ou la blessure. Les cartes de Mikael Bodlore jointes donnent une idée du prix payé, sans pour autant amoindrir le prix payé par d'autres départements ruraux.

45957_1.jpg
Des Bretonnes entrées en masse dans l'industrie où il fallait remplacer les mobilisés

La 92e conférence qui nous a été demandée à Olivier Caillebot et moi-même traitera surtout des conséquences de ce bain de sang: population vieillie, mal-être, alcoolisme, suicide, deux éléments nouveaux pour lesquels la Bretagne vire pour la première fois en tête. Les déséquilibres internes de la Bretagne s'accroissent, l'émigration reprend. Le recul de la langue par non transmission s'accroit. L'auto-dévalorisation de la culture bretonne favorise une modernisation -francisation forcenée, source de nouveaux traumatismes. Certains essaient bien de se tourner vers la modernité en gardant la bretonnité, mais les grands déséquilibres de la société bretonne sont désormais en place, accentués par la Seconde guerre mondiale. Le premier réveil est interrompu par la guerre suivante. Il reprend après la guerre sous les formes que l'on connaît mieux. Le psychiatre Kress a bien étudié les conséquences profondes de ces traumatismes dans la psychologie et le vécu des Bretons jusqu'à nos jours. 120 documents et deux extraits filmés viendront illustrer les chocs subis.

Ce sera l'objet de la conférence multimédia de Lanvollon de ce samedi 20 octobre (15h30), au Moulin de Blanchardeau, avec une étude particulière sur le secteur compris entre Guingamp et Saint-Brieuc.

Voir aussi :
mailbox imprimer