Oui à la démocratie ! non à la disparition de la Bretagne ! pour une région cohérente, égalitaire et solidaire

-- La réunification --

Communiqué de presse de Kevre Breizh
Porte-parole: Tangi Louarn

Publié le 17/06/14 16:00 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Les fédérations culturelles de Bretagne, représentantes de plus de 50 000 adhérents sur l'ensemble des cinq départements bretons expriment avec détermination leur volonté d'une Bretagne entière en capacité de prendre son avenir en main.

La seule réforme territoriale qui vaille doit aller dans le sens d'un approfondissement de la démocratie territoriale. La découpe artificielle des territoires par le pouvoir technocratique parisien ne tient compte ni des souhaits de la population ni d'aucune logique culturelle ou économique.

Les interventions d'élus et de parlementaires bretons, du Président du Conseil régional de Bretagne et du ministre de la Défense, ont pour l'instant conduit à éviter la fusion dans un grand ouest sans cohérence. Or notre sentiment d'appartenance, notre histoire, notre identité sont reconnus dans le monde et sont porteurs de développement et d'emplois.

Une telle « région » serait la disparition de la Bretagne en tant que collectivité politique assumant son destin, le refus des droits des Bretons à conduire leur propre politique avec leurs propres institutions, la probable disparition des outils qui ont été construits au cours des décennies passées par le Conseil régional de Bretagne et notamment la politique linguistique et la politique de développement culturel et touristique liée au territoire. Cela faucherait les évolutions démocratiques impulsées, avec François Mitterrand, par les premières lois de décentralisation en 1982. Cela balayerait les principes internationaux qui affirment le lien entre le développement économique et les cultures des territoires.

Amputer la Bretagne de la Loire Atlantique va aussi à l'encontre de ces principes.

Aujourd'hui, une véritable réforme territoriale doit commencer par la reconnaissance de la diversité des territoires et l'attribution à ceux qui le souhaitent de vraies compétences dans les domaines comme la culture, l'éducation, l'enseignement, la formation, la politique linguistique, le sport et le développement économique et social. L'État doit avoir pour mission d'assurer l'égalité de tous, qui passe par le respect de l'égalité des langues et des cultures ainsi que la solidarité entre les territoires et non pas l'uniformité.

Les fédérations culturelles bretonnes appellent les députés des cinq départements bretons, ainsi que tous les autres députés, à refuser l'autoritarisme parisien. Elles en appellent à une loi qui permette aux populations de choisir elles-mêmes démocratiquement leurs régions ou territoires d'appartenance.

C'est pourquoi les fédérations culturelles et sportives réunies dans Kevre Breizh soutiennent la démarche de consultation populaire initiée par le Conseil régional de Bretagne pour une Assemblée de Bretagne qui, pour elles, n'a de sens que si elle concerne la Bretagne réunie. Elles appellent donc les Bretons à se mobiliser pour la reconnaissance de leurs droits imprescriptibles et la réunification de la Bretagne.

Avec Bretagne Réunie et 44=Breizh elles appellent à participer massivement à la grande manifestation citoyenne de Nantes le samedi 28 juin 2014 à 14 heures devant la préfecture de Loire-Atlantique

Document PDF texte_conf_de_presse_kevre_breizh_synthse_globale160614.pdf . Source :
Cet article a fait l'objet de 1332 lectures.
mailbox imprimer

Vos commentaires :

Eozen
Mardi 17 juin 2014

Kevre Breizh appelle beaucoup, mais ça leur arrive de se bouger le cul ? On attend encore...

Marc Ferroc
Mardi 17 juin 2014

Mais ils étaient où ces 50 000 adhérents le 19 avril 2014 dernier ? C'est vrai qu'un petit mail comme cela, vite fait, un mardi soir, c'est moins de contrainte que 400 ou 500 km aller-retour pour aller manifester....

Exprimer avec détermination c'est bien,

crier cette même détermination dans les rues nantaises : c'est mieux !!!

gweltaz ar fur
Mardi 17 juin 2014

12 000 à Kemper pour la Langue le

31 Mars 2012 : c'était Kevre Breizh avec ses fédérations adhérentes : "KB" est une co-ordination, tu attends quoi, encore ? Amicalement, Gweltaz ar Fur

marc iliou
Mardi 17 juin 2014

oui il y a beaucoup d'associations à appeler à manifester mais c'est vrai qu'on voudrait les voir participer pas seulement pondre des communiqués ! Carhaix , Nantes contre l'aéroport et pour la réunification, Vannes deux fois devant la préfecture j'y étais mais je souhaiterais aussi que beaucoup de monde vraiment beaucoup soit à Nantes le 28 juin c'est impératif de se mobiliser pour notre pays !

