Voici plus de dix ans que l'association MAB, Musée Archipel Breton, a été créée pour la défense du site de la bataille de Saint-Aubin du Cormier, suite à un ex-projet profanateur niant notre histoire plus que millénaire et notre riche identité bretonne, inaliénables selon tous les droits internationaux en vigueur, négligeables selon la cécité et la surdité pathologiques de nos « bons maîtres » jacobins républicains, qui dans la droite ligne des monarques précédents (Louis XI, Charles VIII, François 1er, Louis XIV, Napoléon Bonaparte, … pour ne nommer que ceux qui ont été les plus machiavéliquement nuisibles à la Bretagne et aux Bretons) continuent de nous refuser tous les droits nationaux et élémentaires des peuples (langue(s), culture, histoire, médias, intégrité territoriale, autodétermination et auto-gestion avec les fruits de notre propre fiscalité, etc…) qu'ils appellent pourtant de leurs vœux pour les autres peuples, en dehors de leur administration hexagonale bien sûr, comme autant d'éléments de progrès et de démocratie !

26681_1.jpgAvant le début des "Feux de la Rencontre 2012" un hommage est rendu au hommes tombés là pour la liberté de Bretagne! Bevet Breizh Dieub !

Étonnante et insondable hypocrisie de la monarchie républicaine, qui ressent ses torts et faiblesses sans jamais les reconnaître, et qui joue la montre dans un statu quo hérité de la terreur guillotineuse, espérant gagner un jour définitivement et par abandon, sur la légitime rébellion girondine et fédéraliste, à force de manipulation des consciences des plus jeunes comme des anciens, sous les fourches caudines de l'école de Jules Ferry et des médias officiels aux ordres… Et pourtant la jeunesse bretonne semble prête à la relève, certes pas massivement, mais au moins aussi nombreuse que furent leurs aînés en leur temps… Sans doute est-il évident pour chaque nouvelle génération bretonne arrivant à maturité, que l'histoire française, violente et sanguinaire, n'a aucune leçon de morale a donner à quiconque, et que la liberté et les droits de l'homme sont toujours utilisés en propagande éhontée pour dorer le masque grimaçant et mensonger d'une hégémonie centraliste, spoliation ethnocidaire, dans l'ombre des sourires et discours cravatés…

Combien de temps attendrons nous encore, avant de voir se réaliser enfin ce pourquoi nos anciens se sont battus depuis tant de générations, avec l'énergie du désespoir et à armes inégales, et ce pourquoi ils furent souvent massacrés avec une rage démesurée ? Pensons aux Bonnets Rouges face à la furie anthropophage des dragons de Louis XIV, Pontcallec et ses amis décapités à la hache, La Rouerie dont le cadavre fut déterré pour être décapité, les ravages hallucinants des bleus de Robespierre se livrant en nos terres bretonnes comme en Vendée à une multitude d'Oradour-sur-Glane, le squelette de Cadoudal cyniquement exhibé en faculté de médecine après sa mort, les volontaires bretons de Conlie parqués comme des bêtes avant d'être livrés dans la faim et le froid à l'ennemi avec de vieux fusils inutiles, les massacres encore plus fous de nos hommes dans les tranchées de 14-18, où Yan Ber Kalloc'h mourant pense et dit dans sa grande et naïve pureté qu'après tous ces sacrifices des Bretons, la France va bien finir par nous reconnaître, nous les Bretons, avec notre langue, notre culture, notre histoire…

Eh non, en 2012 toujours rien, Sœur Anne ne voit rien venir… Aura-t-elle droit à un timbre en 2014 pour le 500e anniversaire de sa mort, elle qui fut la seule femme de l'histoire à être sacrée deux fois reine de France, doublée par une insultante figure de papier, Bécassine, à qui la France « généreuse et reconnaissante » a déjà donné le droit d'être sacralisée par la Poste, semblant nous dire : voilà Bretons, la seule reine que vous méritez…

Nous n'avons aucun lieu de croire que l'étau de l'injustice et de la persécution se relâche sur nos têtes, demain plus qu'hier… Mirabeau, l'un des héros de leur révolution française, pourtant commencée à Rennes un an plus tôt et avec nos idéaux, l'a bien exprimé dans toute sa hargne raciste : « Vous êtes Bretons ? Les Français commandent ! ». Eh oui, cela a le mérite d'être clair, et l'on pense toujours ainsi aujourd'hui, dans les ministères et les préfectures. « Malheur aux vaincus ! » aurait-dit César, un autre jacobin avant l'heure, toujours modèle de nos bons républicains d'aujourd'hui…

Alors quoi, plus d'espoir possible en notre bonne terre bretonne d'Armorique ? En dehors de nos festoù noz et festivals en tout genre, (et oui, nous autres Bretons savons faire la fête, car c'est les seuls moments où nous avons l'impression d'être libres…), aucun échappatoire au joug jacobin ? des miettes toujours pour nous les Bretons, et nos impôts offerts en tribut sur un plateau d'argent, à ces lointains oligarques qui nous méprisent et nous ignorent ? Morvan, Nevenoë, Erispoë, Salaün, où êtes-vous ? Oui peut-être ou non bien-sûr ! comme diraient nos amis Wallons, avec qui nous aimerions tant troquer notre place en pays français, quitte à déformer légèrement le divin hexagone de nos sectaires et religieux laïques…

Il ne nous reste plus aujourd'hui qu'une seule chose, la patience ! surtout pas la résignation, mais la patience, jeune et fière, belle dans son immuabilité ! La patience qui nous dit qu'un jour la veulerie jacobine aura vécue ! 24 heures avant la chute du mur de Berlin, personne n'aurait parié un kopeck sur la réunion du peuple allemand… et pourtant ! Un jour aussi le peuple breton sera réuni, et conscient de son histoire et de son unicité exemplaire dans l'humanité, frère de tous les autres peuples pacifiques mais bafoués comme nous aujourd'hui ! Un jour on reparlera breton ou gallo dans les chaumières, un jour nous retrouverons notre honneur et notre richesse, notre libre arbitre et notre joie de vivre volés dans les affres de l'annexion et de la colonisation… Un jour… en attendant ne baissons jamais les bras ! Transmettons à nos plus jeunes tout ce que nous savons, notre vérité, celle de notre peuple… et quand ce jour viendra, où la jacobinie aura vécu, vaincue par les dettes et la décadence dont elle aura été la seule responsable, gentiment, les mains propres de sang, le cœur léger, le sourire au bord des lèvres, nous entonnerons dans l'allégresse sous le ciel bleu, un « Bro gozh » qui montera jusqu'au oreilles de nos anciens, et ensemble nous danserons sur la ceinture de la terre ! Un jour... Demain !

En attendant ce jour, MAB, comme tant d'autres associations bretonnes non subventionnées car jugées politiquement incorrectes, continue tranquillement son petit bonhomme de chemin… Nous avons eu le droit à un beau temps miraculeux pour notre fête « Les Feux de la Rencontre 2012 » le samedi 16 et le dimanche 17 juin ! Pas une goutte de pluie, alors que juste avant et après, les nuits du vendredi et du dimanche, il se mit à pleuvoir des hallebardes… Signes et intersignes du vieux pays de nos ancêtres ! De plus notre fête a attiré plus de monde que d'habitude, les musiciens en verve ont boeuffé toute la nuit sous les étoiles brillantes, les peintres se sont exprimés sur les pierres levées avec des pigments de terres ocres, et les poètes ont dit leurs textes sous le soleil !

Le 5 juillet dernier, la seconde fois depuis le 7 mai 2010, j'ai fait visiter le champ de bataille et le château de Saint-Aubin du Cormier aux enfants du CM1 et du CM2 de l'école Nominoë de Gosné, avec une parole simple tissée de vérités historiques, et sans même m'en rendre compte j'ai mis une belle calotte à Jules Ferry, puisque quelques enfants passionnés par cette histoire se sont surpris à dire « Nous les Bretons » et « eux les Français… ».

