Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- enquete -
L'IGNA ou la génétique à la mode de Bretagne
Installé sur l’Ile de Nantes depuis sa création en juin 2003, l’Institut Génétique Nantes Atlantique (IGNA) ambitionne de devenir le plus grand laboratoire français d’analyses de l’ADN humain, à vocation médicale et médico-légale. De quoi conforter le pôle de biotechnologies de la ville de Nantes. L’IGNA a traité, en un peu plus d’un an, près de 10 000 fichiers d’empreintes génétiques destinés au Fichier national automatisé des empreintes génétiques
Ronan Le Flécher pour Ronan Le Flécher le 3/02/05 17:34

Installé sur l’Ile de Nantes depuis sa création en juin 2003, l’Institut Génétique Nantes Atlantique (IGNA) ambitionne de devenir le plus grand laboratoire français d’analyses de l’ADN humain, à vocation médicale et médico-légale. De quoi conforter le pôle de biotechnologies de la ville de Nantes.

L’IGNA a traité, en un peu plus d’un an, près de 10 000 fichiers d’empreintes génétiques destinés au Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG) et plus de 20 000 analyses liées à des affaires pénales. A l’issue de son premier exercice clôturé en décembre dernier, ce laboratoire fondé par le professeur de médecine Jean-Paul Moisan, ancien chef du service génétique du CHU de Nantes, affichait déjà un chiffre d’affaires de 5,1 millions d’euros. Un chiffre prometteur au regard de la concurrence des laboratoires de police qui ne facturaient pas jusqu’à présent leurs prestations et de l’explosion de la demande policière et judiciaire d’analyse d’ADN. « Initialement exploitées lors d’affaires de hold-up ou de meurtres, les empreintes génétiques ont connu une montée en puissance de la demande fortement accélérée par le FNAEG », explique Jean-Paul Moisan. « En 2003, il y avait 14 laboratoires en France. Ils étaient tous dépassés par la demande. Les méthodologies utilisées étaient très manuelles. Pour certaines analyses, le délai d’attente allait de 6 à 18 mois », ajoute-t-il. D’où l’idée d’industrialiser et d’automatiser les process de travail.

Avec 21 membres de l’unité d’empreintes génétiques du CHU, le professeur de médecine quitte alors l’hôpital pour lancer l’IGNA en parfaite entente avec le CHU et l’Université de Nantes, puis lève des capitaux auprès de fonds d’investissements prestigieux.

Lire la suite sur : (voir le site)

Cet article a fait l'objet de 1191 lectures.
Ronan LE FLÉCHER est consultant en stratégie de communication et d'influence, fondateur des Dîners Celtiques, blogueur sur Twitter et Blog Breizh.
Voir tous les articles de Ronan Le Flécher
Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 2 multiplié par 9) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons