Les positions bougent autour du transfert de l'aéroport de Nantes-Atlantique

-- Economie --

Dépêche de Christian Rogel

Publié le 2/07/13 16:54 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Après une certaine accalmie, car, au cours de l'hiver et du printemps, le temps a été rude pour les opposants illégaux du terrain à Notre-Dame-des-Landes, malgré le succès de fréquentation au festival du 11 mai et la grande chaîne humaine sur un anneau de 20 km, les choses bougent à nouveau autour du projet, très contesté, de transfert de l'aéroport de Nantes.

Le 6 juin, le Conseil général de Loire-Atlantique a voté une rallonge de crédits pour les campagnes de communication du Syndicat mixte chargé de réaliser l'aéroport.

Le 15 juin, le Collectif des élus doutant de la pertinence de l'aéroport (CEDPA) a décidé de quitter la commission du dialogue mise en place à la Préfecture de Loire-Atlantique.

Pour empêcher certains automobilistes de s'y égarer (et d'être importunés par les occupants, disent les gendarmes), le Conseil général de Loire-Atlantique avait voulu barrer physiquement la route départementale 281 (de la Pâquelais à Fay-de-Bretagne) qui est officiellement fermée depuis novembre dernier. Bloquée le 20 juin par des gros blocs de rocher et par des barres de béton de grande taille, elle a été rouverte par les «zadistes», deux jours plus tard, avec l'aide d'engins lourds .

Le 21 juin, le syndicat mixte de réalisation de l'aéroport a décidé d'engager les études sur une branche à construire du tramway qui reliera Nantes à Châteaubriant en février 2014. Cela vise à répondre à une critique sur le fait qu'aucune liaison fixe n'est prévue vers le futur aéroport, mais, il n'y a aucune perspective de financement et, en particulier, aucune de l'État. Bernadette Malgorn, chef de file de l'opposition au Conseil régional de Bretagne, voit dans le marque d'engagement financier de celui-ci pour les lignes à grandes vitesse intérieures à la Bretagne, un parti pris non dit pour une liaison TGV Nantes-Rennes, via le futur aéroport.

Changement de pied du côté des supporters de l'aéroport, dont l'action a toujours été plus discrète, car, appuyée par des couches sociales très différentes de celles qui se mobilisent contre le projet.

L'Association citoyenne pour la réalisation de l'aéroport de Nantes (ACIPRAN), créée en 2003, tombée en sommeil, après la déclaration d'utilité publique de 2008, et ranimée en novembre 2012 pour répondre à la manifestation géante de ce même mois a décidé de changer de nom et de stratégie de communication.

Elle s'appelle maintenant : «Des ailes ouvertes pour l'Ouest». Un logo circulaire bleu avec liseré blanc a été dévoilé et sera diffusé pour être affiché partout où c'est possible en réponse au logo jaune cerclé de rouge de l'Association citoyenne. Il porte un grand Oui et reprend les couleurs des panneaux routiers ayant valeur d'obligation de passer. L'association, nouvelle manière, revendique toujours 2 000 adhérents.

Ouest-France, daté du 2 juillet, répercute les positions favorables à l'aéroport de plusieurs entreprises bretonnes importantes : Verlingue (assurances, Quimper), CERP (distribution de médicaments, Saint-Brieuc), Groupe Beaumanoir (confection, Saint-Malo), La Brioche dorée (Rennes), Ubisoft (jeux vidéo, Carentoir), Jacques Royer (négoce de chaussures en gros, Fougères), Samsic (services aux entreprises, Rennes).

Le président du Club des Trente, influente organisation patronale, Roland Beaumanoir, demande : «Où est la démocratie, quand … des élus de droite et de gauche ont confirmé le projet». Mais, peut-être que moins de gens croient en la démocratie représentative. Les patrons interrogés insistent sur le fait qu'il est pénalisant pour eux de passer par Paris pour aller à l'international et qu'à l'inverse, faire venir des visiteurs étrangers à Rennes est problématique.

L'État, aussi, se remet à communiquer. Le préfet de Loire-Atlantique indique que les études complémentaires sur 12 points soulevés par la commission du dialogue seront remises avant le 14 juillet, mais, plus important, le ministre des transports, Frédéric Cuvillier, annonce par une lettre du 28 juin que l'étude d'un éventuel réaménagement de l'aéroport de Nantes-Atlantique par un nouveau groupe de travail, sur la base de 5, 7 et 9 millions de passagers prévus. Il est précisé qu'il faudra étudier les zones d'exposition au bruit.

Vinci ayant déposé le permis de construire en avril dernier, le préfet avait évoqué, un moment, la possibilité d'un début des travaux après la Toussaint, en commençant par les dessertes routières, mais, ne parle plus maintenant de calendrier.

Anecdotes significatives : un maraîcher boulanger de Pornic a déposé plainte le 24 juin, car il aurait reçu une visite d'intimidation de la part de quelques collègues agriculteurs bio. Par ailleurs, tous les équipements installés pour faire des forages qui permettront d'analyser la zone humides ont été enlevés ou abîmés par les occupants.

La France devra fournir des réponses au Parlement européen concernant les précautions écologiques, mais, la limite vient d'être reportée au mois de septembre.

L'ACIPA (association citoyenne intercommunale des populations concernées par le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes) avait cru avoir repéré qu'un partisan de l'aéroport envoie des twits depuis un commissariat de police, place Patissou à Nantes. Renseignements pris : la photo extraite de Google Streetview était ancienne et le commissariat a déménagé depuis quelque temps.

L'ACIPA se consacre à la médiatisation de la grande fête du 3 et 4 août que , les «zadistes» occupants, dont le nombre est estimé à 400 par le préfet, préparent sur place, à Notre-Dame-des-Landes, les 3 et 4 août prochain sur le thème: «Enterrons définitivement le projet».

Christian Rogel

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 3465 lectures.
Christian Rogel est spécialiste du livre, de la documentation et de la culture bretonne.
Vos 42 commentaires
Jeff P
2013-07-02 21:00:15
Les clients étrangers? Mais il n'est pas prévu de liaisons long courriers au départ de ce nouvel aéroport. Arrêtons de rêver avec des Nantes-New-York ou Nantes-Sydney !!!
(0) 
Christian Rogel
2013-07-03 00:51:07
C'est Christian Roulleau, PDG de Samsic, qui dit : "Quand je fais venir des clients de Madrid jusqu'à notre siège de Rennes, c'est compliqué".
Jacques Royer dit que ses salariés basés à Fougères s'envolent vers 45 destinations différentes.
Les destinations citées pour les entreprises du Club des Trente sont Londres, Milan, Shanghai, Bruxelles, Hongkong, Delhi, Amsterdam, Barcelone, Tunis et Dusseldörf
(0) 
Patrice Maillard
2013-07-03 09:24:29
Il y a déjà des liaisons Nantes-Londres direct sur des petits coucous qui sont loin d'être pleins. Il y avait un Nantes-Milan low cost à 50 ¤uros qui n'a pas pu être viable, quant aux capitales mondiales, evidemment, les transits se font principalement par Paris ne rêvons pas et ne faisons pas prendre des vessies pour des lanternes...
Patrice Maillard Chef d'entreprise Breton, travaillant à l'international, non membre du club des trente.
(0) 
iffig cochevelou
2013-07-03 11:42:42
Il n'y a pas 10 vrais aéroports internationaux en Europe, avec des vols réguliers sur le monde , Nantes ne sera pas de ceux-là, on est dans le rêve ! J'aimerais bien que l'on m'explique, car l'aéroport actuel est capable de supporter sans gros frais le triple de passagers et c'est pas demain que nous y arriverons
Je pense que les industriels bretons devraient se préoccuper et soutenir en priorité le mouvement politique breton afin que l'on obtienne enfin une large autonomie (si ce n'est l'indépendance). Ce jour là Nous déciderions de ce qui est bien ou non pour la Bretagne (Nantes compris) au lieu de continuer à soutenir le pouvoir parisien qui est le principal destructeur de notre pays!
(0) 
Louis Le Bars
2013-07-03 11:54:45
Pour que la ligne LGV Bretagne-Paris ait un intérêt, je me demande même si les élus régionaux ne devraient pas militer pour l'implantation d'un grand aéroport moderne, largement rentable et bien situé pour eux sur la ligne LGV, à l'Ouest de l'agglo parisienne... moins d'1 heure de transport depuis Rennes pour toutes les destinations mondiales.
Si il y a bien un équipement qui nécessite une importante masse critique en terme de "zone de chalandise" et en terme de facilité d'accès, c'est un Aéroport !!
Un grand Aéroport n'a de sens en Bretagne que dans un contexte d'indépendance.
(0) 
Paul Chérel
2013-07-03 14:56:04
Merci pour cet article qui essaie (un tout petit peu) de rétablir l’équilibre médiatique entre opposants et partisans de l’aéroport. La grande presse a eu trop tendance à n’écouter et faire de la pub que pour les opposants et leurs agirtations en tous sens. Comme vous le dites, l’action des supporters a toujours été plus discrète. Charmant euphémisme ! Une des dernières en date est cette “pleine page”, assez ridicule j’en conviens, publiée dans le “Ouest-France”, page Loire-Atlantique du 24 juin où n’apparaissent QUE des sponsors BCBG des PdL.Pas un mot de la Bretagne! Seule allusion bien cachée, la référence à 8 mlliions d’habitants desservis.
Mais votre article, hélas, n’apporte rien comme vision d’avenir. Connaissez-vous Francfort et ses étapes fulgurantes de développement ? Connaissez-vous Denver et son fourmillement d’avionettes (mot traduit de l’espagnol)?
Il n’est que de lire les 4 commentaires déjà publiés. On se croirait à l’époque des débuts du chemin de fer. Où sont les Verne; Léonard de Vinci, Stephenson, Bienvenü e, Eiffel, etc.
@ Iffig; Le mouvement breton ? Qui est-ce ? Quelle vision d’avenir ?
@ Patrice Maillard. Quelle entreprise ? Résultats à l’export ?
Parmi les 30 premiers aéroports mondiaux, la France n’arrive à se placer qu’en groupant ses deux aéroports de Roissy et Orly. Voilà la réalité ! Si Nantes ne se fait pas, Barcelone,pourtant pas aussi bien située prendra la place vacante.C’est ce qui se passe en ce moment. Essayons d’ouvrir un peu les écoutilles ! Paul Chérel
(0) 
yann pourlet
2013-07-03 16:00:50
S'il y avait tant de gens désireux d'aller dans les pays cités par le club des 30, les compagnies auraient proposé des vols au départ de Brest ou Rennes ou Nantes, ou même, le club des 30 aurait créé la sienne comme les agriculteurs avaient créé la Britanny Ferries.
On est très loin de la saturation des aéroports bretons, encore. Quant à Fracfort, il suffit de regarder une carte sur la situation de Nantes et celle de Francfort...
Un autre problème, la forte capacité des avions.Un long-courrier a des centaines de places à remplir.
(0) 
iffig cochevelou
2013-07-03 16:01:54
@ Paul Chérel
Si , comme cela s'est passé en Catalogne ou au Pays Basque ainsi qu'en Ecosse, les Industriels s'étaient sentis responsable de leur pays nous n'en serions pas la aujourd'hui ! Qu'étaient le Plaid Cymru et le SNP il y a 60 ans ? Mais certains , ceux qui ont le pouvoir économique, ont pris part a ce sursaut, et l' on en voit le résultat aujourd'hui.
En Bretagne les "élites", la bourgeoisie, les entrepreneurs se sont jetés dans les bras de cette machine infernale qu'est la France : André Glon ( entre-autres) l'a compris mais pourquoi cela ne va-t-il pas plus loin ?
(0) 
Christian Rogel
2013-07-03 16:18:21
@Paul Chérel
Ce n'est pas à moi de proposer une vision d'avenir. Les seuls qui le font indirectement sont quelques chefs d'entreprises. Les élus qui ont voté le projet font maintenant le service minimum en attendant que l'orage passe.
Une chose est certaine : le transport aérien est appelé à se développer considérablement en Asie et les constructeurs croulent sous les commandes d'avions. Le pétrole ne va pas augmenter (gaz et pétrole de schiste) et les avions consommeront moins. Mais, cela ne dit rien sur les perspectives de Nantes.
Le transfert a, au moins, un motif non aéronautique qui est de permettre à l'Agglo de Nantes de s'étendre sur Bouguenais et St-Aignan et de libérer l'Île de Nantes de servitudes sonores pour y regrouper les deux sites du CHU.
(0) 
eugène
2013-07-03 18:30:13
Moi j'attends toujours Le vrai messge breton ....
Mais avec quoi............
Où sont les élites aptes à ce pas de progrès d'avenir
est ce un Ramassis de députés?
Est ce des hommes et des fzmmes "staliniens"?
Esqt ceux issus de toutes les conneries centralisatrices?
Où est ce toute une génération pétrie de toute une réflexion bretonne,"en projection de devenir"?
Je le dis sur ABP,
Où êtes vous?
(0) 
eugène
2013-07-03 18:34:41
NDdL pourrait être un "hub" de transfert de fret et de passagers ( le passager n'est qu'un produit...)
(0) 
Louis Le Bars
2013-07-03 18:37:45
Nantes est prés de l'océan, tout à l'Ouest de l'Europe et n'est le centre géographique de rien. Le bassin de population l'entourant est d'envergure moyenne. Ce n'est pas une capitale internationale. Elle est relativement prés et bien reliée à la 2ème plus grande ville européenne qui a des aéroport saturés.
La situation géographique et politique de Nantes n'a rien à voir avec les autres villes citées. Denver est un hub au centre des Etats-Unis, et l'avion est le seul moyen de transport valable pour s'y rendre. Francfort est une capitale financière internationale, au coeur de l'Europe avec un grand bassin de population autour. Copenhague est un centre géographique incontournable entre la Scandinavie, l'Allemagne, la Baltique et la Mer du Nord.
Par ailleurs, l'Europe est géographiquement petite. La France est d'une taille comparable à celle d'états des USA...
Le seul argument qui pourrait être invoqué pour un grand aéroport à nantes, serait de servir d'aéroport de substitution de Paris (le 3ème aéroport parisien)...mais on imagine quand même mal les parisiens se satisfaire de cette situation et venir prendre leur avion à Nantes...le bassin de population autour de Nantes reste trop faible pour pouvoir concurrencer les autres aéroports parisiens et en plus on ne peut pas dire que des moyens modernes pour se rendre à NDDL sont prévus en partance d'autres villes.
Bref, à mon avis, ça va coûter cher et pas apporter grand chose de nouveau à l'existant.
(0) 
mac kinle
2013-07-03 18:50:22
Quel est l\'intérêt humain (le seul intérêt valable), pour une ville de s\'étendre toujours plus? De toute manière, si elle ne peux pas s\'étendre vers le nord-ouest du département de Vendée à cause de l\'actuel aéroport, elle pourra toujours s\'étendre vers Angers, Rennes, Redon ou Vannes... Nantes devrait donc s\'étendre... Mais quel intérêt d\'habiter et de travailler dans une mégapole, telle que Paris, Mexico Rome ou Moscou?
Les principes semblent hélas, commander aux raisonnements sains.
Ha oui! Il y a ce fameux principe du désenclavement, cher aux porteurs divers de projets titanesques, comme si le terme \"enclavement\" était synonyme de \"camisole de force\"!
(0) 
eugène
2013-07-03 18:55:01
Peut on parler dans le vide sidéral d'une pensée bretonne politique qui n'a pas une once de structuration économique , qui n'a aucun projet ou projection d'avenir économique( pour avoir un drapeau qui flotte dans l'air des temps ,il faut de la puissance pour le tenir dresser.
Je le dis à beaucoup ,nous sommes dans une véritable croisade!
Où sont les visionnaires?
Le tout n'est pas de discourir d'assemblées en assemblées,de colloques en colloques,de motions en motions,de doctes vérités en doctes vérités,de lettres en lettres aux instances contraignantes ou centralisatrices.
Le tout est de VOULOIR.,par et dans une vision épurée ,structurée,analysée ,en projection!
Un Président de région ,un préfet de région sont-ils nécessaires pour imposer ces "feuilles de route".
la structure parisienne doit -elle descendre jusque dans nos devenirs?
(0) 
mac kinle
2013-07-03 18:55:38
Je trouve l'analyse de Louis Le Bars sensé.
De tout ces réactions, pour ou contre, il y aurait un beau et bon document à sortir.
(0) 
eugène
2013-07-03 19:00:41
Louis Le Bars
NDdl est pour moi (ou un concept de cette envergure) ,le moyen,l'outil économique permettant une liberté(il n'y a pas que la culture qui donne la liberté!)
(0) 
julia le corre
2013-07-04 00:31:04
les differentes lignes crées pour que les decideurs et cadres de l'ouest puissent aller voir leurs clients en une journée ont été fermées car non rentables: pourquoi serait ce different avec NDDL, aeroport low-cost- vinci reconnait qu'il y aura probablement moins de lignes dans le futur ? la ligne Lyon - New york avec un bassin de clientele bien plus importanta fermé au bout d'un an. et la desserte par TGV direct d'Orly à 1h20 de Rennes mettra du plomb dans l'aile de NDDL (on va se retrouver dans la situation de strasbourg ou Air france a fermé sa ligne, ou de Toulouse, dont le prefet a refusé le transfert d'aeroport..)
(0) 
Paul Chérel
2013-07-04 10:27:16
Petite réponse allégée a ceux qui semblent réfléchir à un vrai débat d’avenir et non à ceux dont la connaissance du problème s’arrête à ce que disent les journauyx.
@ Patrice Maillard - 3 juillet. Toutee l:es liaisons citées sont sous l’entier contrôle,des CCI locales et du dictaeur “Aéroiports de Paris
@Iffig - 3 juillet; Avez-vous en mains la liste es 30 premiers aéroprts du monde ? Découvrela sur Google. Qu’est-ce qui vous fait dire que Nantes ne sera pas de ceux-là ?Le cas de NDdL est TRES TRES différent de celui des petits aérodromes de province sous contrôle de l’Etat. Vinci est l’investisseur principal, il l est maître d’½uvre à dégaut, hélas, d’être maître d’ouvrage? il es le gestiobnnaire. Si, avec toutes ces qualités et qualifications et ses relations internationales il n’arrive pas à faire de Nantes un concurrent de Francfort, c’’st qu’il se laissera ROULER DANS LA FARINE. Ce serait fâcheux pour sa notoriété MONDIALE.
@Louis Le Bars - 3 juillet. Vous êtes en plein dans le 3ème aéroport parisien, simple exutoire de Roissy et Orly, cantonné aux low costs ou aux charters impécunieux qui ne servent qu’aux vacanciers.
@yann Pourlet - 3 juillet; idem à ci-dessus. L’expresion “club des 30” n’est pas appropriée? C’’st le classement d’un constat de trafic . Ce constat est sans cessse rmis à jour. Consultez-le. Si vous avez fréquenté ayutant de longs courriers intercontinentaux que moi, vous ne vous poserie même pas la quesrion de la fréquentation des avions, des vols et n’ounblions pas le fret.
@Iffig - 2ème commentaire 3 juillet.; Vous avez bien raison. Les Bretons sont-ils Bretons ou Français ? Mais ce sont évidemment les “élites” qui sont insignifiantes.
@Christian Rogel - 3 juillet. Le jour où ceux qui font du journalisme compprendront qu’il ne ‘agit pas seulement d’informer mais de former, les media auront fait un grand pas d’éducation en lieu et place d’une Education nationale totalement défaillante.
@Louis Le Bars - 2éme 3 juillet. Voir plus haut sur aéroport exutoire. Mais vous passez complètement à côté de la vision d’avenir. Un aéroport de taille et liaisons internationales, intercontinentales et un véritable outil de développement, non seulement pour les queques dizaines de kilométres à l’entour, mais pouir un développement et une renommée mondiale. Ce que Rennes ne sait pas faire pour la Bretagne, Nantes le fera ( si les Bretons le veulent bien évidemment, ne srait-ce d’ores et déjà que par prendre les places dans la future galerie marchande de l’adéroport.
@Mac Kinie - 3 juillet. Les villes hélas ne se décrètent pas, elles se font inéluctablement . On peut évidemment envia-ger de les construire à la campafgne mais alors on est ramené au cas précédent.
@julia Le Corre; 4 juillet . Voir ci-dessus. La France est un pays ultracentralisé. Rien ne se fait sans l’accord ou la volonté de Paris. Le cas de TOUS les aéroports de l’ouest est navrant à cause de cela mais ne peut ; ne doit, pas servir ‘argument. Il faut commencer à avoir le courage de dire à Paris ; Dégage !
Petite conclusion : Christian Rogel, grâce à son article, a montrè clairement à travers tous (ou presque) les commentaires suscités combien la prpagande des opposants à NDdL a été amplifiée et efficace. Marci à @Eugène d’avioir été pratiquement le seul à voir clair et plus loin
(0) 
SPERED DIEUB
2013-07-04 12:05:08
Je ne maitrise pas bien ce domaine, seulement il est quasi certain vu l'ampleur que prend le réchauffement climatique le trafic va âtre pénalisé par des éco taxes à venir bien plus importantes que celles qui nous sont injustement imposées actuellement en Bretagne ,il n'est pas impossible que ce mode transport soi restreint j'en veux pour preuve une déclaration du secrétaire général des nations unies comme quoi à compter de 2015 il va falloir prendre des mesures drastiques pour lutter contre le réchauffement climatique vu ses conséquences de plus en plus évidentes et alarmantes .Bien que l'exploitation controversée des gaz de schiste et les découvertes récentes de gisements pétroliers importants repoussent l'échéance de la pénurie énergétique le prix du carburant aura aussi plutôt tendance à augmenter ce qui accroitre le cout et la compétitivité de ce mode de transport les longues distances seront davantage affectées .Cependant cela contribuera aussi à mettre fin à certaines aberrations comme quoi parfois un produit peut faire le tour du monde et se retrouver encore moins cher que un produit local
(0) 
eugène
2013-07-04 12:22:39
Merci
Le problème est que l'élite bretonne (insignifiante)est encore (quelque part)... dans la soumission intellectuelle d'un formatagne républicain.. elle a du mal à raisonner "en stature d'état" donc à toutes les répercussions projectives...mais 500 ans ça se rattrapent...mais il faut avoir l'audace de la pensée!où la Bretagne devient un PRODUIT de devenir! ET NON une pleurnicherie pérenne.
Assez des lamentations!à Saint Yves ou à Sainte ANNE...
(0) 
Jean STEPHAN
2013-07-04 14:01:24
A-t-on évalué le retour sur investissement de cet aéroport ? Le coût est énorme, mais qu\'en est-il ? N\'est pas seulement une dépense de prestige ? A-t-on les moyens de financer un tel chantier ? Est-on certains que cette infrastructure sera rentable ? Peut-on s\'en passer ? Il est permis d\'avoir des doutes tant que ces questions resterot en suspend. Ma conviction est que ce projet n\'est que la marotte de notables locaux qui se font de grandes illusion sur les perspectives d\'avenir de la région.
(0) 
iffig cochevelou
2013-07-04 14:26:54
@Paul Cherel
je ne suis pas naïf au point de croire sur parole les opposants à NNDL , loin s\'en faut !
Entre ceux qui défendent des intérêts essentiellement écologiques pas toujours justifiés et ceux qui sont souvent de bons ouestiens à l\'aise dans leur jacobinerie
Quant à Vinci , il n\'est pas a une erreur près, et il est bien difficile de connaître les dessous de l\'affaire, l’État a certainement apporté des garanties exceptionnelles
Pour l\'aéroport , je reste sur le même jugement que je porte sur le Grand Ouest qui va nous tomber dessus si rien ne se passe , je suis très loin de certains qui affirment , « allons-y, ensuite nous nous rendrons compte que ce n\'est pas viable , et la Bretagne s\'en sortira renforcée»
La encore c\'est bien de la naïveté, nous voyons bien le résultat de cette action psychologique sur les habitants du Pays Nantais, et les réactions des jeunes , intoxiqués par ce rouleau compresseur des Pays de Loire
Cependant si j\'entendais les industriels bretons nous dire, il nous faut cet aéroport pour construire notre autonomie , j\'applaudirais,
Quant à dire que Nndl , sous la houlette de Vinci serait capable de concurrencer un jour Francfort 9° aéroport mondial, et 4° Européen, ce n\'est même plus du rêve !
Il reste, qu\'en fin de compte, on en est toujours au même point sans analyse vraiment sérieuse
Aze emañ an dalc\'h !
(0) 
eugène
2013-07-04 16:14:49
Pour couper court
Ayrault et les "nantais " veulent leur aéroport pour "soulager" Nantes et inscrire les pays de Loire dans une situation économique d'envergure européenne
Soit
ALORS que l'état français offre cet aéroport "à l'espace Nantais( Nantes ne sera pas toujours dans les pays de Loire,Ayrault aura disparu de la circulation ainsi que le président actuel,ainsi que les présidents de Région... il suffit de bien voter ,Messieurs les bretons....il suffit,SI,etc.
Idem pour le grand Ouest (émanation de quelques farfelus en puissance de décision(DATAR and co)qui se sont pris pour des apprentis sorciers
(0) 
Christian Rogel
2013-07-04 16:20:03
@Spered Dieub
Les transports maritimes et aériens sont si vitaux que tous les moyens seront utilisés pour réduire leur empreinte carbone sans les limiter plus que nécessaire.
Le premier moyen est la réduction de la consommation.
On cherche à réduire la consommation tout en gardant un prix du pétrole autour de 100 dollars la tonne, qui permet de maintenir tout juste à flot les grands pays producteurs comme le Nigeria et l\\\'Arabie.
Contrairement aux prédictions catastrophistes, le transport aérien mondial est parti pour connaitre une très forte expansion.
Comme je l\\\'ai dit dit, impossible de savoir si cela entraînera un accroissement du trafic des aéroports de province, comme c\\\'est le cas à Bordeaux.
(0) 
Paul Chérel
2013-07-04 17:07:45
Pardon pour toutes les fautes de frappe que je découvre en relisant mon intervention précédente.. J’espère me corriger cette fois-ci en augmentant la taille des caractères de l’original.
@jean Stephan; Qui est ON ? Croyez-vous qu’un Vinci se lance dans une opération sans avoir fait une étude de rentabilité sérieuse, pas une étude politique ou sentimentale ? (Dépenses, recettes, cash flow, emprunts, taux espérés, retour sur investissement au bout de x années, etc.) C’est lui l’investisseur principal, c’est lui qui risque son argent, c’est lui qui assurera, espérons-le, la gestion et en TOUTE liberté ! Vous dites que ces questions restent en suspens. Bien ! Mais la réponse appartient en partie au secret professionnel.Cela n’empêcherait pas l les journalistes dignes de ce nom de donner quelques leçons élémentaires d’économie, domaine complètement négligé par l’enseignement fourni dans écoles et universités. Vous avez une conviction; essayez donc de l’étayer un peu mieux. Internet vous aidera !
@iffig; C’est la moindre des chose que l’Etat, maître d’ouvrage, un des deux contractants, apporte à l’autre contractant des garanties. La première est d’apporter un terrain LIBRE de TOUTE ENTRAVE. On n’en prend pas le chemin. D’autres garanties sont : un cahier des charges qui ne change pas à tout instant du fait d’erreurs, d’oublis ou de changements de programme durant la construction - sinon, gare aux avenants - ou encore une intervention, au moment de la gestion du trafic, d’enquiquineurs du genre “Aéroports de Paris”. Je peux vous en citer d’autres sans oublier la clause d’arbitrage entre un pot de fer et un pot de terre (affaire Tapie par exemple)
Naïveté ? Oui, il en faut ! pour construire un métro, une tour Eiffel, une première locomotive, un barrage hydraulique. A quoi ça sert ? c’est très dangereux, aujourd’hui, on ajoute c’est polluant, etc. N’entreprenons plus rien ! Restons Français, disait Fernand Reynaud ! Votre dernier paragraphe est défaitiste. Que ferait-on sans le rêve ? Je crois que vous recevez Dihunomp. Merci de lire attentivement ma “chronique aéronautique”; en page 7 du N° 69. Avez-vous suivi le développement de Francfort, et celui d’Eathrow ?Et ne parlons pas de Shanghaï et Singapour ! Réveillons-nous ! A commencer évidemment par les entrepreneurs bretons si on arrête de leur mettre des bâtons dans les roues et de leur pomper tout l’argent produit par leur travail qui leur permettrait de réinvestir.
Paul Chérel
(0) 
Jack Leguen
2013-07-04 17:12:32
Les pro ou anti aéroports ne se posent pas les bonnes questions. Est-ce que l'aéroport est viable ou pas ? est-ce que le coût écologique est viable ou pas ? Est-ce que c'est le bon endroit ? ne sont que des questions secondaires,voire triviales. La seule question à mon sens est la suivante : Est-ce qu'il est sage pour un état de construire un nouvel aéroport en pleine désindustrialisation lorsque la France perd 1000 emplois industriels par jour ? Je vous laisse deviner la réponse....Tant que la désindustrialisation n'est pas stoppée, c'est à dire tant que les reformes structurelles nécessaires ne sont pas faites afin de rendre les entreprises compétitives à nouveau, ça sert absolument à rien d'investir dans des nouvelles infrastructures. C 'est juste pisser dans la choucroute. Encore une fois ce ne sont pas les infrastructures qui créent des industries et des emplois, mais des conditions qui rendent, dans un marché mondialisé, l'entreprise viable et compétitive.
(0) 
SPERED DIEUB
2013-07-04 19:11:50
Aoutrou Rogel
Qui vivra verra ... mais je préfère garder une certaine humilité dans un monde ou les certitudes de la veille sont de plus en plus remises en cause le lendemain comme l'âge de pierre ne s'est pas terminé faute de pierres il se peut que l'âge du pétrole ne se terminera pas faute de pétrole car l'enchainement des cataclysmes qui' s'accélèrent due en partie à la bêtise ,la stupidité et l'aberration humaine auront eu raison de notre civilisation moderne ,l'intelligence n'est pas forcément utilisée au service du bien de l'humanité
(0) 
Paul Chérel
2013-07-04 19:17:15
@Jack Leguen. Oui, vous avez partiellement raison. Est-ce l'organe qui crée la fonction ou la fonction qui crée l'organe. La poule a-t-elle précédé l'½uf ou l'½uf a-t-il précédé la poule ? Question métaphysique. En tout cas, l'industrialisation a besoin d'infrastructures performantes et sûres pour faire connaître et écouler ses produits. C'est ce que l'Europe conseille à la France. L'Etat français pense d'abord à ses dépenses de fonctionnement et non à ses dépenses d'investissement La désindustrialisation ne sera pas stoppée par l'Etat, il n'y connaît rien, et il en est de surcroît le premier responsable. Paul chérel
(0) 
eugène
2013-07-04 20:40:07
Une chose que je vois
la pensée d'état français devient une vaste connerie d'enarques et comme le dit Paul Cherel ,il n'y a plus d'investissement...que du fonctionnement ...(on gère des trous!
Mais où est la planification gaullienne !
"Le plan . que le plan..." relisons la vision de cet homme.
Actuellement nous n'avons qu'un ramassis de pseudos écnomistes sans l'once d'une fibre industrielle ( ils sont trop intelligents pour s'abaisser à de telles prospectives...les ex professeurs "a la science infuse")
Quel est le ministre qui a muillé sa chemise? sous le harnais .....
(0) 
Nico Lhas
2013-07-05 10:38:46
Mis à part dans les années 60 ou 70, ou le fait de quelques "illuminés", il n'a jamais été question de faire de NDDL un concurrent de Roissy (ou bien même d'Orly). Le contexte économique, démographique, socio-économique et aéroportuaire entre l'IdF et le grand ouest n'a tout simplement rien à voir. Continuer de parler de NDDL comme un "3ème aéroport parisien" ou d'un "concurrent" relève à mon sens de la désinformation alimentant les peurs autour de ce projet décrit comme"pharaonique" (pour reprendre un terme à la mode!).
NDDL se positionne comme une alternative pour éviter aux habitants du 44-49-85-35-56 (pour les vols domestiques) et du grand ouest en général (pour les vols internationaux classiques, low-cost ou charters) de se rendre dans les aéroports parisiens (et non l'inverse).
Il ne faut pas attendre de NDDL des liaisons intercontinentales Nantes - Los Angeles ou Nantes -Shanghai, mais un accès quotidien et cadencé vers les hubs européens (Francfort, Zurich, Londres Heathrow etc.) ouvrant ensuite sur le monde entier ou presque!
Il s'agit, comme expliqué auparavant, de pouvoir relier ces hubs structurants (européens dans un premier temps, puis peut être Dubai, Doha ou New York dans 10,15 ou 20 ans..) en offrant aux compagnies régulières "major" (notamment celles des alliances "Star Alliance" et de "OneWorld") des conditions optimales (temps de roulage limité, délais de rotations optimisés, parkings avion suffisants pour développer les "nights stop" d'appareils basés, nécessaire aux cadencements et à la réalisation d'Aller/Retour dans la journée).
S'il n'est pas question de faire de NDDL un hub, la notion de base est elle un levier de développement considérable et tout à fait réaliste!
(0) 
Louis Le Bars
2013-07-05 10:53:54
\"Croyez-vous qu’un Vinci se lance dans une opération sans avoir fait une étude de rentabilité sérieuse, pas une étude politique ou sentimentale ? \".
Quels sont les concurrents de Vinci en France ?
Pour moi VINCI est quasi une entreprise d\'Etat politiquement parlant.
Par ailleurs le contribuable passe à la caisse, vous avez tendance à l\'oublier sans que les éventuels bénéfices ne rentrent -eux- dans les caisses de l\'Etat. Cet aéroport sera peut-etre rentable pour Vinci, mais je suis persuadé qu\'il ne le sera pas pour le contribuable ! Le rapport coût/ nouveaux services apportés reste franchement à démontrer.
Pour moi votre allusion à concurrencer Francfort, dénote le manque total de lucidité de votre commentaire...un Grand Aéroport international se situe forcément dans un lieu stratégique avec un grand bassin de population. C\'est un équipement de masse, et la qualité du service (diversité de l\'offre, régularité temporelle de celle-ci, qualité de l\'environnement commercial etc) dépend directement du potentiel de clients.
Nantes a déjà un Aéroport, et il n\'est pas saturé...vous esquivez totalement le fait que des lignes Nantes-Milan , Nantes-New York ont été fermées. L\'Europe est petite et avec le TGV il n\'y a pas besoin de 150 aéroports d\'envergure mondiale...de plus la Bretagne n\'est pas actuellement un lieu stratégique (il s\'agit d\'une région périphérique d\'un Etat centralisé au sein de l\'Europe) et n\'est pas un centre géographique.
(0) 
Lousi Le Bars
2013-07-05 11:04:48
"Il ne faut pas attendre de NDDL des liaisons intercontinentales Nantes - Los Angeles ou Nantes -Shanghai, mais un accès quotidien et cadencé vers les hubs européens (Francfort, Zurich, Londres Heathrow etc.) ouvrant ensuite sur le monde entier ou presque! "
Quel intérêt d'aller à Heathrow et Francfort alors que Paris se situe tout prés ??
Je pense qu'il y a une erreur d'analyse majeure des militants bretons sur ce sujet, où l'antiparisianisme primaire leur hôte toute objectivité. Un Aéroport est équipement lourd qui nécessite une concentration de moyens financiers et humains avec une vision stratégique...quand on met Rennes à 1 heure de Paris et qu'on transfère dans le même temps l'aéroport du sud au nord de Nantes, on est pas du tout dans une vision stratéqique mais plutôt dans la mégalomanie de roitelets locaux version virgule de Sablé...
(0) 
iffig cochevelou
2013-07-05 11:17:58
Comme le dit un des messages précédents, il faut rester modeste dans l'avenir de Nantes en ce qui concerne l'aéroport : donc l'actuel amélioré suffira certainement pendant longtemps .Ce n'est pas le nouvel aéroport qui fera une Bretagne autonome. Ne pas le construire coupera l'herbe sous les pieds d'Ayrault et de ses homologues de l'UMP dans leur projet inacceptable d'un grand ouest : et ensuite il faudra que se motivent un peu plus tous les grands conseilleurs et s'unir pour enfin aboutir a la Réunification et retrouver notre autonomie !
(0) 
Christian Rogel
2013-07-05 13:35:45
Dans mes précédents articles, j\'ai essayé de comprendre les ressorts de l\'unanimité du monde économique breton et nantais et le soutien des partis qui comptent.
La question de l\'inadaptation ou de la saturation de Bouguenais est un élément secondaire, même si, ce qui fait \"problème\", ce sont les servitudes sonores qui empêchent le développement de Bouguenais et de St-Aignan et l\'absence d\'une zone industrielle moderne attenante et non séparée par une voie publique fréquentée.
Les trois motivations principales sont :
- Récupérer un espace de plusieurs centaines d\'hectares pour les besoins internes de Nantes (urbanisation moins coûteuse et implantation du CHU sur l\'Île)
- Supprimer la rupture de charge imposée par un passage vers les aéroports parisiens, dont les avions partent trop tôt
- Faire masse avec les besoins de Rennes et du Vannetais (et même de l\'Anjou et de la Vendée) pour concentrer les liaisons vers l\'Europe (le transcontinental serait la cerise sur le gâteau et il n\'est pas certain que Bordeaux réussisse à ouvrir sa ligne vers le Golfe persique.
Comme je l\'ai mentionné, les aéroports de Lorient et de Quimper se verraient rétrogradés et même Brest pourrait être affecté.
Les promoteurs de l\'aéroport ne rêvent pas d\'un hub équivalent à Lyon ou Francfort, des liaisons quotidiennes vers une dizaine de villes européennes et d\'autres bihebdomadaires vers une dizaine d\'autres seraient déjà une réussite.
Sans compter les lignes saisonnières, fort rentables dans des régions à fort pourcentage de retraités voyageurs.
La demande sera-t-elle suffisante, car c\'est déjà plus que les aéroports de Nantes, Rennes et Lorient réunis? On suppose, sans en être sûr, que Vinci le sait.
Il est clair que l\'idée est de parier sur un aéroport moderne, facile d\'accès, peu énergivore, et répondant aux souhaits de compagnies aériennes low cost en espérant que tous ces avantages cumulés attireront ces dernières.
Pari dangereux, car les compagnies low cost se font payer pour venir, ce qui fait que l\'aéroport doit trouver d\'autres sources de revenus (commerces, redevances parking, zone industrielle)
Face à cela, les décideurs ne voient pas la nécessité de prendre en compte le paramètre écologique, qu\'il soient à l\'UMP ou au PS, mais, cela, on le sait depuis longtemps.
Renvoyer le reproche à ceux qui les élisent?
Autre point important : l\'aéroport est un projet basé sur une alliance forte des Régions Bretagne et Pays-de-la-Loire.
(0) 
Paul Chérel
2013-07-05 14:19:06
Bravo à @ Nico Hlas même s\'il n\'ose pas décliner son nom !Il a tout compris et bien ! Un aéroport ne fait pas son trou immédiatrement mais il lui faut plusieurs étapes pour une renommée et utilité mondialement reconnues. Traiter de rêve, l’expression concurrencer Francfort ou Eathrow, est une erreur sémantique sur le mot concurrencer qui signifie simplement prendre une place sur le marché et non nécessairement dépasser ou égaler l’actuel leader ( Merci à Iffig d’y réfléchir). Envisager, par contre, que cet aéroport devienne sur le moyen ou long terme le plus adéquat point d”arrivée ou d’escale vers l’Europe ou la proche Asie en venant des Amériques Nord et Sud est une VISION d’avenir. Une utopie ? Non ! l’expression simplement d’une volonté. Le seul obstacle, c’est de voir et déplorer cette absence chez les Bretons du fait de leur allégeance d’esclave dont ils n’arrivent pas à se débarrasser . Ils ne voient même pas qu’un aéroport qu’ils arriveraient à investir par leur présence commerciale seraient un premier pas pour leur réunification. Paul Chérel
(0) 
Lousi Le Bars
2013-07-05 16:59:42
\\\"La demande sera-t-elle suffisante, car c\\\'est déjà plus que les aéroports de Nantes, Rennes et Lorient réunis? On suppose, sans en être sûr, que Vinci le sait.\\\"
L\\\'idée d\\\'un aéroport centralisant la demande en Bretagne et l\\\'Ouest français, pourquoi pas ? Mais on en revient au vieux débat sur le choix du site...je ne vois aucune centralité avec Nantes. La Loire coupe les liaisons ferroviaires et routières. A l\\\'ouest de Nantes il y a l\\\'Océan. Et à l\\\'Est de Nantes on rentre immédiatement dans la sphère d\\\'influence parisienne (Le Mans en fait partie et Angers constitue une limite).
Rennes a plus de centralité sur ces points, pouvant capter une partie de la Normandie, l\\\'intégralité de la Bretagne, la Mayenne, l\\\'Anjou. Un site au Sud-Ouest de Rennes avait plus de légitimité à mon sens.
Et pourquoi les liaisons transcontinentales sont-elles si faibles actuellement, si bien que les patrons préfèrent se rendre à paris ? Pourquoi des liaisons transcontinentales ont été fermées à Nantes-Atlantique ?
Concernant la question de l\\\'urbanisme nantais, on en arrive donc à un financement bi-régional pour un intérêt micro-local...je crois qu\\\'on est en réalité là au coeur du problème !
En tant que breton, je m\\\'interroge d\\\'ailleurs sur le risque que l\\\'aéroport constitue une cicatrice territoriale qui coupe un peu plus Nantes du reste de la Bretagne. Le sud Loire et l\\\'Est nantais servant de zone d\\\'habitat de qualité tandis que le Nord, l\\\'Ouest de Nantes (Le Temple de Bretagne, Ste Reine de Bretagne, NDDL etc ) se transforment en verrue territoriale proche d\\\'un no man\\\'sland. A titre d\\\'exemple, l\\\'impact des aéroports parisiens sur la physionomie socio-territoriale de l\\\'Ile de France n\\\'est pas négligeable...