Le 21 juillet prochain nous accueillerons sur notre terrain Koad Sav Pell l'association Bongodread pour une fête Reggae Dub… Et oui n'en déplaise à certains esprits chagrins se disant les plus bretons des Bretons, planqués derrière leur ordinateur au Japon ou aux States, nous sommes bretons enracinés ouverts au Monde, échangeant nos fruits contre ceux des autres cultures… Vivre la Bretagne à fond, c'est être fort en soi comme en dehors… Ce sont les faibles qui sont apeurés par les autres cultures, car peu sûrs de la leur… Si tout se passe bien, sans pluie ni bleus, les petites économies de cette fête, accumulées aux autres ruisseaux de nos autres fêtes, nous feront encore avancer dans nos travaux sur le parc de sculpture en devenir, et nous aidera aussi à rembourser notre dette, seulement à moitié payée, et contractée lors du sabotage de notre Festival des Libertés Bretonnes en 2001 et 2002, dans le château de Pierre de Dreux… Le Préfet de l'époque, qui obéissait soit à un président de droite soit à un premier ministre de gauche, soit aux deux, n'a pas été élu à la dernière échéance électorale, et première de sa carrière… Son fils non plus, laissant la place à notre premier député « autonomiste » en pays de France… Un jour ? Demain…

Le 28 juillet, jour de la bataille de Saint-Aubin du Cormier, nous accueillerons un mariage anglo-breton sur notre terrain Koad Sav Pell ! Le premier mariage… Et la future mariée anglaise est née un 28 juillet ! Signes et intersignes du vieux pays de nos ancêtres… Les 440 archers de l'île de Wight, et les 6.000 Bretons et alliés morts en ces terres veilleront sur nous, je l'espère!

Le lendemain, dimanche 29 juillet aura lieu la commémoration bretonne de Saint-Aubin du Cormier, à 15 h 30, au Mémorial aux Bretons ! Les participants qui le désirent, comme les amis organisateurs de Koun Breizh et d'Identité Bretonne, pourront nous rejoindre à midi, sur Koad sav Pell, pour profiter du grand feu central et de sa grille, pour rôtir leur pique nique et boire le verre de la Rencontre… Les convives du mariage seront également invités bien sûr, à nous rejoindre à la commémoration, leurs convictions bretonnes ne faisant aucun doute…

J'en profite aussi pour annoncer notre fête du dernier week-end de septembre « Les Premiers Feux d'automne », où l'historien Jean-Jacques Monnier et l'homme de radio Olivier Caillebot nous feront l'honneur de nous présenter leur conférence avec support audio-visuel sur l'Histoire de Bretagne, suite à la parution de leur coffret, 4 CD + livret : « Histoire de Bretagne pour tous ! »


Setu ! N'eo ket echu an Istor Breizh !

Yann Vleiz


Quelques liens en rapport avec cet article :

École Nominoë : (voir notre article). Et (voir notre article)

Autre visite scolaire : (voir notre article)

Collectif Anna Vreizh : (voir notre article)

(voir notre article) et (voir notre article)

de la pétition pour le timbre Anne de Bretagne.

http://breizhltw.wix.com/histoire-de-bretagne pour Histoire de Bretagne pour tous :

http://www.youtube.com/watch?v=zuZ71gT30zA&feature=endscreen&NR=1&noredirect=1 et pour deux clips de FR3 Bretagne à propos de la bataille sur YouTube

Fête Reggae Dub sur Facebook : http://www.facebook.com/events/292814397482939/294408207323558/?ref=notif¬if_t=event_mall_reply

Post Sciptum rajouté le lendemain matin, la nuit portant conseil, à propos des Marches de Bretagne:

Deux choses, d'abord nous n'étions que quatre, quatre comme les départements de la la région Bretagne croupion, à s'être réunis devant les grilles de la sous-préfecture de Fougères, le samedi 30 juin à 14h30, répondant à l'appel de Bretagne Réunie... Quatre membres de MAB aussi... Mais nous étions là, avec deux journalistes qui ont fait respectivement un papier dans Ouest-France et la Chronique Républicaine... Et Monsieur le Sous-Préfet a eu sa petite lettre dans sa boîte.

Ensuite, nous n'entendons plus parler dans la presse locale ni ailleurs, de ce (enfin!) beau projet de déposer à l'Unesco une demande de classement de 21 sites historiques et remarquables des Marches de Bretagne, au titre de Patrimoine de l'Humanité... Enterré? Trop breton? Pas assez jacobin-centraliste? Nous ne serions pas étonnés, quand on sait qu'en Bretagne, même les sites de Carnac et de Barnenez n'ont pas encore eu le droit à cette proposition de classement...

(voir notre article)

Voir aussi :

Cet article a fait l'objet de 2271 lectures.
mailbox imprimer

En 2000-2001, notre collectif de défense s'est opposé avec succès au projet profanateur de site départemental d'enfouissement d'ordures ménagères sur la partie nord / nord-est du champ de l'importante bataille européenne et franco-bretonne de 1488, qui entraîna la perte d'indépendance de la Bretagne. Là reposent environ 8.000 hommes de dix nationalités différentes, Anglais, Germains, Français, Flamands, Suisses, Espagnols, Basques, Napolitains, Gascons et de nombreux Bretons…. Cette affaire a mis en lumière méconnaissance et irrespect pour l'Histoire Bretonne, qui n'est toujours pas enseignée dans les écoles des cinq départements de Bretagne.
Aujourd'hui, en pleine construction européenne, et avant que ne repoussent les ronces de l'oubli sur notre histoire plus que millénaire, nous voudri

Vos commentaires :

Arzh-bihan
Mardi 10 juillet 2012

Un texte flamboyant susceptible de réveiller nos morts !

\" Un jour il fera beau \", c\'est certain, l\'une et indivisible n\'en termine plus de mourir, patience ...

bravo en tout cas .

Michel Cagniart
Mardi 10 juillet 2012

Salut Jean-Loup,

Ton billet d\'humeur est toujours aussi convaincant, voir +! J\'ai pris bonne note des infos, dont celles à venir!En effet le monde, dans les têtes est peut-être en train de changer, nous les Bretons d\'abord, comme le disent les enfants, futurs adultes!!et l\'on sent de plus en plus, un certain humanisme chez quelques uns! Patience, comme tu le dis si bien, çà viendra...

En attendant, les fêtes de MAB sont toujours de fameux évènements!!

A+

Michel

bernard guyader
Mardi 10 juillet 2012

Chapeau bas ...Bernard Guyader

T. Gwilhmod
Mardi 10 juillet 2012

"un jour on reparlera [breton ou] gallo dans les chaumières"

L'essence nationalitaire de la langue bretonne, dont la vocation est de remplaçer le français en devenant le vecteur et le moteur de la naisssance de la Nouvelle Bretagne, est niée par cette référence aux parlers gallos.

Tant que cela durera les organisateurs de St aubin du Cormiers ne sont pas nationalistes.

L'Etat français, lui, ne se trompe pas d'ennemi : subventionner le "gallo" ne comporte aucun risque politique : bien au contraire, il affaiblit mécaniquement notre langue nationale qui se retrouve mise au niveau du "gallo".

Une sous-langue quoi.

Yann LeBleiz
Mercredi 11 juillet 2012

@ T.Gwilhmod

Je ne sais pas ce qui fait le jeu du gvt français : évoquer le gallo ou taper sur les patriotes qui s'investissent pour la préservation de notre patrimoine.

En Ecosse : le souvenir des batailles pour l'indépendance du pays sont devenus des événements populaires et d'ampleur internationale. Les anglais sont cordialement invités.

En Bretagne : Il y a les gens comme vous qui dégomment les autres patriotes, puis ceux qui voient dans ces fêtes un rassemblement "non politiquement correct", et les plus nombreux ceux pour qui préserver la mémoire historique bretonne est une "plouquitude".

L'Ecosse est composée de 3 peuples : les pictes (un peuple breton), les Gaels (celtes irlandais), et les Scots (peuple germanique), et si les langues anciennes ont pratiquement disparues tout le monde se considère "ECOSSAIS" et l'Ecossais est fier de son histoire.

La Bretagne est composée d'Armoricains (historiquent de langues gauloise et Gallo-romaine) et principalement de Bretons. Mais le breton actuel est complexé (est-il un breton?) et surtout ignorant de son histoire (une histoire pourtant d'une richesse incroyable).

Alors, il joue le "A l'aise Breizh" en s'excusant immédiatement de ne pas afficher un nationalisme, ou l'inverse, il joue le "je suis plus breton que toi...!".

