Réunification : un amendement signé par 243 députés rejeté

-- La réunification --

Communiqué de presse de Bretagne Réunie
Porte-parole: Le Bihan Jean-François

Publié le 12/12/13 15:20 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Le 11 décembre 2013, l'Assemblée Nationale était saisie du projet de loi sur les métropoles.

A cette occasion des députés bretons ont déposé un amendement pour faire sauter les verrous qui empêchent la réunification de la Bretagne. Il s'agit du véto de la région des Pays de la Loire d'abord, qui est contraire à la Constitution et des obstacles techniques à la tenue d'un référendum ensuite.

Communiqué de presseCet amendement a été initié par Messieurs LE FUR (UMP) et MOLAC (EELV apparenté UDB), suivis Messieurs BENOIT (UDI), et URVOAS (Parti socialiste). Messieurs MOLAC et BENOIT avaient entraîné avec eux les groupes EELV, UDI et UMP. Au total 243 signatures.

Le Conseil d'Administration de Bretagne Réunie a été en permanence à leurs côtés pour les soutenir et les assister.

Naufrage pour la fin de vie politique de Madame LEBRANCHU

Mais sur les 243 députés bien peu étaient dans l'hémicycle au moment du vote et le gouvernement avait préparé la riposte.

Madame la Ministre LEBRANCHU a émis un avis défavorable au nom du gouvernement.

Curieux retournement d'une ministre qui appelle à voter contre un amendement identique à celui qu'elle avait voté avec énergie quand elle était dans l'opposition.

Amendement rejeté, fusion permise

Le résultat est sans appel : l'amendement qui aurait permis à la Loire-Atlantique de retrouver la Bretagne est rejeté et celui qui permettra de fusionner les régions Bretagne et Pays de Loire sans consulter la population est adopté.

Le gouvernement a ce qu'il voulait, les métropoles et demain le Grand Ouest.

La Bretagne, elle, n'aura rien et la Constitution demeure violée sans honte.

Pourtant tout n'est pas négatif. Après 3 tentatives depuis mars 2013 ce sont cette fois 243 députés qui ont signé pour que la Bretagne et la Loire Atlantique soient seules à décider de leur réunion et beaucoup non signataires lui auraient été favorables sans les pressions d'un Premier Ministre, hostile à la Bretagne.

Par ailleurs un amendement a tout de même été adopté qui permettra à 10% des membres de l'assemblée régionale ou départementale de saisir l'assemblée de la question de la réunification.

La Bretagne et Jean Marc Ayrault

La Bretagne n'a plus rien à attendre de cette mandature tant que Jean Marc AYRAULT est Premier Ministre.

La Bretagne a la Constitution pour elle et continuera à demander qu'elle soit appliquée.

Il y aura prochainement de nouvelles batailles parlementaires. Monsieur URVOAS a déjà annoncé la prochaine pour mars 2014. Nous y serons nous ne laisserons aucun répit au pouvoir et nous gagnerons.

Bretagne Réunie

Jean-François Le Bihan, Président BP 49032 44090 Nantes Cedex 1

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1407 lectures.
mailbox imprimer
logo
Fondée en 1980, l'association Bretagne Réunie, Comité pour l'unité administrative de la Bretagne, régie par la loi de 1901, se donne comme but la reconnaissance comme collectivité territoriale d'une région Bretagne formée des actuels départements des Côtes-d'Armor, du Finistère, de l'Ille-et-Vilaine, de la Loire-Atlantique et du Morbihan. L'association se définit comme démocratique, unitaire et apolitique. Elle agit pour et dans le respect des droits de l'Homme et des libertés fondamentales. Bretagne Réunie BP 49032 44090 Nantes/Naoned cedex 1

Vos commentaires :

Nono Fik
Jeudi 12 décembre 2013

question maligne : pourquoi ne pas créer une structure telle que le grand Lyon ou grand Paris comprenant les cinq départements bretons sous le majestueux vocable "Bretagne" et laisser ensuite crever à petit feu ces deux horreurs que sont les régions B4 et PdL ?

Job LE GAC
Jeudi 12 décembre 2013

Madame Lebranchu n'a manifestement pas compris! . .

Mais cet exemple est suffisamment éloquent pour prouver, s'il en était encore besoin, combien il est judicieux de "jacobiner" un pays, pour empêcher la Démocratie d'améliorer ce qui peut L'être !

Nous ne sommes pas en "démocratie" mais bel et bien en "autocratie" . . .; c'est à se dégouter de la "République" . ..

Jack Le Guen
Jeudi 12 décembre 2013

Encore une fois, le principe même de la démocratie, la séparation des pouvoirs a été bafouée "Madame la Ministre LEBRANCHU a émis un avis défavorable au nom du gouvernement Madame la Ministre LEBRANCHU a émis un avis défavorable au nom du gouvernement. "   Madame Le Branchu en tant que ministre représente l’exécutif. Elle n’a aucun droit constitutionnel à mettre les pieds dans l’hémicycle. Que le gouvernement soit présent dans l’enceinte où l’on élabore les lois, le coeur du pouvoir législatif est un sacrilège. Que le gouvernement décide de l’agenda des députés en est un autre qui fait de la France une république bananière.

Naon-e-dad
Jeudi 12 décembre 2013

J'espère que cette fois-ci les Bretons, et les autres qui les observent, auront compris quelques points essentiels:

. la Réunification bretonne est une condition indispensable à l'avenir de la péninsule et à une démocratie respirable.

. la question de la Réunification bretonne est transversale. Elle ne relève pas du clivage politique habituel droite-gauche, exception politico-culturelle française tout-à-fait nuisible et dont il faudra bien un jour se débarrasser. Avant que ce système ne fasse trop de casse!

La morale de l'Histoire est que les "Bonnets Rouges" ont devant eux un boulevard pour faire germer et porter les ultimes espoirs démocratiques dans ce pays.

Force d'initiative, ils ne doivent pas, ils ne peuvent pas être ignorés par les structures et autres acteurs de la société. Cela a clairement été évoqué au micro à Karaez.

Breizh he pemp departamant a vevo! Breizh a fell dezhi bevañ!

La Bretagne (5 departements) vivra! Elle veut vivre!

Marcel Texier
Jeudi 12 décembre 2013

C'est fou l'attachement de certains au décret Pétain-Darlan du 30 juin 1941 qui séparait la Loire-Atlantique du reste de la Bretagne ! Il faut dire que le découpage qui en a résulté, et qui avait pour mérite de faire coïncider les limites territoriales régionales avec les limites territoriales adoptées comme zones d'action pour la Gestapo, avait reçu la "bénédiction" de l'Obergruppenführer Werner Best alors à la tête de cette glorieuse Gestapo pour l'Ouest de la France. Un de mes anciens élèves aux Arts et Métiers, Yves Mervin,

a découvert le texte émanant de ce cher Obergruppenführer dans le fonds Henri Fréville à Rennes. Werner Best, après avoir bien mérité du Reich en France, fut envoyé au Danemark pour s'y occuper de "la question juive". Les Danois le condamnèrent à mort après la guerre, mais, juriste redoutable, il réussit à s'en tirer avec quelques années de prison. S'il était encore de ce monde, il se réjouirait sûrement de voir que le découpage qu'il avait approuvé, non seulement perdure mais qu'il a encore des adeptes fervents !

Yves-Alain LE GOFF
Jeudi 12 décembre 2013

Pendant que le gouvernement nous présente son pacte d'avenir pour la Bretagne, hier soir à l'Assemblée nationale l'amendement permettant de faciliter la réunification de la Bretagne a été rejeté avec le scandaleux concours de Marylise Lebranchu: l'inique droit de veto de la région quittée lorsqu'un département souhaite changer de région est maintenu.

Je suis écoeuré et c'est un euphémisme de l'attitude de Marylise Lebranchu:

- maintenant qu'elle est au gouvernement elle n'est plus trop favorable à la réunification de la Bretagne car elle vient de découvrir qu'il y a un risque de fracture pointe Bretagne/Est de la Bretagne : elle vivait au pôle Nord ou à Morlaix les années précédentes ? Ou sur Mars lorsqu'elle votait l'amendement présenté sous le précédent gouvernement ?

- moi qui suis finistérien je trouve lamentable qu'elle sous-entende que la majorité des Finistériens est contre cette réunification en voyant Rennes comme un mur et Rennes/Nantes comme un encore plus grand mur. Son argument ne tient pas car c'est dans le Finistère que le plus grand nombre de communes ont fait un voeu en faveur de la réunification de la Bretagne

- et en plus elle prépare maintenant, elle aussi, le Grand-Ouest en parlant de ne pas s'arrêter aux limites historiques de la Bretagne et cela sans peur de se contredire quant à la marginalisation de la pointe Bretagne

Bien sûr je ne suis pas dupe, elle est au gouvernement sous les ordres de Jean-Marc Ayrault l'un des plus farouches opposants à la réunification de la Bretagne mais s'écraser et retourner sa veste à ce point-là je n'en reviens pas.

IMPORTANT:

Nos opposants jouent maintenant sur l'un des seuls arguments contre la réunification qui peut sembler légitime au premier abord : le risque de marginalisation de la pointe Bretagne face à l'axe Rennes/Nantes: il faut ABSOLUMENT contre-argumenter en expliquant que si la Bretagne n'est pas réunifiée, on aura à terme un Grand-Ouest où la pointe Bretagne sera à coup sûr marginalisée car encore plus excentrée dans cette grande région sans identité où l'axe sera Rennes /Nantes/Angers/Le Mans.

marc iliou
Jeudi 12 décembre 2013

Qu'on nous donne les noms de ceux qui ont voté pour et de ceux qui ont votés non ! ces derniers doivent être sanctionnés dans les urnes à toutes les prochaines élections !

Lukaz Seznec
Jeudi 12 décembre 2013

Devant un tel déni de démocratie, une telle manipulation des représentants de son propre peuple, l'état prend un risque à voir se cristalliser la colère sous une forme plus radicale. Une fois de plus l'Etat français jacobin aura indépendamment de sa couleur politique, su créer une fracture supplémentaire entre ses fidèles serviteurs locaux et la conscience Bretonne.