\\\"Autre point important : l\\\'aéroport est un projet basé sur une alliance forte des Régions Bretagne et Pays-de-la-Loire.\\\"
C\\\'est une alliance qui ne repose pas sur une stratégie commune (là est toute la différence avec une Bretagne réunifiée)... à toi la LGV, à moi l\\\'aéroport. A moi la Bretagne, à toi Nantes dans les PdlL. Sans le moindre lien fait entre les deux ! Même pas un TER direct Nantes-Rennes.
\\\"Envisager, par contre, que cet aéroport devienne sur le moyen ou long terme le plus adéquat point d”arrivée ou d’escale vers l’Europe ou la proche Asie en venant des Amériques Nord et Sud est une VISION d’avenir\\\"
Quel est l\\\'intérêt de s\\\'arrêter à Nantes pour reprendre un avion pour aller en Europe d\\\'Est ensuite ?? Je ne saisis absolument pas la cohérence de votre raisonnement, c\\\'est irrationnel ! Paris est la deuxième ville d\\\'Europe, à l\\\'Ouest de \\\'lEurope, entre le Nord et le Sud... très sincérement, dans une Bretagne non-indépendante, NDDL ne peut avoir qu\\\'un rôle de complément de l\\\'aéroport de Paris (et encore).
(0) 
eugène
2013-07-05 17:58:02
Pour moi
Un aéroport de dimension internationale est un atout économique pour une réunification ( il 'y a pas que la culture pour y accéder
n aéroport de ce type draine un arrière pays de quelques 200 Km de rayon (tout secteur!)
J'ai toujours été pour ce concept ...
Mais les bretons vont-ils ,un jour s'affranchir de paris.
Je serai curieux de connaître la décision finale du concept "transline",à partir de la Bretagne (B5),gerbant sur l'Europe centrale? et ossature d'un puissant maillage économique!
(0) 
SPERED DIEUB
2013-07-05 22:06:25
Voici un lien concernant l\'impact du trafic aérien sur l\'environnement
(voir le site)
(0) 
Churie-le Goal Kristenn
2013-07-06 09:22:03
C'est drôle tout ça !
Jamais un aéroport n'a généré de développement économique .
L'aéroport se San Diégo au USA est identique à celui de Nantes et accueille 17 millions de passagers ...
VINCI se fait son fric sur les parkings et garantit
12 % de bénéfice à ses actionnaires . NDL serait déficitaire et nous paierions , d'autant plus que l'aéroport actuel st indispensable à l'usine Airbus qui se situe à proximité immédiate et nous participerions financièrement à son fonctionnement .
Le désastre écologique serait bien réel et très important . Deux têtes de bassins versants à NDL , beaucoup de petits producteurs bretons bio , agriculture bretonne traditionnelle de proximité ...
Je vous invite à lire les discours de Dominique MÉDA et Marie-Monique ROBIN à NDL .
Ce n'est pas le problème de la croissance , c'est la croissance qui est le problème !
Il faut sortir de la logique productiviste ..., de l'autisme , et peut-être aussi relire Yves Person pour ce qui est du respect des minorités dont "Paris" se fout royalement !
Discours de Marie-Monique Robin à l'occasion de sa remise de Légion d'Honneur à la Vache Rit
Libellés : Dominique Méda, Marie-Monique Robin, Prise de parole Aucun commentaire:
Envoyer par e-mailBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur Facebook
Merci, Dominique, d’avoir accepté de m’accompagner pour cette improbable remise de légion d’honneur. Je dis « improbable », parce que j’ai été très surprise de découvrir début janvier dans le Journal Officiel que Delphine Batho, ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie m’avait proposée pour être nommée chevalier de la légion d’honneur. Je dois reconnaître que ma première réaction a été de refuser cet insigne de la République institué par Napoléon. Plusieurs amis proches, mais aussi des représentants de ARTE et des Editions La Découverte, avec qui je travaille depuis des années, m’ont recommandé de l’accepter, en soulignant que recevoir la médaille c’était une manière d’honorer tous ceux et celles dont j’ai illustré les causes en « 28 ans de service », pour reprendre l’expression utilisée dans le décret présidentiel : les enfants victimes du trafic d’organes, les agriculteurs suicidés par l’agro-industrie, Paul Jacquin, l’instituteur tué par la rumeur, et Paul François, le paysan malade de Monsanto ; les disparus d’Argentine, les femmes battues, les enfants des rues de Bogota, les victimes de la pollution industrielle au Pérou, et tous ceux et celles qui oeuvrent aux quatre coins du monde pour qu’enfin triomphent les moissons du futur.
Accepter la médaille républicaine c’était aussi une manière d’affirmer publiquement la nécessité des lanceurs d’alerte et des empêcheurs-de-penser-et-d’agir-en-rond qui, en France et partout dans le monde, dénoncent les tromperies admises comme des vérités, et démasquent les conflits d’intérêts et les arbitrages en faveur des puissants. C’était revendiquer haut et fort la mission de la presse – je dis bien « mission »- dont on oublie trop souvent qu’elle constitue le quatrième pouvoir et qu’à ce titre, à l’instar des trois premiers pouvoirs, elle est censée ½uvrer pour l’intérêt général. Accepter l’insigne de la République c’était donc rappeler que nous avons besoin plus que jamais de journalistes engagés, capables d’affronter les lobbys et les intérêts privés pour « mettre la plume dans la plaie », ainsi que le disait Albert Londres, le père du journalisme d’investigation, dont l’½uvre m’inspire jour après jour.
Or, aujourd’hui, les « plaies » dans lesquelles les journalistes peuvent et doivent porter leur plume ou leur caméra sont multiples, comme sont multiples les facettes de la « crise » dans laquelle le monde semble irrémédiablement s’enfoncer. Je veux parler de la crise du climat, qui est déjà largement à l’½uvre, comme j’ai pu le constater au Malawi ou au Mexique. Faut-il rappeler que les émissions de CO2 n'ont jamais augmenté aussi vite qu’au cours de la dernière décennie : 3 % par an en moyenne, soit trois fois plus que lors de la décennie précédente. Nous sommes sur la trajectoire des pires scénarios imaginés par le GIEC, le groupement interministériel sur l’évolution du climat. Dans un avenir de plus en plus proche, le réchauffement climatique affectera durablement la production alimentaire, tandis que le nombre des réfugiés climatiques ne cessera d’augmenter.
Je veux parler aussi de la crise de l’énergie, de l’extinction annoncée des énergies fossiles, mais aussi des minerais et des terres rares, sans lesquels la production de la plupart de nos équipements et biens de consommation s’effondrera ; je veux parler de la crise de la biodiversité – les experts évoquent la sixième extinction des espèces -, mais aussi de la crise alimentaire –près d’un milliard de personnes souffrent de la faim- , de la crise sanitaire – les millions de malades et de morts dus à la pollution chimique -, de la crise financière, économique et sociale, qui entraîne une augmentation du chômage, de la pauvreté et des inégalités toujours plus criantes. Tous ces dérèglements majeurs, dont tout indique qu’ils vont s’accélérer, en provoquant des dégâts humains et matériels considérables, sont le résultat d’un système économique capitaliste, fondé sur la recherche illimitée du profit. Cette véritable machine à broyer repose sur un modèle de développement qui s’avère aujourd’hui mortifère et suicidaire pour la planète et l’humanité qui l’habite : celui de la croissance illimitée, sous-entendu du produit intérieur brut, le fameux « PIB ». Comme l’écrit Dominique Méda dans un livre pionnier, intitulé Au-delà du PIB, Pour une autre mesure de la richesse, « la croissance est devenue le veau d’or moderne, la formule magique qui permet de faire l’économie de la discussion et du raisonnement ». Pas un jour où on n’entende, en effet, les hommes et femmes politiques qui dirigent notre pays, avec en tête le président de la République François Hollande et son premier ministre Jean-Marc Ayrault, invoquer le « retour de la croissance » pour résoudre la « crise ». Pourtant, des voix de plus en plus nombreuses s’élèvent pour dire que la « croissance » n’est pas la solution mais justement le problème, et qu’il est urgent de changer de paradigme, sous peine d’être confrontés, dans un avenir proche, à un « chaos ingérable », comme l’ écrivent les experts du centre de prospection de l’armée allemande dans un rapport qui a fuité. « Changer de paradigme » cela veut dire revoir de fond en comble notre logiciel économique mais aussi notre mode de vie. Pour cela, il est nécessaire de lancer un vaste débat démocratique, dans tous les villages et villes de France et de Navarre, qui permette de lancer un signal fort à ceux et celles que nous avons élus et qui trop souvent ne voient pas plus loin que le bout de leur mandat et manquent cruellement de courage politique. L’indispensable transition vers une société post-croissance, qui seule permettra de relever les nombreux défis qui nous attendent, ne pourra se faire sans l’engagement de tous les citoyens et citoyennes, capables de se poser – enfin !- les bonnes questions :
qu’est ce que la richesse ?
de quel développement avons-nous besoin ?
quelle société voulons-nous et devons nous construire, avec quelles valeurs, quelles règles du jeu ?- pour que nos enfants et petits-enfants puissent continuer à vivre sur la planète bleue ?
Une chose est sûre : nous n’avons plus le temps d’attendre. Nous sommes à la croisée des chemins : soit nous sommes capables d’anticiper, en dessinant ensemble un autre modèle de développement ; soit nous continuons sur la même (fausse) route – « business as usual »- et , comme me l’a dit Olivier de Schutter, le rapporteur spécial des Nations Unies pour le droit à l’alimentation, nous devrons subir les perturbations violentes que nous réserve l’avenir.
En ces moments cruciaux, nous avons besoin de symboles et d’éclaireurs qui catalysent les énergies et montrent la voie. Nous avons besoin de laboratoires et d’expériences qui encouragent la réflexion, libèrent la créativité et nous aident à nous débarrasser du prêt-à-penser et des préjugés. Nous avons besoin d’hommes et de femmes qui disent « stop ! Que faisons-nous, où allons-nous ? »