Dans les 2 cas, l'autre breton est toujours en accusation : c'est un "extrêmiste", c'est un "pas assez" breton!

En fait, ils sont peu nombreux les bretons à être vraiment "A l'aise dans leur identité" comme l'écossais peut l'être.

Mais à Saint-Aubin, que ce soit en gallo, en breton ou en français, je pense que nos amis font partis ces bretons qui n'ont pas de problème avec leur identité réelle!

Et comme dit A.Stivel pour la langue : "tant pis si cela vous dérange...!"

Ar Vran
Mercredi 11 juillet 2012

@T. Gwilhmod

SVP, arrêtez de déconsidérer la culture romane de Bretagne car ce n\'est pas en diabolisant les personnes de Haute Bretagne que vous allez triompher!

Bien sûr que la langue bretonne est une langue nationale de Bretagne mais cela ne doit pas se faire au mépris du gallo ou du français d\'ailleurs. Sinon vous risquez de vous trouver bien seul.

Avant de parler de renaissance de la langue bretonne, il faut faire renaître le sentiment patriote chez les Bretons et susciter l\'intérêt des Bretons à reparler la langue bretonne. Pour cela, il faut que la majorité des Bretons, laquelle est hélas devenue francophone, se réapproprie les valeurs et spécificités de la Bretagne et arrête de se définir comme français. Dans ce cadre, la commémoration de la bataille de St Aubin du Cormier est un élément important dans ce processus de réappropriation.

De grâce, ne vous trompez pas de combat (car jusqu\'à maintenant toutes les tentatives de l\'emsav basée sur la quête d\'une patrie mystique à identité celto-britophone exclusive ont échouées, il faut donc changer...)

Jean-loup LE CUFF
Mercredi 11 juillet 2012

Merci Ar Vran et Yann Le Bleiz d\'avoir répondu à ce monsieur TG donneur de leçons, et décideur de qui est nationaliste breton ou pas... Il commence à me \"les gonfler gentiment\" pour rester poli...et d\'ailleurs je lui avais déjà répondu dans les conmmentaires de cet article: (voir ABP 25757)

Je remettrai une couche tout de même: le réveil de la Bretagne passera par l\'UNION de tous les patriotes Bretons, quelque soient leurs connaissances linguistiques et sensibilité politique... Et c\'est ce à quoi nous travaillons actuellement depuis trois mois dans une nouvelle association KAD, Kelc\'h An Dael, où nous avons autour de la table, et en toute fraternité bretonne, des patriotes venant de tous les partis bretons: Emgann, Breizhistance, UDB, Parti Breton, Adsav et non encartés... Et cela se passe très bien, puisque en trois réunions pas un seul coup de gueule, mais une totale unanimité de points de vue convergeant vers une union parlementaire bretonne ! Nous sommes l\'embryon logistique d\'un nouveau Parlement Breton! On ne demande pas, on n\'exige pas, on ne pleurniche pas, on le fait!

Notre communiqué explicatif officiel sera donné sur ABP en septembre prochain! En attendant, tous les patriotes bretons clairvoyants comme vous, Ar Vran et Yann Le Bleiz, sont bienvenus pour nous rejoindre dans cette aventure démocratique bretonne. Joignez moi par message privé, et je vous expliquerai la démarche à suivre pour ce faire! Trugarez deoc\'h ha ken ar c\'hentañ gwell e barzh KAD, marteze!

Naunnt
Mercredi 11 juillet 2012

Célébrer St Aubin du Cormier ne peut être que célébrer une fête nationaliste, à la façon de la bataille des éperons d’or flamingante. C’est donner un sens nationaliste à un évènement qui en était dépourvu et faire preuve d’un anachronisme grave. François II était un prince français (de culture, éduqué comme tel) comme Léopold Ier était un prince allemand bien que roi des Belges. Les divisions entre nobles bretons ont bien plus fait (dès le Xème siècle) pour l’arrimage de la Bretagne à la France, que le roi de France lui-même. Le concept de nation n’avait pas encore été inventé (XVIIIème siècle) et cette défaite n’a pas été perçu comme telle par la grande majorité de l’élite bretonne (nobles, bourgeois, clergé). Il faut encore ajouter que des nobles français étaient engagés auprès de François II et inversement. Ce n’étaient pas des traitres mais des grands qui avaient choisi l’alliance qui leur paraissait la plus favorable : on était encore dans un régime féodal.

Je ne sais pas pourquoi les nationalistes ont choisi cette bataille plutôt qu’une autre (siège de St Malo ou Vannes par exemple pendant la guerre folle). La première victime du nationalisme quel qu’il soit, c’est l’Histoire.

Tangi Le Gall
Mercredi 11 juillet 2012

Il n'y a que des vieux sur la photo...Les jeunes, eux, préfèrent apprendre et parler breton et militer pour Ai'Ta...

SPERED DIEUB
Mercredi 11 juillet 2012

EN 1532 C'EST LE PEUPLE BRETON QUI A ETE TRAHI

Naunnt à la limite je serais un peu de votre avis en ce qui concerne la féodalité seulement vous raisonnez à sens unique en vous écoutant la France n'a jamais commis de fautes bien qu'elle n'a pas été et n'est pas non plus responsable de tous les malheurs du monde!! Juste après la perte de l'indépendance un historien d'Argentré avait dénoncé cette imposture le droit international existait déjà à l'époque si vous voulez le vérifier voici une preuve impartiale allez sur le site du duché de Normandie qui d'après ce droit n'est pas encore légalement français

Par contre en ce qui concerne le dit traité de 1532 ou plutôt la charte c'est clair qu'elle a été imposée de façon sournoise par le vainqueur et le pire c'est qu'elle a favorisée les notables là je vous rejoins car ils se sont fait achetés au détriment du peuple breton la preuve c'est que du temps de l'indépendance le tiers état était représenté tandis que par la suite il a été progressivement évincé et c'est pour cette raison que la révolution française a démarrée en Bretagne ,j'en veux pour preuve le témoignage de Arthur Young affirmant que les dispositions de la charte de 1532 étaient injustes Autre preuve Pierre Landais précurseur de la conception de l'état moderne lors de sa condamnation a été abandonné autant par les nobles pro que anti bretons Je suis persuadé que si les droits dont bénéficiaient la Bretagne auraient été plus équitables le tiers état breton dans la continuité de La Chalotais se serait allié aux autres ordres pour les défendre et l'issue de la révolut que ion aurait pu être différente dans le sens une décentralisation de part la régionalisation contrairement à la départementalisation aurait réussie et beaucoup de drames évités

Ironie de l'histoire le celib n'a t_il pas également échoué de part la trahison des notables ??

SPERED DIEUB
Mercredi 11 juillet 2012

Au sujet du CELIB

L'AMENAGEMENT DU TERRITOIRE 1958-1974: 1958-1974. Actes du ... - Résultats Google Recherche de Livres

books.google.com/books?isbn=2296403816...Fondation Charles de Gaulle, Association Georges Pompidou - 2000 - 394 pages

J'ai moi-même qualifié l'attitude des élus du CELIB, de "trahison des notables", en m'engageant politiquement auprès de Gaston Defferre, favorable à la ...VVV

Arzh-bihan
Mercredi 11 juillet 2012

@ Le Gall,

Sans les vieux, les jeunes n\\\'auraient sans doute pas été emmenés à apprendre le Breton et à le parler, même avec un accent déplorable ...

Jean-Loup LE CUFF
Mercredi 11 juillet 2012

A Naunnt:

L\'existence de MAB et de Koad Sav Pell, ainsi que de toutes nos actions d\'aujourd\'hui, découlent simplement de la volonté profanatrice de 2000 et 2001... Imaginons un instant que les pouvoirs publics français eut voulu faire un site d\'enfouissement d\'ordures ménagères prés des cimetières militaires américains du débarquement de Normandie, ou ceux de 14-18 de Verdun, quelle aurait été la réaction des américains ou des associations d\'anciens combattants français? Et bien nous autres bretons, nous sommes également des êtres humains ayant le droit à la mémoire et au respect! (Surtout vu le flot de sang breton versé pour ou par la France dans toutes ses guerres, et aussi la masse fiscale bretonne qui va gaver depuis plusieurs siècles nos \"bons maîtres\"...)

