Le Télégramme devient plus Internet pour basculer vers la presse tout numérique

-- Media et Internet --

Dépêche
Par Christian Rogel

Publié le 27/02/14 14:46 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Le quotidien brestois, Le Télégramme, basé en réalité à Morlaix et à Paris, est reconnu pour s'être souvent placé en tête de l'innovation gagnante.

Non seulement, il a été le premier quotidien français à imprimer en offset couleurs en 1968, mais il a créé son site Web, dès 1995, en collaboration avec Sup Télécom Bretagne (Brest-Plouzané) et le Crédit mutuel de Bretagne, avant même l'arrivée de Wanadoo (2 janvier 1996).

Mardi 28 janvier 2014, il lancé une petite révolution pour se créer une clientèle d'abonnés purement numériques, pouvant lire le journal, indifféremment sur ordinateurs, tabletttes et smartphones, grâce à ce qu'on appelle le «responsive design» (formatage adaptatif).

Le principe adopté est celui du «paywall», soit un quota de 3 articles gratuits par mois pour le non abonné et une proposition de s'abonner à l'édition numérique pour 19,99 ¤ par mois (1 ¤ le premier mois). On peut aussi payer 0,90 centimes pour un «pass journée», soit le prix de l'édition papier. Celle-ci change de maquette et passe de 6 à 5 colonnes. Les 45 000 abonnés à l'édition papier ont aussi accès à l'édition numérique. Parallèlement, l'offre de vidéoreportages est développée et la mise en relation avec la rédaction facilitée.

Cette évolution du Télégramme est en ligne avec la situation de la presse imprimée, dont le modèle est de moins en moins efficace : trop forte dépendance à une publicité qui est très évolutive et sensible aux crises, coûts de distribution trop élevés. Cela a amené le gouvernement français à mettre les grands médias imprimés sous perfusion financière, ce qui n'est pas une situation très saine, bien que l'un des motifs de subventionnement soit justement l'accompagnement vers le numérique.

Ainsi, Le Télégramme ne se distribuera plus lui-même dans le Morbihan, mais alimentera 400 dépôts par l'intermédiaire de Presstalis (NMPP), dont la situation branlante inquiète l'État.

Le Télégramme réussira-t-il à s'installer sur le marché de la presse numérique, commme l'a réussi le prestigieux New York Times qui annonce tirer 50% de son chiffre d'affaires de son édition en ligne ?

L'une des conséquences de ce nouveau modèle est de rendre payants les anciens articles du Télégramme, ce qui limitera la recherche historique du simple particulier non abonné.

Le Télégramme est la propriété du Groupe Télégramme. Le président-directeur général et directeur de la publication est Édouard Coudurier, son frère, Hubert Coudurier est directeur de l'information et le directeur de la rédaction est Marcel Quiviger. Le rédacteur en chef est Samuel Petit.

Diffusion moyenne en 2013 : 207 000 exemplaires

Sur trois ans (2009-2010-2011, il a reçu 3 555 000 ¤ d'aides d'État. Rapport du Sénat à la Cour des Comptes (voir notre article)

Le groupe possède les chaînes de télévision locale Tébéo et Tébésud, disponibles sur la TNT et a un département événementiel qui organise les grandes courses transatlantiques (Route du Rhum, AG2R, Solitaire du Figaro...), ainsi que des festivals de musique.

Christian Rogel

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 2954 lectures.
mailbox imprimer
Christian Rogel est spécialiste du livre, de la documentation et de la culture bretonne.

Vos commentaires :

Stéphane Simon
Jeudi 27 février 2014

Bonjour,

à noter que depuis le lancement de leur nouvelle formule il y a quelques jours, le Télégramme affiche sur sa première page une très vilaine carte de B4. Il faudrait massivement leur écrire, pour sinon avoir une carte de B5, au moins faire retirer cette carte de Bretagne tronquée.

Edouard Morin
Jeudi 27 février 2014

M. Rogel n'a visiblement pas compris que Le Télégramme n'agit pas là en "innovateur" mais sous la pression, essentiellement pour tenter de sauver un journal mal en point (Il a perdu la guerre de la publicité numérique).