Colette Trublet
Mardi 17 juin 2014

Je suggère

Des regroupements par catégories par exemple, en tête, les cercles celtiques de musiciens et de danseurs, des tracteurs pour représenter les agriculteurs, les handicappés en fauteuils, les jeunes en marinières et casquettes de marin, des rolleurs, des foules de cyclistes, des associations derrières leurs banderolles, etc etc... et signe de reconnaissance : le criquet. En espérant que le cortège s'égrainera bien au delà du quartier de la Préfecture.

Donbzh
Mercredi 18 juin 2014

DEGEMER MAT

A Carhaix, l'image du bagad en tête de cortège a été l'image la plus souvent souvent reprise par les journalistes audios...

L'enjeu est suffisamment important pour que nous évitions les remontrances les uns vis à vis des autres .

Il nous faut mobiliser pas dénigrer.

Pour ma part, j'étais à Kemper en 2012 et je porte un bonnet rouge depuis Kemper 2014. J'ai manifesté ou montré mon attachement aux revendications bretonnes avec tous ceux qui en organisent l'expression ...Je le faisais avant et continuerai de le faire après...

Nous devons nous rassembler en nombre le 28, que l'on soit bonnets rouges,militants culturels ou musiciens , chef d'entreprise , ouvriers, fonctionnaire... au delà nos différences.

N'oublions pas que nous ne nous battons pour nos intérêts personnels, mais bien pour l'avenir de la BRETAGNE ET DE SES GENERATIONS FUTURES

BEVET BREIZH

Marcel Texier
Mercredi 18 juin 2014

Il n'y a pas à "mégoter": le seul moyen de réunifier la Bretagne c'est de reconquérir notre indépendance. Les Français nous en font la démonstration tous les jours. C'est plus facile à dire qu'à faire, direz-vous. C'est vrai, mais quand un peuple décide de se ressaisir et de mettre tout en oeuvre pour faire respecter ses droits, rien ne peut l'arrêter.

Entretenir l'illusion que des manifestations (elles sont utiles pour "entretenir la flamme", mais il ne faut se faire aucune illusion sur leur efficacité), des pétitions, des requêtes élégamment formulées peuvent aboutir à quoi que ce soit, c'est extrêmement dangereux. C'est détourner l'attention du seul but qui en vaille la peine: l'indépendance.

Tangi, "une région cohérente, égalitaire et solidaire",

la classe politique française n'en a absolument rien à faire. La démocratie, le respect de la diversité culturelle, ils "s'en tapent" (excuse-moi, mais c'est la seule expression qui convienne). Ils se "foutent" même de leur propre pays, tant ils sont décadents. Ce qui compte pour eux, c'est de profiter du "système", le plus longtemps possible. Il y a sans doute des exceptions, mais elles sont rares.

Tiens, une anecdote qui en dit long: une de mes filles, professeur de physique-chimie dans un bon lycée, rencontre un de ses anciens élèves et lui demande ce qu'il devient. Il lui répond: "Je suis entré à Sciences-Po. J'étais plein d'enthousiasme. Et puis, au début de l'année, un professeur nous a dit: Voilà, vous savez que la démocratie, c'est du "pipeau". Ici, on va vous apprendre à manipuler les gens. C'est ce qui est important. Quand vous sortirez d'ici, munis de ce que vous aurez appris, trouvez vous une bonne loge maçonnique et tout ira bien pour vous !"

Nous avons devant nous un immense travail, mais un travail exaltant, redonner à notre pays sa dignité, sa fierté, tous ses droits, sa place dans le concert des nations, tout ce dont il a été spolié depuis des siècles. C'est tout de même un autre idéal que celui qu'on inculque aux élèves de Sciences-PO !

eugène le tollec
Mercredi 18 juin 2014

Marcel Texier...

Je ne comprends pas...connaissez vous la théorie de la manipulation des masses!!!

Moi je reconnais parfaitement...vous pouvez manipuler pour n'importe quoi...cela s'apprend dans toutes les grandes écoles même les écoles ,d'autres stages syndicalistes..même dans L'armee...cela permet de maintenir la masse dans le droit fil de philosophie...

Nous sommes tous manipulés..vous comme moi...mais moi,je les emm..de.

Ar Vran
Mercredi 18 juin 2014

tiens, tiens

comme je vous le disais à l'occasion du fil en rapport avec l'article de Mr Ollivier : Oser la Bretagne( (voir le site) que voilà t-y pas cette idée reprise par des élus de Bretagne ( (voir le site)

Intéressant, non???

