Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
Démolition de l'ancien Casier en cours
Démolition de l'ancien Casier en cours
Il ne reste presque plus rien du bâtiment
Il ne reste presque plus rien du bâtiment
Le mur médiéval
Le mur médiéval "encoché" dans l'immeuble Boucherie 1
Le tram n'est pas un prétexte pour faire table rase de l'histoire.
Le tram n'est pas un prétexte pour faire table rase de l'histoire.
La porte Sauvetout au coeur de la ville. Ici l'embase conservée de la tour Haut le Pied.
La porte Sauvetout au coeur de la ville. Ici l'embase conservée de la tour Haut le Pied.
L'emprise des tours matérialisée sur le pavage de la ville.
L'emprise des tours matérialisée sur le pavage de la ville.
Sous ce mur étayé se trouve la tour du Haut-Pas bientôt rendue aux regards des nantais
Sous ce mur étayé se trouve la tour du Haut-Pas bientôt rendue aux regards des nantais
De l'avant-dernière friche historique nantaise ne resteront bientôt que des gravats
De l'avant-dernière friche historique nantaise ne resteront bientôt que des gravats
- Reportage -
La démolition de l'ancien Casier Judiciaire de Nantes bien avancée
Le chantier sur le site du Tisserand Breton est bien engagé et l'ancien Casier presque entièrement démoli. Le désamiantage des bâtiments s'est achevé et deux grignoteuses se sont attaquées au Casier Judiciaire, construit en bordure du cours des Cinquante Otages après la guerre.
Louis-Benoît Greffe pour ABP le 10/10/11 14:44

Le chantier sur le site du Tisserand Breton est bien engagé et l'ancien Casier presque entièrement démoli.

Le désamiantage des bâtiments s'est achevé et deux grignoteuses se sont vaillamment attaquées à l'ancien Casier Judiciaire, construit en bordure du cours des Cinquante Otages après la guerre. Le vétuste immeuble du Tisserand Breton, qui date de la fin du XIXe, sera démoli juste après pour permettre le début des fouilles archéologiques, prévues pour les deux derniers mois de l'année 2011.

Un panneau qui retrace l'historique du site a été mis en place sur la palissade du chantier côté tram. En effet, à l'ouest de la parcelle l'on trouve l'ancienne tour du Haut Pas dont les vestiges seront préservés et offerts à nouveau au regard des Nantais comme le prévoit le projet : ( voir l'article ) Le panneau donne le plan de la porte Sauvetout, verrou défensif au nord-ouest de la capitale bretonne constitué de quatre tours dont seule reste l'embase de la tour Haut-le-Pied, restaurée et longée par le tram, qui passe à peine à 1 m d'elle et longe une autre tour, moderne celle-là, et qui clame haut et fort l'appartenance de Nantes à la Bretagne. Comme quoi la construction d'un tram n'est pas nécessairement le prétexte à l'arasement de tout un quartier comme cela se fait en France, contre toute raison, notamment à Orléans (voir le site)

En face de la tour Sauvetout, le mur médiéval a été conservé lors de la construction de l'ilot Boucherie 1 et s'inscrit dans une encoche de l'immeuble, solution audacieuse qui permet à l'immeuble d'afficher des lignes résolument contemporaines tout en étant l'écrin d'un patrimoine pluriséculaire. Les fondations de la tour d'Erdre sont matérialisées par une bande de fer sur la voie du tram et sont visibles par tous les Nantais. Dans un quartier où se côtoient monuments emblématiques de Nantes tels que la tour de Bretagne et église Saint-Nicolas, où voisinent des siècles d'histoire préservés des bombes et des pelleteuses, entre la partie sauvegardée de la rue Boucherie, les immeubles XIXe sur le cours, ceux de la Reconstruction et du début du XXIe, la sauvegarde des vestiges de la porte Sauvetout et leur insertion dans la vie quotidienne de la Métropole apparaît comme une opération réussie pour faire revivre le patrimoine sans figer la capitale bretonne, aujourd'hui en pleine croissance.


Louis Bouveron

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1538 lectures.
Délégué départemental de la SPPEF (Société pour la Protection des Paysages et de l'Esthétique de la France), association d'utilité publique qui a pour but de défendre, depuis sa création en 1901, le patrimoine historique, architectural et naturel français.
Voir tous les articles de de Louis-Benoît Greffe
Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 3 multiplié par 8) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons