Macron considère le breton, le basque, le corse, l'allemand comme des patois

-- Langues de Bretagne --

Chronique
Par Philippe Argouarch

Publié le 17/09/17 8:35 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Lors d'une visite d'une école hier, en déplacement avec Stéphane Bern, le président de la République a déclaré à propos de l'ordonnance de Villers-Cotterêts «On est tous Français alors qu'on parlait souvent des patois un peu différents. Notre pays s'est fait par la langue. Le roi a décidé que tous ceux qui vivaient dans son royaume devaient parler français».

43051_1.png
photo wikimédia

Cette scandaleuse déclaration d'Emmanuel Macron contient deux erreurs manifestes : l'ordonnance de Villers-Cotterêts n'impose pas le français, elle fait simplement de cette langue, la langue officielle du royaume pour la rédaction des documents officiels et des actes légaux et notariés. D'autre part : considérer que les locuteurs du breton, du basque, de l'alsacien et même de l'occitan parlent des patois et non pas des langues est tout simplement monstrueux et un déni des droits fondamentaux des citoyens de cette République.

Cet article a fait l'objet de 9695 lectures.
mailbox imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Voir son mur