Si j’ai proposé à Dominique de me remettre la légion d’honneur à Notre Dame des Landes c’est parce que la lutte qui se déroule ici depuis de nombreuses années représente précisément le combat dont nous avons besoin. Je n’entrerai pas dans les détails techniques d’un dossier mal ficelé, pour m’attacher aux symboles qu’incarne la résistance au projet d’aéroport. Car, comme je l’ai dit, nous avons besoin de symboles.
Le premier symbole c’est qu’il s’agit d’un projet d’équipement qui date des années 1960. Les fameuses « Trente Glorieuses » où l’on pensait que nous pourrions indéfiniment puiser dans les ressources de la planète sans jamais rendre de compte. L’époque où la machine à fabriquer du PIB tournait à plein, coûte que coûte… Cette époque est révolue, et nous voulons des projets qui correspondent aux exigences de notre temps, celui de la raréfaction des ressources et des inégalités croissantes.
Le deuxième symbole c’est qu’il s’agit d’un projet d’aéroport. Or, nous avons assez d’aéroports, car, contrairement à ce que les promoteurs de ce projet prétendent, l’aviation civile n’a pas de beaux jours devant elle. Quand le prix des énergies fossiles aura atteint des sommets, nous ne pourrons plus prendre l’avion, comme nous le faisons aujourd’hui. Faire croire aux Français que le trafic aérien va continuer d’augmenter de manière continue est un message irresponsable !
Le troisième symbole c’est que ce projet va détruire 2000 hectares de terres agricoles, dans une zone humide comprenant une grande biodiversité. Or, s’il est un domaine où nous devons de toute urgence revoir notre copie, c’est bien celui de la production agricole. Nos ministres de l’agriculture se plaisent à répéter que « la France est un grand pays agricole ». Certes, nous exportons des millions de tonnes de blé de mauvaise qualité, à bas prix, grâce au jeu pervers des subventions, ou des tonnes de poulets bas de gamme, qui condamnent à la faillite les paysans africains. Mais l’agriculture française est un colosse au pied d’argile, car elle est déficitaire dans de nombreuses productions, comme celle des protéines végétales. Pour nourrir les poules, les vaches et les cochons de nos élevages industriels, nous dépendons du soja transgénique argentin et donc du pétrole nécessaire à son acheminement vers les ports bretons! D’une manière générale, l’agriculture industrielle dépend des énergies fossiles, indispensables à la fabrication de pesticides et d’engrais chimiques. Indispensables aussi à l’approvisionnement des villes, dont l’autonomie alimentaire est estimée à deux jours. Si nous voulons être autonomes du point de vue alimentaire et développer une agriculture capable de résister aux effets du changement climatique, il nous faut de toute urgence protéger nos terres agricoles, en cessant de les bétonner et en les arrachant des mains des spéculateurs. Une fois que le projet d’aéroport sera définitivement enterré, pourquoi ne pas faire de Notre Dame des Landes l’avant-garde d ‘un autre modèle agricole, fondé sur l’agro-écologie , la vente de proximité et les circuits courts ?
En attendant, et pour finir, je voudrais remercier, tous ceux et celles qui jour après jour mènent la résistance à ce projet somme toute très ringard ! Merci à Sylvain et Brigitte Fresneau qui nous accueillent aujourd’hui ; merci aussi à Marcel et Sylvie Thébault, aux paysans engagés dans le COPAIN 44, le Collectif des organisations professionnelles agricoles indignées par le projet d’aéroport, ou dans l’ADECA, l’Association des exploitants concernés par l’aéroport, merci à l’ACIPA, l’Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le projet d'Aéroport de Notre Dame des Landes, merci aux paysans qui sont venus avec leurs tracteurs pour protéger la ferme de Bellevue de la destruction ; merci à tous les membres des comités de soutien qui se sont créés partout en France. Merci, à tous les zadistes, à qui je tire mon chapeau, car j’imagine qu’il ne fut pas facile de passer l’hiver dans des conditions aussi rudes que précaires. Leur présence illégale est légitime, et je suis sûre que l’histoire leur donnera raison. Je salue leur persévérance et leur dévouement pour une cause qui devrait tous nous inspirer pour construire la société post-croissance dont nous avons besoin. Je remercie, enfin, Delphine Batho, qui en me faisant un cadeau empoisonné m’a permis de réaffirmer les valeurs que devrait incarner l’insigne que je viens de recevoir : l’engagement pour le bien commun et l’intérêt général !
___________________________________________________________________
Notre album photo de la cérémonie
Discours de Dominique Méda à l'occasion de la remise de Légion d'Honneur à Marie-Monique Robin
Libellés : 10-Autres, Dominique Méda, Marie-Monique Robin, Prise de parole 1 commentaire:
Envoyer par e-mailBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur Facebook
Chère Marie–Monique, chers tous,
Nous sommes aujourd’hui rassemblés, famille, amis, admirateurs de Marie-Monique Robin, pour fêter tous ensemble la reconnaissance officielle qui est conférée à son ½uvre et à sa personne par l’octroi de la légion d’honneur. Et je dois dire que je suis extrêmement fière que ce soit à moi qu’échoit la responsabilité d’expliquer pourquoi elle en est particulièrement digne.
C’est par là que je voudrais commencer, avant de revenir sur les raisons pour lesquelles, lorsque Marie-Monique m’a proposé, un soir de décembre, de lui remettre cette décoration ici, à Notre-Dame des Landes, j’ai tout de suite accepté.
Tu m’as raconté Marie Monique, combien les lieux et les proches qui ont abrité ton enfance avaient été déterminants pour ton ½uvre : tu as grandi dans la ferme de tes parents, agriculteurs engagés et descendants d’une lignée d’amoureux de la terre depuis le 17ème siècle où tu as vu s’opérer la rationalisation de l’agriculture traditionnelle au cours de la Révolution verte. Ils t’ont transmis non seulement la passion de la terre mais aussi celle de l’engagement. Ils étaient membres de la Jeunesse Agricole Catholique ; tu mettras à ton tour ton désir de justice au service de plusieurs causes que tu défendras farouchement.
En 1985, à la fin de tes études de journaliste, tu pars au Nicaragua pour soutenir la révolution et tu produis, quelques années plus tard, un documentaire consacré à Cuba et plus particulièrement à la prévention du Sida, Sida et Révolution. Tu ne cesseras ensuite, dans les films et livres que tu as réalisés, en étroite association avec ton mari, de promouvoir les droits humains fondamentaux et – c’est là que ta personnalité se précise – de dénoncer tous ceux qui font obstacle à leur promotion et leur épanouissement.
En 1995, tu présentes Voleurs d’yeux, la version courte de Voleurs d’organes, qui dénonce le vol d’organes sur des enfants en Colombie au profit d’hôpitaux nord-américains, et qui reçoit le prix Albert Londres, la distinction la plus haute de la profession. Déjà dans ce documentaire se mêlent les traits caractéristiques de ton ½uvre : la révolte que t’inspirent les atteintes à l’intégrité des personnes guidées par la soif du profit ou l’idéologie ; la rigueur dans la construction de la preuve – sur quoi viendront chaque fois se briser les tentatives de remise en cause de tes démonstrations - ; la puissance rationnelle et émotionnelle de ta dénonciation des personnes ou des organisations qui contribuent à défaire les équilibres que les communautés humaines ou la nature ont souvent mis des siècles à construire patiemment.
En 2003, tu mets ton glaive – tu as fait tienne la devise d’Albert Londres : « porter la plume dans la plaie » – au service de la cause des disparus d’Argentine, en montrant comment des Français ont enseigné à la dictature argentine les techniques de la guerre moderne, non conventionnelle, expérimentées en Algérie. Le film, Escadrons de la mort, l’école française, démontre, grâce à l’obtention des témoignages bruts des principaux acteurs de ce drame, comment les militaires argentins ont été formés aux méthodes françaises de la torture et du renseignement et comment les « disparitions » ont été méthodiquement organisées. Tu prends des risques : tu te fais passer pour une jeune femme d’extrême droite, tu te jettes dans la gueule du loup…Le film provoque en Argentine une commotion nationale et permet l’ouverture de procès que l’on n’espérait plus. Les très nombreux articles consacrés à ce film le mettent bien en évidence : il a joué le rôle d’une véritable catharsis nationale, et a été l’instrument, comme l’étaient les pièces de théâtre dans la Grèce Antique, d’un retour sur soi, d’une mise à vif de l’abcès et d’une réconciliation nationale. Voici donc un autre trait majeur de ton ½uvre : loin de se contenter d’offrir à nos sociétés un reflet plus ou moins fidèle, et plus ou moins complaisant, d’elles-mêmes, elle se place au service de l’expression de la vérité, elle vise à mettre au jour ce que l’on ne voulait pas voir, à le mettre sur la table et à permettre ainsi, pour tous ceux qui le souhaitent, d’alimenter la délibération publique, de conforter l’espace public tel qu’il a commencé à être envisagé au 18ème siècle : un espace de « publicité » où les citoyens bien informés peuvent participer à l’élaboration de la loi, et contribuer réellement, quotidiennement, patiemment au tissage, au maintien, au renforcement du lien qui les unit.