C\'est vous et vos semblables \"l’anachronisme grave\", qui vous croyez encore au temps de Jules Ferry et des hussards noirs de la république... Vous voulez m\'accrocher un sabot autour du cou pour insoumission ou rébellion à votre système ultra-nationaliste et révisionniste jacobin?

Ah bon, François II était un prince français ? Mais alors pourquoi vouloir annexer son Duché indépendant en lui envoyant une troupe de 15 000 hommes?

Vous écrivez: \"Les divisions entre nobles bretons ont bien plus fait (dès le Xème siècle) pour l’arrimage de la Bretagne à la France, que le roi de France lui-même. Le concept de nation n’avait pas encore été inventé (XVIIIème siècle) et cette défaite n’a pas été perçu comme telle par la grande majorité de l’élite bretonne (nobles, bourgeois, clergé).\"

Vous prouvez là votre méconnaissance totale de notre histoire de Bretagne! Bien sûr que le peuple Breton, depuis les premiers raids des francs en Armorique jusqu\'à la bataille de Saint-Aubin du Cormier, avait conscience de faire partie d\'un peuple distinct de celui du pays français voisin! Nous avons de très nombreux témoignages historiques là dessus (voir note plus bas), mais sans doute pas cités dans vos livres de référence écrits par des historiens-mercenaires au service de votre beau pays des droits de l\'homme...

Vous ne savez pas pourquoi les nationalistes bretons ont choisi cette bataille plutôt qu’une autre? Vous êtes myope ou juste de mauvaise foi?

Et nous autre bretons ne parlons jamais de la guerre folle,(terme utilisé par les historiens français révisionnistes) , mais tout simplement de guerre d\'annexion où la seule loi était celle du plus fort!

Vous dites que \"la première victime du nationalisme quel qu’il soit, c’est l’Histoire.\" Là je suis d\'accord avec vous: Sans le nationalisme français, la Bretagne qui fut la quatrième puissance d\'Europe, qui avait la première flotte marchande d\'Europe, serait encore indépendante aujourd\'hui, et encore plus prospère que le Danemark, pour citer un pays indépendant moderne de même taille...

Note: Je vous conseille par exemple de lire les écrits de propagande française avant la bataille de Saint-Aubin du Cormier, destinés à effrayer la population et à obtenir sa soumission, ils sont édifiants de haine et de menaces horribles, dignes d\'un Goebbels avant l\'heure, et ce sont ces écrits français qui font bien la différence entre Français et Bretons! Vous les lirez dans \"Revue des Provinces de l\'Ouest\" Tome 1, p 68, de L. Grégoire. Documents cités de la bibliothèque de Nantes!

Il y a tellement d\'autres textes historiques indéniables qui battent en brèche vos propos formatés de propagande jacobine apprise par coeur, que je n\'ai pas le temps de vous en dresser la liste ici! Je vous laisse, si vous êtes chercheur de vérité les découvrir par vous-mêmes...

Par contre il est aussi intéressant de lire des textes contemporains ni français ni bretons:

Je vous conseille ainsi de lire par exemple le sort d\'Anne vu de l\'Empire Germanique... notamment à travers les textes des chansons de Hans Schneider, datés de 1492 et de 1507-1508, produits dans le \"Fureteur Breton\" 3ème année 1907-1908 par le docteur de Zahn, directeur des Archives Historiques de Styrie. Je ne vous parle même pas des innombrables textes bretons et anglais de l\'époque, vous diriez qu\'ils sont de parti pris, bien sûr, alors que les vôtres sont absolument objectifs! On a envie de sourire...

Jean-Loup LE CUFF
Mercredi 11 juillet 2012

Evit ar moutig bihan Tangi:

1/ J'ai peut-être été jeune con comme toi, donneur de leçon aux aînés expérimentés, mais j'avoue que je ne m'en rappelle plus...

2/ Peut-être qu'un jour tu seras aussi un vieux expérimenté? et qu'un jeune coq viendra te faire dans les bottes sans aucune raison logique...

3 / Sur la photo, qui te dit qu'il n'y a pas là une bonne moitié de locuteurs brittophones? dont un anglais d'ailleurs...

4/Personnellement je respecte au plus haut point Ai'Ta et n'ai jamais dit un seul mot contre eux! Il y a deux ans, un membre d'Ai'ta a même été invité à monter un stand dans une de nos fêtes, et il est aujourd'hui membre de MAB! Pourquoi causer sans savoir?

5/ Je verse tout les mois par prélèvement automatique sur mon compte (ainsi qu'à Skoazell Vreizh d'ailleurs), une petite somme à Diwan Breizh, et j'ai déjà donné plusieurs fois des oeuvres d'art au profit des ventes aux enchères de Diwan! (Ainsi que pour 44=Breizh)

6/ Qui te dit que je ne continue pas à apprendre moi-même le breton, issu d'une famille bretonnante, bien que n'ayant personne avec qui le parler aux Marches de Bretagne?

7/ Cela m'ennuie un peu d'expliquer tout cela publiquement, mais je le fais pour ton bien, pour que tu comprennes que parfois, surtout entre compatriotes du même bord, il vaut mieux se taire que de polémiquer inutilement au risque d'être ridicule... Ne cherchons pas à faire tous la même chose car nous sommes tous naturellement complémentaires dans nos actions!

8/ Je ne te connais pas, mais j'aime ton impulsivité cependant: elle est preuve de passion et de dynamisme! Si tu la mets au service de la langue bretonne et de la Bretagne, c'est parfait!

Chans vat ganit! A wir galon!

Yann LeBleiz
Mercredi 11 juillet 2012

@ Naunnt

Décidémment, vous êtes et restez le pro de la désinformation.

Vous présentez des faits banals et communs à l'histoire de toute l'Europe, en faisant croire que seul la Bretagne était concernée.

C'est bizarre, mais je crois n'avoir jamais vu un de vos textes favorable à la Bretagne ou défavorable à la France!

Si l'histoire est victime de quelque chose, c'est bien de ceux qui la réécrivent!

@ Tangi Le Gall

Je connais beaucoup de jeunes militants qui feraient bien de connaître un minimum leur histoire.

Il n'est pas rare de trouver des profs bilingues incapablent de nommer plus de 2 ducs de Bretagne.

Ou pire qui prétendent ne pas pouvoir enseigner l'histoire de Bretagne à leurs élèves car ils n'ont pas été "formés" et que le contrat avec l'Education française ne prévoit que "l'enseignement de l'histoire de France"!

Je vous invite plutôt à rencontrer, ces personnes et notamment M. le Cuff.

Après vous pourrez faire votre jugement!

Jean-Loup LE CUFF
Mercredi 11 juillet 2012

Au citoyen jacobin Naunnt, pour le plaisir:

Si je me disais encore citoyen français, je pourrais arguer légalement ainsi:

"Quand le gouvernement viole les droits du Peuple,l'insurrection est pour le Peuple et pour chaque portion du peuple le plus sacré des droits, et le plus indispensable des devoirs"

Article 35 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du citoyen 24 juin 1793

mais ce n'est même pas le cas, je n'y crois plus... Je suis juste breton, européen, et citoyen du Monde si il reconnait ma nation bretonne...

odile buton
Jeudi 12 juillet 2012

@Tangi Le Gall : merci pour \"les vieux sur la photo\" !...

bon, mets tes lunettes et regarde à gauche : si, si, ce sont bien des jeunes 10-12 ans !

si tu venais aux fest-noz de janvier et aux Fêtes de la Rencontre sur le site-même de la bataille, tu serais surpris des âges des participants !

odile buton
Jeudi 12 juillet 2012

et... bravo Jean-Loup !

on est quelques uns à penser comme toi !

Breizh überalles
Jeudi 12 juillet 2012

En premier lieu chapeau pour le texte. Très académique certes, assez réactionnaire, un style qui gagnerait à être dépoussiéré. Mais une efficacité redoutable de part la virtuosité de la plume. Nous sommes clairement dans la pure tradition de la propagande du siècle dernier, flattant la fibre nationaliste, à coup de figures de style autour de l'hyperbole et d'une rafale de pathos, non moins efficace.

Le parallèle avec la photo, sorti tout droit du "petit druide de Brocéliande illustré" (pour les moins de 10 ans) ne fait que renforcer ce côté folklorique et grandiloquent. L'auteur dépeint une réalité fantasmée, intéressante, mais malheureusement inexistante.