En devenant "tout abonnement", ce journal s'est pris pour un grand journal, en pensant que des gens paieraient pour l'information médiocre qu'il fournit.

Peu nombreux seront ceux qui paieront pour la rubrique "chiens écrasés" sur laquelle repose ce journal. Le numérique étant un outil de gens jeunes, peu consentiront à payer.

Le problème vient du contenu et non du contenant.

Christian Rogel
Jeudi 27 février 2014

Sur l'Agence Bretagne Presse, il y a de nombreux articles traitant des difficultés qu'ont les quotidiens français pour établir un modèle numérique viable. Comme signalé, il est pourtant subventionné.

Peut- être trop tardivement, le Télégramme qui a une expérience très ancienne et très pointu du Web, choisit le modèle du paywall, qui semble l'option favorite à l'étranger. Il a un lectorat hors de Bretagne qui peut être une cible pourvu que l'ergonomie soit au rendez-vous.

Jusqu'ici, il s'en est mieux tiré que ses concurrents et confrères.

Ar Vran
Jeudi 27 février 2014

@Christian Rogel

Certes mais quand on voit que la nouvelle version numérique du Télégramme fait l'apologie de la Béquatrie, vous savez la région croupion sise à l'Ouest de la France, et que pour beaucoup de Bretons expatriés justement la Bretagne se conjugue en 5 départements, je pense sincèrement que leur refonte va faire l'effet d'un feu de paille.

Pour votre information quand vous êtes Breton expatrié, si c'est pour avoir les infos officielles et jugées correctes en France actuelle, il n'y a pas besoin de s'abonner au télégramme, il suffit d'aller sur Google News en français car c'est en plus gratuit! A moins bien sûr d'être intéressé par la rubrique des chiens écrasés, sujet qui je doute soit pertinent quand on est expatrié.

Donc si ce site n'évolue pas et ne promeut pas la bretagne réelle et non l'officielle, je lui donne pas cher de son avenir...

Paul Chérel
Jeudi 27 février 2014

lignes 13 et 14 - 3 articles PAR MOIS ? ou PAR JOUR ? Je reçois déjà le télégramme numérique (depuis longtemps), tous les jours et gratuitement, après avoir choisi deux rubriques (les seules qui m'intéressent ) Bretagne et Economie. Depuis peu, ils ont éliminé la rubrique "Economie" et l'ont remplacée par une rubrique clochemerlesque du village où j'habite. On est encore loin des versions numériques du New-York Tribune ou du Japan Times, de la Frankfurter Zeitung et même du "El Pais" espagnol. Mais c'est un premier pas que je salue. O.F. en prendra de la graine. Cela n'empêche malheureusement pas que le niveau intellectuel et informatif de la presse en France, aussi bien nationale que régionale, est plutôt misérable. La faillite de Libé en est une illustration. Paul Chérel

Christian Rogel
Jeudi 27 février 2014

Le lectorat cherche surtout des infos très locales et la carte dessinée par le Télégramme ne sera, généralement, pas un frein.

Google News : maintenant, on tombe sur une proposition d'abonnement et on ne peut lire que 3 articles gratuits chaque mois.

Mikael
Jeudi 27 février 2014

Plus ça va et plus je vois que ce journal, comme OF,est fait pour convaincre les Bretons qu'ils ont Français. En matière de conditionnement des esprits ils tiennent la route. Je l'i acheté longtemps mais maintenant c'est définitivement fini.

marc iliou
Jeudi 27 février 2014

Et de plus si maintenant on veut lire les articles du Télégramme sur internet il faut pratiquement payer tout le temps c'est à dire être abonné, autrement on ne lit pratiquement plus rien ! le progrès passe encore par le fric et pourtant ce journal comme Ouest France est largement subventionné par l'état français !

Christian Rogel
Jeudi 27 février 2014

@Marc Illiou,

J'ai ajouté en bas de l'article que le Télégramme a reçu 3 555 000 ¤ de 2009 à 2011 pour l'aider à développer le portage et à évoluer encore mieux vers le numérique. Cela paraît énorme, mais Ouest-France reçoit encore plus.

