Second tour des élections législatives : position de l'Union démocratique bretonne (UDB)

Pas de consigne globale de vote pour l'Union démocratique bretonne. Soutien à Jean-Luc Bleunven dans la 3è circonscription du Finistère (Brest-rural)

L'Union démocratique bretonne, membre de la plate-forme Oui la Bretagne, remercie les électeurs qui ont donné leurs suffrages à ses candidats au premier tour des élections législatives. En Bretagne comme dans l'ensemble de la France, le bilan est alarmant pour la démocratie, avec une abstention qui progresse encore et une personnalisation écrasante de l'élection. La logique du parti unique, sous quelque régime politique que ce soit, n'a jamais servi la démocratie. Depuis l'instauration d'un nouveau calendrier électoral en 2002, les élections législatives ont perdu leur sens premier, celui d'élire des hommes et des femmes en charge de voter les lois et de contrôler l'action du pouvoir exécutif. Si une victoire large de la majorité présidentielle semble se dessiner, tout n'est pas encore joué avant le second tour. Solidaire de Oui la Bretagne, l'Union démocratique ne donne pas de consigne globale de vote en Bretagne. En revanche, dans la troisième circonscription du Finistère (Brest-rural) elle apporte son soutien à Jean-Luc Bleunven, député sortant dont la compétence, le travail, l'ouverture d'esprit, le désintéressement et le souci de transparence dans l'utilisation de la réserve parlementaire ont valeur d'exemplarité. L'UDB félicite ses partenaires de la fédération Régions et Peuples Solidaires en Corse et en Alsace dont quatre candidats accèdent au second tour avec, pour plusieurs, de réelles chances de l'emporter le 18 juin. Des députés de Régions et peuples solidaires pourront faire entendre une voix différente et contribuer à faire vivre le pluralisme, dans une Assemblée qui risque d'être dominée par un seul parti. Ils pourront également faire entendre la voix des territoires, notamment des plus fragiles, dans un contexte rendu inquiétant par le nouveau plan de coupe dans les budgets des collectivités préparé par La République en Marche. A plus long terme, il semble bien que la gauche soit à reconstruire en Bretagne comme ailleurs. Pour l'UDB, ce travail devra se faire sur de nouvelles bases. La pensée de l'égalité, qui confond parfois égalité théorique et égalité réelle, ne pourra plus faire l'impasse sur la diversité des territoires et des cultures. L'autonomie régionale et locale, dans le cadre d'une république fédérale et non plus jacobine, pourra être un remède à la crise de la démocratie représentative.

L'UDB entend contribuer au nécessaire débat sur la fondation d'une nouvelle gauche à partir du livre-programme qu'elle présentera au public à l'automne prochain.

 

.
Cet article a fait l'objet de 1047 lectures.
mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer

Auteur de l'article :

Communiqués

Agence de relations de presse

Vos commentaires :

André Gilbert
Mercredi 14 juin 2017

ça y est c'est reparti , l'UDB appelle à reformer une nouvelle gauche.

on a vu ce que cela a donné pour la Bretagne

Je ne pense pas que défendre la Bretagne soit un monopole de gauche.

les exemples de l'Alsace et de la Corse sont soulignés , il faut constater que ces deux régions sont plus motivées que nous pour défendre leurs identités et leurs territoires et justement , ce ne sont ni des gens de droite , ni de gauche qui portent cet espoir

quand on constate que l'on n'est même pas capables de faire respecter l'appellation Bretagne par ceux qui utilisent la Région comme entité bretonne , il y a beaucoup de chemin à parcourir

ce qu'il nous faut , c'est un meneur reconnu et que de droite , de gauche , ou d'ailleurs , celui-ci soit capable de nous (la Bretagne) rassembler afin d'entrevoir des jours meilleurs

cosquer pierre-jean
Mercredi 14 juin 2017

Il serait intéressant que vous alliez sur l'idée suivante: L'enjeu d'aujourd'hui se situe entre diversité et uniformisation... La question droite gauche est plus que révolu... en vous accrochant absolument à ces termes , la gauche en ce qui vous concerne vous louperez aussi les autres rendez-vous... Vous n'avez pas il me semble trouvé les " jeunes sur les terrains de foot...." c'est dommage parce que vous ne les avez pas trouvé du tout n'est-ce pas? Pourquoi d'après vous? croyez-vous qu'ils s'intéressent à la gauche ? croyez-vous qu'ils s'intéressent à la droite... peut-être quelques familles militantes et politisée vous en donne l'illusion... Vous auriez tout intérêt à vous intéressez à l'être humain dans son ensemble...son besoin d'entreprendre comme son besoin social... parlez de gauche comme parler de droite vous confère un sacré retard aux yeux des jeunes...n'oubliez pas que les jeunes CHERCHENT DU TRAVAIL ils se foutent éperdument de qui le leurs trouve... Ils n'ont plus la culture d'entreprise celle "obligatoire" du temps passé... ils n'ont plus la lutte des classes... Ils ne sont plus de gauche... Ils ne sont plus de droite... ILS VEULENT DU NOUVEAU..... En étant de gauche vous ne proposez pas une démocratie... Vous proposez une idéologie... Les jeunes en ont mare des donneurs de leçon ( droite ou gauche ) incapables de leur fournir du TRAVAIL... Internet leur apprend une nouvelle manière de vivre et de communiquer... Pour les toucher et ILS sont l'électorat qui décidera , ils faut leurs proposer un projet cohérent ... et non pas perdre votre temps à reconstruire une enième gauche. En revanche vous pouvez leur parler de la Bretagne Ils en ont besoin mais pour la politique ils n'ont pas besoin de vous...Sauf si vous laissez votre formatage de côté et que vous acceptiez une approche plus global du problème Breton...En permettant à la plate forme "Oui la Bretagne " d'en devenir une véritable...En permettant aux gens de s'exprimer comme ont su le faire les bonnets rouges...La méthode bonnets rouge était la bonne mais vous l'avez combattue stupidement sans réfléchir , en ce qui me concerne c'est le seul moment de démocratie que j'ai vécu en plus de 50 ans d'existence.....Au lieu de faire des meeting en proposant vos idées, c'est l'inverse qu'il faut faire , c'est organiser des meetings en demandant aux gens ce qu'ils souhaitent ... Avec moins d'orgueil vous y arriverez ... Vous faites des progrès toutefois( "fédéralisme") ... Il faudrait passer la seconde maintenant ....

