La commémoration 2012 de la bataille de Saint-Aubin du Cormier!

7 photos
Cliquer sur la photo pour l'agrandir, puis flèches clavier pour naviguer (7 photos)

Comme tous les ans à la date dominicale la plus proche du 28 juillet, a eu lieu ce dimanche après-midi 29 juillet 2012, devant le Mémorial aux Bretons, en sortie de Saint-Aubin du Cormier direction Sens de Bretagne, la commémoration de la bataille franco-bretonne et européenne de Saint-Aubin du Cormier de 1488. Cette bataille très meurtrière où l'armée bretonne et alliée du Duc François II fut écrasée par l'armée française de Charles VIII sonna militairement le glas de l'indépendance de la Bretagne. L'annexion politique et administrative de la Bretagne par la France se fera quarante quatre ans plus tard sous le règne du roi français François Ier, en 1532.

Sous un ciel mi-ensoleillé mi-gris, très différent du ciel bleu au soleil écrasant du 28 juillet 1488, Loïc Camus, représentant l'association Koun Breizh, a fait lecture d'une page d'histoire, et de divers documents, ayant rapport à la bataille. Il a aussi posé la question du devenir de cette cérémonie de commémoration, sous entendant sans doute le peu de participants, bien que cette année des convives d'un mariage anglo-breton sur le terrain de Koad Sav Pell nous aient rejoins… Un ancien de Saint-Aubin du Cormier nous chuchote en aparté, que quand il était enfant, il se rappelle de messes et commémorations du 28 juillet qui rassemblaient plusieurs milliers de personnes… On reste songeur.

Suivirent une prise de parole de Michel Chauvin qui nous parla culture, et notamment de Xavier Grall et de Glenmor, éveilleurs de conscience bretonne, ainsi que de moi-même où j'ai brossé un portrait de la situation politique toujours inchangée en Bretagne, face à l'omniprésence d'une France toujours aussi jacobine et centralisée, si peu reconnaissante de nos droits bretons qu'elle continue de bafouer…

Lancés par Michel Chauvin, les airs bretons du " Kan Bale an ARB " puis du " Bro Gozh ma Zadou " sont repris en chœur par le public. En fin de commémoration, j'ai proposé aux participants de faire une promenade découverte de l'ancienne croix bretonne de 1932, un peu plus loin dans le bois d'Uzel. Là, de nombreuses explications historiques ont été données sur la bataille ainsi que sur le mouvement breton moderne, à un public attentif, tour à tour averti ou néophyte.

A la fin de cette commémoration du 524e anniversaire de la bataille, les participants furent invités à trois cents mètres de là pour une visite du parc de sculptures-mémorial Koad Sav Pell, en construction sur les lieux où se trouvaient les lignes bretonnes et alliées avant la bataille. Cette visite a aussi été l'occasion d'échanges et de rencontres fructueuses, pour l'avenir de notre travail collectif sur la mémoire et l'histoire de notre peuple.

Au fil des années cette commémoration perdure avec parfois peu de participants, aussi, trois associations bretonnes pourraient les prochaines années mettre en commun leurs idées et énergies afin de dynamiser cette commémoration, importante pour l'histoire de la Bretagne, d'une bataille qui fut aussi une page majeure, bien que malheureusement occultée, de l'histoire européenne…

JLLC

.
Cet article a fait l'objet de 2381 lectures.
mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer

Auteur de l'article :

MAB, Musée Archipel Breton

En 2000-2001, notre collectif de défense s'est opposé avec succès au projet profanateur de site départemental d'enfouissement d'ordures ménagères sur la partie nord / nord-est du champ de l'importante bataille européenne et franco-bretonne de 1488, qui entraîna la perte d'indépendance de la Bretagne. Là reposent environ 8.000 hommes de dix nationalités différentes, Anglais, Germains, Français, Flamands, Suisses, Espagnols, Basques, Napolitains, Gascons et de nombreux Bretons…. Cette affaire a mis en lumière méconnaissance et irrespect pour l'Histoire Bretonne, qui n'est toujours pas enseignée dans les écoles des cinq départements de Bretagne. Aujourd'hui, en pleine construction européenne, et avant que ne repoussent les ronces de l'oubli sur notre histoire plus que millénaire, nous voudrions que nos impôts ne servent pas seulement à alimenter le gouffre des diverses constructions pharaoniques parisiennes : nous désirerions construire à l'entrée de la Bretagne, prés du site historique de Saint-Aubin du Cormier, traversé par l'autoroute des estuaires A84, un espace muséal sur la bataille, dans son contexte historique, dans un esprit international de développement culturel, économique et touristique. Dans cette attente incertaine, nous avons déjà acquis à travers la Sci Koad Sav Pell, une partie de l'épicentre de la bataille (4 ha 25 a) où se trouvaient les troupes bretonnes et alliées avant l'engagement du combat, et où nous avons commencé la construction d'un parc de sculptures-mémorial sans aucune aide publique. Notre association MAB (fils), Musée Archipel Breton, créée en janvier 2001, est ouverte à tous ceux qui désirent, en un légitime besoin démocratique, offrir aux Bretons et à l'ensemble des visiteurs, une vision de notre riche Histoire Bretonne. ( http://aubin35.free.fr/ ) Taper Musée Archipel Breton dans moteur de recherche d'ABP pour lire tous les articles de MAB!

Vos commentaires :

Pierre CAMARET
Mercredi 1 août 2012

J' ai eu des echos . Il est certain que si cela avait une reunmion/manifestation pour la retraite pour tous a 50 ans , il y eut plus de monde . Passons.

Pierre CAMARET
Mercredi 1 août 2012

Voyez dans mon "exil" supportable . Je me sens tres malheureux d'une certaine desaffection de l' idee Bretonne . L'Idee Bretonne c' est l' histoire , or si celle ci existe de moins en moins . je me repete , on pensera a nous plus tard , comme nous aujourdhui , pensons des Etrusques :Grande civilisation , des monuments , peut etre qq mots dans la langue italienne ......et puis rien .

Et j' ai l' impression que cela s' accelere .... et ce ne sont pas "nos maitres " les gouvernements gauche/droite francais qui changeront quelque chose dans un sense "reconstruction "du Pays .

J' ai vecu 5 ans au Canada . Les Quebecois se sont reconstruits culturellement , Socialement . OK Financierement /Economiquement ils restent dans la mouvance Nord Americaine Anglo Saxonne . Personnellement je trouve cela OK ,dans la periode actuelle ..Ils ne pouvaient pas faire Bande a part ; peut etre 10 millions de francophones dans tout le Canada contre 270 millions d'anglosaxons en Amerique du Nord . Mais eux ,les Quebecois ,ont garde leur ame ...., et forcent les anglophones a en tenir compte(le 1er Ministre du CANADA-meme anglophone- , doit obligatoirement s' exprimer en Francais , au Quebec ,et dans certaines circonstances au Parlement a OTTAWA.... sinon il ne serait pas elu ). Nous progressivement nous la perdons .Les plaines d' Abraham pour eux , le pendant de St Aubin -du COrmier pour nous ..... eux ils connaissent tres bien leur histoire et les consequences qui en ont suivi .

eugène Le Tollec
Mercredi 1 août 2012

Pierre Camaret

et oui commémoration d'un désastre et du début de la soumission qui dure encore au XXI siècle.

Je ne vois pas le Kroas du des troupes bretonnes ,je n'aperçois que le drapeau ducal,la kroas ruz anglaise et tenu fièrement le GHD qui lui ne date que de 1923 (il me semble reconnaitre l'irréductible breton "porte drapeau").

L'âme des peuples doit être vénérée,mais l'héritage de ces combattants nous demande,de nouvelles projections

,un nouveau devenir.

NOUS LE POUVONS, NOUS LE DEVONS.

Le sang versé dans la bruyère des landes d'USEL doit faire réfléchir nos couches de décision bretonnes.

Ce sang appelle à un sursaut!

Emglev An Tiegezhioù
Mercredi 1 août 2012

Trois coquilles vides plutôt qu\'une ne draineront pas plus de monde à une telle manifestation qui a été inaugurée par le Parti National Breton : ses racines sont essentiellement nationalistes donc et doivent le rester. Il ne faut pas perdre de vue cela qui constitue la raison d\'exister de cette date aniversaire dont \"MAB\" n\'a bien évidemment pas le monopole tout comme ADSAV ! n\'a pas celui du Lun Fask à la chapelle de Koad Kev. Bien évidemment.

Mais la place faite au breton dans le compte rendu que l\'on lit y semble inexistante, donc quid d\'un éventuel nationalisme breton sans le vecteur essentiel de notre identité ;

et quel sens donner aux déclarations gallomaniaques répétées del\'auteur sur ABP ravalant notre langue nationale au niveau de l\'hypothétique \"langue gallèse\", en réalité qui n\'a jamais eu de forme unifiée, seulement une multitude de \"parlers\", complètement disparus d\'après les statistiques de l\'INSEE en plus et dont la langue littéraire est et a toujours été le français ? ;

enfin, quid de la dimenssion religieuse-chrétienne de la cér&émonie ? Pourquoi la faire le Dimanche s\'il n\'y a pas de messe ni aucune démarche chrétienne ce jour là ? Y a t il eu seulement une prière commune pour les âmes de tous ces combattants des deux camps et particulièrement des nôtres et pour implorer Dieu qu\'il prenne pitié de nous au regards des conséquences de cette défaite pour la Bretagne ?

Pour finir aussi il faudrait aussi soigner la communication : je ne lis aucune annonce dans la presse du mouvement breton donnat les horaires et le déroulement..

Ce Dimanche après midi j\'étais non loin au château de la Ballue sous la pluie avec plus de 200 personnes à assister sous la pluie à une messe, parce que le Dimanche un chrétien va à la messe , mais ces gens là appartiennent à un mouvement structuré, chrétien, fait de familles souvent à enfants \"nombreux\", ayant la joie de vivre. Décidés à ne pas aller avec le courant du fleuve et qui sont prêts à dépenser leur argent et à courir les route pour cela.

Il me semble évident qu\'en l\'état actuel de décomposition du mouvement breton qui a voté massivement Hollande tout en sachant qu\'il n\'obtiendrait rien de déterminant, plus que jamais il faut clarifier les choses plustot que de sombrer dans la désespérance :

- Etre breton c\'est concrètement parler breton ou y tendre ;

- Etre breton c\'est rejeter le modèle français : laiciste en haine de l\'Eglise, centralisateur, mondialiste, maltusien,contrôlé par la Franc-Maçonnerie, et prendre exactement le contrepied sur la totalité de ces points, résolument; cela ne peut pas être à la carte ;

- Etre breton c\'est cultiver l\'amour du pays vu non pas comme le lieu du métissage mais bien comme notre famille charnelle élargie

Tout ceci semble inatteignable, mais bon ! Chacun dans sa vie concrète dispose d\'une marge de liberté largement suffisante pour lettre en oeuvre ces objectifs et rejoindre les familles qui pensent ainsi comme notre association

Emglev An Tiegezhioù.

(voir le site)

Sébastien Plunian
Mercredi 1 août 2012

Les québecois connaissent "très bien" leur histoire ?! Allez dire ça aux purs nationalistes du Québec ...

La Province n'existe culturellement et politiquement que grâce à la structure fédérale du Canada dont bénéficient TOUTES les provinces . Le Québec n'a rien eu à obtenir, ce n'est pas l'Ulster !

C'est ce statut qui a permis la loi 101, pas l'inverse .

Vous êtes vraiment prêt à tout pour mettre en relief les " maladies honteuses " de vos ex-compatriotes ! C'est quand même bien dommage d'avoir autant voyagé et d'être resté aussi ignare sur le genre humain en pensant que tout est toujours mieux ailleurs ... Ou pire, de vouloir le faire croire tant que cela peut nuire à l'image de l' Emsav que vous ne connaissez que de très loin .

L'éclat culturel du Québec n'arrive pas à la cheville de celui de la Bretagne et le peuple québecois n'aurait jamais résisté à l'étouffoir jacobin .

L'individualisme nord-américain y règne comme ailleurs, même exprimé en vieux français, et la bataille d'Abraham reste très méconnue, sauf des touristes ...

Vu de Mac Gill, on en raconte de sacrées !

Arrano Beltza
Mercredi 1 août 2012

C'est dommage qu'il n'y ai pas davantage de personnes lors de ces commémorations. Beaucoups de cheveux grisonnants, et heureusements que les anciens sont là pour se rappeler un pour ne pas dire le point majeur de l'Histoire de la Bretagne.

Cette année nous avons commémoré les 500 ans de la conquête du Royaume de Navarre et lafin de l'indépendance du royaume basque au sud des Pyrénées (le nord ayant été conquis en 1453 lors de la Guerre de Cent Ans).

A cette occasion, des associations ont mené une campagne de longue haleine et très dynamique pour rappeler le combat des défenseurs du château d'Amaiur (notre Saint Aubin du Cormier...). Beaucoups de personnes sont venues, plusieurs milliers en 2009 lors d'une marche du Sud au Nord organisée par un mouvement de jeunesse.

Je vous invite à jeter un coup d'oeil au site Nafarroa Bizirik "la Navarre en Vie" et pourquoi pas, réaliser vous aussi des documentaires, livres, fanzines et évènements sur cette bataille en en expliquant l'enjeu pour la Bretagne.

Si les Bretons oublient, alors le reveil Breton n'aura jamais lieu, et vos ancêtres auront définitivement été vaincu en ce 28 juillet 1488. Une pensée pour eux et tous ceux tombés pour l'indépendance. Agur eta ohore.

eugène Le Tollec
Mercredi 1 août 2012

Emglev An Tiegezhioù

\"être breton\" n\'est pas que ça

être breton est un état intellectuel,viscéral, ancré au fond de l\'âme et du coeur (même si on ne parle pas breton).

être breton c\'est se sentir différent de l\'état d\'être français(sans racisme et sans esprit de revanche)

être breton c\'est se sentir naître d\'une terre(peut être de misère et d\'épreuves ) mais c\'est notre matrice (personne ne peut renier sa matrice originelle),mais cette origine est bafouée,volontairement détruite par des bretons carriéristes,avides d\'honneurs et de considérations,des bretons jacobins,individualistes dont la seule réussite est de monter \"à Paris\" et de rentrer dans les obédiences parisiennes(socialistes -Communistes -Umpistes ,etc)

Dont la seule réussite est les sphères élitistes de tous les pouvoirs d\'état républicains.¨

ÊTRE BRETON EST UNE TRANSCENDANCE D\'AMOUR VERS SA TERRE \"MERE\".

c\'est pourquoi,je répète ,la seule couleur politique de la BRETAGNE est le fait d\'être breton et que ça.

La Bretagne n\'est pas née à PARIS.

Actuellement,elle est le dernier refuge d\'une humanité qui veut vivre et repartir,hors de son oppression!

Nous devons combattre toute l\'imprégnation parisienne!

NOTRE JEUNESSE A CE DEVOIR.

Moi, je maintiens,je suis breton,donc différent d\'un français,mais je suis français car absorbé fût un temps

le fennec énervé
Mercredi 1 août 2012

............ [at] pierre camaret : "avant de vous indignez soyez tout simplement DIGNE ! et arrêtez de vivre un PAYS par procuration .............merci de sortir de notre Révolution !.......

Emglev An Tiegezhioù
Mercredi 1 août 2012

à M. Le Tollec

Excusez moi mais quand je vous lit, ce qui ne m\\\'arrive plus beaucoup, j\\\'ai l\\\'impression que vous fumez un peu trop et oubliez de prendre vos cachets.

Je ne vais pas faire long commentaire ici car je crois que c\\\'est perdre du temps. Simplement la dernière phrase.

\\\"Donc je suis breton(...) mais je suis français\\\".

Vous êtes comme tout le monde dans l\\\'extra-con : un bon petit bourgeois bien français et à mon avis si vous parliez breton vous verriez qu\\\'on ne peut pas dire une telle énormité en breton. Parce qu\\\'un Brezhon ne peut pas être Gall.

...Mais s\\\'il vous reste un petit peu de bon sens vous devriez quand même discerner à travers vos fumées que la meilleure preuve de votre volonté d\\\'être breton malgré tous les conditonnements (vous parlez \\\"d\\\'absorbtion\\\") ... c\\\'est d\\\'apprendre le breton et de s\\\'en servir, de contribuer à la seule chose qui n\\\'est pas absorbable par la France :notre langue.

cette langue elle est le marqueur de notre identité voulue, pas la réelle sur laquelle nous ne pouvons pas tout, elle est aussi le vecteur de la construction de votre identité : vous devenez ce que vous êtes.

Vous êtes l\\\'acteur de votre identité future.

Lorsque vous vous réveillerez au milieu de la nuit et vous adresserez à votre femme en breton, vous aurez progressé.

Tout le reste est du vent. Le melting pot est en marche. La seule manière de survivre est de donner une haute finalité au combat breton (car sinon autant s\\\'en débarassr tout de suite si ce n\\\'est qu\\\'un vieux morceaux de pilhoù inutile qui ne peut qu\\\'empêcher mes enfants de réussir dans la société mondialisée : entre le breton et l\\\'anglais il n\\\'y a pas photo !) dont vous dites bien peremptoirement que c\\\'est le \\\"dernier refuge de l\\\'humanité\\\"(!!!)

Cette haute finalité, j\\\'ai dit ce qu\\\'elle doit être : proposer une société alternative par rapport à la socété française dominante.

(voir le mail plus haut)

eugène Le Tollec
Mercredi 1 août 2012

Emglev An Tiegezhioù

Ce que j\'écris en âme et conscience

(Hélas ,je ne l\'écris pas en breton,ni en gallo)

\"....

Bretagne

Nation née des vicissitudes de l’histoire celte, (confédération des peuples armoricains) puis Bretonne, née d’une intégration de peuples d’origine commune, suite aux assauts d’invasions barbares, puis fondus dans le creuset romain puis gallo-romain mais dont le ciment restait la Celtitude, peuple Britton qui se fondait aux Armoricains autochtones.

Bretons nés sur un terreau de misère et subsistants, malgré tout, ciselés, épurés, tels des gueux magnifiques dont souvent les pouvoirs centraux ont tentés en vain d’écraser les velléités de fierté.

1.1.1.2 Bretagne de valeur

Peuple particulier et de particularisme dont les racines ont été plantées tout au bout de l’extrême Europe.

Peuple qui a servi les valeurs d’Etat Français jusqu’au «  Ker-Fank » de Conlie et des fusils en bois des « soldats de l’Ouest » abandonnés

Jusqu’au sang versé durant la grande guerre.

Jusqu’aux marins de l’ile de sein, à l’appel du Général De Gaulle

Peuple de Discipline, de Conviction et de Justice encore soucieux de ses vertus premières.

Peuple d’équilibre et fier de ses origines et de ses rudesses de vie.

Peuple qui ne supporte pas le Mépris et les humiliations.

Peuple de terre et de mer tout en puissance d’émotion et de création.

Peuple de continuité, de qualités de cœur et d’esprit ayant jeté au monde son courage, sa foi et son sang dans de nombreux chemins d’abnégation.

Peuple façonné, individualisé et discipliné par sa terre, son milieu géographique, ses premiers cultes référents, druidiques aux premiers temps puis chrétiens.

Peuple de combat qui s’est battu pour son « clan », son « Pagi », son «  Bro », sa « paroisse », son diocèse, sa Bretagne et enfin sa France.

Enfin,

Peuple humaniste.et social.

Peuple marqué, au plus profond des êtres par le spirituel, où le Christianisme a été l’un des ferments et l’un des catalyseurs de cette nation.

Il est nécessaire d’évoquer l’évangélisation de la Bretagne pour approcher un des plus importants traits du caractère breton, l’esprit religieux, qui propre aux celtes, s’est

Imprégné profondément de chrétienté avec une prédisposition aux mythes du merveilleux.

Rappelons-nous tous les noms de lieux, localités, paroisses commençant par lan–tré - plou

Rappelons-nous:

Les sept saints fondateurs, les moines .

Les expressions de la langue :

« An Aotrou person »  Monsieur le recteur (celui qui dirige) au lieu de monsieur l’abbé.

« An Aotrou Kuré »  Monsieur le vicaire (celui qui prend soin)

«  An Beleg »  le prêtre qui signifie (l’homme) « bel ou belen », le Druide.

Rappelons le lien particulier du breton pour ses morts

L’âme bretonne s’est donc forgée au cours des millénaires dans une certaine vision théocratique du monde, des restes d’imprégnation sont toujours présents et animent encore « l’état d’être breton ».

Les origines de peuplement ont donné aussi, nos autres valeurs telles que :

L’individualisme dans une puissante conviction de vie et d’entreprendre.

L’obéissance aux règles admises malgré l’individualité permanente.

La volonté de réussir, le goût inné pour la lutte contre les obstacles de l’existence.

Le respect d’une «  hiérarchie de compétence et de valeur » (reconnue par les faits).

Le respect du social hors de toute théorisation étrangère

Ce «  cloisonnement identitaire et ouvert » est un des facteurs créateurs de l’identité bretonne.

Enfin? j\'exprime mes certitudes :

Celui d’un Peuple

Premier et de fondation

De renouveau hors de toute contrainte politique,

De confiance en l’homme d’expérience et de compétence « apte et responsable pour son devenir ».

De dynamique faisant appel aux valeurs du particularisme pour une force de développement.

N’oublions pas que

Ce peuple n’est pas « enfant de Francie », mais enfant d’Armorique qui n’a jamais été lié par un quelconque cordon ombilical, il a été simplement absorbé de surface et non de profondeur de cœur.

Rappel fondamental

L’émancipation et l’autonomie d’un peuple adulte ne veulent pas dire rejet de l’autre, mais cela, l’Etat Français ne l’a jamais compris dans ses méfiances d’autorité à soumettre ou du moins cette volonté de compréhension n’était pas un objectif supérieur d’état.

Il fallait faire la France dans une stratégie centralisatrice hors de toute sommation d’identités premières.

1.1.1.3 Bretagne, peuple d’émigrants

Diaspora bretonne

Un des points du particularisme « Breton » est celui de cette « faculté d’émigration » afin de mieux « renaître ailleurs ».

Emigration due :

A la dureté de vie, la terre ne pouvait plus nourrir ses habitants.

A la survie même lors des temps d’épreuves (invasions, de guerres, de grands maux.)

A cette force d’exister, de vivre et de raviver sans cesse le flambeau tout en conservant la mémoire des racines.

A la constance de ses valeurs intrinsèques.

Ce point est crucial et est une des clés pour la compréhension des caractères, mais aussi pour trouver une des causes de la façon qu’a eu l’Etat Français dans la gestion de ce peuple d’exception, en constatant depuis les premiers temps cette «capacité de mobilité » et « d’éternelle renaissante » marquant ainsi une des doctrines fondamentales du centralisme qu’il soit de royauté ou de la République , la Bretagne devait devenir un « réservoir  économique de main d’œuvre et  d’outils des armées et autres administrations centrales .

(La celtitude la desservait).

Il fallait maintenir cette province puis ces départements dans un minimum de développement pour mieux servir l’unité de l’Etat immuable, la Bretagne devait être une annexion, au pire une colonie (certains, l’ont dit, au XIX siècle).

Il fallait museler, les arrogances !

Faut-il oublier :

Les conditions économiques qui poussaient par désespoir ce peuple vers ses lieux de diasporas.

Les gens de maison, gardes d’enfants, ouvriers, domestiques, travailleurs des entreprises nationales, et autres «  manœuvres » du 19 ème siècle, bécassine et autres affronts, etc.

Les vastes immigrations de main d’œuvre organisées par l’Etat, à partir de la Bretagne, par « wagons à bestiaux », vers les lieux de pénurie d’hommes- à -tout – faire par manquement.de main d’œuvre locale.

Les émigrations vers « les Amériques ».

Faut-il oublier

En fin de 19 ème et début du 20 ème siècle, qu’un génocide culturel fût appliqué en doctrine d’éradication systématique (combien ont connu la « bâche dénonciatrice »du petit « bretonnant », sous la houlette des hussards noirs de la République).

Il fallait que le moule républicain soit sans faille (l’unité d’identité dans le creuset républicain).

......\"

Voilà quelques éléments de ma profonde conviction d\'être breton.

a galon

E Le Tollec

eugène Le Tollec
Mercredi 1 août 2012

Emglev An Tiegezhioù

JE NE VEUX PAS PERDRE DU TEMPS AVEC DE VIEUX RËVEUR

qui brandisse encore un drapeau de 1923!

AUCUNE SALUTATION

La seule chose est de réfléchir,nous ne sommes plus en Bretagne ,nous sommes dans le monde qui lui ne rêve plus.

Moi, je suis poûr amener cette Bretagne dans ce monde.

Quelqu'un a dit ,un jour "Breton prenez vous en main" .

Cette prise en main ne se fera pas par de la rêverie!

je ferme le ban!

eugène Le Tollec
Mercredi 1 août 2012

Emglev An Tiegezhioù

Être breton n'est pas que de fumer un joint ou de macher une chique ou de parler que le breton ,en balançant un jet de jus de chique dans le coin du bistro,en se gargarisant d'utopie.

Le passé n'est plus ,il n'y a que l'avenir devant nous!

JE N'AI PAS FAIT CARHAIX NI LE FESTIVAL "INTERBARRIQUE".

jean Landais
Mercredi 1 août 2012

Bon faut dire aussi que ce n'est guère "bandant" (sorry !) comme thème de réunion. Un peu plus fun et peut-être qu'il y aurait un peu plus de monde. A force de regarder notre nombril , on ne voit plus ce qu'il se passe dans la société bretonne. Bref, organiser un rassemblement historique sur le thème de la bataille avec ses dimensions européennes aurait sans doute plus de chances de rassembler du monde.Autrement concernant le côté politique, tant qu'il n'y aura pas de mouvement politique véritablement national, pas la peine de compter sur quoi que ce soit pour une analyse quelconque de la bataille de st Aubin du Cormier.

Jean-Loup LE CUFF
Mercredi 1 août 2012

L'un est myope et ne voit pas le Kroas Du à gauche du monument et en dégage un jugement faussé d'avance, l'autre est fat et nous traite de coquille vide s'agenouillant dans l'inaction... Les deux semblent professionnels du "Ya qu'a-Faut qu'on" et nous donnent leçons de morales improvisées divergentes, puis s'invectivent entre eux car ils ne supportent pas la version et définition des mots "breton" et "Bretagne" de l'autre... Belle caricature qui nous donne envie de rire... mais s'ils sont vraiment bretons, alors la comédie se fait pathologie pitoyable. Quand les donneurs de leçons se tairont, et rentreront dans les rangs de l'action, le temps deviendra clair...

Pierre CAMARET
Jeudi 2 août 2012

Sebastian PLUNIAN . Vus devez etre le prototype du breton que je deteste . La gouaille , les levres coincees , l' insulte pas chere.

Vous etes bien comme cela , et bien restez y .Vous ne m'interessez pas .

bernard guyader
Jeudi 2 août 2012

......Cette commémoration est importante ....Il y a une désaffection pour toutes les lutes ..furent elle positives ou négatives ...Tout est opportunité historique ..donc mobilisation .B.Guyader

nota : les quelques demi-insultes lues dans certains commentaires sont toujours aussi pénibles ...néanmoins la critique n'est pas chose facile et les arguments dérapent au fil des maux.

Pierre CAMARET
Jeudi 2 août 2012

Fennec , Du type RENARD ........ mais cher Ami , je n'ai jamais fait parti de votre revolution .Pays par procuration ...... mais j' ai le passeport (en fait j' ai 2 passeports )

Biensur que les Quebecois connaissent leur pays , mais il y a des francais/bretons qui pensent connaitre le Quebec , mais qui ne le connaisse pas .

Pierre CAMARET
Jeudi 2 août 2012

Je me souviens d'a voir participe a cette Reunion en 1992 ou 1993 .Nous etions 700.

Yann LeBleiz
Jeudi 2 août 2012

C'est impressionnant ce qu'une simple commémoration légitime peu succiter comme débat!

A coté de cela, l'Etat français détourne 1,1 milliards des faibles budgets qu'il daigne accorder à la Bretagne, et personne ne réagit!

Zéro création d'emploi en Bretagne, zéro intérêt pour la cohésion terrictoriale et le développement de notre économie!

Allez une question pour un champion :

Que ce que des bretons auraient put faire avec 1,1 milliards d'Euro pour développer l'économie et donc l'emploi en Bretagne?

eugène Le Tollec
Jeudi 2 août 2012

Je viens de regarder ,à gauche du monument

soit,soit ,mais il ne rend pas les honneurs comme le GHD de droite( une cérémonie de ce type doit être parfaite).

Sur l'acte de rendre les honneurs ,je suis intrangisant.

Dernier point ,j'ai répondu à un "curetonisé" ,bien mal élevé (en pleine d'absorbtion")comme il l'écrit.

Ma remarque , ce n'est pas avec de tel mouvement que la Bretagne avancera et se prendra "en main"

Un YAKAFOCON

@Le CUFF ,ma définition d'être breton ,dans une bretagne retrouvée,vaut certainement la vôtre . Le devenir de la Bretagne est inscrit en nous,alors cela devient effectivement pitoyable et pathologique.

L'état français aura toujours le beau rôle!

Plus de commentaire à ce niveau

Pierre CAMARET
Jeudi 2 août 2012

Bernard GUYADER .

Comme je suis d' accord . Arguments Oui . Insultes Non .

Je suis triste de voir ces images . Un mouvement doit toujours etre ascendant , autrement le declin , par manque d' interets des militants ou de fils de militants qui preferent voir le match de FootBall ?? ,

J' ai assiste une fois a St Aubin du Cormier 1992 ou 1993 nous etions 700 .La Presse avait signale cette manifestation comme une manifestation Nationaliste Cette annee ,les rassemblements devant les Prefectures/ sous Prefectures ????, St Aubin du Cormier ???? ........ cela fait un peu beaucoup en meme temps . Il y a parmi nous un petit Renard Argente , que cela enerve ...... et bien moi aussi,mais dans l'autre sens , et si je rejoins une revolution cela ne sera pas la sienne .Il faut te calmer mon petit Renard , prends des vacances et reflechis a des solutions..... on en cherche

Patrick Yves GIRARD
Jeudi 2 août 2012

Le faible nombre de participants n'étonnera personne. L'absence totale d'informations par les associations culturelles, politiques ds les media à deux jours de la commémoration l'explique. J'ai moi-même consulté successivement ABP, MAB, le site de Jean-Louis le CUNFF puis "Kwn Breith" ce dernier ayant finalement abouti aux identitaires bretons, aucune allusion à cet évènement ne filtrait!!!?...

Mon incapacité physique à participer à l'édition 2012 du Tro-Breizh m'aurait permis de renouer personnellement à cet évènement de première importance.

Cordialement

Emglev An Tiegezhioù
Jeudi 2 août 2012

A Emglev An Tiegezhioù on ne comprend pas comment peut-on se dire breton sans en parler la langue : excusez nous, c\'est ainsi. Respectez quand même le fait qu\'on puisse penser ainsi.

Oui donc (en breton on dirait \"Nann !\") nous n\'avons pas la même définition de la Bretagne. Nous en sommes désolés. Vraiment. Et comment faire pour s\'en sortir avec cette idéologie nouvelle dans le mouvement breton (1978) sur la Gallomania qui dénature profondément le rôle, jusque là reconnu comme fondamental par tous, de la langue bretonne dans le combat breton ? C\'est vous qui avez changé : pas nous. Demandez aux gens si parler breton ce m\'est pas la preuve par quatre de l\'identité bretonne : Etre breton c\'est parler breton, point barre. C\'est simple et c\'est vrai. Cela exclue beaucoup de bonnes volontés mais celles là peuvent reconnaître l\'évidence et espérons le pour les plus capables à tendre à s\'approprier ce Bien Commun exclusif à tous les Bretons.

Etre breton implique aussi au minimum une bienveillance à l\'égard de l\'identité chrétienne de la Bretagne. Sans cette tolérance on tombe dans un totalitarisme laiciste qui devrait nous être totalement étranger car bien français en réalité, je le souligne.

\"En hor yaouankiz en deus Doue fiziet ennomp amzer da zont hor bro\", voilà le Credo qui nous plaît.

C\'est pourquoi l\'expression \"s\'agenouillant dans l\'inaction\", si elle fait référence à la demande d\'une cérémonie religieuse à st Aubin, est bien vue. C\'est en effet la première chose à faire pour un chrétien : prier. Le reste vient en surplus des pauvres actions que nous pouvons mener.

La critique est trop facile, j\'en conviens mais de là à ce que l\'on n\'aie plus le droit de la faire, il s\'agit de la liberté d\'expression.

Neb en deus divskouarn ra glevo.

Pierre CAMARET
Jeudi 2 août 2012

Il y a le destin qui frappe a la porte . La France defaite en 1940 a essaye en 1945 de rester une grande puissance grace a son "Empire" Colonial . Dien Bien Phu a et le coup de grace ( je n'y etais pas , j' etais a Hanoi ,, pas loin) beaucoup de bretons a Dien Bien Phu qui se sont battus comme des lions... j' ai des noms , des unites .

Certains membres de mouvements bretons , veulent simplement nies les faits .Niees les circonstances , laissez moi vous dire que l'on ne va jamais loin avec cela .La Torpeur du mouvement breton ???:Non c' est pas vrai , moi et les militants nous allons la nuit tombee , ecrire des graffitis sur les murs , ah mais ?? ..... il a dit Vive la Bretagne , pueril ... mais cela courre les bistros bien pensants .Il semble qu'il y ait des oeilleres sur certains bretons : Situation actuelle Regime Jacobin , Un 1er ministre qui est a 100% contre la reunification .Le leitmotiv est toujours la Republique Une et Indivisible ...... Resulat des rassemblements miserables devant les prefectures et sous prefectures pour la Reunification , a St Aubin du Cormier quelques dizaines de tres , tres courageux bretons et vous voulez que je sois satisfait . Vraiment ,il vous faut peu pour etre enthousiastes .Vous passez agreablement votre temps entre deux esperances , c' est votre probleme et non le mien .Du concret , cela vous ne connaissez pas .......le reve , encore le reve et on se retrouve 50 ans apres au meme point . Les jacobins sont la, ils se portent bien . Merci La republique est Une et Indivisible ..... la Bretagne KEKKESEKECELA . Les Bretons sont aux ASSEDIC , ils peuvent prendre leur retraite de bonne heure la France paie ( desole l'endettement francais paie )...... jusqu'a maintenant .

Vous etes bien au chaud dans votre crasse ( je pense au petit Renard) et bien mon vieux restes y . Ta revolution tu te la mets au C....... ( desole Censure ).

Pierre CAMARET
Jeudi 2 août 2012

Emglev An Tiegezhiou .

Parfaitement d'accord . Je ne suis pas bretonnant ( helas ) donc partageons .Quelle partie de la Bretagne , prenez vous ???? quelle partie de la Bretagne nous laissez vous ??? .

Croyez vous que nous allons aller tres loin comme cela .

Je me suis bien amuse ce soir ( sic ) je repars demain pour l'Australie , laissant ma Belle Malaysie , jusqu' a la prochaine fois .Nous avons obtenu le contrat ( je dirai beaucoup grace a moi ) .J' ai heureusemenmt quelques satisfactions dans la vie ..... helas jamais , je dis jamais du cote Bretagne .

Sébastien Plunian
Jeudi 2 août 2012

Patrick Yves Girard,

Vous avez sans doute raison, d\'un côté, l\'immense majorité des Bretons ne connaît pas son Histoire, bien que n\'étant guère responsable de cet état de fait, et, de l\'autre, ceux qui l\'ont apprise peuvent effectivement parfois tenir cette connaissance pour une évidence commune .

En revanche, avant de tout faire pour donner un maximum d\'ampleur à cette commémoration, il est indispensable que l\'ensemble des patriotes bretons, toutes franges radicales incluses et confondues, puisse s\'orienter vers un militantisme dont l\'esprit de famille, au sens le plus noble du terme, permettrait une union nationale respectueuse des différences et excluant toute possibilité d\'altercation musclée entre bretons, comme ce fut le cas à Saint-Aubin parfois, particulièrement scandaleuse et obscène en un lieu où tant d\'autres sont morts les armes à la main, croyants ou pas, francophones ou pas, nobles ou roturiers ...

De ce point de vue, l\'Emsav, victime de ses réflexes clivants très \"franco-partisans\" a encore pas mal de chemin à accomplir. Malheureusement.

\"N\'eo ked red tol mein war lerh kement ki a harz.\"

Emglev An Tiegezhioù
Jeudi 2 août 2012

à Sébastien Plunian

Je suis d'accord avec je cite "l'esprit de famille au sens le plus noble du terme permettrait une union nationale", d'autant plus d'accord que Emglev an Tiegezhioù c'est "l'Alliance des Familles". C'est peut-être là justement le vrai clivage : la Bretagne comme toute patrie (par opposition à "Nation") est en fait une famille élargie et en famille on ne parle pas des sujets qui fâchent parce que la famille c'est sacré, cela va au-delà des idées.

à P. Camaret

Je ne suis pas naîf mais je rebondis quand même sur votre question.

Sur Le viet-Nam avez vous connu Youenn Souffes Despré membre d'EAT qui a été officier au Viet Nam et y a élevé ses 7 enfants en breton ?

La question du partage du teritoire breton ne se pose pas puisque l'Etat français s'est tout attribué. Je pense qu'une langue doit avoir un territoire où elle est majoritaire pour pouvoir se développer normalement, c'est du simple bon sens vous me l'accorderez. Hors pour le breton si ce cas était encore théoriquement vrai en 1985 à Plouvien d'après l'enquête Anna-Vari Arzur, aujourd'hui les seuls endroits où le breton est majoritaire c'est dans le cadre familial des foyers bretonnants sur tout le territoire.

Des petits ilôts, des royaumes microscopiques, foyers de résistance à l'éradication linguistique autour desquels s'organisent des réseaux d'écoles bilingues surtout mais aussi des centres locaux qui organisent un embyon de vie sociale en breton, mes "emglev" ou "ti ar vro".

Tout ceci est bien fragile mais je le mentionne pour vous faire percevoir qu'il y a quand même des bretons entreprenants plus ou moins lucides qui n'attendent rien de particulier de l'Etat français.

Il faut espérer à notre avis que le mouvement breton se présente aux Bretons comme le champion d'une société alternative crédible par rapport à la socété dominante matérialiste etc. a notre avis le moteur essentiel est la langue bretonne. Les prémices est qu'il n'est plus rare de voir des bretons et bretonnes apprendre le breton simplement parce qu'il y a du travail au bout. Notre langue est objectivement un moteur économique excellent amis elle doit bien sûr jouer un rôle bien plus élevé : renouveler complètement la société bretonne, donner envie aux bretons de la parler d'abandonner le modème français, comme un aimant.

Bien sûr tout ceci sera vai à notre avis sans l'enracinement chrétien dont la société actuelle est privée depuis leur Révolution des Droits de l'Homme Sans Dieu.

Pour revenir au problème de la territorialité, ce pb en est un véritable mais quand même moins crucial qu'avant l'ère numérique où les distances raccourcissent enormément. Néanmoins si comme je le pense il faut s'attendre à une catastrophe planétaire qui peut venir de n'importe où (finance, révoltes, environnement...) je ne vois pas comment le breton survivra alors si toutes les communcations viendraient à défaillir.

eugène Le Tollec
Jeudi 2 août 2012

@aux commentateurs d\'un désastre

à l\'équipe nationaliste

On peut être parfaitement breton sans parler breton,cela vient d\'une autre façon de penser la Bretagne ,moi je la pense dans du concret, du pragmatisme,de la compréhension de l\'individu,dans le partenariat des hommes,dans la confiance dans chacun.

Cela provient de l\'analyse d\'un constat d\'échec permanent depuis 1532 et dans le travail des relents de la Révolution

Constat d\'échec économique car pour prétendre au nationaliste pur et dur ,il faut en plus du verbe la force du pouvoir économique,il ne faut ,surtout pas se vendre au plus offrant des jacobins(c\'est le cas depuis deux siècles).

Pour vouloir une quelconque émancipation,il faut des billes à présenter à l\'état dominant.

Il faut arrêter d\'être agenouillé,il faut se prendre en main.

Le genou \"à terre\" est un acte d\'allégeance!

Messieurs le passé c\'est bien , le devenir c\'est mieux ,je n\'arrive pas à me complaire dans le passé.

Le passé c\'est notre histoire,il faut en vivre ,soit mais pas en périr.

L\'utopie n\'est pas mon credo

Notre Bretagne a tout pour renaitre,c\'est pourquoi ,je précise hors des partis de France(tout est en elle même).

Notre combat d\'aujourd\'hui est de premier ordre,mais pour cela obtenons notre puissance économique,le reste suit parce que nous l\'avons déjà.

Le nationalisme,nous sommes tous nationalistes(cela fait parti des fibres),quelqu\'un a dit un jour ,nous sommes tous berlinois,mais je me refuse aux excès,aux extrêmes,aux dérives (le moyen terme est une solution en toute chose,il faut toujours arriver à un contrat(hors de tout \"yakafocon\")

Notre Nationalisme doit s\'affranchir des obédiences.

Avant l\'indépendance et le bien vivre dans sa propre sphère de vie bretonne,il y a plusieurs étapes (nous n\'avons que les ressources de quelques unes).

Pour le reste ,cela s\'appelle se prendre en main

Nous avons des élites qui le peuvent et le doivent au peuple breton.

Nous avons un peuple de qualité qui ne demande qu\'à suivre.

Le seul pas \"en avant\" que je connaisse est pragmatique, concret,de vérité et de présent ,prenant peut être quelques notions d\'analyse dans les évènements du passé.

Bien sur ,le peuple breton a été et est un peuple de révoltes,mais surtout incompris de la force supérieure de domination et d\'intégration.

Ce peuple a toujours répondu \"présent\",même à Saint Aubin du Cormier,pour défendre et son bro et ses élites.

Ce peuple a été et est tel un preux magnifique drapé dans les oripeaux qu\'on lui octroye,relevons le genou d\'allégeance!

c\'est ce que m\'a appris mon grand-père au lieu de m\'apprendre le breton (il me disait notre lutte doit se faire dans la langue des français, j\'ai donc été chez les \"hussards noirs\",puis, pris sous la coupe de dominicain!(à l\'étranger))

Qu\'avons nous à présenter à Paris une loi de dévolution en breton ,en Français ou les deux!

Une loi de rétrocession en quelle langue?

Un Drapeau élaboré en 1923?

Une soumission gérée par des Jacobins!

Tous les positionnements sont acceptables si étayés et ayant l\'accord des partis en présence!

Pour certains,des YKFC ,j\'en ai connu et ce n\'est pas ceux là qui font avancer le contrat!

Réalisme et Pragmatisme,voilà la vérité!

E Le Tollec

YouennB
Jeudi 2 août 2012

Aet on skuizh gant P Kameled (P Camaret)hag a zo ur paotr digalonekaet da vat ha ne ra seurt ebed evit e vro nemet skrivañ traoù dipitus war ABP O chom pell eus ar vro hag o esaeañ digalonekañ ar re all. Be\\\'zo ur bern traoù a ya war raok e Breizh dre forzh stourm. Be\\\'zo tud yaouank o labourat evit skoliatañ o bugale e brezhoneg hag evit digeriñ skolioù nevez, tud yaouank o stourm evit brezhonekaat ar vuhez forañ e Breizh evel tud Ai\\\'ta, tu d a labour bemdez evit ma vefe bev sevenadur ha yezh ar vro (ar Brezhoneg).

Trawalc\\\'h gant sotonioù P. Camaret.

On en a assez avec les prises de positions tragiques de P. Camaret qui ne fait rien pour la Bretagne et sa culture puisque habitant à des milliers de kilomètres. C\'est pas lui qui fait le travail quotidien des jeunes militants qui ouvrent des écolesou les enfants peuvent apprendre le breton ni celui des jeunes d\'Ai\'ta.

Vincent Le Floc'h
Jeudi 2 août 2012

Un deiz e vo sklaer an amzer

eugène Le Tollec
Vendredi 3 août 2012

@tous

Je fais un rappel

1532,date symbôle ,soit

Mais le travail d'encerclement de la Bretagne et d la "ghettorisation" de notre terre a été commencée bien avant .

Dès la fin du 7ème et début du 8ème siècle,un mur de forteresses et de garnisons isola la Bretagne du reste de Neustrie,un cordon sanitaire asphyxia la Bretagne sous la poigne des gardiens ou margraves mérovingiens puis carolingiens.

Rappelons nous que le "mars breton" était administrée ,au Mans.

La mise "en état de désastre" de la Bretagne avait donc été préparée depuis longtemps ,1532 n'est que l'aboutissement ( les outils étaient en place ,la sape des siècles à venir pouvait s'effectuer).

Le souvenir des ces marches est toujours dans l'historique d'état français et est élément de sa philosophie de défiance /méfiance envers la Bretagne.

Etat Français ,mais nous sommes au XXIsiècle,les mérovingiens et carolingiens sont dans la brume de la mémoire!

Pik pe vran
Vendredi 3 août 2012

à E le Tollec

L'explication la plus courante est que les Bretons étaient turbulents. Les merovingiens avaient semble-t-il réussi à ce que les brrtons se soumissent moyennant le paiement d'un Tribut, bien difficile à encaisser, d'où des guerres sporadiques contres des chefs de guerre bretons comme Morvan ou Guyomarc'h. Ils ont donc fait une ceinture de sécurité. J'émets l'opinion que peut-être que la Bretagne n'était pas assez riche pour que cela vaille le coup de l'occupper militairement avec les risques que cela comportait, les apports de populations bretonnes d'outre manche n'étant pas encore fini...

La solution trouvée par charlemagne de mettre un missus breton chargé de collecter le tribut était une bonne trouvaille.

Dans les livre de 5ième en histoir en voit encore cette Bretagne (sans le 44 ni une bonne partie du 35) non intégrée dans l'empire en 800, et encore moins au traité de Verdun. Charles le Chauve dit que la Bretagne est dans son héritage mais il se fait battre à Ballon (Redon) par le missus de Charlemagne Nominoe. Ils se feront battre aussi pendant la Révolution.

C'est indubitable : il y a dans l'inconscient frnçais une défiance (malheureusement injustifiée) par rapport à nous. Je dis malheureusement injustifiée parce que sinon cela fait belle luruette que nous serions maîtres chez nous.

eugène Le Tollec
Vendredi 3 août 2012

Pik pe vran

Exact

La ligne de forteresses et la création de la Marche de Bretagne subit les aléas de l\'histoire ,sous les coups de boutoir de Nominoë ( le Traité d\'Entrammes en 863) mis fin à une première phase de cette lutte.

En parlant de cette marche ,j\'ai voulu insister sur la prise de Défiance/Méfiance d\'un royaume conquérant sur un troublion qui se voulait plus gros que le boeuf..

La Bretagne de tout temps a été considérée par la France comme un pays de réserve (source d\'hommes de valeur - source de main d\'oeuvre - source de soumission - source d\'obédience - source de manoeuvre politicienne)

Malheureusement, le Breton se prête à toute cette manipulation.

Certains ,ici, parlent de nationalisme familiale,soit

Mais nous avons une foison de vérités où chacun veut sa Bretagne.

Nationalisme commun ,certes mais personne ne veut admettre la seule vérité,personne ne veut écrire le même credo qui normalement tient dans un seul objectif.

Qu\'avons nous pour casser la Méfiance parisienne? Rien ou si peu...

La Bretagne croit encore aux utopies distillées par les partis dominants( voir les résultats d\'élection depuis des années).

Je lis souvent Machiavel où l\'on peut retenir que pour bien règner ,il faut bien diviser.

JE RAJOUTE ET BIEN VENDRE DU RËVE

La Bretagne actuelle en est le parfait exemple.

eugène Le Tollec
Vendredi 3 août 2012

Je viens de regarder la remise d'une médaille d'or et derrière dans la foule flottait un drapeau breton. Je vois là tout un symbôle pour la Bretagne

Celui de vouloir et de gagner.

Ce judoka est l'expression même de ce qu'il nous manque à un certain niveau d'élite au contact de combat avec Paris.

C'est ce que nous demandons!

SPERED DIEUB
Vendredi 3 août 2012

Pik pe Vran

voici une carte qui s'apparente à celle dont vous parlez peut être ???

(voir le site)

Argoad
Vendredi 3 août 2012

Present a cette commémoration, jeune de 30 ans et pensant (comme plein d\\\'autres jaunes non venues) que ces evenements sont importants pour forger et conserver le nationalisme breton.Un gros merci a JLLC pour tout ce qu\\\'il fait/a fait pour ce lieu essentiel de l\\\'Histoire Bretonne.

A mon avis ce qu\\\'il faut faire pour dynamiser cette commémoration:

-Mettre en place une comunication en amaont chaque année a partir (internet,evenement FB, affiches collées et annonces dans la presse), car pour l\\\'instant elle est inexistante la comm\\\'.

Bevet Breizh Dizalc\\\'h

Pierre CAMARET
Samedi 4 août 2012

Tres bien . Retour de Malaysie . Quelques mots pour repondre a l ÉTERNELLE POLEMIQUE de 3eme Niveau .Les plus jeunes (militants ) bretons comme il y a 50 ans vivent a 90 % de reve.Malheureusement la vie nous demande d'étre pragmatique.Quand j'ai commence a vraiment militer , il y a 50 ans , les actions etaient les memes qu'aujourdhui ...... seulement , il y avait beaucoup plus de monde qui y participait .Pour moi, a l'epoque il n'y avait aucun doute dans 20 ans , la Bretagne reunifiee ,etait autonome avec son Parlement etc... Merci du Resultat . Nous sommes encore a la case Depart .J'y pensais dans l'avion qui me ramenait de Malaysie .... le seul gain que je note : il y a maintenant des GhD partout ..formidable en 50 ans ( sans ironie ) mais la Bretagne est toujours tronconnee , le Parlement Breton Ah Oui !! des collabos ??? elections: en masse les bretons votent pour les partis jacobins .... et vous voulez que je sois heureux .Voir Comme Eugene LE TOLLEC a travers une medaille d'or et un GhD le symbole de la victoire future OK , moi je veux bien.

Il y a eu toutes les donnees de la victoire lorsque la Culture et l'Economie marchaient ensemble avec le CELIB . Moi j'y croyais a 150 % .La Reaction jacobine a ete "sublime" tout a ete detruit et rendu irreparable . alors le refuge = le reve . Honnetement j'admire les militants de la Reunification sur le Pont de REDON , j'admire la campagne AI TA des gens courageux , jusqu'au bout de leurs idees........ mais sont ils suivis ?????????ils donnent l'etincelle , mais l'explosion ne suit pas ???? Il faut attendre et la vie Jacobine continue .

Nous parlions de Dien Bien Phu : sachez que les reglagles de l'artillerie,francaise , etaient effectues par 2 officiers bretonnants , et que les Viets qui enregistraient les communications , biensur, ne pouvaient pas comprendre . Ils ont cru que les francais , utilisaient des minorites tribales et recherchaient les traductions de ce cote la ???? Mes patrons Australo/Canadiens sont contents du contrat plusieurs milliards de USD au total , du travail pour 5 ans .Voyage Malaysie - Indonesie - Japan - Europe de quoi m'occuper si Dieu me prete vie . C'est le principal , donner du motif a la vie , pour moi Helas , Helas !!! ce n'est que le Business. J'avais espere autre chose en plus .Me refugier dans le reve , n'est pas ma tasse de the. Merci de m'avoir lu .

eugène Le Tollec
Samedi 4 août 2012

Pierre Camaret

Des justesses ,mais peut on exorciser le peuple breton,un jour je l\'ai comparé au peuple indien du Chiapas dont l\'intellect général est \"à bout de souffle\",vidé de sa substance,quelques uns brandissent encore l\'honneur d\'une race opprimée ,cassée par des forces supérieures!

J\'essaie d\'exhorter ,ce qui reste de valable en Bretagne à s\'unir sur un objectif de premier niveau,j\'appelle cela l\'union sacrée..

J\'ai dit à quelques élites bretonnes ,hélas cela ne peut se faire que par la puissance économique,rien ne se fera sans fonds.

jE LEUR DEMANDE UN DEPASSEMENT,presque qu\'un appel \"à la Villon\".

Depuis des lustres ,je préconise de mettre tous les partis bretons et leurs délégués /députés (et français en Bretagne),associations (nationalistes,autonomistes, fédéralistes,indépendantistes)en bainstorming,dans une salle (Nantes -Rennes -Vannes -Quimper -autres).

Je l\'avais même dit à Jean Yves ,à une époque.

Au bout d\'une ou deux journées qu\'il en sorte une motion(signée de tous)vers l\'état français et une vers l\'Europe.

Cela je le répète sans cesse (mais hélas c\'est encore une idée de YKFC)

Il vaut mieux palabrer sans froisser!

Ma sac\'h me disait ,un vieux copain marin ,avec d\'autres mots plus virulents POUR CETTE INCAPACITE.

Que les bretons se prennent enfin en main!

Arrêtez les palabres!

Même dans la façon de palabrer, ces bretons sont encore jacobins avec un cartesianisme poussée \"aux limites\"( ma vérité est meilleure que la tienne!) et on y va ,sujet après sujet(j\'ai écouté quelques chapîtres,allant des partis parisiens aux élucubrations d\'autres! SIGNIFIANTS)/

Bien sur ,en Bretagne ,un travail énorme est fait par le militantisme breton,sur le terrain,mais où est l\'action de combat politique niveau état.

Que demandons nous ,la Réunification , phrase simple de premier niveau

Les autres niveaux sont d\'ordres secondaires!

Est - ce difficile?

J\'appelle ça une planification par \"jalons\",qui prendra du temps et de l\'argent!

\"je ne suis qu\'un passeur\"

Pierre CAMARET
Samedi 4 août 2012

Eugene LETOLLEC

Chacun a une experience personnelle.Algerie , j'ai compris a un certain moment que la page se tournait quand un Groupe d'Officiers Algeriens servant dans l'armee francaise ont demande l'arret des combats et des negociations pour mettre fin a la guerre . Ils assuraient les autorites militaires francaises de leur loyaute envers la France , mais eprouvaient une grande detresse personnelle au sujet de cette guerre . Ils ont tous ete transferes en Allemagne dans les unites d'occupation francaise .

Pour moi , cela a ete un signe que le vent avait tourne . J'en etais toujours a 10 % de la population , antifrancaise , 10 %profrancaise ....... et 80 % .... qui attendaient . Mais c'est toujours comme cela et mettons le calque sur la Bretagne. 80 % dela population se trouve ..... bien ???? comme cela .10% .Tres bien ,ne veulent aucun changement , car la situation est en leur faveur .... et 10% restant ,sont sur le Pont de Redon , sont a la Poste .. dans le tramway, a REnnes.

Les ratios sont les memes .

eugène Le Tollec
Samedi 4 août 2012

Les pompiers ont le triangle du feu.

Notre triangle est Economie - Culture - Peuple.

Une seule vérité!

eugène Le Tollec
Samedi 4 août 2012

Pierre Camaret

exact,et bien vu,j'en suis au même stade qui va me permettre d'insulter les politiques bretons de tout poil

"Alors ,qu'attendez vous,N..de D...."

Mais nous serons toujours dans la courbe de Gauss et j'arrêterai là mon cri de désespérance!

Je n'ai même plus envie de cultiver mon jardin!

eugène Le Tollec
Samedi 4 août 2012

je relis l\'histoire de Bretagne

,en particulier la thèse de Louis Le Mélennec.

Entre le V et X siècle

J\'y vois l\'affrontement de deux \"races\",de deux fortes intelligences collectives,mais l\'une n\'a jamais eu la puissance permettant l\'éradication de l\'autre ,qui trop puissante avait parfaitement assimilé \"Rome\",la force économique et militaire.

L\'une était encore au stade des chefferies et espaces préservés (royauté,autres),l\'autre était déjà dans la totale hégémonie et n\'avait que désir d\'écraser la \"vassalerie\" usurpatrice.

L\'une était déjà dans la puissance permettant la création d\'un état,l\'autre ne pouvait que se cantonner dans la création d\'un royaume \"breton\" et tenter de le consolider.

Sacré rapport de force!

L\'un avait la force de Dominant l\'autre celle de Dominé.....jusqu\'à la Révolution et après

Ceci est le parfait exemple de la disparition des ethnies, civilisation,culture,identité,au fil de l\'histoire,malgré toutes les tentatives pour subsister ou renaitre.

Souvent j\'appelle ça ,la mort d\'un peuple (ici ce peuple s\'auto détruit, par ses élites intégrées,à Paris).

Nous avons tout.

Nos élites ,faites le nécessaire(hors des utopies parisiennes).

Ne vendons plus la Bretagne!

Écrire un commentaire :

Combien font 6 multiplié par 8 ?

Publicités et partenariat