Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
Sculpture à la mémoire des Bretons morts par la France
Sculpture à la mémoire des Bretons morts par la France
Détail de la sculpture à la mémoire des Bretons morts par la France
Détail de la sculpture à la mémoire des Bretons morts par la France
Avant l'inauguration sur Koad Sav Pell.
Avant l'inauguration sur Koad Sav Pell.
Marc Simon (sculpteur), Yann Luk Koad (lecteur du poème en breton), Jean Loup Le Cuff (Président de MAB)
Marc Simon (sculpteur), Yann Luk Koad (lecteur du poème en breton), Jean Loup Le Cuff (Président de MAB)
Yann Luk Koad et Jean Loup Le Cuff
Yann Luk Koad et Jean Loup Le Cuff
Dom de Gannes, conteur en gallo...
Dom de Gannes, conteur en gallo...
Dan, sonneur de veuze...
Dan, sonneur de veuze...
Marc Simon (sculpteur) et Jean Loup Le Cuff (Président de MAB)
Marc Simon (sculpteur) et Jean Loup Le Cuff (Président de MAB)
- Communiqué de presse -
La sculpture à la mémoire des Bretons morts par la France dévoilée…
Le 11 novembre 2018 peu après 11h du matin, la sculpture de Marc Simon commandée par l’association MAB a été dévoilée sur le terrain historique Koad Sav Pell de la bataille de Saint-Aubin du Cormier, devant quelques dizaines de Bretonnes et Bretons venus parfois de loin, ainsi que quelques non bretons mais ressortissant de nations ayant donnés des hommes autant en 1488 qu’en 14-18.
Jean-Loup Le Cuff pour MAB, Musée Archipel Breton le 14/11/18 13:56

Le 11 novembre 2018 peu après 11h du matin, la sculpture de Marc Simon commandée par l’association MAB a été dévoilée sur le terrain historique Koad Sav Pell de la bataille de Saint-Aubin du Cormier, devant quelques dizaines de Bretonnes et Bretons venus parfois de loin, ainsi que quelques non bretons mais ressortissant de nations ayant donnés des hommes autant en 1488 qu’en 14-18.

Cette sculpture réalisée dans du granite de Huelgoat, à la mémoire de tous les Bretons morts par la France, au sens large et à toutes les époques, consiste en un médaillon gravé en relief où nous distinguons deux profils de Bretons: Celui qui regarde vers l’ouest à toujours le chapeau traditionnel et les cheveux longs d’avant 1914. Celui qui regarde vers l’est a les cheveux coupés courts sous le casque du poilu. Deux mondes en effigie de Janus, la France en guerre et la Bretagne pacifique.

Le texte est trilingue, breton, gallo et anglais et signifie dans ces trois langues : « A tous les Bretons morts par la France ». C’est sans doute le seul monument en Bretagne comme en France, dédié à la guerre de 14-18 comme à son centenaire, qui n’est pas inscrit en français ; la langue des ordres donnés pour aller à la mort. Autre différence aussi avec toutes les cérémonies sur le même sujet et au même moment partout en France, aucun triliv (drapeau français) en vue mais un Gwenn ha Du (drapeau breton moderne depuis 1924 ) et un Kroas Du ( pavillon de l’Etat Breton indépendant d’avant 1532 ) de part et d’autre de ce monument. ( De 1532 à 1924, le drapeau de la Bretagne était le drapeau herminé en reprise du drapeau ducal d’après Pierre 1er. ). Troisième différence aussi : dans notre cérémonie, il a été entendu du breton et du gallo. Les deux langues parlées par une majorité des Bretons sacrifiés en 14-18. Langues qui sont en voie de disparition aujourd’hui, sous la férule de la France jacobine toujours ethnocidaire. La quatrième différence, le fond de notre cérémonie a été principalement la dénonciation de cette tuerie inutile de 14-18, comme le sont toutes les guerres organisées par des pouvoirs et des décideurs politiques et économiques complices et protégés. Et cinquième et dernière différence, aucun chant militaire belliciste français n’a retenti, mais le pacifique et national breton Bro Gozh Ma Zadou. Il aura fallu attendre un siècle pour qu’une cérémonie exclusivement bretonne ait eu lieu en Bretagne en mémoire des Bretons sacrifiés en 14-18, comme dans toutes les autres guerres.

Le déroulé de notre cérémonie :

- Accueil des participants.

- Présentation générale du projet par le sculpteur et le commanditaire, président de MAB.

- La sculpture est dévoilée sous les applaudissements..

- Le mot du sculpteur sur son travail.

- Le discours du commanditaire et président de MAB, suivi d’une minute de silence.