Nous, contribuables devont espérer n'avoir plus à payer, si le nouveau modèle tend à l'équilibre.

Naon-e-dad
Jeudi 27 février 2014

Il est vrai que Le Télégramme apparaît un peu trop comme un journal inféodé au pouvoir politique, et cela en se calquant sur le dessin administratif de la région de Rennes (B4).

Ce parti-pris génère une image très défavorable, encore plus quand on sait que sa zone de chalandise se limite à trois départements (29-22-56).

La première qualité attendue d'un journal est sa liberté présumée. Mais dans les cas de OF et du Télégramme, la notion de liberté de la presse a singulièrement rétréci.

Chaque carte publiée le rappelle. Cruellement.

Bewech e vez embannet ur gartenn ganto, ur gartenn velestradurel an hini eo!

De quoi chambouler toute l'information économique et sociale. Comment le lecteur pourrait-il s'y retrouver si on lui cache une partie de son environnement?

N'eo ket brav c'hoari mod-se. Dre se ne c'hell ket al lenner kompren an traoù tro-dro dezhañ....

Reun Allain
Jeudi 27 février 2014

La PQR est face à un véritable dilemme et particulièrement en Bretagne où on lit le plus. L'arrivée du numérique va marquer la fracture du lectorat entre les plus âgés attachés à la version papier et les nouvelles générations consommatrices d'un type d'information totalement différent de celui demandé par les anciens. Posons nous la question de savoir pourquoi OF et le Tgm se vendent encore en version papier en Bretagne. Grosso modo les lecteurs s'abonnent pour les nouvelles de leur commune, tout au plus pour celles du canton ou de la ville s'ils y habitent.

Les pages consultées par les plus de 60 ans sont les avis de décès ou pour des professionnels, les annonces légales et judiciaires. N'oublions pas les pages sport pour les amateurs. Les rubriques sont hiérarchisées Monde / France / Bretagne tronquée / Département / Local. Ce sont ces dernières rubriques qui consomment le plus de papier pour un minimum de lignes réellement parcourus. Ceux-ci recherchent l'article éventuel sur leur commune ou à défaut celles du canton. La curiosité va rarement au-delà mais c'est sur ce terrain que les élus se « battent » pour être sur la photo et montrer qu'ils y étaient (repas des anciens, sur un chantier, …). Tout le monde connaît certaines têtes d'élus qu'on va trouver sur toutes les photos du secteur géographique et il évident que le temps consacré à ces présences inutiles ne leur permet certainement pas de travailler sur des dossiers de fond.

Une fois fait ce constat, il faut se poser la question du journal numérique. Ce n'est plus le même lectorat, il est éventuellement ou potentiellement localisé dans n'importe quelle région du monde. Il est certain que ce n'est pas pour voir la tronche d'un élu quelconque au repas de l'amicale du secteur qu'il va s'abonner à une publication numérique si on n'a rien d'informatif à lui apporter.

Le découpage territorial tel qu'il est conçu pour l'édition papier n'a plus de sens dans l'édition numérique. Ouest France à envoyé à la pêche des étudiants stagiaires pour enquêter auprès de Bretons du Monde pour savoir ce qui intéressait les expatriés en version papier afin d'en définir le contour de la version numérique. Mission impossible, tant qu'ils n'embrassent pas la dimension bretonne à cinq départements car le lecteur internaute n'a que faire d'une division administrative pas plus qu'il n'a envie de s'embarrasser avec le dimension ouestonne chère au journal qui a inventé l' « Homme de l'Ouest » uniquement pour justifier son titre « Ouest-France » alors que le lecteur breton du bout du monde s'il sort de l'actualité typiquement bretonne peut consulter n'importe quelles News qui lui ouvrira la porte sur le monde entier.