Surtout dans le secteur concerné : Gosné, Saint-Aubin-du-Cormier, Fougères... J'habite le secteur depuis trois ans et, force est de constater que le sentiment breton n'existe pas. Il n'y a même pas à en discuter avec les gens. Ils n'en voient pas la nécessité, ni même l'intérêt. Saint-Aubin, c'est déjà la Mayenne, culturellement, et d'ailleurs même électoralement.

Douleur ou pas, chagrin ou pas. La réalité est que la Bretagne que vous fantasmez n'existe plus que de manière parcellaire dans le Finistère et, dans une moindre mesure, l'ouest du 22 et du 56. Quelques îlots identitaires subsistent à Rennes ou Nantes, du fait du statut de "capitales". Mais plus on va à l'Est, plus la Bretonnitude s'éteint. Elle ne se rallume qu'à l'aune de quelques festounoz organisés de ci de là, comme il y en a d'ailleurs d'organisé en Basse Normandie, à Paris ou en Mayenne. Et c'est à peu près tout.

Autant à Carhaix, y ayant habité plusieurs années, j'ai ressenti ce sentiment breton (largement atténué certes par rapport à ce que vous dépeignez), autant à Fougères. Nada. Rien. Quedalle.

Vos desseins sont nobles, mais unifier Fougères et Carhaix est impossible. Culturellement comme géographiquement, les Marches sont bien plus proches de la France que de la Bretagne.

Sig Heil Frankreich
Jeudi 12 juillet 2012

Le choix du pseudo "Breizh überalles" dénote une volonté d'associer le souci légitime d'honnoer les grands moments de l'histoire bretonne à de la propagande nazie. Tout le reste c'est du baratin. Tout est dans le pseudo!

Parlons un peu de la France qui a voulu écraser bien des peuples avec autant de haine que les nazis sous couvert de leur apporter les lumières du progrès. En effet elle avance bien souvent cachée cette idéologie totalitariste. Ce qui s'est passé dans les colonies? c'est par nous disent-ils c'est une déviation passagère de nos idéaux humanistes, ce qui s'est passé pendant le seconde guerre mondiale avec collaboration active avec les nazis à une grande échelle et déportation de juifs par dizaines de milliers? C'est pas nous la vraie France était ailleurs, résistante et porteuses des valeurs universelles! Allez laissez nous rire de vos moralisations.

Jean-Loup LE CUFF
Jeudi 12 juillet 2012

A Breizh überalles, c'est la deuxième fois que vous intervenez sur un de mes articles sous votre pseudonyme ridiculement agressif... La première fois je n'ai pas répondu, mais bien que vous m'amusez tout autant que votre ami Naunnt, au vu de votre esprit persifleur d'outre Marches de Bretagne, je vous conseillerais plutôt de vous appeler Frankreich überalles ! Et oui, les Francs venaient d'outre- Rhin, et la France n'a cessé de vouloir détruire, partiellement en vain pour l'instant, la totalité des communautés nationales originelles de l'hexagone! Au "propre" ou au figuré, le pseudonyme de Frankreich überalles vous irait donc à merveille! Merci toutefois pour les quelques compliments qui émaille vos propos, sans doute là pour donner plus de poids à vos coups de canif... Ce sont les gens comme vous ou pires qui me forment depuis quelques décennies... La France aurait vraiment été un pays démocratique et respectueux de ses minorités, vous n'auriez pas entendu parler de moi! (ou juste dans la rubrique artistique, celle qui ne mange pas le pain jacobin...)

Ar Vran
Jeudi 12 juillet 2012

@Breizh ûberalles

Pas de chance pour vous car le secteur de Gosné, St Aubin je le connais très bien ayant moi-même pas trop loin. Dire que les gens de St Aubin sont mayennais c\'est prendre ses désirs pour des réalités et une insulte pour ces personnes. Ils se sentent bretons comme d\'ailleurs les gens de Fougères et de Vitré car au cas où vous ne l\'auriez pas constaté le sentiment breton en Haute Bretagne est plus important que celui de \"basse bretagne\". et vous savez pourquoi ? parce que ce sont les gens de haute bretagne qui ont longtemps été support au duché de Bretagne. Et oui que cela vous plaise ou pas, le fait de se considérer comme breton ne veut pas dire être exclusivement de culture celte mais également de culture romane... et comme je vois que vous êtes ignare, je vous invite à regarder les 2 couleurs du gwenn-ha-du et vous interroger sur leur signification, M. under alles

SPERED DIEUB
Jeudi 12 juillet 2012

Je pense que plutôt que de stigmatiser les adversaires qui peuvent être des provocateurs, mais aussi des gens qui contrairement à la grande masse indifférente se pose tout simplement des questions ,le mouvement breton devrait faire preuve de tolérance et surtout de pédagogie face aux arguments adverses d'autant que un excellent moyen de faire avancer la cause et de montrer qu'il est attaché à la démocratie à contrario les opposants à la cause bretonne peuvent se servir de l'intolérance à leur égard pour donner à 'opinion publique une mauvaise image de l'emsav

Breizh überalles
Jeudi 12 juillet 2012

J\'avoue m\'être un peu emporté dans mon texte... Comme vous d\'ailleurs.

Je soulignais juste le fait qu\'il fallait prendre en considération l\'Histoire et, qu\'on le veuille ou non, les incidences qu\'elle a eu sur les territoires, notamment la haute Bretagne, et particulièrement les Marches. Et il est évident qu\'il est particulièrement vain de vouloir transmettre ce sentiment \"identitaire\" à cette partie là du pays où l\'on a même jamais parlé la langue du pays.

Alors vous me direz que les Bretons (et pas que les Vilains) sont victimes de siècles de propagande et de falsification de l\'Histoire, mais la réalité des mentalités est ce qu\'elle est. Même dans les cercles celtiques, les bagads, etc. les participants n\'affichent leur bretonitude qu\'à des desseins culturels, mais très rarement politiques.

Vos objectifs pourraient fonctionner dans d\'autres configurations, telles que celles de la Tchétchénie, du Tibet, ou encore de la Palestine. Mais \"l\'oppression\" de l\'Etat français ne se compare pas à ces situations, même si elle est plus \"douce\" et \"subtile\". De ce fait, il n\'y aura jamais de \"révoltes\", de prise de conscience dans le contexte actuel et vous le savez parfaitement.

Je suis effectivement originaire d\'Outre Marche. Mais la Bretagne est mon pays (je n\'hésite pas à dire le mot) d\'adoption. Et pour rien au monde je ne la quitterai (quoiqu\'en ce moment, vu le temps...). Et c\'est le sens de mon pseudo qui, littéralement, signifie \"Bretagne pour tous\". Si je suis sur ce site, si je m\'intéresse à l\'Emsav, ce n\'est pas pour faire mon Jacobin de base, que je ne suis absolument pas.

J\'ai participé à des manifs pour la réunification, je fais la promotion chaque jour d\'une partie de la Bretagne (dont je tairai le nom afin de ne pas être reconnu) et je suis très proche de cette culture, qui ne fait qu\'un avec des paysages dans lesquels je ne fais qu\'un.

Je déplore aussi qu\'elle n\'ait pas suffisamment d\'autonomie. Mais sans jamais aller jusqu\'à l\'idée d\'indépendance, compte tenu du contexte et des liens tissés depuis des siècles avec la France. Mais également du nombre élevé d\'expatriés, comme moi. Papa d\'une petite Bretonne, mais d\'origine française version vlaams. Et avec une maman bretonne, d\'origine espagnole, bourguignonne et trégoroise. La Bretagne est devenue un melting pot, que vous le vouliez ou non. La majorité des gens qui y sont le sont de leur plein gré et en sont amoureux. Alors, à moins de faire prévaloir un \"droit du sang\" (et à quel degré ???) aux connotations aussi tristes que ce que mon pseudo vous évoque, l\'idée d\'indépendance est une utopie, mais aussi un non sens.

Cela n\'enlève pas la fierté de porter une culture unique. Que l\'on soit Breton de sang, de naissance, ou d\'adoption.