Jakez COSQUER
Mercredi 18 juin 2014

Ar gwir a zo gant an holl. Pezh a gont bremañ eo ober. Ha petra ober? Ober fae war ar c'hanaded n'int ket kad da gompren ez int bet dilennet evit difenn ar bobl ha n'eo ket bezañ mevelien ur renkad tud a den korvo eus ho sujidigezh.

Difennomp da seurt tud kemmer perzh en holl gouelioù breizhek a vez lidet e breizh

Mickaël COHUET
Jeudi 19 juin 2014

@ArVran

Franchement ils ne savent plus quoi inventer pour NOUS ENFUMER, NOUS ENDORMIR…

Nous demandons juste une Bretagne non-amputée et non-diluée et nous avons l'impression de demander la lune !

La réunification n'est même pas une revendication autonomiste en soit. C'est l'exigence morale d'une réparation à l'égard d'un préjudice historique infligé aux bretons.

Et ils ne veulent pas nous l'accorder !?! Eux, les verbeux donneurs de leçon au monde entier. Eux, les « inventeurs » autoproclamés des Droits de l'homme !

Qu'est-ce qu'on leur a fait pour mériter ça ?

J'invite les internautes d'ABP à voir ou revoir le film réalisé par Ken Loach, « Le vent se lève (« The Wind That Shakes the Barley ») » sorti en 2006. [Durée : 124 minutes].

Diviser pour mieux régner. Un principe de base.

Nous ne devons rien céder.

Colette Trublet
Vendredi 20 juin 2014

Colette Trublet 19 juin 17:21

A Madame Lebranchu - 19 Juin 2014

Tout a été dit depuis des années et des années.

Les gouvernements successifs depuis Pétain ont maintenu une Bretagne mutilée qui nous reste comme une blessure ouverte. Les interdits gouvernementaux (pas de télé, ni radio spécifiques à la Bretagne avec ses 3 langues : Breton, Gallo, Français) tentent de nous effacer peu à peu pour nous fondre dans le jacobinisme d'Etat. Si on vous laisse faire la Loire atlantique puis l'Ille et Vilaine vont y être peu à peu digérées. Votre autre manière consiste à projeter de nous noyer dans l'indistinction d'un grand Ouest qui voudra nous commander au nom du jacobinisme républicain. Nous aurons à faire au même matraquage que celui subi depuis des décennies par la Loire Atlantique.

Nous souffrons. La colère permanente contre cette mutilation de notre pays nous constitue profondément. Certains très beaux discours, comme celui de François Mitterrand à l'aube de son mandat nous avait fait espérer notre réunification. Nous nous sentions compris. Hélas, nous allons de déception en déception. N'espérez pas que la mémoire des peuples cède sous les argumentaires plus ou moins savants dont on nous abreuve sans rien comprendre à notre espoir de réparation. Nous avons été abêtis par les interdits qui ont pesé sur notre histoire et sur nos langues ; Nous avons réagi et nos diplômés en sont la preuve vivante. Nous voulons nous sentir chez nous en Bretagne, parce que nous sommes Bretons. Nous ne voulons pas nous mettre en danger d'être absorbés par la machinerie jacobine. Nous voulons aussi pouvoir conserver avec les Français les liens d'amitié, voire de parenté, qui ont eux aussi jalonnés notre histoire. Laissez nous vivre notre histoire chez nous sans toujours nous inféoder à un système entrain de s'étioler depuis plus de 30 ans et qui nous conduit à des impasses, avec des présidents que les médias et les partis s'acharnent à mettre sur le gril sitôt élus. Cette course pour le pouvoir soutenue par la finance que la politique ne contrôle plus nous étouffe. La Régionalisation doit être le premier pas d'une refonte du système par le biais d'une démocratie de proximité. Ce sera le premier pas pour une expérimentation nouvelle avec des citoyens libres de vivre leur appartenance. Nous voulons réapprendre la démocratie. Ce sont les grands partis et les grands médias nationaux qui plombent notre créativité et notre essor. On entend qu'eux et leurs « éléments de langage » mijotés entr'eux. Nous vivons cela comme un enfumage irrespirable.

Madame, défendez notre Bretagne Réunie même contre ceux de vos collègues qui veulent sa disparition.

Avec mes salutations respectueuses. Colette Trublet.

PIERRE MARIE
Vendredi 20 juin 2014

Tres bien Madame Colette TRUBLET..... mais votre discours du Coeur , n'est pas compris ou rejete par des gens comme Mme LEBRANCHU et ses amis .

