Soutien aux ex-salariés de la SEITA de Carquefou

-- Politique --

Communiqué de presse de Gwened / Vannes 2014
Porte-parole: Bertrand Deleon

Publié le 3/10/15 11:33 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

366 salariés de la SEITA ont été licenciés comme des malpropres du site de Carquefou près de Nantes. Selon la tradition économique française, la fabrique sera délocalisée en Pologne. Nos compatriotes bretons de Loire-Atlantique étaient tellement efficaces qu'ils rapportaient chacun quarante mille euros de dividendes mensuels aux actionnaires. Ils aimaient leur métier si bien qu'une partie d'entre eux avait prévu de racheter les outils de production et de s'ancrer plus encore dans le paysage économique local en s'organisant en Société Coopérative de Production. Or, la Seita, après avoir bien enfumé les salariés, s'oppose à toute reprise. L'Etat est, quant à lui, conforme à défendre des intérêts qui ne sont pas les nôtres, il les a donc totalement oubliés.

Le tabac n'est pas bon pour la santé, mais ni le dumping social, ni les taxes prélevées grassement sur ces produits, ni les licenciements conséquents ne le sont non plus.

La souveraineté de la Bretagne sera l'assurance de l'accompagnement de nos entreprises. La priorité sera rendue aux femmes et hommes de ce pays et non aux profits d'une minorité : le savoir-faire, l'emploi, et la dynamique des territoires passent avant tout.

Notre Chance, l'Indépendance, salue le courage et la ténacité des salariés de la Séita de Carquefou et appelle à rejoindre toutes leurs mobilisations.

Pour Notre Chance, l'Indépendance,

Bertrand Deléon.

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Vos 2 commentaires
PIERRE CAMARET
Mardi 18 janvier 2022
Bertrand DELEON . SEITA on ne peut pas interdire a une Societe de delocaliser . Cela fait vraisemblablement parti d' une politique generale .... mais si la Societe s' en va ,mais a fait de grands profits, le Plan Social doit etre en rapport .
Par contre a un desinvestissement , un autre investissement devrait suivre . Perdre son Job , mais si apres 1 ou 2 semaines ,on en retrouve un autre equivalent ... ce n' est pas si grave .
La Bretagne Autonome ( au debut ) doit se doter d'un bonne gestion de ses investissements
(0) 
PIERRE CAMARET
Mardi 18 janvier 2022
Dans une Bretagne autonome , il faudra un Service pour gerer les investissements.Ce Service pourra rejeter certains de ces investissements selon des criteres bien cibles.Il faudra bien choisir car les investissement necessitent toujours un Fond de Depart .....qui pourrait, peut etre etre utilise , pour de meilleurs investissements
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 2 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.