En conclusion, un journal numérique breton doit couvrir les cinq départements, c'est là que la clientèle est la plus homogène avec une raison de s'abonner « breton » avec un caractère bien marqué sur la culture, la recherche, les entreprises, la terre et la mer. Ce sont des rubriques qui correspondent à la demande des Bretons ! Les avis d'événement locaux (annonces légales, décès, rapports de réunions de conseils municipaux) y ont toute leur place et sont faciles à caser dans des pages numériques et pour le reste c'est le monde dans toute sa diversité sur de sujets globaux, géopolitiques, économiques, technologies, sciences, etc …

Paotr Bourgogn
Vendredi 28 février 2014

Au moins le Télégramme papier a un intérêt par rapport au numérique : on peut allumer son feu avec, parfois même avant de l'avoir lu.

Sebastien Guivarch
Vendredi 28 février 2014

Je trouve ça moi aussi + que limite ... surtout dans la communication ...Où ils avaient annoncé une nouvelle version sur internet quelques mois avant , sans jamais préciser quelle serait payantes de bout en bout .... Moi qui était fidele lecteur sur internet , parce que je lisais l'info qui m'interesse ( non dsl mais le concours de domino je ne sais ou de la version papier ne m'interesse pas )et bien c'est simple je ne lis plus ...de + pour une entreprise comme le Télegramme , il n'est pas difficile de faire du revenu avec de la pub sur le net ... Faut pas avoir fait des etudes dans les medias pour comprendre ça !

Je pense que beaucoup de gens pense comme moi et qu'au final il vont perdre du lecteur . Peut etre je me trompe , mais déjà que Ouest france c'est pas la perou pour l'info Bretonne qui vas le faire !!

MICHEL KERNINON
Vendredi 28 février 2014

Quelques erreurs à signaler, notamment sur le nombre d'abonnés du Télégramme qui est bien au-delà du chiffre indiqué compte tenu du nombre important des abonnés servis par portage dans le Finistère et les Côtes-d'Armor car il n'y a plus guère d'abonnés postaux.

Le Pdg, directeur de la publication, est Edouard Coudurier et non son frère Hubert, qui est directeur de l'information.

Pour être complet, l'actionnariat de Tébéo et Tébésud comporte plusieurs autres actionnaires minoritaires, dont Ouest-France, des entrepreneurs régionaux bien connus et des collectivités territoriales qui apportent des subventions, par conventions d'échange de services et de promotion du territoire.

Les aides nationales à la presse et au portage pour la seule année 2012 sont les suivantes : en tête 1 MONDE et 2 Le Figaro ENTRE 18 et 19 MF, ensuite OF 11 MF, Telerama, La Croix et Libération : 10 MF, Aujourd'hui, Nouvel OBS 9MF, l'Express 9MF, L'HUMA ET Télé-sept jours entre 6 et 7 MF

Le Télégramme arrive 39 e en montant d'aide avec 2 MF pour la seule année 2012 ( et donc bien plus que la somme indiquée sur les trois ans), sur près de 200 publications concernées par les aides directes à la presse. Car il en est aussi d'indirectes, tout aussi intéressantes compte tenu de la spécificité fiscale de la presse notamment l'art 39 bis du Code des impôts et dispense de certaines taxes locales.

Pour le fun, arrive en queue de peloton des 200 publications subventionnées, L'ami du peuple hebdo qui n'est plus le journal de Marat, et qui diffusé à 1 millions d'ex en 2012, reçoit 158 000 euros d'aides, pour 250 millions d'exemplaires diffusés par Ouest-France et 73 millions par Le Télégramme.

Ce qui n'empêche pas OF et Le Télégramme d'avoir des difficultés à équiliber en raison de la chute des recettes publicitaires et ce qui explique la volonté de diversification des sources éventuelles de recettes. Et on parle ces jours-ci de difficultés accrues au groupe SPIR Ouest-France et de mesures d'économie en vue.

Michel Prigent
Vendredi 28 février 2014

Pendant 50 ans, je n'ai cessé de lire quasi quotidiennement la PQR, le "Canard Enchainé" ou autre Charlie Hebdo, les magazines: Express, Le Point, Nouvel Ob's, Capital... sans compter les parutions bretonnes: Armor, Breizh Info, Bretagne Hebdo, Le Peuple Breton...Pour quel résultat !!!