Ils parlent un autre language : celui de la Republique UNE ET INDIVISIBLE . Se debarasser de ce grain de sable : la Bretagne qui ferait deraper ce que le monde admire : le systeme politique francais ( tu parles )....... et il y a des demeures de Bretons qui soutiennent cela : par lachete , par meconnaissance , par interet

Mickaël COHUET
Vendredi 20 juin 2014

@ tous :

« Des élus pour une Assemblée de Bretagne dans une région Bretagne-Pays de la Loire

18.06.2014

Des élus ont proposé mercredi la création d'une Assemblée de Bretagne au sein d'une grande région Bretagne-Pays de la Loire, alors que le projet de réforme territoriale du gouvernement prévoit de maintenir ces deux régions séparées.

(AFP) - "L'idée d'une région Bretagne composée des cinq départements bretons, les quatre de la région actuelle et la Loire-Atlantique, est un leurre", a déclaré devant la presse le sénateur de Loire-Atlantique Ronan Dantec (Ecologiste). "D'un autre côté, on ne peut pas rester sur le statu quo actuel qui est préjudiciable pour les deux territoires", a-t-il ajouté. "Aussi, nous proposons, à côté d'une nouvelle région administrative fusionnant les deux régions actuelles Bretagne et Pays de la Loire, la création d'assemblées territoriales gérant, par délégation, une partie des compétences et des budgets", a-t-il annoncé. "Il faut ainsi jouer la double carte fusion des deux régions et création d'une Assemblée de Bretagne qui regrouperait les cinq départements", a-t-il dit.

L'Assemblée de Bretagne pourrait notamment intégrer les représentants élus des intercommunalités, que la loi doit renforcer, et "s'inscrire ainsi dans une cohérence d'ensemble avec l'esprit de la nouvelle réforme", a estimé le sénateur "Je ne vois pas pourquoi la Bretagne perdrait son identité dans une structure Bretagne/Pays de la Loire", a souligné de son côté le député du Morbihan Philippe Noguès (PS). Au contraire, a-t-il jugé, "cette structure recréerait une Bretagne historique et permettrait, y compris dans les Pays de la Loire, un rapprochement des collectivités avec les citoyens". "Si on va vers deux régions séparées, la réunification de la Bretagne historique ne se fera pas", a prédit le sénateur du Morbihan Joël Labbé (Ecologiste). "On se doit d'avoir une grande région Bretagne/Région de la Loire". Cette proposition est notamment soutenue par la sénatrice du Maine-et-Loire Corinne Bouchoux (Ecologiste), la sénatrice d'Ille-et-Vilaine Virginie Klès (PS) ou le vice-président du Conseil régional des Pays de la Loire Jean-Philippe Magnen (EELV). Ses initiateurs on créé un site bretagnerassemblée.com pour la faire connaître et recueillir des signatures en sa faveur. » www.businessimmo.com

Vous apprécierez le propos de Ronan Dantec (Ecologiste) : "L'idée d'une région Bretagne composée des cinq départements bretons, les quatre de la région actuelle et la Loire-Atlantique, est un leurre", et la cohérence de son raisonnement qui suit.

Vous apprécierez également le propos du sénateur du Morbihan Joël Labbé (Ecologiste) : "Si on va vers deux régions séparées, la réunification de la Bretagne historique ne se fera pas".

Ah bon ? Pourquoi ? Et la volonté du peuple ? Ils vont s'asseoir éternellement dessus ? Ça va finir par se voir dans notre « démocratie » low cost !

Ok, ça se voit déjà. Parler de démocratie, au sujet de la France, est un abus de langage. Comme le fait très justement remarquer Marcel Texier dans un des commentaires précédents :

« (…) La démocratie, le respect de la diversité culturelle, ils «s'en tapent» (excuse-moi, mais c'est la seule expression qui convienne). Ils se «foutent» même de leur propre pays, tant ils sont décadents. Ce qui compte pour eux, c'est de profiter du «système», le plus longtemps possible. Il y a sans doute des exceptions, mais elles sont rares. »

C'est clair. Et la suite de son commentaire :

« Tiens, une anecdote qui en dit long: une de mes filles, professeur de physique-chimie dans un bon lycée, rencontre un de ses anciens élèves et lui demande ce qu'il devient. Il lui répond: «Je suis entré à SCIENCES-PO. J'étais plein d'enthousiasme. Et puis, au début de l'année, un professeur nous a dit: VOILA, VOUS SAVEZ QUE LA DEMOCRATIE, C'EST DU PIPEAU. ICI, ON VA VOUS APPRENDRE À MANIPULER LES GENS.C'EST-CE QUI EST IMPORTANT. Quand vous sortirez d'ici, munis de ce que vous aurez appris, trouvez-vous une bonne loge maçonnique et tout ira bien pour vous ! » (…). »

François de Rugy (EELV) [une exception probablement], partisan de la réunification, en désaccord avec ses collègues cités ci-dessus _ qui vont essayer de nous vendre [c'est tout l'art de la manipulation qui va s'exprimer avec plus ou moins de talent] dans les jours qui viennent la fusion de la Bretagne ADMINISTRATIVE et de la région PdL_ propose une consultation sur son site : www.francoisderugy.com .Trois scénarios sont soumis au vote : Bretagne à cinq départements (réunifiée donc), fusion de la Bretagne (ADMINISTRATIVE oublie t-il de préciser) et des Pays de la Loire, ou le maintien des deux régions Bretagne (idem) et Pays de la Loire telles qu'elles existent aujourd'hui.

À défaut d'un DÉCRET de la Ve République de L'État français abrogeant celui du régime de Vichy (le décret Pétain-Darlan n°2727 du 30 juin 1941, prolongé dans sa forme actuel par la région Pays de la Loire) ; option dont je suis totalement partisan,

À défaut d'un référendum en Loire-Atlantique pour laisser les habitants décider de leur région d'appartenance ; option que je ne partage pas (même si nous sommes encore majoritaires à souhaiter la réunification) tant le travaille de pédagogie serait important et nécessiterait plusieurs mois ou plusieurs années pour avoir un débat équitable sur la question tant la « ligériose » s'est propagée. (Je suis persuadé qu'ils consentiront à nous l'accorder _ ce référendum [évidemment ce sera un pied de nez à tous ceux qui prétendent que la France n'est pas une démocratie] _ seulement lorsqu'ils seront certains qu'on le perde. Machiavéliques et perfides, ils le seront, n'en doutons pas).

À défaut donc, vous pouvez aller sur le site de François de Rugy vous exprimer.

Elle n'est pas belle la vie ?

Nous ne sommes pas en République Poplulaire de Chine, ici !

Rassurant, non ?

Yann-Bêr
Vendredi 20 juin 2014

Pour revenir au sujet initial : B 5 , sans entrer dans les polémiques :

Une idée, simple, qui ne coutera pas grand-chose à tous ceux qui ne pourront pas, pour une raison ou une autre se rendre à Nantes samedi 28, qui ne demande pas un gros effort mais qui représente un acte fort :

Sortons les Gwenn-ha-du et pavoisons nos maisons, villages, villes, ponts etc.

Faisable non ?

Yann-Bêr

Reun Allain
Vendredi 20 juin 2014

Dans le fil du sujet introduit ci-dessus par Mickaël COHUET, il apparait que cette idée proposée par Ronan Dantec tend a être de plus en plus acceptée par les tenants de la fusion. A FR3 Rennes nous avons eu droit à une interview de Marylise Le Branchu en visite à Lorient et elle a été interpellée sur la question de la carte judiciaire suite aux déclarations d'avocats en faveur d'un harmonisation entre la région administrative et la région judiciaire qui comme on le sait est à cinq départements dans la continuation des limites du Duché de Bretagne (donc depuis « toujours » à l'échelle de notre temps politique).

Comme d'habitude Mme Le Branchu est capable de tout dire et son contraire le lendemain mais c'est là dans la minute. En gros les cartes judiciaires seraient à terme harmonisées avec les cartes administratives des nouvelles régions mais rien n'est serait encore définitif. Voilà qui devrait rassurer le monde judiciaire puisque plus ça va moins nous savons où nous allons. C'est normal car eux-mêmes (les ministres) ne le savent pas. Selon OF ses propos auraient été les suivants :

« Je souhaite que les repères restent. Mais il ne faut pas confondre le conseil régional et l'organisation d'une nation. Le président du conseil régional n'est pas le Prince de Bretagne. Les identités ne se fondent pas dans une institution » a déclaré Mme Lebranchu, sans écarter l'idée d'un « Conseil spécifique à la Bretagne historique. »

Donc nous y voilà : « Un Conseil spécifique à la Bretagne Historique » rejoignant en cela « l'assemblée unique de Bretagne » proposée par JJ Urvois. D'une certaine façon ce pourrait être :

A) soit une Bretagne réunifiée en « trompe l'½il » (sans aucun pouvoir) dans un grand-ouest politique.

