Put your name here

Un Gallois a donné son nom à l'Amérique
Une réplique du Matthew de Jean Cabot visible à Bristol. Matthew était le nom de sa femme - Ameryk le nom de son armateur et bienfaiteur.
Un Gallois a donné son nom à l'Amérique
La carte de Waldseemuller conservée à la Bibliothèque du Congrès à Washington.
Enquete
Un Gallois a donné son nom à l'Amérique
C'est le Gallois Richard Ameryk (Ap Meurig en gallois), un riche marchand qui vivait à Bristol qui légua son nom au continent. Ameryk fut en effet l'armateur de Jean Cabot (Giovanni Caboto) qui explorait le Canada pour le compte du roi d'Angleterre Henry VII, lui même né au Pays-de Galles (et ayant passé 14 ans en exil en Bretagne) . Cabot fut le premier Européen à débarquer sur le continent américain, au Labrador en 1497, 4 ans avant Christophe Colomb qui bien que découvreur des Antilles en 1492, ne débarqua sur le continent qu'en 1501, avant aussi Amerigo Vespucci et 35 ans avant l'exploration du Saint-Laurent par le Malouin Jacques Cartier.
Philippe Argouarch
Publié le 7/08/09 19:37 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Qui a donné son nom à l'Amérique ? Amerigo Vespucci. Non, pas du tout. Tout d'abord, personne n'a donné son prénom à un lieu sauf bien sûr pour les monarques dont les noms étaient des prénoms. Ce sont les noms de famille qui étaient utilisés pour baptiser des terres comme la Tasmanie pour Abel Tasman, Vancouver pour George Vancouver ou les Iles Kerguelen pour Yves Joseph de Kerguelen de Trémarec . Le "Book of general ignorance", un best-seller aux États-Unis, rétablit la vérité (1). C'est le Gallois Richard Ameryk , Ap Meurig en gallois (2), un riche marchand qui vivait à Bristol, qui légua son nom au continent. Ameryk fut en effet l'armateur de Jean Cabot (Giovanni Caboto qui venait de Gêne via Venise) et explorait le Canada pour le compte du roi d'Angleterre Henry VII, lui même né au Pays-de Galles (et ayant passé 14 ans en exil en Bretagne). Cabot fut le premier Européen à débarquer sur le continent américain, au Labrador en 1497, 4 ans avant Christophe Colomb qui, bien que découvreur des Antilles en 1492, ne débarqua sur le continent qu'en 1501; avant aussi Amerigo Vespucci et 35 ans avant l'exploration du Saint-Laurent par le Malouin Jacques Cartier.

L'almanach de Bristol fut le premier document a utiliser le terme "Ameryk" en honneur de l'armateur. C'est le cartographe Martin Waldseemuller, en France et très loin de Bristol qui fit, en 1507, la confusion entre Aymeric et Amerigo. Ce dernier qui avait cartographié la côte de l'Amérique du Sud, ne prétendit jamais lui donner son nom, encore moins son prénom. Cabot donna à la terre qu'il découvrit le nom d'Ameryk en l'honneur de son armateur et bienfaiteur.

(1) The book of General Ignorance : "Everything you think you know is wrong". (Tout ce que vous croyez savoir est faux) By John Lloyd & John Mitchinson. Harmony Book. New-York, Faber Limited. London.

(2) Ap Meurig : fils de Meurig.

Philippe Argouarch

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 2289 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Voir tous les articles de de Philippe Argouarch
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 5 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.