Les propos que Jean-Yves Le Drian a tenus, le 18 septembre sur l'île Berder (Larmor-Baden), à l'occasion de l'université d'été de la fédération morbihannaise du PS (1), ont de quoi interpeller. En effet, la recherche du bon mot qui est censé tuer l'adversaire politique l'a conduit à se poser en successeur de Nominoé. Rien que ça... Nous n'excluons pas que Nicolas Sarkozy puisse un jour revendiquer la filiation de Clovis mais il est clair que la presse, alors, ne manquerait pas d'en faire ses choux gras.

Jean-Yves Le Drian pourra arguer qu'il voulait faire un trait d'humour mais, même quand on adopte le ton de la plaisanterie le choix des mots trahit souvent le rapport qu'on entretient avec le commun des mortels (2).

À l'occasion de la campagne des régionales, Jean-Yves Le Drian avait pris ombrage de certains propos de Guy Hascoët qui lui reprochait de refuser un débat public contradictoire, projet contre projet, avant le premier tour des régionales. Guy Hascoët avait comparé l'attitude hautaine de Jean-Yves Le Drian à celle d'un «duc républicain», en référence au duc tout court qui avait présidé le Conseil régional de Bretagne entre 1998 et 2004. Faut-il comprendre aujourd'hui que, si le propos avait déplu au président en exercice du Conseil régional, c'est parce que le titre de «duc» n'était pas à la hauteur de sa personne ?

Une autre question se pose au conseiller régional que je suis : le protocole de l'assemblée m'obligera-t-il à commencer mes interventions par un «Votre majesté» ?

Jean-Yves Le Drian est un homme politique de qualité qui a fait le choix très honorable de se consacrer exclusivement à la Région. Il a obtenu une belle victoire électorale en mars 2010. Elle aurait pu l'être davantage encore s'il n'avait pas pris la responsabilité de refuser le rassemblement de la gauche et des écologistes dans leur diversité au motif qu'il désirait avant tout, par opposition au mandat précédent, une majorité qui lui soit totalement redevable car bâtie dès le premier tour. De tous les présidents de Région socialistes sortants, il fut le seul à refuser les conditions du rassemblement au second tour. Il avait eu durant six ans des vice-présidents écologistes et autonomistes loyaux, il voulait dorénavant des vassaux, évidemment ça ne pouvait pas durer. Une majorité de Bretons a tranché en sa faveur. Cela étant il ne me semble pas que les Bretons aient renouvelé le bail de Jean-Yves Le Drian pour qu'il engage la Région Bretagne vers une personnalisation outrancière du pouvoir. La façon dont sont dirigées la Région Languedoc-Roussillon ou la France nous démontre chaque jour que c'est une voie qui nous éloigne d'une démocratie authentique. La Bretagne et les Bretons méritent autre chose. C'est pourquoi j'appelle le président du Conseil régional à suivre la voie d'une démocratie apaisée, donc pluraliste et participative où la contradiction est acceptée.

Le pouvoir, comme la jeunesse, est éphémère. Ceux qui sont amenés à l'exercer ne doivent jamais oublier cette constante pour ne pas confondre la fonction qu'ils incarnent temporairement avec leur propre personne.


Christian Guyonvarc'h, conseiller régional, simple roturier


(1) Source : Le Télégramme,édition du Morbihan, 20 septembre 2010.

(2) «Dans la société il n'y a que 5 ou 6 % de gens intelligents. Moi je fais campagne pour les cons», Georges Frêche.


Christian Guyonvarc'h, conseiller régional - kuzulier rannvro

groupe des élus UDB ~ Autonomie et écologie

skipailh dilennidi UDB ~ Emrennerezh hag ekologiezh

intergroupe Europe écologie Bretagne

Rue Franz Heller - Straed Franz Heller

35000 Rennes -35000 Roazhon

Voir aussi :

Cet article a fait l'objet de 1999 lectures.
mailbox imprimer
logo

Vice-Pr?sident du Conseil R?gional de Bretagne

Vos commentaires :

Jean-Loup LE CUFF
Jeudi 23 septembre 2010

Héhé! Belle référence que celle que Monsieur Le Drian a choisie comme image de précurseur! Pourquoi pas, mais dans ce cas qu'il aille jusqu'au bout, qu'il réunifie la Bretagne, tourne le dos aux jacobineries parisiennes, et nous mène unis vers la liberté émancipatrice! Là nous pourrions désamorcer notre sourire naissant, pour un sifflet admiratif envers notre libérateur et second Tad ar Vro! Chiche monsieur Le Drian! On ne demande qu'à voir...

iffig cochevelou
Vendredi 24 septembre 2010

En plein débat sur les retraites, il ne faut pas trop compter sur un politique qui espère encore un vrai poste ministériel !

je rappellerai simplement :

Maire : 17 ans

Député : 25 ans

Sous-Ministre : 1 an

Inspécteur général de l'E.N.

et Président de Région en cours

et j'en passe ....

un spécialiste des retraites pourrait peut-etre faire le compte

La place est trop bonne pour prendre des risques

Pour terminer une petite phrase du PS "breton" :

"Nous voulons rester Bretons... Bretagne : 5 départements 7 candidats"

C'était pour les élections Européennes..... de Mars 1979 !

Chérel Paul
Vendredi 24 septembre 2010

Pour Jean-Loup ! Faut quand même pas rêver ! JYLD restera plutôt le roi des hypnotiseurs. Pauls Chérel

Renée Mazé
Vendredi 24 septembre 2010

Monsieur Le Drian est un politicien français installé en Bretagne. Il est d'origine bretonne, c'est vrai. Peut-être s'en souciait-il pour la cause bretonne quand il était maire de Lorient.

C'est en 2010 qu'il a découvert l'expression "matière bretonne" dans le livre de Mona Ozouf, qu'il a lu. Il a apprécié cette expression et en a fait part à la presse et aux autres invités à Châteaubriant à l'occasion de l'inauguration de l'exposition des Marches de Bretagne.

Quelqu'un dans l'assistance manifesta que "ce n'est pas nouveau... !". Un autre précisa qu'on disait aussi "Matière de Bretagne" (écrit alors Bretaigne) depuis le Moyen Âge. Chacun appréciera et lira entre les lignes. Je ne peux aller plus loin sans risquer la censure.

Loeiz Le Bec
Mercredi 29 septembre 2010

K Guiyonvarc'h a raison de protester au nom de l'UDB au sujet de l'attitude surprenante du Président de Région Le Drian . "Duc" ou "roi" nous serions très heureusement surpris si dês demain ce gentil Président PS de la Bretagne à 4départements avait le culot de Nominoe et proclamait une seule liberté politique bretonne, même la plus ténue, à la face de ses amis jacobins et centralisateurs...qui ne sont pas tous à Paris .

Loeiz Ar Beg UDB

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 6 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.