B) soit une vraie Bretagne réunifiée avec des vrais pouvoirs politiques règlementaire dans un grand ouest assurant la déconcentration des pouvoirs centraux (budgets des structures étatiques, réseaux de communications, recherches …)

Tout le problème est dans la position du curseur et une grave erreur dans le monde culturel serait de se contenter de belles paroles comme on les lit dans les déclarations verbales sur des pseudo garanties du « respect de l'identité historique de la Bretagne ». Si on ne s'en tient qu'à l'aspect culturel, il faut que la garantie soit institutionnelle et non pas comme la charte culturelle de 1977 qui au fil des ans s'est complètement effilochée. Notre identité ne s'arrête pas à la seule culture car les moyens qu'on y consacre sont liés à la santé économique, hors très grands réseaux structurants, les leviers économiques régionaux doivent être dévolus à cette assemblée bretonne.

Nous évoquions la carte judiciaire, il va de soi qu'elle resterait en l'état puisque étant déjà en coïncidence avec le territoire historique. Il va de soi que la compétence sur la politique touristique, médiatique, etc suivrait la même règle. Pour résumer la question qui se poserait ne serait pas de définir l'exception dévolue à l'assemblée bretonne mais celle qui n'en serait pas.

Ar Vran
Samedi 21 juin 2014

C'est dommage que le responsable de l'article n'ait pas retenu mon commentaire car c'est exactement à quoi je faisais allusion, à savoir chemin vers une assemblée de Bretagne dans une région "ouest". J'allais même plus loin en y adjoignant la notion d'assemblée de val de loire dans cette région de l'Ouest.

Quant à cette assemblée de Bretagne, reste bien sûr à savoir ce que l'on met là-dedans et si la Bretagne en tant qu'entité y trouve son compte...

M.Prigent
Samedi 21 juin 2014

En somme, il serait question de créer un "Grand Ouest" fédéral copié sur la Belgique: région flamande, Wallonne et le Roi belge (qui pourrait être Auxiette !).

Soit 3 structures au lieu d'une seule, sans compter la tutelle de l'Etat...Bonjour les économies.

Je n'y crois pas une seconde, c'est une entourloupe technocratique ingérable.

Par contre, je crois volontiers à la forte résistance de la région Centre, menée par Maurice Leroy (le bien nommé) qui entend bien récupérer 3 départements des PdL pour réaliser en toute cohérence, "le Val de Loire" classé par l'UNESCO et connu mondialement, appelé aussi "La Vallée des Rois".

Parce que l'équation Centre-Poitou-Charentes-Limousin, ils n'en veulent surtout pas.

Iffig Cochevelou
Samedi 21 juin 2014

@ Ar Vran

Le but de cette opération de désinformation fait partie de leur objectif final, que l'on connait depuis que la Bretagne a été annexée : sa disparition pure et simple . Alors dela a nous faire croire qu'une assemblée bidon culturelo-identitaire dans un Granwest changera les choses , c'est le piège dans lequel il ne faut pas tomber.

La Bretagne c'est un Peuple , c'est une Nation qui n'a de vocation que poursuivre son histoire vieille maintenant de 1500 ans

Nous n'avons pas a tergiverser, ni a imaginer quoi que ce soit , la priorite est son existence au sein des Nations du monde, la réunification n'est qu'une péripétie , et que j'espère provisoire !

PIERRE CAMARET
Samedi 21 juin 2014

Mais mon Cher PRIGENT , je viens d'envoyer il y a 10 minutes un commentaire qui reprend votre proposition .J'espere qu'il paraitra .Voyez a force de lire AUXIETTE on acquiert une certaine expertise .

PIERRE CAMARET
Samedi 21 juin 2014

YANN -BER .... mais cela ne servirait une fois de plus a rien .ILS S'EN FOUTENT , je dirai meme qu'ils en sont heureux : Leur reaction ils pendent leurs guenilles dehors et alors , a la nuit tombee , ils les rentreront .

Je verrai mieux , si cela etait possible : greve generale de 3 jours .Tout arrête , prevenir la Presse Europeenne et Internationale.

Le reste , les GHD , les petitions , les slogans , les parades ILS EN ONT RIEN a FOUTRE .

