Villon et Grall expliqués aux lycéens

-- Culture --

Chronique de Kerne Multimédia

Publié le 28/11/21 19:59 -- mis à jour le 02/12/21 14:19
Pierre Tanguy au théâtre de Kerbertrand, à Quimperlé :
Réalisation : fea - tvbk
(108 vues)

Une assistance attentive écoutait Pierre Tanguy ce matin à Quimperlé. Des élèves qui avaient auparavant lu et exposé leurs travaux sur les deux poètes.

Qu'ont-ils de commun, ces deux hommes, avec un demi-millénaire d'écart ? Alors que Rimbaud a vraiment été un révélateur de la puissance de la poésie pour Grall, le poète breton découvrira plus tard Villon. Leurs domaines communs sont principalement la maladie et la mort, l'expérience de la violence (guerre de cent ans pour Villon, Algérie pour Grall), un catholicisme enraciné et libertaire, une vie de poète damné, excessif.

Ils nous laissent tous les deux une oeuvre courte, mais singulière.

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Youtubeuse, docteure d'Etat en breton-celtique à l'Université Rennes 2 / Haute Bretagne, enseignante, militante des droits humains à Cent pour un toit Pays de Quimperlé, des langues de Bretagne avec Diwan, Aita, GBB, ...., féministe, enseignante, vidéaste, réalisatrice, conteuse, chanteuse, comédienne amateure, responsable depuis vingt ans du concours de haikus de Taol Kurun, des prix littéraires Priz ar Vugale et Priz ar Yaouankiz, ...
Vos 1 commentaires
kris braz
2021-12-04 04:31:29
Grall-Perros : Regards Croisés (voir le site)
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 8 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.