Jean-Loup LE CUFF
Vendredi 13 juillet 2012

A überalles:

Votre pseudo en dit plus long sur vous que vous ne pensez... mais bon, je préfère le ton de votre dernier post! Ceci dit, permettez moi de corriger une erreur que font beaucoup de "néophytes" en histoire et culture bretonne: Vous avez dit "... et particulièrement les Marches. Et il est évident qu'il est particulièrement vain de vouloir transmettre ce sentiment «identitaire» à cette partie là du pays où l'on a même jamais parlé la langue du pays."

Détrompez vous! On a parlé breton aux Marches de Bretagne et au delà! Dans le Cotentin, jusqu'en Mayenne, territoires breton sous Erisöe et Salaün, et où des toponymies continuent de le prouver: Craon (Noix), landivy (Lande / monastère d'Yves) , etc.. Et il y eu une multitude d'enclaves brittophones dans le pays français, dont la toponymie commence souvent par brit.. bret..

Ar Vran
Vendredi 13 juillet 2012

@ Breizh überalles

Vous devenez intéressant et c\'est tant mieux. Je me doutais de vos sentiments et je pense même que les quelques \"jacobins\" qui interviennent régulièrement sur ABP ne sont pas si jacobins que cela et pire se posent des questions. Je ne parle pas des trolls, dont la logorrhée est tellement grosse car bourrée d\'autosuffisance et de certitudes qu\'ils sont facilement identifiables. D\'une certaine manière vous faites avancer le débat...

Pour revenir à notre sujet, et comme je vous le signalais, le terme d\'\"emsav\" qui regroupe grosso modo les associations, partis et personnes qui militent ou sont sympathisant à la Bretagne n\'est pas forcément synonyme de langue bretonne et de celtitude idéalisée à partir de légendes et de l\'histoire du peuplement de la Bretagne. Cela correspond plutôt à retrouver la Bretagne pour en faire un pays à part entière (quelque soit d\'ailleurs le niveau d\'autonomie ou d\'indépendance que vous voulez y mettre).

Comme je l\'ai écrit, la Bretagne a toujours été duale, donc restreindre la Bretagne à la partie \"Basse bretagne\" est non seulement faux mais cela a pour conséquence d\'oublier l\'autre moitié qui est la composante dite romane. De la même façon, ce n\'est parce que la grande majorité des Bretons s\'exprime de nos jours en français que cela en fait des parfaits Français. Il suffit d\'aller faire un tour par exemple en Ecosse ou en Ireland pour comprendre cela (allez leur dire qu\'ils sont anglais, vous allez voir). De même ce n\'est pas parce que les wallons ou les suisses romands parlent français qu\'ils le sont, nuance. Et bien cela peut être la même chose en Bretagne, mais pour cela il faut que l\'emsav change de discours et s\'émancipe de sa facile posture anti-française systématique et de sa démarche d\'exclusion

Pour terminer sur ce sujet,je dirais qu\'en Bretagne actuellement il existe 2 langues nationales, le français et une langue spécifique qui est le breton. Chacune de ces 2 langues ont des variantes ou des parlers apparentés qui n\'ont pas pour objectif de devenir des langues officielles, ce sont du côte celtique, les grands dialectes léonard, cornouaillais, trégorrois et vannetais et du côté romand, le gallo et ses diverses composantes et un parlé poitevin-saintongeais à l\'extrème sud de la Loire-Atlantique

mais ce qui réunit tous ces locuteurs et bien sûr ceux qui ne parlent que français est le fait qu\'ils sont Bretons...

o.Nicolas
Vendredi 13 juillet 2012

@ überalles

Je ne suis pas d\'accord avec vous, et soutien J-l LE CUFF.

Ayant vécu et travaillé au contact de la population dans le pays des Marches de bretagne (35, à l\'Est)je peux attester que la population, en conscience, se dit \"beurton\" (breton)..et que de l\'autre côté (!)(en 53 le Maine) c\'est identifié \"meunio\"! Le nombre de fanion breton \"gwenn ha du\" aux rétroviseurs, bigoudènes \"A l\'aise breizh\".. y est important, la musique et danse traditionnelle présente.

Au pied du Château de Vitré est apposé une plaque rappelant que c\'est le Chevalier Rivoallan (Bas Breton)qui fut le créateur de la forteresse, envoyé depuis Nantes par Nominoe, souverain breton, afin d\'y fortifier la Bretagne (aussi Fougères, Chateaubriant, Ancenis (du breton \"Ankiniz\")..en ce pays des \"Marches\".

Les Jeunes des dépt.29..35,44.. exhibent aujourd\'hui ensemble(dans les festivals..manifs..) le drapeau Breton,ils sont Bretons par..l\'Histoire. Leur rappeller, le rappeller est nécessaire.

L\'envie, la demande de bilinguisme se développe : à Vitré (2007) (j\'étais un des parents initiateurs)..un ruisseau..des fleuves...Projets à Chateaugiron..diwan bientôt à Fougères-Felger ?!!

..ON ne parlait pas Breton avant dans \"les Marches\" ou à Montparnasse (75) ? eh alors, avant on ne parlait pas Français aux allentours de Gwenrann (44), Vannes, Carhaix non plus !

Exigeons dorénavant de plus en plus, un bilinguisme AUTOMATIQUE de la maternelle au collège en Bretagne, comme cela existe depuis des décennies dans les démocraties d\'europe. Ho sonjoù gwellañ.

SPERED DIEUB
Vendredi 13 juillet 2012

Par perversion du sens du mot, jacobin est devenu au fil du temps synonyme de la centralisation étatique poussée à l'extrême alors que à l'origine c'était quelque peu différent en fait il faut reprendre l'histoire qui n' est pas simple et paradoxale au moins depuis la révolte des bonnets rouges en fait cela rejoint mon premier commentaire Pour information une Bretagne indépendante pourrait être centralisée tout comme l'Irlande le pays le plus centralisé d'Europe D'ailleurs cela fait une vingtaine d'années un jeune étudiant évoquant l'hypothèse d'une Bretagne indépendante me disait qu'il serait nécessaire dans un premier temps que le régime soit fort impartial et centralisé

Naunnt
Vendredi 13 juillet 2012

A Spered Dieub, bien sûr que la France a commis des fautes et même des crimes. Mais je ne défends pas de vision historiographique de la France, j’essaye de comprendre ce qui a été la réalité des rapports de force, loin de tout angélisme. La légalité de ces actes de droits international est tout a fait discutable. Vous parlez de sournoiserie et ça été tout à fait le cas. Simplement nous n’étions pas dans une société démocratique mais dans une société féodale où les notables avaient tout pouvoir et ont vu l’intérêt d’être français plutôt qu’indépendant. Le tiers état était présent aux Etats de Bretagne mais ultra minoritaire (1 à 2 représentant par grande ville et il ne s’agissait que de bourgeois). De toute façon, le vote étant par ordre et non par tête, ils eurent été 10 000 que cela n’eusse rien changé.

De plus, vous connaissez comme moi la règle de « l’Uti possidetis ». En droit international, possession vaut titre. Les Bretons ont été des conquérants comme les Francs puis les Français. Je ne vous entends pas hurler à propos de l’invasion de l’Armorique par les Bretons, ni de l’annexion par la force des marches de Bretagne, qui étaient franques. Le fait que la Bretagne soit française est acceptée tant par les autres pays que par la population : le fait que la Bretagne soit française est donc légal d’un point de vu de droit international. On commencera à penser à faire un referendum d’autodétermination quand il y aura plus de 10 manifestants devant une préfecture. C’est d’ailleurs parce que le peuple à un droit à l’insurrection, et qu’il ne s’en sert pas en Bretagne que la Bretagne est française. Il « suffirait » qu’il y ait une insurrection pour que la Bretagne devienne autonome, sinon indépendante. On parle des bretons comme s’ils étaient un peuple « premier » mais l’Armorique a été une terre d’invasions, bien avant et bien après le passage des bretons insulaires.

Je constate que sur mes arguments, à part Spered Dieub, il n’y a pas eu de réponse argumenté, on se contente simplement de dire que je pense mal et on me disqualifie en me traitant de jacobin (au passage, je trouve que les termes jacobin/girondin n’ont plus aucun sens aujourd’hui hors du contexte de la Révolution française).