Reun Allain
Samedi 21 juin 2014

Nous ne sommes pas prophètes et comme aurait dit Pierre Dac «La prévision est difficile surtout lorsqu'elle concerne l'avenir. ». Dans le cas de la réforme territoriale, on pourrait prévoir cependant que ces nouvelles « régions » résultant de la fusion des anciennes ne seront que des super-départements. Quand dans l'horreur des résultats électoraux, le pouvoir a voulu montrer qu'il reprenait l'initiative, il ont balancé comme un coup de dés qu'ils allaient diviser par deux le nombre des régions, il n'y avait rien de préparé. Ce n'était qu'un coup d'annonce mais une fois balancé dans les média il fallait faire semblant de faire quelque chose, d'autant plus qu'on annonçait la suppression à terme des Conseils Généraux. Si on regarde de plus haut on supprime les départements (bras armé de l'état dans les anciennes provinces) hérités de la révolution et on les reconstitue à une nouvelle échelle par fusion des régions administratives. Autrement dit ces territoires ne sont que des ramification de l'état central dans l'hexagone, c'est dire des créations purement technocratiques sans pouvoir politique réel. Qui peut imaginer une dévolution de pouvoirs réglementaires d'un état jacobin à des super régions comme Rhône-Alpes-Auvergne ou dans la futur royaume de Ségolène englobant les ex.régions Centre-Limousin-Poitou-Charentes. Ce sont des territoires où l'état mettra ses gouverneurs, c'est sans doute l'ambition du Consul des PdL d'où son insistance à annexer la Bretagne. C'est ainsi que se passaient aussi les choses dans l'empire romain déclinant. Dans ce jeu de taquin c'est aux Bretons d'être assez rusés et opportunistes pour prendre les rênes politiques au moment où le système est assez déstabilisé. Ceux que nous avons en face de nous ne sont animés que par la seule volonté d'un pouvoir personnel donc éphémère alors que nous Bretons nous raisonnons à l'échelle de l'histoire. Qui peut imaginer un pouvoir règlementaire à un président Auxiette chargé d'arbitrer une application différentiée de l'écotaxe entre l'est et l'oust de son domaine ? Alors qu'on vient d'annoncer la super région Rhône-Alpes-Auvergne, cette dernière vient d'achever son palais de Région. Interpellés sur cette gabegie, les élus concernés ne se sont pas embarrassés de dire que Lyon est tellement loin qu'ils n'iront pas là bas et que leur locaux inaugurés à grand frais leur serviront de toutes façons. Ça va sérieusement tanguer dans les mois à venir.

Iffig Cochevelou
Samedi 21 juin 2014

@m.prigent

Méfions nous des malentendus, ce n'est pas un grandwest féderal (que je rejette de toute façon) qu'ils veulent nous faire , mais un espece de Conseil culturel et touristique des 5 départements , qui de toute façon, fonctionnerait avec les finances de cette nouvelle région bidon

Halte au n'importe quoi

Non au grandwest , oui a une Bretagne autonome !

PIERRE CAMARET
Samedi 21 juin 2014

Dans un contrat commercial il y a deux choses :

- Bases du contrat QUE L'ON NE CHANGE PAS.

- Clauses du contrat a negocier . Tres bien .

ON NE CHANGE PAS le PRINCIPE HISTORIQUE B5.

On est ouvert sur les clauses annexes : Cooperation avec les Regions voisines ... et meme exterieures( La peche pour les Regions ultramarines , exploitation sous marines pour ces memes regions - la Bretagne commence a avoir la competence. surtout LA pour le subsea )

Mickaël COHUET
Samedi 21 juin 2014

@tous,

Je suis entièrement d'accord avec le propos d'Iffig Cochevelou. Particulièrement ce passage :

« Le but de cette opération de désinformation fait partie de leur objectif final, que l'on connait depuis que la Bretagne a été annexée : sa disparition pure et simple. Alors DE LÀ A NOUS FAIRE CROIRE QU'UNE ASSEMBLÉE BIDON CULTURELO-IDENDITAIRE DANS UN GRANWEST CHANGERA LES CHOSES, C'EST LE PIEGE DANS LEQUEL IL NE FAUT PAS TOMBER. (…) »

Il faut que nous restions vigilants. Il ne faut pas que nous baissions la garde et les laisser nous enfumer et nous endormir comme à l'accoutumée.

Merci pour les commentaires de Reun Allain.

