Les frères Morvan : On doit pas être mangé avec les autres
Communiqué de presse de Taol Kurun

Publié le 1/12/13 11:23 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
:

Les frères Morvan, le bonnet rouge moulé sur la casquette ont harangué la foule en breton et en français.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

"Ni zo bet debret gant ar C'hallaoued", les frères Morvan profitent de la tribune pour dire que dans ce pays, il y a cent ans, tout le monde parlait breton. Ils incarnent plus que des chanteurs de tradition, une sorte de sagesse portée avec humour. Qui a dit que la France était éternelle ?

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1382 lectures.
Vos 5 commentaires
  Serj an Huede
  le Dimanche 1 décembre 2013 21:34
on doit pas être mangé avec les autres
Les autres = ar re all, ou faut-il entendre "ar re c'hall" les ceux de france, les français, (evel ma 'z eo bet lavaret e brezhoneg) c'est le discours le plus fort que j'ai entendu à Carhaix, c'est enfin la vox populi: arrêtons notre aliénation, il est temps de bouter les français hors de Bretagne: ar C'hallaoued er-maez !
(0) 
  Yann Maneguen
  le Dimanche 1 décembre 2013 22:09
Ces propos que vous reprenez "Debret omp gant ar C'hallaoued" sont passible de la loi puisque c'est du "racisme anti français" et pourtant ce n'est qu'un fait parfaitement attesté : nous sommes bien bouffés par les Français et y compris par un remplacement de population en Bretagne depuis bien longemps : beaucoup de Bretons doivent quitter le pays tandisque l'on voit des Mailiens travailler dans l'agroalimentaire à Collinée...
Mais ce n'est pas de cela que je voulais dire ici : au sujet des Frères Morvan, j'ai ressenti un sentiment de honte, à cause d'une sorte d'impudeur qu'il y avait à exhiber deux viellards dont le manque de dents faisiat qu'on ne les comprenait pas bien et qui n'arrivaient pas à monter sur des notes trop élevées pour eux dorénavant. Il eut mieux valu demander à un couple de chanteurs plus jeunes. C'était pour moi l'image de la Bretagne qui se meurt... sans relève. Mauvaise prémonition !
(0) 
  Léon-Paul Creton
  le Lundi 2 décembre 2013 15:41
Yann Maneguen, Nolwenn Leroy est très occupée ces temps-ci, elle revisite le répertoire Walt Disney cette fois! Elle était aujourd'hui au journal de la 2 et nous avons eu le droit à un morceau de ...Pinocchio. Je peux dire qu'elle a du nez...
Stivell, Miossec, Dan Ar Bras, Denez Prigent et tout ceux que j'oublie, je ne sais pas.
Mais j'ai entendu Gilles Servat, et dans le lointain, très loin dans une brume, du moins il m'a semblé, les voix étouffées du duo Glenmor et xavier Grall. Je dois dire que le coeur était un peu serré.
(0) 
  Paméla Ragon
  le Lundi 2 décembre 2013 15:53
@Yann Maneguen : point de sentiment de honte pour ma part. Le respect de la tradition veut que les Anciens montrent la voie et ça c'est 2013...Les jeunes se sera en 2014... D'autre part, j'ai toujours connu les Bretons quittant leur pays en tout temps. C'est une nécessité que de se "régénérer" à ailleurs land et tester notre foi en notre pays...Mieux vaut parler d'expériences "vécues" que "envisagées" non ?
(0) 
  Ed Du
  le Dimanche 8 décembre 2013 13:35
Nolwenn Leroy, elle, a bien compris que jouer la carte bretonne ça rapporterait beaucoup plus que la carte auvergnate!!! Faut pas compter sur elle pour soutenir la "Révolte des Bonnets Rouges". Business avant tout!!!!!!! Elle a une très belle voix, certes, mais pas celte.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 1 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.