Tu me l’as dit, tu ne conçois ce métier de journaliste que comme la mise en ½uvre permanente d’un idéal – ce que le métier est en soi, et ce qu’il devrait être mais qu’il est en réalité si peu : le quatrième pouvoir, cet indispensable pouvoir, sans lequel les trois autres ne peuvent pas subsister, ne peuvent que dysfonctionner. Une pièce maîtresse donc, de notre démocratie. Une condition sine qua non de sa permanence. Ta conception du métier est un véritable défi lancé à tous ceux qui, possesseurs d’une carte de presse et ayant embrassé cette profession, mettent celle-ci au service des intérêts particuliers et, ce faisant, contribuent à la défaite de la démocratie. Rien de plus édifiant à ce sujet que tes trois derniers films, qui forment à mes yeux une trilogie d’une incroyable force.
En 2008, tu réalises Le Monde selon Monsanto – De la dioxine aux OGM, une multinationale qui vous veut du bien, qui sera suivi en 2010 de Notre poison quotidien, puis en 2012 de Les Moissons du futur. Je parle d’une trilogie parce que ces trois films reviennent, de manière obsédante, sur les mêmes questions lancinantes, qui sont aujourd’hui autant de défis auxquels sont confrontées nos sociétés : comment éviter la marchandisation complète du monde et la privatisation des droits fondamentaux tels le droit à l’alimentation ou le droit à cultiver ses terres. Comment s’opposer aux multinationales qui, sous couvert d’efficacité – elles seules seraient en mesure de nourrir les neuf milliards de femmes et d’hommes que comptera notre planète en 2050 -, imposent leurs méthodes, leurs produits aux effets inconnus, leurs semences brevetées aux agriculteurs du monde entier au nom de l’efficacité et sont en train de s’approprier le c½ur de la vie – l’alimentation – pour en faire le nerf de leur guerre ?
Je parle d’une trilogie parce que, je ne sais si tu l’avais conçu ainsi, les trois films constituent un ensemble démonstratif très puissant, précisément capable de s’opposer – alors qu’à première vue on a plutôt l’impression de la lutte de David contre Goliath – à l’armada et à la débauche de moyens dont disposent ces firmes, guidées par le seul souci de court terme d’augmenter leur profit et de maximiser les quantités vendues sous prétexte de rendements plus élevés. Dans cette lutte à armes inégales, tu disposes d’atouts de taille : ta souplesse (tu sautes allègrement d’un point à l’autre du globe : il faut aller vérifier un point en Inde, allons y, chercher un document à l’autre bout de l’hémisphère, partons sans tarder, entendre un témoin éloigné, allons à sa recherche) ; ta rigueur : tu fabriques de longues chaînes de raisons à la Descartes, - tu n’es pas française pour rien -, et aucun maillon ne manque ; ton courage : tu t’attaques à des intérêts extrêmement puissants, mais rien ne t’arrêtes, alors même que tu sais très bien qu’avec les moyens dont elles disposent, les multinationales dont tu remets les comportements en cause peuvent non seulement s’attacher les services de cohortes d’avocats mais surtout – et c’est ce que tu montres magnifiquement – s’acheter les études et les experts qu’elles souhaitent et s’attacher la bienveillance des autorités de régulation. Ton opiniâtreté aussi, qui te pousse à chercher le moindre indice, à vérifier le moindre élément, à rechercher les témoins, tous ceux qui ont été écartés, tous ceux que, comme en Argentine, on a voulu empêcher de parler. Tu redonnes, grâce à ta ténacité, une voix, une visibilité à tous ceux que l’on avait fait taire, parfois en les tuant, comme en Argentine, d’autres fois en les licenciant, en les mettant à mort professionnellement. Tu fais preuve d’une infinie patience en allant rechercher tous ces témoins bâillonnés auquel tu redonnes tout à la fois la parole et leur dignité.
En leur donnant le moyen de reprendre la parole, en exerçant vraiment ce beau métier de journaliste, en rendant à celui-ci toutes ses lettres de noblesse, tu permets un double approfondissement démocratique : d’abord, je l’ai dit, en menant une enquête tellement précise, en amenant des informations qui étaient restées tellement cachées, en démontrant de manière tellement impeccable, que tu exerces pleinement ce quatrième pouvoir, que tu donnes à l’ensemble des citoyens les moyens de savoir et donc de choisir. Tu les rends ainsi pleinement et réellement citoyens. Tu leur rends leur pouvoir d’agir. Tu leur rends leurs droits à eux aussi, mutilés qu’ils étaient par des medias qui trop souvent ne songent qu’à remplir de mensonges notre temps de cerveau disponible. Mais tu ne t’arrêtes pas là. Tu accomplis une autre prouesse : tu rends les citoyens à leur tour en état de t’imiter, c’est-à-dire d’exercer eux-mêmes leur vigilance et de mener l’enquête par eux-mêmes, comme toi. Tu constitues et tu te mets d’ailleurs en scène comme un exemple. C’est ce que j’ai particulièrement admiré dans Le Monde selon Monsanto : toi, derrière ton ordinateur, montrant de la manière la plus simple comment, lorsque l’on veut, on peut. Comment chacun d’entre nous dispose de l’ensemble des moyens pour mener l’enquête. C’est à une véritable entreprise d’éducation, de paideia que tu nous a conviés avec Le Monde selon Monsanto. Tu es filmée à ton ordinateur et tu nous dis, nous sommes pareils, vous et moi. Regardez comment je fais, regardez comme c’est facile, regardez comme vous pouvez le faire : je me pose une question, comme vous, et voilà ce que je fais, je clique, je fais des liens, j’ouvre des documents, je leur pose des questions, je tente de les faire parler. Certes parfois je me déplace, je vais vérifier. Et cela tu continueras à le faire pour nous. Mais ton message principal, me semble-t-il, c’est : le quatrième pouvoir, - en réalité le premier -, c’est VOUS. Prenez le, exercez le, faites valoir vos droits, soyez des citoyens pleinement engagés, saisissez vous de tout ce que les moyens modernes de communication vous permettent de faire, rendez vivante notre démocratie.
Pourquoi cette trilogie est-elle par ailleurs si puissante, outre le fait qu’elle donne à chacun d’entre nous les moyens et surtout l’envie de devenir un citoyen actif, un citoyen engagé, mais aussi un professionnel engagé (je pense à tous ces chercheurs évincés qui nous convainquent – si nous en avions encore besoin – qu’il n’est plus possible pour un chercheur, de ne pas être engagé, de ne pas choisir son camp) ? Parce que tu ne t’arrêtes pas à la dénonciation. Tu ne te contentes pas de montrer la logique mortifère qui anime souvent ceux qui disent qu’ils nous veulent du bien. Tu nous montres, tu nous démontres qu’un autre monde est possible, qu’il existe d’autres branches de l’alternative, et, que, de surcroît, ces alternatives, loin de constituer un retour en arrière, une vision étriquée de la condition humaine et du progrès, un rétrécissement de nos aspirations, sont à la fois les plus rationnelles (oui, on peut nourrir neuf milliards d’habitants sans les faire périr d’ingestions massives de pesticides et d’OGM) mais aussi les plus sensuelles, les plus riches en émotions, les plus désirables, les moins desséchantes, celles qui nous permettent, en satisfaisant nos besoins fondamentaux – dont le premier d’entre eux, se nourrir – de prendre soin de la nature, de nos sociétés, et des liens qui les unissent.
Ton intérêt pour l’agro-écologie et pour les méthodes agricoles traditionnelles perçait déjà dans le Monde selon Monsanto. On y voyait déjà ces mexicains et ces indiens obligés d’abandonner leurs méthodes traditionnelles pour succomber aux mirages des propagandistes de la Révolution verte. Les alternatives étaient encore plus présentes dans Notre poison quotidien. Il n’est plus question que d’elles dans Les Moissons du futur, film gorgé de sensualité qui s’ouvre sur un magnifique d’un champ de maïs doré, sous les feuilles desquels se déploient de larges plantes conservant l’humidité et une énorme citrouille rebondie, dont la coexistence tranquille a pour nom la milpa. Tu nous montres pourquoi cela vaut le coup que nous nous battions pour ce monde, qui n’est ni complètement le monde ancien, même s’il renoue avec ce que les traditions avaient de meilleur, ni le monde moderne, même s’il en garde aussi le meilleur. Ce que tu nous proposes, dans cette réflexion très philosophique sur ce que nos manières d’organiser notre alimentation révèlent de nos rapports à la nature, c’est une voie qui prendrait pleinement en considération la nécessité de nourrir une population de plus en plus nombreuse tout en ayant renoncé à ce que les méthodes modernes ont eu d’excessif.
Tu nous proposes un autre modèle qui vise à concilier qualité et quantité et qui renoue à la fois avec les intuitions d’un Aldo Leopold qui écrivait dans son Almanach d’un comté des sables : « le kilo, le quintal et la tonne ne sont pas l’unique mesure de la valeur nutritive des récoltes : les produits issus d’un sol fertile peuvent être supérieurs, d’un point de vue qualitatif aussi bien que quantitatif » et plus récemment avec les démonstrations d’un Jean Gadrey qui, dans Adieu à la croissance, nous enjoint de substituer à la poursuite effrénée et exclusive de gains de productivité (qui contribuent largement, nous le savons désormais, à la destruction du sens du travail) la recherche raisonnée de gains de qualité et de durabilité. Un autre modèle, un changement de civilisation, une bifurcation, voilà ce dont ces auteurs, mais aussi toi, moi, nous tous ici réunis, souhaitons l’avènement et connaissons l’urgence.
Et c’est bien pour cela que nous sommes réunis ici. Soyons clairs. En venant ici, nous ne souhaitions en aucune manière provoquer ou narguer, bien au contraire. Nous souhaitions consacrer à ce lieu, aux évènements qui s’y sont déroulés, aux aspirations contradictoires qui s’y sont exprimées, la réflexion qui convient. Nous souhaitions profiter de la pause qui a été accordée par les récents rapports publics pour tenter de comprendre la signification de ces conflits, pour leur conférer le sens qui convient. Nous sommes persuadées qu’il s’agit d’un moment et d’un lieu hautement symboliques, lourds de significations. Il s’agit peut-être d’un point central dans l’histoire de notre pays, et qui sait, dans celle du monde. Un point dans le temps et dans l’espace d’où pourrait s’organiser, où s’organise peut-être déjà en ce moment, sous nos yeux, avec nous, grâce à vous, la bifurcation tranquille que nous appelons de nos v½ux. Cette bifurcation dont nous savons que si elle ne commence pas ici et maintenant, il sera trop tard, comme lorsqu’il s’agit de modifier la trajectoire d’un grand cargo très lourd dont on doit organiser les mouvements et les réactions à l’avance.
