conférence multimédia : l'après 14-18, un siècle de traumatismes persistants pour la Bretagne

-- Histoire de Bretagne --

Agenda de Jean-Jacques Monnier
Porte-parole: Jean-Jacques Monnier

Publié le 9/03/19 8:15 -- mis à jour le 09/03/19 08:15

C'est encore sous un angle nouveau que le sujet est abordé. Les centaines de monuments aux morts érigés dans les années 1920 traduisent la façon dont le choc est vécu sans être surmonté. Quand on arrive de Paris vers la Bretagne, plus on va vers l'Ouest, plus les femmes sont présentes sur les monuments, qui ne sont plus des monuments de victoire mais de douleur. L'alcool, le suicide connaissent des progressions vertigineuses dans un pays bouleversé et… modernisé. La langue et la culture bretonnes sont encore plus dévalorisés, même si certains refusent ce déclin comme ils refusent le déclin économique. A côté d'une Bretagne résignée et fataliste, il y a une Bretagne combative et créative, mais le nouveau choc qui survient fait oublier ces efforts. Tout est encore à reprendre. Une période de progrès volontaristes s'ensuit, mais les séquelles demeurent. De nombreux documents photos et filmés inédits illustrent le propos. Cette conférence dialoguée entre Olivier Caillebot et Jean-Jacques Monnier a lieu dans le cadre du Breizhtival annuel de Landivisiau, dans la salle Tournemine, près de l'église, le jeudi 14 mars à 20h30. Durée: 1h40.

47000_2.jpg
Originalité des monuments aux morts de Basse Bretagne: la fréquence de la représentation de la famille éplorée
Voir aussi :
mailbox imprimer