A M. Le Cuff. Je ne vous ai pas agressé, ne m’agressez pas. Je maintiens que F2 était un prince français, il suffit de lire sa biographie. Le fait qu’il ait été le propriétaire éminent de la Bretagne l’a encouragé à préserver son bien. C’était un prince français, ce qui ne veut pas dire que la Bretagne appartenait à la France, il faut tout remettre dans le contexte de la société médiévale. On lui aurait donné la Catalogne ou la Flandre, que F2 en serait resté un prince français défendant son bien des prétentions des grandes puissances. Parler de peuple breton est une vue de l’esprit, je suis catégorique, il n’y a aucun texte d’un auteur non breton qui le prétend, donnez-moi les références dans le cas contraire. On parle d’une époque où l’éducation n’existait pas et ou les paysans naissaient, vivaient et mourrait sans avoir fait plus de 30km autour de leur village. Je ne nie absolument pas le caractère sanguinaire de l’invasion française. Je dis simplement qu’au XVème siècle, un pouvoir féodale en vaut bien un autre et que les pratiques de l’époque étaient peu reluisantes, où que cela se soit passé en Europe. Je suis le premier à condamner la France pour les exactions qu’elle a commise. Les deux mises à sac du Palatinat sous Louis XIV sont quasiment des actes de génocide et on n’en parle jamais, voir les français se vantent des guerres napoléoniennes. Mais greffer des notions du XVIIIème (droit des peuples, nations, etc..) sur la société féodale c’est de l’anachronisme).

Je ne peux que recommander à tous de lire des livres écrits par des historiens anglo-saxons (il en existe des traduits). Les historiens américains en particulier ont une connaissance de l’histoire du moyen-âge qui n’a rien à envié aux historiens français et bretons. Et eux, on ne peut pas les taxer d’idéologie. Quand on voit l’aberration (il n’y a pas d’autres mots) que représente un Gwenn-ha-du sur un champ de bataille du XVème siècle, on se dit que l’idéologie n’est pas là où l’on croit.

Excusez-moi d’aller contre la doxa nationaliste monolithique.

Alwenn
Vendredi 13 juillet 2012

Naunnt est habile et semble vouloir se faire passer pour objectif, mais ne l'est pas. Sa description de la société bretonne à la fin de l'indépendance est fausse.

Puisqu'il parle de source, qu'il donne les siennes, qu'elles soient françaises ou anglo-saxonnes.

Jean-Loup LE CUFF
Vendredi 13 juillet 2012

Vous mélangez tout Naunnt, vous êtes désespérant!

Les bretons n'ont pas envahit l'Armorique puisqu'ils sont d'abord venu la défendre en tant que légions bretonnes romanisées, (Arturus and co!) à la chute de l'empire romain face aux hordes barbares d'outre Rhin, et qu'en suite les bretons venus s'installer là ont retrouvé des populations rurales encore très celtisées (gauloises!) alors que les Francs sont de véritables envahisseurs venus de Germanie actuelle en Gaule romanisée (mais pas romaine de population!) Donc quand réagissant aux armées de Charlemagne et autres rois francs, nos ancêtres bretons ont réinvestis les marches de Bretagne et plus, ils reprenaient aux envahisseurs francs des terres celtes et gauloises! D'une même culture avant la romanisation!!! Les druides gaulois allaient m^me parfaire leur initiation en Île de Bretagne...

Le fait que la Bretagne soit actuellement d'administration française n'a pas été accepté tant par les autres pays que par la population bretonne!! Cela a été imposé par la force et la trahison!(Relisez les bons livres sérieux d'Histoire bon sang!) Le fait que la Bretagne soit française n'est donc pas légal d’un point de vu de droit international!!! Le traité de 1532 est en fait un édit unilatéral non contre signé par un prince breton (Duc)!.

Le fait qu'aujourd'hui il puisse y avoir un Gwenn ha Du de 1924 auprès des drapeaux historiques kroas Du et Plein d'Hermines sur nos lieux de mémoire, signifie simplement que nous, bretons modernes, réinvestissons notre histoire passée! Pas d'anachronisme mais continuité! Il faut tout vous expliquer comme à un enfant! Fatiguant!Et encore j'en ai rencontré plein, des enfants, qui pigeaient au quart de tour... Sans doute étaient-ils bretons, contrairement à vous! Arrêtez de vouloir nous apprendre à vivre, cela nous fera quelques vacances...

Yann LeBleiz
Vendredi 13 juillet 2012

@ Naunnt

Facile de vous contredire, mais c'est long, tellement vous raconter des bétises.

Allez, il faut se faire plaisir:

L'invasion de l'Armorique par les bretons, vous dites? Je ne connais pas beaucoup de peuple qui envahisse leur propre pays!

Les bretons et armoricains étaient le même peuple, la Manche un autoroute plus pratiqué que la A10 vers Paris aujourd'hui.

De plus, les bretons étaient citoyens romains et avaient pour mission de protéger à la fois les péninsules contre les Irlandais, mais aussi la frontière du Limes contre les Barbares.

Les Bretons n'ont pas envahis, mais protégés l'Armorique. Les bretons ne sont pas venu directement de l'Ile de Bretagne pour envahir l'Armorique, mais de la Gaulle du nord (du moins aux 3 et 4 ème siècles) poussés par les barbares. Les bretons n'ont pas attaqués Rennes et Nantes, les bretons ont libérer Rennes et Nantes de l'envahisseur germanique (les Francs). Ne me dites pas que vous ne le savez pas!

François II était en effet d'origine française, comme l'actuel roi de Suède, comme l'actuel roi d'Espagne. La reine d'angleterre est d'origine allemande comme l'étaient les derniers tsars russes. Et le roi français, c'était quoi, les derniers étaient des batards tellement leur origine était hétéroclite. Ne dites pas que vous ne le savez pas? So What?

Les bretons ne se rebellent pas, car comme dit un ami, on peut manger et dormir, tout comme les chinois. Mais aussi, parce que leurs grands-parents ont tellement pris dans la figure que cela calme. Au 20ème siècle, aucun peuple européen n'a autant été attaqué dans son indentité que les bretons.

Mais s'il n'y avait aucun risque de rebellion, pourquoi alors interdire l'apprentissage de l'histoire bretonne aux scolaires, pourquoi alors séparer la Bretagne, pourquoi alors ne pas pratiquer la dévolution, pourquoi alors refuser de signer les textes internationnaux sur les droits des minorités nationales???

Le droit international de la France de "posséder" la Bretagne...??? Le Docteur Menelec a fait une thèse à l'université de la Sorbonne sur justement le statut international de la Bretagne. J'attends avec impatience le jour ou des élus bretons auront le courage de demande à la Cours Internationale de Justice de la Haye son avis sur la question. Mais avec un état bandit qui n'hésite pas à couler un navire écologiste, on n'y vas pas la fleur à la bouche et cela se comprend!

Allez kenavo le désinformateur professionnel!

Pik pe bran
Samedi 14 juillet 2012

Vous devriez être content Jean Loup puisque Naunnt est une graphie utilisée pour les parlers "Gallos".

Utilisez moinds de points d'interrogation et moins d'agressivité envers vos contradicteurs SVP. Je m'étonne que vous ne défendiez pas la prétendue "culture romane" censément issue du glorieux empire romain qui écrasa l'antique Gaulois.

Je pense qu'il y a une explication assez simple en fait qui expliquerait que le celtique est resté vivant en basse Bretagne au moment de l'émigration bretonne : il y avait déjà des liens que l'on a du mal à évaluer mais qui sont attestés de légionnaires bretons stationnés en armorique (Lesneven Brest St Pol...). Si le gaulois a disparu vers le 7ième sc en gaule définitivement il a été revivifié grâce à l'apport breton et ce sans doute avant la grande periode émigratoire qui fonda la petite Bretagne. Le Gaulois néanmoins avait disparu sur la ligne Plouha-Vilaine d'où un recul spectaculaire très tôt après l'age d'or c'est à dire dès le 10 ième sc.

Sur la légalité de 1532

Il y a eu en effet de nombreux abus en droit de la part des rois français pour s'assurer l'annexion de la Bretagne.

Mais il faut noter que l'Etat breton fonctionnait uniquement en français : de fait de nombreux éléments montrent que nous étions depuis fort longtemps dans une dépendance avec Paris. Regardez quand une université est créée à Nantes : c'est bien tard (15ième) et le Catholicon, en réalité a servi à permettre aux bretonnants riches de l'ouest de se mettre bien vite au français, premièrement avec leurs études à Paris. Quelle langue croyez-vous qu'ils parlèrent une fois installés au pays ?