Si nous sommes ici aujourd’hui, tous calmement rassemblés, c’est parce que nous pensons que nous devons sortir du raisonnement séquentiel dans lequel nos sociétés sont restées enfermées : les pays occidentaux, et particulièrement certains pays européens dont la France, sont confrontés à une crise économique et sociale d’une extrême gravité. Pour sortir de cette crise, des prières montent vers le ciel : Donnez nous, s’il vous plait, encore une fois, quelques points de croissance. Et ensuite, c’est promis, nous accorderons l’importance qui convient à la crise écologique dont nous percevons bien l’extension mais qui ne peut être résolue qu’après. Ce que nous voulons dire aujourd’hui par notre présence, c’est que c’est peut-être ici et maintenant que nous avons la possibilité, l’occasion, kairos disaient les grecs (le moment qu’il faut saisir), d’engager le grand rebroussement dialectique qui nous permettra de résoudre à la fois la crise économique et sociale et la crise écologique, qui nous donnera la possibilité d’arrêter de remettre tous les jours au lendemain ce que nous pouvons faire le jour même, qui nous autorisera à sortir de cette cage d’airain de la consommation et de la production dont le grand sociologue Max Weber avait compris la logique dans L’Ethique protestante et l’esprit du capitalisme.
Ce qu’ont refusé ici des collectifs très différents, collectifs d’élus, de paysans, de pilotes, d’avocats, d’habitants, c’est le caractère excessif, disproportionné, pervers de la logique qui s’est développée depuis le 18ème siècle dans le monde occidental et qui a fait des quantités produites, du rendement à tout prix et de la maximisation du profit le critère de réussite d’une société. Ce que soutiennent les collectifs opposés à une certaine conception du développement économique – celle là même qui conduit à la financiarisation du monde et à ses désastres - c’est qu’il faut retrouver le sens de la mesure, de la limite, de la proportionnalité des moyens aux fins poursuivies. Mais aussi qu’il est grand temps aujourd’hui, même si d’autres pays semblent emportés dans la folie du développement à tout prix, - ce pseudo développement qui met en coupe réglée la nature, les humains et tout ce à quoi nous tenons - de faire une pause et de considérer les menaces qui s’accumulent : de prendre au sérieux les rapports du GIEC ; les travaux des scientifiques qui crient dans le désert ; les articles de plus en plus inquiétants des chercheurs (je pense à l’article publié par la revue Nature en juin dernier, par 22 scientifiques qui écrivent que nous sommes en train de franchir des seuils critiques et que « désormais les humains dominent la Terre et la modifient selon des modalités qui menacent sa capacité à nous supporter, nous et les autres espèces ») ; les avis de la Commission Stiglitz qui, dans la suite des critiques développées par l’école française des nouveaux indicateurs de richesse dans les années 90, a reconnu officiellement, que le PIB était un indicateur pervers, qui nous menait dans le mur et que nous devions d’urgence changer d’indicateurs et de boussoles. Quand tirerons-nous toutes les conséquences de ces rapports et des signaux de plus en plus nombreux qu’envoient tous ces lanceurs d’alerte ? Quand serons-nous capables d’opérer la véritable conversion qui convient à notre temps, de redéfinir le progrès, de changer d’indicateurs, et de mettre au c½ur de nos efforts et de nos représentations ce qui compte vraiment, ce à quoi nous tenons le plus ? Quand serons-nous capables comme l’écrivait Bertrand de Jouvenel dès 1957 dans des textes d’une incroyable actualité, de devenir les jardiniers de la Terre ?
En nous arrêtant ici aujourd’hui, si nombreux, après les chaînes humaines et les appels à un changement de modèle de tant d’autres citoyens, nous tentons, à notre modeste niveau, de contribuer à l’engagement de notre pays dans la Grande bifurcation. Et si nous le faisons seuls, si nous le faisons les premiers, c’est peut-être que nous aurons été capables, une nouvelle fois, de montrer l’exemple au reste du monde, de mettre en évidence que l’on peut prévenir l’avènement des catastrophes, et que la raison peut triompher. Non pas la raison calculante et desséchante dont Horkheimer et Adorno avait montré l’extension et la contribution à l’avènement de la barbarie mais la raison sensible, cette raison qui n’envisage pas l’homme comme transcendant la Nature mais comme faisant partie d’elle, cette raison incarnée, vivante, joyeuse. Cette raison, chère Marie Monique dont tes films et tes livres font l’apologie. Cette raison dont les philosophes des Lumières avaient fait leur emblème et que tu contribues à défendre, comme le mot d’ordre de l’époque : Sapere Aude, Ose savoir. Pour tout cela, chère Marie-Monique, nous voulons te remercier.
Deux visiteuses, un événement citoyen, une fête ! à ...
Lettre de René Leblanc, maire de Quelneuc (56) à une ...
(0) 
Bernard Pierre LEBEAU
2013-07-10 02:45:12
Soyons réaliste, le transport aérien n\\\'est pas appelé à disparaître dans les cinquante ans qui viennent, mais à se développer, j’en veux pour preuve les carnets de commande de nos industriels de l’aviation. Ensuite le centre économique du Monde n\\\'est plus en Europe Occidentale mais en Amérique du Nord et du Sud, et en Asie. Il faut donc aller chercher les partenaires commerciaux là où ils sont, ce qui implique pour la Bretagne et l\\\'ouest armoricain une offre de liaisons aériennes intercontinentales, sauf à se retirer de la compétition. Mais alors adieu la croissance, adieu les emplois, il faut être conséquent!
Si l\\\'Ouest ne possède pas d\\\'aéroport adapté, ses liaisons moyen-long–courriers se feront via la région parisienne concentrant déjà l\\\'essentiel des équipements et sur-consommant des terres nettement plus fertiles que les landes de Notre-Dame, ceci sans aucune protestation des défenseurs de l\\\'environnement. Comment peut-on à la fois être détracteur du centralisme parisien et détracteur des conditions du développement régional !
En fait le choix est simple, soit un aéroport intercontinental est implanté à Notre-Dame des Landes, soit tout l\\\'Ouest continuera d\\\'utiliser les aéroports parisiens pour les liaisons intercontinentales, renforçant l\\\'hyper centralisme parisien et incidemment accroissant la pollution atmosphérique dans la région déjà la plus polluée de France. Ajoutons encore au négatif le coût économique des allers et retours des habitants de l\\\'Ouest vers les aéroports parisiens et la contribution de ces déplacements à la pollution atmosphérique tant décriée par les écolâtres professionnels.Le dossier a été étudié, sur-étudié, il n\\\'y a pas d\\\'alternative sérieuse au site de Notre-Dame des Landes.
Faut-il enfin rappeler que la tradition économique et commerciale de Portus Namnetum remonte à l\\\'Empire romain, et qu\\\'au XVIIIème siècle, Nantes fut un temps le premier port d\\\'Europe ! Comparaison n\\\'est pas raison, mais Venise, Naples, Barcelone, Porto, Amsterdam, Brême , Hambourg, Copenhague, Helsinki, et autres grandes villes européennes ont des infrastructures aéroportuaires à dimension internationale. Pourquoi devrions nous accepter de sortir du jeu, de n\\\'être qu\\\'une ultra grande banlieue parisienne. La ville de Jules Verne dont la devise est \\\"Neptunus favet eunti\\\" à le devoir d\\\'écrire une page de son histoire qui ne sera pas \\\"De la terre à la Lune\\\", mais de Nantes à Shangaï.
Bernard Pierre LEBEAU
(0) 
Lousi Le Bars
2013-07-17 10:48:52
"Si l'Ouest ne possède pas d'aéroport adapté, ses liaisons moyen-long–courriers se feront via la région parisienne concentrant déjà l'essentiel des équipements et sur-consommant des terres nettement plus fertiles que les landes de Notre-Dame, ceci sans aucune protestation des défenseurs de l'environnement."
Un grand aéroport mondial, bien relié et rentable, avec tous les services adéquats est-il moins pertinent et plus polluant que 50 aéroports high-cost ??
Par ailleurs les "défenseurs de l'environnement" ont empêché un projet d'aéroport dans les plaines céréalières du bassin parisien, avec la bénédiction des agriculteurs intensifs ultra-polluants à la fin des années 90...
Sinon je ne comprends le lien que vous faites avec la croissance et les aéroports intercontinentaux. Il n'est pas question de vols Nantes-Rio ou Nantes-Shanghai avec NDDL ! Y a t-il un aéroport international dans chque ville de 300.000 habitants en Chine, dans chaque région ?? Non je ne crois pas.
Les dirigeants d'entreprise ont déjà des aéroports à disposition sur place ou à Paris, NDDL ne va rien leur apporter et ils n'ont pas besoin d'A380 pour négocier des contrats à l'étranger ou prospecter avant de délocaliser. Le commerce de marchandises se fait pour l'essentiel par bateaux...
(0) 
eugène
2013-07-17 17:58:17
Bernard Pierre LEBEAU
Oui ,bonne vision
L'espace "français " n'est que l'arrière pays de la Région parisienne.
En Bretagne et ailleurs beaucoup de gens s'élèvent contre ça.... mais il y a trop de soumission et pas assez de volonté et d'accord pour faire changer ce type d'hégémonie économique!
tOUTE LA STRUCTURE ADMINISTRATIVE D'ETAT EST A REVOIR
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 6 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.