Chaque année, pendant mes vacances à Penn Ar Bed, j'essaie de rattraper mon retard de lecture sur mes abonnements de l'ex Armor, du Peuple Breton (UDB).

Ces parutions datent des alentours de l'an 2000 et je constate que RIEN dans les commentaires, dossiers ou problèmes n'ont évolué depuis, il suffirait de les reconduire texto en changeant la date.

Il en est d'ailleurs de même dans l'évolution institutionnelle et administrative du pays si ce n'est que la poursuite d'une complexification étouffante du fonctionnement du pays conduite par l'oligarchie politique qui en fait son fond de commerce.

Le résultat de cet immobilisme est la désaffection du citoyen pour la chose politique, d'autant que les médias de plus en plus dépendant des subventions, de la publicité privée et publique (voir les encarts de pages entières financées par les PdL pour leur promotion), de l'actionnariat des entreprises du CAC 40, rechignent à remettre en cause le système, système qui petit à petit, insidieusement, se sclérose et se paralyse sous l'effet des intérêts corporatistes, un peu comme l'Union soviétique avant son effondrement économique.

Pour ma part, j'ai résilié, il y a 1 an mon abonnement à Ouest France (la bien nommée !), gagnant ainsi 230 ¤/an et surtout 2 h de temps libre par jour !

kris Braz
Vendredi 28 février 2014

Une interface graphique médiocre, un manque de contenu journalistique et une rapacité sans égale. La nouvelle formule du Télégramme va s'avérer un fiasco. Alors que j'appréciais la formule précédente, plus claire et plus ouverte, et que ma première visite matinale était pour le Telebramm, je ne me rends plus sur le site, et j'imagine ne pas être le seul. Minable et à côté de la plaque.

PIERRE CAMARET
Vendredi 28 février 2014

Michel PRIGENT . En fait c'est cela le probleme : On ne change rien .

Pour moi 2014 est l'annee du changement .... ou on "terminate ".

Nono Fik
Vendredi 28 février 2014

La nouvelle version électronique du Télégramme est décevante, moins claire, mois chaleureuse, mois "Bretagne" et donc plus "france" : c'est simple, j'y vais de moins en moins et la place du "Télégramme" dans l'onglet "mes favoris" de l'ordinateur sombre petit à petit tel le Titanic au milieu de l'Atlantique, ils disparaîtra bientôt et fera alors une entrée dans mon panthéon de mes souvenirs culturels....

"Entre ici le télégramme avec ton terrible cortège..."

Ceci d'autant plus que la version papier qui ne m'a pas séduit non plus me pousse à l'achat de plus en plus fréquent, chez mon marchand de journaux préféré, du Ouest-France dont la lecture est incontestablement plus longue et plus intéressante que le "Télégramme"

Christian Rogel
Vendredi 28 février 2014

Le positionnement du Télégramme et de OF est sur l'information locale et il est normal qu'il cherchent à le garder.

Ce que dit Reun Allain, est très juste : ils devraient s'apercevoir que transférer la locale sur Internet peut se révéler impossible, car, il faut créer un langage journalistique spécifique, une titraille adaptée, etc.

Vont-ils transcender leur modèle et arriver aux niveaux des grands quotidiens barcelonais ou écossais qui gardent un côté local ? La suite le dira, mais, ce qu'il faut retenir c'est qu'ils se décident à aller vers un modèle majoritairement en ligne. Ils ne peuvent pas rompre d'un seul coup avec leur histoire.

Yann Maneguen
Vendredi 28 février 2014

Confisqué à Jacques Guillemot à "la Libération", comdamné à un an de prison et à l'indignité national (insigne reconnaissance de son engagement breton !, lui dont le seul crime avait été de prendre Yann Fouéré comme rédacteur en chef de la Dépêche de Morlaix, le futur Télégramme est depuis lors un journal "républicain" c'est à dire anti-breton et inféodé aux jacobins de tous poils.

Ils ont refusé récemment d'insérer un avis de décès de Yann Fouéré.

A tout prendre Ou(e)st France est plus supportable comme Pravda.

Avec internet ils peuvent crever : on ne les regrettera pas.

MICHEL KERNINON
Dimanche 2 mars 2014

Il y aurait en effet beaucoup à dire sur Jacques Guillemot comme sur ses amis pendant la guerre et notamment sur Yann Fouéré, sous-préfet de Vichy à Morlaix, directeur de La Bretagne à Morlaix. Et à dire aussi sur les procès qui ont eu lieu à ce sujet à la Libération pour collaboration et sur les jugements prononcés. Comme d'ailleurs sur le contenu de La Dépêche de Brest, de Ouest-Eclair et le comportement de certains dirigeants.

Un seul conseil, consulter largement à ce sujet les archives de l'époque concernée, à condition de pouvoir accéder à TOUTES les archives, et non pas les archives sélectionnées, et en plus de consulter TOUS les ouvrages consacrés à la presse bretonne pendant la période de l'occupation. Ne pas se contenter de prendre pour argent comptant les points de vue complaisants de certains acteurs dont le seul but était souvent de se disculper de leur collaboration plus ou moins passive avec les autorités d'occupation.

Sans aller à la collaboration directe comme celle de Mordrel, il y en a eu de nombreuses autres collaborations, hélas oubliées, dans la presse comme dans les affaires en Bretagne. Certains semblent ne pas s'en souvenir.

Christian Rogel
Dimanche 2 mars 2014

D'accord avec le fait qu'il subsiste de nombreuses zones d'ombre. Le terme de collaboration passive, très vague, pose problème, car, il pourrait concerner des millions de gens.

Le paradoxe concernant Mordrel est qu'on est sûr qu'il a activement collaboré avec les nazis avant la guerre et au début de l'occupation, puis, il est éloigné du terrain par les nazis eux-mêmes avant de réapparaître tout à fait en fin de course début 44. Qu'a-t'il fait pendant 3 ans?

Quant au match Fréville-Fouéré, ne pas oublier que le premier n'était pas étranger à l'arrangement en faveur des propriétaires de la Dépêche.

MICHEL KERNINON
Dimanche 2 mars 2014

Oui, qu'a donc fait Mordrel pendant la guerre ? Il a publié Stur, qui, dit-il, "formule les principes d'une refonte institutionnelle de la France sur la base des ethnies et régions naturelles." (Itv réalisée par mes soins le 25 octobre 1985 à Léchiagat pour la revue Bretagnes.

S'est réfugié en Italie, selon ses dires, où il est fait prisonnier par les Anglais. S'évade en mars 1946 alors que les Anglais, dit-il toujours, s'apprêtaient à le livrer à la France.

Juin 1946, condamné à mort par contumace au procès des autonomistes bretons, part de Gênes pour l'Argentine qu'il quittera en 1968 et il sera ensuite accueilli par en Espagne franquiste, jusqu'en septembre 1971, date à laquelle, il revient en Bretagne au terme d'une interdiction de séjour.

À la Libération, le résistant Henry Fréville, futur maire de Rennes, fut le directeur de cabinet de Victor Le Gorgeu, maire de Brest révoqué par Vichy et dénoncé à la Gestapo. Le Gorgeu devint à la Libération commissaire régional de la République pour les quatre départements bretons.

Victor Le Gorgeu et Henri Fréville, résistants incontestés ont été chargés par le Général de Gaulle de mettre en place la parution du Télégramme, autorisée au titre du Parti radical, et de Ouest-France, au titre de la Démocratie chrétienne, les dirigeants de La Dépêche et de Ouest-Eclair pendant l'Occupation ayant été déchus de leurs droits pour faits de collaboration avec l'ennemi.

Ar Vran
Mardi 4 mars 2014

@Michel Kerninon

Très bien mais comme on vit maintenant au XXIè siècle, je ne pense pas que savoir qui était nazi ou pas il y a 70 ans intéresse les Bretons de nos jours.

En revanche s'il est une chose inacceptable est que sous prétexte de comportements douteux il y a plus de 60 ans, des journaux dont l'aire de publication correspondant à toute ou partie de la Bretagne ne veulent pas évoluer ou se fassent le porte parole d'une France complément sclérosée.

Dommage pour eux car je l'ai déjà dit : je doute fortement que sans les subventions française, ces journaux existeraient encore.

En résumé, si ces journaux ne veulent pas évoluer, je leur souhaite leur disparition la plus proche possible.

A moins qu'ils soient frappés par la grâce. Permettez-moi actuellement d'en douter...

MICHEL KERNINON
Jeudi 6 mars 2014

ITW Olier Mordrel parue dans la revue Bretagnes :

" Les réactionnaires allemands étaient franchement hostiles au national-socialisme. Par bien des côtés, le nazisme était un parti socialiste. Et certains Bretons qui étaient des gens de gauche aussi, ont sympathisé avec ce côté national du nazisme, en fermant les yeux sur le reste... D'ailleurs, le reste, on ne le connaissait pas beaucoup : aujourd'hui, on fait un plat énorme, n'est-ce pas, des chambres à gaz et de tous ces machins-là...Sur le massacre des 6 millions de juifs, je le dis en passant, il n'y a jamais eu d'enquête internationale : il y a eu des articles de presse, un point c'est tout. Moi, j'aurais bien voulu qu'il y ait une enquête internationale."

Voilà donc les propos tenus par O. Mordrel au cours de cet entretien revu et corrigé par lui-même avant publication. Qu'on le veuille ou pas, les mots sont les mots et la rengaine est bien repérée.

Christian Rogel
Jeudi 6 mars 2014

Que Mordrel ait été un nazi revendiqué est une certitude. Dire qu'il a convaincu la majorité des militants du PNB, ou Yann Fouéré et même Jacques Guillemot, serait une contre-vérité grossière.

Mais, nous voilà loin de la presse numérique... qui est contemporaine et se créée sous nos yeux.

MICHEL KERNINON
Jeudi 6 mars 2014

Attendons d'autres travaux en cours, allégés de parti-pris, si possible, pour avoir un éclairage plus assuré sur la période de la collaboration idéologique en Bretagne et des positions des protagonistes. Ce qui est sûr c'est que Mordrel n'avait pas que des amis dans le mouvement autonomiste.Ce qui est aussi sûr, c'est qu'il a obtenu de l'autorité allemande à Rennes, un ausweiss pour LF Céline afin qu'il puisse rendre visite à sa fille Edith Follet qui se trouvait, me semble-t-il à Saint-Malo. En effet ceci est une autre histoire. Mais quand en décide de parler de la presse bretonne, serait-ce pour évoquer l'information numérique, il convient d'être exact sur les hommes et les chiffres, et il paraît difficile d'éviter de faire le point sur le passé. La meilleure preuve en sont les allusions faites ici même par vos lecteurs à Guillemot comme à Yann Fouéré. Preuve que le présent et même le futur peuvent être rattrapés par le passé. Ce n'est que bénéfique pour la transparence et la cohérence, probablement. De la narration historique, selon les uns ou les autres, certainement.

RAM
Mercredi 9 avril 2014

Et surtout, l'onglet "Nantes" qui apparaissait sur l'ancienne version, au côté des onglets "Finistère", "Côtes d'Armor", "Morbihan" et "Ille-et-Vilaine" a tout simplement disparu !

Le Télégramme régresse en matière de reconnaissance de la Bretagne !

KERNINON MICHEL
Vendredi 16 mai 2014

Fonds Google: Express-Roularta et Nouvel Obs les mieux dotés en 2013

Le 15/05/2014 à 15:32 par Thierry Wojciak

0

envoyer un e-mail

Imprimer

Réduire les caractères

Aggrandir les caractères

inPartager

En 2013, après 8 mois de fonctionnement, le Fonds pour l'innovation numérique de la presse Google et AIPG (FINP) a alloué 16,3 millions ¤ pour 23 projets sur 39 déposés. Ont ainsi été retenu 6 projets PQN, 5 pour la PQN, 5 pour des pure players, 3 pour les news magazines, notamment. Le groupe Express-Roularta et Le Nouvel Observateur auront été les mieux lotis avec, respectivement 1,99 et 1,97 million ¤ versé. Le premier pour la mise en place d'une plateforme big data pour passer d'une approche de marque (« brand centric ») à une vision « user centric », le second pour le lancement de son quotidien digital QuotidienObs. Sur la 3ème marche du podium, Le Monde (1,84 M¤), pour « Mobilité First », une offre exclusive et expérimentale dédiée au usages mobiles, suivi par Le Figaro (1,82 M¤) pour FigaroTV, avec la mise en ligne de plus de 100 vidéos par jour . Pour sa part, Ouest France a reçu 1,38 million ¤ pour « Ednum », représentant deux éditions en ligne par jour.

Les 18 autres projets retenus ont quant à eux recueillis moins de 1 million ¤ :

- Alternatives Economiques, pour une publication exclusivement numérique sur l'actualité économique et internationale (457 500 ¤)

- BFMTV, pour BFM Social Media, plateforme sociale d'information politique (261 000 ¤)

- Charlie Hebdo, pour une application pour voir et faire des caricatures d'actualité (53 500 ¤)

- Contexte, pour un modèle payant multiface adapté à une presse de niche (441 000 ¤)

- La Croix, pour « La Croix data-Driven Media » afin de connaître et qualifier son audience pour mieux pousser et adapter les offres payantes ((835 000 ¤)

- Les Echos, pour Grid, application mobile multi-flux dédiée aux entreprises et à la veille économique (588 000 ¤)

- Economie Matin, pour de nouvelles interfaces de navigation dans l'information économique (29 000 ¤)

- Jeune Afrique, pour la création d'une plateforme de revente de contenus éditoriaux francophones sur l'Afrique (150 000 ¤)

- Libération, pour une offre de publications numériques exclusives avec journal de fin de journée, suppléments et ebooks à la demande (649 000 ¤)

- Marsactu, pour la création d'une lettre spécialisée en ligne sur l'économie à Marseille (131 000 ¤)

- 20 Minutes, pour la création d'une gamme d'offres publicitaires « natives » avec un back-office dédié pour l'annonceur (267 000 ¤)

- La Montagne, pour créer des supports d'affichage dynamique autour de l'information locale (191 000 ¤)

- Le Parisien, sur la data journalisme (144 000 ¤)

- Rue89, pour un Mooc sur le journalisme numérique (240 000 ¤) numérique

- Slate, pour « SoSlate », curation sociale automatisée pour analyser les conversations numériques (758 000 ¤)

- Sud Ouest, pour le développement d'une offre d'abonnements multidevices (700 000 ¤)

- Le Télégramme, pour la création d'un pay-wall sur une offre d'information locale (640 000 ¤)

- La Voix du Nord, pour la création de 1 524 portails hyper-locaux derrière un pay-wall (840 000 ¤)

En décidant au cas par cas, le Fonds peut allouer jusqu'à 60% du financement d'un projet. Le Fonds est doté de 60 millions ¤ sur 3 ans, mais il est prévu que ses activités puissent être prolongées de 2 ans. Pour 2014, le Fonds a d'ores et déjà examiné 12 dossiers déposés, et en en a retenu 10 dont les teneurs ne sont pas encore révélées. A la fin de ce mois, il devrait prendre connaissance d'une partie des 11 nouveaux dossiers encore déposés.

elo
Dimanche 15 juin 2014

Je rajoute ma pierre : je ne lis plus ce journal et je ne le suis plus car je n'y vois plus de visibilité.

Que ce soit :

- économiquement : qui lit encore la presse papier de nos jours ? Le papier vit ses dernières heures dans un monde connecté.

- humainement : les gens à bord ne sont plus les mêmes qu'il y a 15 ans et le côté humain de ce qui fait un journal (en interne) a complètement disparu à Morlaix. Au passage, ils ont beaucoup licencié (mais chut !).

- au niveau de l'information : les informations nationales/internationales, les plus importantes pour moi, se retrouvent partout. Pas d'article de fond comme le Canard Enchaîné.

ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 3 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.

--Publicité--
yoran embanner