St Aubin du Cormier c'est bien, parler breton c'est mieux parce que c'est le coeur de notre identité.

Pierre CAMARET
Samedi 14 juillet 2012

Tres interessant Pik pe bran .

Un chiffre conteste : combien de bretons ont traverse la Manche pour s'etablir en Armorique au cours ,je crois de 3 siecles , : 100 000 , 150 000 ????.

En effet j'ai lu que le Gaulois ( des poches ) avaient subsiste dans les Vosges , le Centre de la France ( Limousin/Auvergne ) jusqu'au 7 eme siecle .

Je serai issu ( la famille ) des bretons de l'emigration , et mon nom ( un gallois ,passionne par le Celtisisme , me l'a dit ) viendrait de CAMELOT. Well , je veux le croire .

Le latin a ete Langue Internationale , ce qui a beaucoup aide le francais

Jean-loup LE CUFF
Samedi 14 juillet 2012

A Pik e Bran:

Bien sûr qu\'il faut sauver la langue bretonne, et de toute urgence, mais si demain elle est utilisée par des bretons pour parler comme on parle de la pluie et du beau temps en français, ce serait un peu

gâché! Il n\'y a aucune hiérarchie à faire entre les genres: nous devons tout sauver en même temps: notre langue, notre mémoire (histoire), notre métaphysique (ce qu\'il en reste), notre poétique (esthétique), etc, et tous nos particularismes...

Pour ce qui est de mon utilisation de points d\'exclamations et d\'interrogations, ainsi que de mon niveau \"d\'agressivité\" (vous ne savez pas: peut-être que je souris quand je vous parais agressif...) en fonction de l\'exaspération que me procure mon détracteur du moment, laissez moi s\'il vous plait en être seul décideur... Vous aussi vous voulez m\'apprendre à vivre? (Gast, ici il faut se battre contre tout le monde, jacobins comme Emsaverien! Dies eo, tri bleiz die \'hast!)

\"Vous devriez être content Jean Loup puisque Naunnt est une graphie utilisée pour les parlers «Gallos».\" ??

Pour qui me prenez vous? Pourquoi devrais-je être content? Nantes, Naunnt, Naoned sont trois façons possibles de nommer notre capitale historique bretonne, et ensuite? C\'est un fait incontestable, et je n\'ai pas à en être content ou pas? Il est où le problème? Vous aussi vous êtes un découpeur de cheveux en quatre dans le sens de la longueur? Que de temps perdu devant des évidences! Je vais jouer la provoc: un véritable breton démocrate ne devrait-il pas parler à la perfection les trois langues actuelles de Bretagne? Même si sa préférence a le droit de pencher du côté du Brezhoneg! Mais l'imposer à tous de force serait contre productif... Ne réfléchissez pas trop quand même!

Yann LeBleiz
Samedi 14 juillet 2012

@ Pik pe bran

"Mais il faut noter que l'Etat breton fonctionnait uniquement en français"...!

Une fois de plus, pourquoi prendre un exemple commun à beaucoup de pays européen pour en faire un cas unique pour la Bretagne seule?

Encore cette autoflagélation ou le syndrôme de Stockholmes?

Ne dites pas, vous non plus, que vous ignorez que l'administration de nombre de pays européen utilisaient la langue française au quotien!

D'autant plus, qu'elle prennait la place du latin qui était la langue internationale européenne.

Mais le français parlé par la haute noblesse bretonne était-il le français de France ou le français d'Angleterre?

Car je suppose que vous devez savoir que les futurs souverains bretons étaient souvent élevés en Grande-Bretagne. Hors, c'était le français qui était la langue en usage à la cours anglaise (cela à d'ailleurs duré jusqu'au 18ème siècle)!

"Le Catholicon, en réalité a servi à permettre aux bretonnants riches de l'ouest de se mettre bien vite au français"...

Tiens un dictionnaire trilingue, cela sert à apprendre des langues? C'est vrai, ils étaient vraiment c. nos ancêtres! Des bretons quoi!

C'est pas aujourd'hui que l'on encouragerait les étudiants des Ecoles de Commerce à apprendre les langues pour réussir!

Allez, on positive! Je regarde le défilé de l'Armée française à Paris.

Commentaire du présentateur sur BFM TV: "Oui, beaucoup de bretons dans ce défilé, ce qui est visible pour faire honneur au ministre de la défense. Mais au coté des bretons, il y a aussi beaucoup d'autres armées étrangères dans ce défilé...!"

Comme quoi, le naturel revient au galop : Des militaires bretons ne sont pas des militaires français même si intégré à l'armée française!

Parfois, il semble avoir plus de logique chez un présentateur français que chez un Emsavien!

eugène Le Tollec
Samedi 14 juillet 2012

Yann LeBleiz

Voici quelques mots d\'histoire rappelés Mais la lecture de l(histoire des hommes montre ,toujours que le fait de l\'existence,de l\'apogée,le déclin des etrhnies ,de clans,des cultures n\'est que le résultat d\'une confrontation de forces,le dominant écrasant le dominé puis l\'intégrant s\'il la pensée dominante juge une utilitédans l\'osmose (voir l\'intégration des mondes narbares dans l\'empire romain - voir les intégrations successivesdes espaces gallo romains à la France naissante.

Mais un des points parmi les plus remarquable est l\'écrasement de la Bretagne depuis l\'année maudite de 1532

Depuis ce temps l\'état dominateur a été et reste en \"Défiance/Méfiance\" vis à vis de ce que represente la Bretagne.

Cette aversion est toujours là et le terrain jacobin fera tout pour que cela perdure.

Faut-il se mettre en insubordination civique?

Pourquoi tant de méfiance, pour moi parce que le breton avait et a autant de qualités que le Français,il a donc toujours fallu mettre ce peuple \"à genoux\"en le cassant par la division,le jacobinisme, la \"mise en moule\", la dérision ( becassine,autre),la honte et l\'octroi de défauts :brailards, paillards ,ivrognes et j\'en passe )

Ce peuple était et reste dangereux!

Je réponds à certains ,oui le breton aime la fête et ce trait de caractère est accentué par le jacobiisme de nos élites parisiennes (rappelons nous ,Neron :\"donnez leurs du pain et des jeux\")

Les directives de manipulations des peuples est une constante de survie et de domination.

Un peuple dominateur en \"état de défiance\" ne mérite pas sa position! cela n\'est plus de la démocratie!

Ce peuple mérite-til une éloge?

Léon-Paul Creton
Samedi 14 juillet 2012

Sur FR 2...

J’aime beaucoup lorsque les journalistes d’information en directe, se maintiennent dans une parfaite neutralité au niveau des commentaires … dans tous les domaines !

Il semble de plus en plus qu’au « journaliste-informateur » rigoureux, se substitue « l’animateur-amuseur » lui-même pauvre victime de son biotope, éventuellement petite extension de la propagande d’état, toute faite de « subtilité et de douceur » surtout lorsqu’elle est distillée par Marie Drucker dans un petit rire sur FR 2.

Notamment pendant le passage de l’école de gendarmerie de Châteaulin, sur une « réflexion » concernant la devise de l’école, en breton. Pour elle la langue bretonne est un patois, et son complice Servent l’apprendra l’année prochaine…Peut-être ! (:0))

Généralement d’ailleurs, une prononciation un peu difficile, est souvent voire toujours : « …imprononçaaaaaable », et rebute donc ces gentils animateurs parisiens ! L’alsaciennne, la galloise, Tchèque irlandaise…même basque… !Moins sans doute quand elles est birmane ou tibétaine

Évidemment ils sont, ces animateurs-amuseurs, très sélectifs …et prudents

Sami Rio
Samedi 14 juillet 2012

Tout à fait léon paul Creton,mais elle vient de s'excuser par deux fois et de dire que ce n'est pas un patois mais bien une langue régionale, évidemment ce n'est pas une langue régionale mais nationale mais là n'en demandons pas trop...

Léon-Paul Creton
Samedi 14 juillet 2012

Personnellement ses excuses ne m'intéressent pas et n'ont aucune valeur!

Ce n'est que de la com de la part de...ces gens là!...De cet "acabit" là!

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 5 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.