Je trouve ce passage de votre dernier commentaire, particulièrement pertinent :

« (…) Qui peut imaginer une dévolution de pouvoirs réglementaires d'un état jacobin à des super régions comme Rhône-Alpes-Auvergne ou dans le futur royaume de Ségolène englobant les ex.régions Centre-Limousin-Poitou-Charentes. Ce sont des territoires où l'état mettra ses gouverneurs, c'est sans doute l'ambition du Consul des PdL d'où son insistance à annexer la Bretagne. C'est ainsi que se passaient aussi les choses dans l'empire romain déclinant. Dans ce jeu de taquin C'EST AUX BRETONS D'ÊTRE ASSEZ RUSÉS ET OPPORTUNISTES POUR PRENDRE LES RÊNES POLITIQUES AU MOMENT OU LE SYSTEME EST ASSEZ DÉSTABILISÉ. CEUX QUE NOUS AVONS EN FACE DE NOUS NE SONT ANIMÉS QUE PAR LA SEULE VOLONTÉ D'UN POUVOIR PERSONNEL DONC ÉPHÉMÈRE ALORS QUE NOUS BRETONS NOUS RAISONNONS À L'ÉCHELLE DE L'HISTOIRE. (…) »

Au-delà du problème de la réunification de la Bretagne, nous pouvons constater que partout en France, ce découpage aberrant quasi-imposé, totalement technocratique décidée unilatéralement sans aucune consultation (hormis celle des barons locaux du PS à la tête des régions), à la va vite, avec un amateurisme sans précédent sous la Ve République, sans prise en compte des réflexions et travaux précédents sur le sujet (Commission Balladur sur la réforme territoriale), est contesté dans de nombreux endroits de l'hexagonie.

Incontestablement, la grande faiblesse de cette réforme, c'est la méthode.

Il faut absolument que nous fassions pressions sur nos parlementaires pour SUPPRIMER cette RÈGLE stupide DE "FUSION PAR BLOCS" : la dislocation de régions ne doit pas être un tabou. Cette règle prive tout le monde d'une réforme intelligente et de qualité.

Sans perdre de vue notre objectif, il faut que nous obtenions la sympathie des populations des autres départements, par cette EXIGENCE et notre détermination.

Ainsi nous n'agiront pas seulement pour notre intérêt mais aussi pour celui de toutes les populations d'hexagonie.

C'est la seule solution pour permettre la réunification.

La constitution de régions technocratiques en France au forceps _ autrement dit, des régions PdL dans tout l'hexagone !!!_ nous engageant pour plusieurs décennies, contestées en interne par les « notables », dépourvue de l'adhésion des populations concernées, risque de générer des tensions et des ranc½urs pendant des années paralysant ainsi l'envie de mener des projets et d'être suffisamment réactif pour faire face à la mondialisation (outre le coût exorbitant en campagnes de propagandes que cela va nécessiter pour tenter de créer de toute pièce des identités dans lesquelles ils voudront que ces populations se reconnaissent…). En clair, une faute politique majeure.

L'apogée d'une logique technocratique, d'un système voué d'avance… à l'échec !

Pour paraphraser Reun Allain, je dirai que ceux que nous avons en face de nous ne sont animés que par la seule volonté d'un pouvoir personnel donc éphémère alors que nous Bretons nous sommes encore capables de raisonner pour l'intérêt général afin d'éviter la constitution de régions incohérentes et une recentralisation qui sera catastrophique pour la France.

Ainsi, par cette exigence _ et cela paraît un peu dingue _ motivé par notre désir légitime de réunification, nous n'agissons pas seulement pour l'intérêt de la Bretagne mais aussi pour celui de la France !

Il faut absolument que nous fassions pressions sur nos parlementaires pour qu'ils s'allient avec les contestataires des autres régions et départements pour supprimer cette règle qui n'a aucune légitimité.

C'est la seule solution.

eugène le tollec
Samedi 21 juin 2014

C'est pourquoi,je dis

Planification...on jalonne

T0 réunification

T1

Que fait-on du bébé (toute prospective et objectifs)?

Selon la planification d' initialisation du projet" Breton".

Passer en management de grand projet( la Bretagne moderne est notre plus grand projet,elle est notre futur...seul où accompagné.

Le tout est de se mettre d'accord sur le cheminement à mettre en place!

yann-ber
Samedi 21 juin 2014

Pierre Camaret : Je sais bien que ça ne sert pas à grand chose. Les palabres non plus d'ailleurs. Il faut agir, d'une manière ou d'une autre. Grève générale de 3 jours ? Inconcevable financièrement pour la majorité des Bretons. Même la manif de Nantes, ils s'en foutent, quel qu'en soit son niveau de participation.

Il va falloir que certains ressortent les pains de plastic pour se faire entendre ? A se demander si ce n'est pas dans les plans du gouvernement d'ailleurs tant la provocation est lourde.

SPERED DIEUB
Dimanche 22 juin 2014

Devezh mat Tangi

Je constate que vous n'avez pas retenu mon commentaire Je suppose que vous devez penser qu'il était fait de contre vérités ,bon peu importe, cependant je vous conseille de lire cette partie des extraits du livre de Emile Wanty concernant la Belgique

(voir le site)

ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 8 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.