Jack Le Guen
Jeudi 15 juin 2017

Si être de gauche est si important pour vous, pourquoi ne pas changer le nom de votre parti en Gauche Démocratique Bretonne ou GDB, ça serait plus clair pour tout le monde, vous ne trouvez pas ? D'ailleurs en Catalogne il y a la La Gauche républicaine de Catalogne (en catalan : Esquerra Republicana de Catalunya. C'est clair.

De plus le terme "union" implique que le parti veut rassembler tous les démocrates bretons, ce qui n'est pas le cas puisqu'en vous proclamant "de gauche", vous excluez les Bretons démocrates de droite et même du centre. A moins que vous ne pensiez qu'un démocrate, ou un partisan de la démocratie, est forcément de gauche ? Winston Churchill qui a sauvé les démocraties européennes du nazisme était un tory , de droite donc ? De Gaulle qui a incarné la démocratie française pendant 4 ans de guerre était de droite non ? La gauche n'a pas le monopole de la démocratie.

Icaro
Jeudi 15 juin 2017

Si vous souhaitez reconstruire la gauche, commencez par éviter le piège institutionnel des divisions sociétales (hommes/femmes, jeunes/vieux, noirs/blancs, etc…) qui à pour but d'empêcher tout rassemblement face à l'élite mondialiste.

Votre engagement pour la Bretagne et le peuple doit être réel au lieu d'être une posture bourgeoise et moralisante comme le dénonce bien Christophe Guilluy.

Jiler
Samedi 17 juin 2017

Ce vote était inhabituel, hors norme à tout point de vue, où le dégagisme et le vote utile ont été féroces.

Le moment est venu au mouvement politique breton (MBP, UDB , Parti Breton, et déçus "récupérables" du PS) de se rassembler.

Votre responsabilité est immense ! Entamez les pourparlers, et prenez votre temps, en sachant que "En Marche " est là pour longtemps, que le dégagisme va durer et même s'accentuer., en sachant que droite et gauche ne veut plus rien dire pour l'électeur habituel.

Il vous faudra une énorme dose de pragmatisme, ce qui a cruellement manqué les années passées.

Bonne chance te bon travail

spered dieub
Samedi 17 juin 2017

il semble bien que la gauche soit à reconstruire en Bretagne comme ailleurs

Cela me fait penser aux paroles d' un chant de kan ha diskan de Stivell et de Hassold à la fin des années1970, un très bel air d'ailleurs .

Je cite ,il n'y aura pas de printemps ni en Bretagne ni ailleurs tant que les socialistes ne seront pas au pouvoir .La suite et les résultats sont là aujourd'hui ,et à l'udb on continue de rêver .

Compte tenu du caractère particulier des Bretons ,c'est encore plus vrai pour ce qui est des militants quelle que soit leurs couleurs .C'est inutile voir néfaste d'avoir des partis politiques bretons .A partir du moment ou il y a un programme ,celui ci est un facteur exponentiel de division sur tout sauf sur l'idée d'émancipation de la Bretagne .Donc à mon sens c'est un mouvement d'émancipation de la Bretagne qui devrait voir le jour regroupant des régionalistes aux indépendantistes toutes tendances confondues en évitant les extrêmes et surtout les fous furieux qui ne sont pas forcément à l'extrême droite ou gauche ,et réciproquement il peut y avoir des gens raisonnables partout y compris au PC ou au NPA

Donc la seule revendication de ce mouvement serait l'émancipation de la Bretagne .Les militants ou adhérents pourraient par ailleurs se faire élire sur diverses étiquettes d'autres partis suivant leur sensibilité .Peu à peu ils parviendraient en tant qu'élus à faire évoluer l'ensemble de la classe politique en Bretagne vers l'idée d'émancipation .Un fois l'objectif de l'autonomie atteint là le mouvement peut se permettre de se diviser .Tout comme les indépendantistes continuer leur chemin dans ce cas le MEB devient le MIB

Écrire un commentaire :

Combien font 3 multiplié par 9 ?

Publicités et partenariat