(Cf en PDF ci-dessous)

- Une poésie lue en Breton et français : poème de Tugdual Kalvez dédié à son oncle Korentin mort par la France en 1918. Ce poème est paru dans le numéro d'Al Liamm de mai-juin 2018 (pages 7 & 8). C’est un témoignage de sacrifice inutile parmi des centaines de milliers d’autres.. .(Cf en PDF ci-dessous)

- Une autre histoire de 14-18, vraie et émouvante, est dite en gallo par Dom de Gannes.

- Le Bro Gozh Ma Zadou joué à la veuze par Dan.

- Une collation est offerte à tous les participants.

- A suivre une visite de la sculpture de l’archer anglais est organisée au Château de la Giraudais voisin..

Pour MAB, JLLC.

Document PDF 46193-1918_v2.pdf Poème en breton de Tugdual Kalvez, traduit par Yann Luk Koad.. Source : Tugdual Kalvez
Document PDF 46193-discours_le_cuff.pdf Discours de Jean Loup Le Cuff, président de MAB.. Source : MAB
Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1433 lectures.
En 2000 et 2001, notre collectif de défense Mémoire et Dignité s’est opposé avec succès au projet profanateur de site départemental d’enfouissement d’ordures ménagères sur la partie nord/ nord-est du champ de l’importante bataille européenne et franco-bretonne de 1488, qui entraîna la perte d’indépendance de la Bretagne. (Là reposent environ 7500 hommes de dix nationalités différentes, Anglais, Germains, Français, Espagnols, Napolitains et Génois, Flamands, Suisses, Basques, Gascons et de très nombreux Bretons…). Cette affaire a mis en lumière méconnaissance et irrespect pour l'Histoire Bretonne, qui n’est toujours pas enseignée dans les écoles ni relatée dans les musées officiels des cinq départements de Bretagne ! MAB apporte ses pierres sur Koad Sav Pell...
Voir tous les articles de MAB, Musée Archipel Breton
Vos 7 commentaires
ollivieryv2@wanadoo.fr Le Mercredi 14 novembre 2018 16:13
Je trouve que ce monument à du sens, hélas.
(0) 

Christian AC'H Le Mercredi 14 novembre 2018 16:54
Magnifique, ça me va droit au cœur, honneur à cette Bretagne et à ces gens qui sont là pour ne pas que l'on oublie le passé, Bevet Breizh dieub
(0) 

Job LE GAC Le Mercredi 14 novembre 2018 17:39
Ben, je ne vois pas pourquoi cette appellation "mort pour la France" concernant les soldats de 14/18 . .. ; ça n'existait pas !!! . . . le décret a été signé en . .. 1922 . . !!
On expliquait aux soldats bretons alors qu'ils partaient, qu'il allaient défendre la "petite" et "grande patrie" . .!!
C'est quand même pas pareil !! . .D'ailleurs, sous l'arc de triomphe, c'est bien marqué "mort pour la patrie" . .. et pas autre chose !
Par contre, l'état français a voulu traficoter l'histoire : en effet, les descendants de soldats morts au front avaient le droit à un billet de train pour se rendre sur la tombe du soldat; ainsi, ma maman, (pupille de la nation), a effectué cette demande; il lui a été demandé de faire reconnaître que son père était "mort pour la France" pour avoir ce droit !! .. .Une duperie supplémentaire !!
(0) 

Robert Le Mercredi 14 novembre 2018 18:37
C'est ne possible pas de telechargé les documents PDF. Un error 404 ne trouvé pas.
(0) 

Jean Voruz Le Jeudi 15 novembre 2018 09:04
A toi, soldat breton. Tu n'avais perdu ni l'Alsace ni la Lorraine; tu es allé te sacrifier pour une République qui n'a eu de cesse que de couper tes racines et celle de tous les tiens. Il serait temps de te demander pardon.
(0) 

Pierre Robes Le Jeudi 15 novembre 2018 13:15
en 1914, : On expliquait aux soldats bretons alors qu'ils partaient, qu'il allaient défendre la "petite" et "grande patrie" . .!!
Mais en 1870 Keratry appela uniquement à défendre la Bretagne, "petite patrie" c'est pour cela qu'il réussit à réunir plusieurs milliers de Bretons (30.000) en peu de temps ce qui fit peur aux français, Keratry était surveillé lorsqu'il recrutait l'armée de Bretagne, aussi on les cantonna dans le camp de Conlie près du Mans, 65.000 bretons sans armes et dans la boue de l'automne, telle une muraille d'hommes qui devait faire de leurs corps une barrière aux prussiens. Les Prussiens avertis qu'ils n'avaient pas d'armes ne tombèrent pas dans le piège organisé par Gambetta pour protéger Paris. Keratry démissionna
(0) 

Jean Voruz Le Jeudi 15 novembre 2018 22:49
A toi, soldat breton. Tu n'avais perdu ni l'Alsace ni la Lorraine; tu es allé te sacrifier pour une République qui n'a eu de cesse que de couper tes racines et celle de tous les tiens. Il serait temps de te demander pardon.
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 9 multiplié par 5) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons