Épopée des tours du monde à la voile, la nouvelle exposition de la Cité de la Voile Éric Tabarly à Lorient

-- Cultures --

Communiqué de presse de VinciCom
Porte-parole: Relations presse VinciCom

Publié le 17/03/11 13:36 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Alors que la Cité de la Voile Éric Tabarly se prépare à accueillir sur ses pontons les bateaux de la Volvo Ocean Race en juin 2012, elle met le cap sur sa 3e exposition temporaire. Une véritable épopée des Tours du Monde à la Voile plonge le visiteur dans l'univers de navigateurs, illustres ou moins connus, et l'invite à découvrir les différentes façons de faire le tour du monde.

Qu'ils soient découvreurs, coureurs des mers, précurseurs, scientifiques, compétiteurs ou doux rêveurs, seuls ou en équipage, à bord de coquilles de noix ou de Formules 1 des mers, leurs histoires retracent les aventures humaines et maritimes à travers cinq siècles de navigation.

« Et pourtant...ils tournent ! », raconte cette épopée fantastique scénarisée par un planisphère géant, des récits émouvants, une galerie de bateaux et de portraits de ceux qui ont osé cette aventure ou encore une table d'orientation illustrant les tours du monde en 114 dates. Enfin, un cabinet de curiosités dévoile des objets emblématiques, et de nombreux films embarquent le visiteur pour des tours du monde fascinants.

Une exposition captivante dans le sillage de ces globe-skippers qui hier ont élargi l'horizon et repoussent aujourd'hui toujours plus loin leurs limites.

De Magellan en 1519-1522 à Franck Cammas en 2010

...Lors du Trophée Jules Verne, la vision du monde et de ses contours a bien changé, mais le moteur de l'exploit est toujours intact.

Les skippers d'aujourd'hui ne cessent de tenter de battre des records, dernièrement en équipage sur Banque Populaire V qui a dû renoncer, actuellement en solitaire Thomas Coville sur Sodébo.

L'exposition de 400 m2 au rez-de-chaussée de la Cité de la Voile Éric Tabarly offre une véritable plongée dans les coulisses de ces épopées qui n'ont jamais été présentées de cette façon : à travers les siècles et dans leur diversité.

Des vaisseaux du XVIe aux Formules 1 des mers

Pour entrer dans l'espace d'exposition, le visiteur est invité à larguer les amarres et à choisir son cap. Chacun peut embarquer pour le tour du monde de ses rêves : d'Ouest en Est ? d'Est en Ouest ? Avec ou sans escale ? En solitaire ou en équipage ? C'est selon les envies. Au gré des routes choisies, les aspirants au tour du monde découvriront des éléments de repères mythiques, historiques voire insolites.

Après une imprégnation dans le bruit des vagues, du vent et l'odeur si reconnaissable des cordages traditionnels imprégnés de calfat, le visiteur s'arrête sur une première séquence de décryptage.

Un grand planisphère des routes maritimes empruntées lors de ces circumnavigations offre un premier décodage cartographique. La représentation du monde a évolué et les temps records pour en faire le tour ne cessent d'être pulvérisés grâce aux progrès technologiques : le record actuel est de 48 jours alors que les voiliers mettaient 313 jours, quarante plus tôt !

Une large galerie de l'évolution sur toile des bateaux tourdumondistes permet, le long des deux allées, de comparer 37 voiliers différents, des vaisseaux du XVIe siècle aux Formules 1 actuelles des mers, des embarcations les plus imposantes aux simples coquilles de noix, en passant par le plus petit des voiliers mesurant 3,55 m !

Une visite virtuelle de l'un de ces navires : le dernier monocoque 60 pieds de Michel Desjoyeaux est possible grâce une application multimédia Dassault Système adaptée pour l'exposition sur une borne interactive. Le pont, le cockpit, la cellule de vie jusqu'à la soute à voile, le visiteur peut inspecter tous les espaces du Foncia, mis à l'eau en 2010 pour la route du Rhum et la Barcelona World Race. A travers un schéma tactile il peut découvrir foils, safran, quille orientable... et réaliser les concentrés de technologie et d'innovation que sont devenus ces navires

A chaque siècle ses raisons de faire un tour du monde

Un globe monumental sur lequel des images de mer sont projetées, surplombe une large table d'orientation circulaire déroulant une chronologie des tours du monde en 114 dates avec les grandes œuvres littéraires en contre-champs. Et pour cause, des ouvrages comme le Tour du monde en 80 jours de Jules Verne ont suscité une multitude de vocations.

Tout autour, un carrousel déploie 6 des grands moteurs qui poussent à se lancer dans un tour du monde à travers les âges.

Parmi ces mobiles, « Possible rêves » nous conte ces aventuriers de l'impossible, ces bourlingueurs, marins valeureux mais peu connus ou vite oubliés : qui sait par exemple, que la première navigatrice en solitaire en 1976 est polonaise ? Qui connait l'Australien Jon Sanders ayant parcouru six tours du monde en solitaire, dont trois d'affilée sans aucune escale ? Ou encore l'Australien, Serge Testa qui a effectué le grand tour en 1984 à bord d'une brindille de 3,55 mètres !

Incroyables récits de mer et aventures des tourdumondistes

Au dos de ce carrousel se cachent 4 cabines « d'embarquement » offrant un périple audiovisuel sur les différentes façons de faire le tour du monde sur les traces de Magellan, de Slocum, de Moitessier et de Franck Cammas. Si ces tours du monde restent toujours une performance, en 1519 celui de Magellan représentait une épopée : une flotte de 5 navires et 265 hommes à bord. L'enjeu ? Établir la route des Épices idéale, la cartographie des terres espagnoles ou portugaises... A l'inverse, Joshua Slocum, capitaine néo-écossais, est parti seul à la conquête des océans en 1895 et est devenu le premier marin à effectuer le tour du monde en solitaire, un précurseur devenu une légende.

Au siècle suivant, en 1968 quand le tour du monde à la voile en solitaire devient une compétition, lors du Golden Globe, première course autour du monde en solitaire et sans escale, Moitessier, en tête, crée la surprise : il ne passe pas la ligne d'arrivée et s'échappe pour un autre voyage entre vagabondage et découverte du monde. En 2010, lors du Trophée Jules Verne, Franck Cammas et son équipage signent un nouveau temps de référence en 48 jours !

Pour compléter le carrousel, une galerie de 45 portraits consultables sur une borne interactive avec une double entrée : chronologique ou par nom. On y retrouve Francis Drake, premier Britannique à faire le tour du monde en 1577, Franck Cammas, dernier recordman en équipage, Dumont d'Urville, découvreur de l'Antarctique en 1826, mais aussi Alain Gerbault, Alain Colas, premier homme à se lancer dans l'aventure en multicoque, Peter Blake et ses multiples victoires, Titouan Lamazou, Catherine Chabaud, Dee Caffari, première femme à effectuer le tour du monde à l'envers...

Grand- voile sur grand écran

Dans l'auditorium voisin, une programmation audiovisuelle permet de poursuivre l'aventure des tours du monde avec notamment Odyssée(s) sur le Vendée Globe, Alain Gerbault, Le courage de fuir, La mer, Le monde à l'envers de Philippe Monnet, Crowhurst, l'homme qui voulait défier les océans...

Quotidien et anecdotes sur ces hommes et femmes globe-skippers

Un cabinet de curiosités rassemble les objets mythiques ou anecdotiques des bourlingueurs de l'impossible. Le ciré d'Ellen MacArthur côtoie ainsi des livres incontournables ou la bouteille de survie (composée d'une boîte de pâté Henaff, d'un morceau de pain et d'un couteau et de comprimés de morphine) confectionnée et lancée par Marc Guillemot à Yann Eliès lors du dernier Vendée Globe... 6 vitrines pour approcher des objets encore empreints de ces aventures humaines sur fond de citations qui invitent au voyage : Éric Tabarly « Je ne pense qu'à courir. A peine de retour j'ai envie de repartir ».

Pour suivre de près les dernières grandes courses autour du monde une borne ressources donne accès à un agenda et à tous les sites Internet et média qui proposent de l'information en temps réel sur ces records et régates.

Carnet de bord destiné aux enfants

Pour compléter le niveau de lecture dédié aux enfants sur les panneaux de l'exposition, un petit carnet de bord leur sera remis à l'entrée. Ils seront invités à résoudre une énigme à l'aide d'indices cachés au sein du parcours de visite. Une façon ludique de partir sur les traces de ces grands navigateurs.

Gagnez un tour du monde

Durant toute l'exposition temporaire, chaque visiteur pourra tenter sa chance à travers un grand jeu concours « Gagnez un tour du monde ».

A la clef un tour du monde en avion de trois semaines pour deux personnes en hôtel avec petit-déjeuner dans le sillage de la Volvo Ocean Race (VOR) qui fait escale à Lorient en juin 2012 : Afrique du Sud, Nouvelle-Zélande, Brésil, États-Unis.

Tirage au sort le 24 décembre 2011.

À venir : Exposition « Les tours du monde de Titouan Lamazou »
>

En contre-point de cette grande exposition, Titouan Lamazou, que l'histoire de la voile a notamment retenu comme vainqueur du Vendée Globe en 1989, exposera de mai à juillet 2011, ses carnets de voyage dans la grande salle mitoyenne réservée au carénage des Pen Duick.

Pratique :

La Cité de la Voile Éric Tabarly est ouverte du mardi au dimanche de 10 h à 18 h, tous les jours pendant les vacances scolaires et durant l'été tous les jours de 10 h à 19 h.

Tarifs : adulte 11,50 euros, enfant (à partir de 5 ans) : 8,40 euros, Famille : 37,50 euros (2 adultes et 2 enfants), Étudiant/demandeur d'emploi/ personne à mobilité réduite : 9,60 euros.

Visite guidée possible de l'exposition temporaire pour les groupes. Accès handicapés.

(voir le site) de la Cité

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1445 lectures.
Agence de communication globale, relations presse/médias et production de contenus.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 6 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.