Enseignement des langues de Bretagne : Breizh-ImPacte met les pieds dans le plat !

Breizh-ImPacte
Breizh-ImPacte
La Bretagne est très en retard pour l'enseignement de ses langues. En Alsace, tous les enfants apprennent leur langue et l'enseignement bilingue y progresse très rapidement. En Corse, il reste 53 enfants qui ne l'apprennent pas encore et il y est prévu la généralisation de l'enseignement bilingue immersif ou semi-immersif. Un vaste plan de formation des enseignants est programmé. Au Pays-Basque nord, 64 % des écoles proposent cet enseignement.

En Bretagne les élèves qui en bénéficient sous une forme ou une autre sont de l'ordre de 3 %. Ce n'est plus une question de vie, mais de survie à brève échéance !

La situation dans les autres régions montre que nous n'avons pas besoin de tout attendre de l'État et qu'il est possible de nous prendre en mains si nous en avons la volonté.

Même la Constitution française (art 1 et 72 – point 1 et 2) permet aux Régions de prendre leurs responsabilités en la matière. Encore faudrait-il le réclamer.

Breizh-ImPacte propose depuis début 2015 des mesures concrètes pour aller dans ce sens. Sa pétition a obtenu plus de 1.000 soutiens en moins d'un mois, dont celui de nombreuses personnalités du monde économique, politique, culturel, associatif, comme celui d'un grand nombre de parents d'élèves et d'enseignants.

Les " Assises " promises et annoncées pour le 15 octobre se sont transformées en simples " Rencontres régionales de la langue bretonne " qui seront sans lendemain, sans une autre ambition que celle affichée actuellement, sauf à être dynamisée par les militants !

Qu'attendent les élu.e.s et les responsables du Conseil régional pour se saisir des possibilités existantes et exiger la mise en place de la " Nouvelle politique linguistique et culturelle " dont les cinq départements bretons ont besoin ?

Pour Breizh-ImPacte, Yannig Baron

.
Cet article a fait l'objet de 1434 lectures.
mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer

Auteur de l'article :

Yannnig Baron

Fondateur et ancien président de Dihun. Auteur de plusieurs ouvrages sur la Bretagne et la langue bretonne. Il est aussi co-fondateur de Breizh-Impacte.

Vos commentaires :

Avelig noz
Lundi 3 octobre 2016

Qu'attendent en effet lena louarn mona bras Paul molac ?

Yann Kerne
Mardi 4 octobre 2016

D'am sonj ar pezh a vez lavaret gant kalz tud e Breizh e-keñver dregantad ar vugale skoliatet e brezhoneg a zo faos. 3% eus a vugale a zesk brezhoneg war Breizh a-bezh da lavaret war Breizh Izel ha Breizh Uhel.

An holl dud a oar mat-tre ne veze ket ken komzet brezhoneg e Breizh Uhel abaoe pell-zo. Perak-ta jediñ an dreganted en ur terc'hel kont eus Breizh Uhel.

Gwelloc'h e vefe reiñ an dreganted war Breizh Izel ha war Breizh a-bezh. D'am sonj an dregantad war Breizh Izel a zo tro dro 10% ha an dreganted war Breizh a-bezh a zo tro dro 3%.

E-mod-se e vez gwellet n'eo ket ken fall e Breizh Izel memes ma'z eo gwasoc'h evit ar pezh a vez gwelet e lec'h all e bro c'hall. Ret e vefe tizhout buhan a-walc'h 30% e Breizh Izel ha 10% war Breizh a-bezh. Se a vefe ur pal sklaer evit ur bolitikerezh rannvroel.

Hoel
Mardi 4 octobre 2016

"Qu'attendent les élu.e.s et les responsables du Conseil régional pour se saisir des possibilités existantes et exiger la mise en place de la " Nouvelle politique linguistique et culturelle " ..."

Ils attendent que l'on fasse pression sur eux, mais la division du mouvement breton ... (certains font partie, semble-t-il, du conseil régional, Avelig noz a nommé Lena Louarn, Mona Bras, Paul Molac ; on peut y ajouter J.-M. Le Boulanger ; il ne manque pas de "régionalistes" au Conseil Régional !! - Alors, quoi ??)... ne permet guère de faire pression, et la peur de nommer un chat un chat non plus.

(voir le site)

Jiler
Mardi 4 octobre 2016

Lena Louarn, Mona Bras et Paul Molac sont des gens de très bonne volonté , ils peuvent faire pression sur le PS , mais ils ne peuvent pas voter à leur place !

Plutôt que de tout attendre des élus(es) , regardons plutôt nos forces et ce que nous sommes devenus ! Nous ne descendons plus dans la rue : c'est donc que nous sommes contents ! Et aux gens contents , on ne donne rien.

Seul Breizh Impacte rue encore dans les brancards. Il y a encore des militants qui travaillent efficacement dans leur coin, mais ils n'ont pas vocation à entraîner les gens dans de grandes manifestations de rue.

Que font les associations bretonnes qui appelaient le peuple des bretonnants et sympathisants dans la rue?

Vos amis sont au pouvoir à Rennes ?? Et alors ! Est-ce une raison pour faire des Bretons un peuple de loches , de moules ou de vers de terre , au choix?

Félicitations à Yannig Baron .

Hoel
Mercredi 5 octobre 2016

Félicitations à Yannig Baron, mais ni les manifestations (on en fait depuis des decennies), ni les pétitions (on en fait depuis plus d'un siècle), n'ont changé fondamentalement la donne, il est de notre devoir de réfléchir à autre chose, de proposer autre chose, ...

(voir le site)

Eloi M.
Mercredi 5 octobre 2016

Evit Yann Kerne : amañ e vez kavet ur teul diwar benn an distro-skol warlene : (voir le site)

Stagedoù dre departamantoù ha broioù a vez kavet pp 43-49.

E Breizh Izel an dregantat er c'hentañ derez eo tro dro 7%... N'eo ket 3% met n'eo ket 10%.

Écrire un commentaire :

Combien font 1 multiplié par 0 ?

Publicités et partenariat