PIERRE CAMARET
Vendredi 13 décembre 2013

Helas ! il ne se passera RIEN , dans un avenir proche .

La conscience bretonne = une poignee disons 30 .000 sur 4 millions (B5) = 0,75 % .Si encore aux Municipales /et Europeennes 70% des Bretons votaient pour des listes bretonnes(droite ou gauche ) celles qui ont dit NON au Pacte d'Avenir . Cela ne serait aujourdhui qu'un demi echec .Mais je suis tellement pessimiste , que je ne veux pas parier .

J'attends avec impatience une prise de position de C.TROADEC , que va t- il dire maintenant ??.Il avait pris une citadelle , il n'a su ( pu ) ensuite l'organiser .

Mon identification : ce Pacte d'Avenir est une victoire du Parti Socialiste Francais en Bretagne .

Gérard Gautier
Vendredi 13 décembre 2013

Les Bretons sont incorrigibles. Il leur suffit de regarder la carte de la Circonscription Grand'Ouest des prochaines Européennes (qui a déjà valu lors de la dernière consultation) pour savoir que ce n'est pas demain que les choses vont évoluer dans le sens souhaité.

En voici une nouvelle preuve.

J'écrivais ce qui suit le 29 janvier 2006

« La Bretagne toujours sous le Régime de Vichy!"

Après le débat, voire la controverse, concernant l’existence de l’article de loi portant sur « le rôle positif de la colonisation » le président de la République vient de prendre, en saisissant le Conseil Constitutionnel en vue de son abrogation, une décision qui sera de nature à créer, il l’a lui - même déclaré : «le rassemblement de la Nation sur son histoire »

Tous ceux qui sont attachés à la démocratie et à une idée forte de la République ne peuvent que s’en féliciter.

S’agissant d’un problème de démocratie et de respect des droits de l’Homme, l’association Blanc C’est Exprimé a souvent, comme de nombreuses associations, attiré l’attention sur un déni de justice qui perdure depuis le 30 juin 1941, bafoue et porte atteinte au droit à la diversité culturelle et linguistique et renie les conventions européennes que la France a signées et particulièrement celle de Pierre Mendès-France de 1952.

Ce qui pourrait être la cause de l’émergence d’un communautarisme qui doit être condamné car on en connaît les graves dangers.

Mais condamner le communautarisme c’est aussi ne pas accepter de lui donner les raisons qui lui permettent de se justifier, d’exister.

Il s’agit du décret de Vichy, signé par Pétain et Darlan, qui a séparé la Loire - Inférieure de la Bretagne administrative.

Or comme le déclarait Monsieur Jospin lors du procès du préfet Papon « le régime de VICHY était une négation de la République» et Jean-Pierre Chevènement qui affirmait «la condamnation nette, sans ambiguïté, de toutes les mesures prises par PETAIN sous le régime de VICHY»…

Malgré ces déclarations, les partis politiques, pour des raisons fallacieuses, ne tiennent pas compte de la volonté, exprimée sur le terrain par leurs propres élus, par différents votes en faveur de la réunification.

Ils refusent cette dernière à 75% des Bretons de Loire - Atlantique qui la souhaitent.

En ne mettant pas fin à cette situation, la République donne depuis plus de 60 ans sa caution à une décision de Pétain, « la Bretagne et les Bretons sont toujours, à cet égard, sous le régime de Vichy »

Il en est appelé à la haute autorité du chef de l’Etat pour qu’il prenne la décision, comme pour l’abrogation de l’article de loi concernant la colonisation, qui permette que « le rassemblement de la Nation sur son histoire » puisse réellement se réaliser.

« Ce qu’un décret a fait, un décret peut le défaire. »

bernard Guyader
Vendredi 13 décembre 2013

La mort politique de madame LeBranchu en Bretagne serait une bonne nouvelle ...et convaincrait un peu plus que quelque chose à changer .. en attendant la mort politique en Bretagne du connétable de france LeDrian .B.G.

philippe jolivet
Vendredi 13 décembre 2013

ce n'est pas une révélation.On s'en doutait que ces gens là s'en fichaient de la démocratie .leurs intérêts c'est d'abord celles de leurs partis biens centralisés dans les beaux quartiers parisiens.CE sont des laquais de cette république calquée sur le pouvoir absolu de l'ancien régime,ne parle t-on pas de roitelet républicain?

Léon-Paul Creton
Vendredi 13 décembre 2013

Humeur!

La propagande est parfois si grossière que l'on ne peut se tromper sur ses objectifs! Ou du moins l'on a peut de risques/chances de faire d'erreurs en émettant certaines hypothèses quant aux intentions réelles de "nos meilleurs ennemis"; ce qui devrait engendrer des réaction appropriées aux intentions soupçonnées ou tellement évidentes.

Même au risque d'un peu se tromper, cela aurait au moins la force de prévenir l'adversaire de notre vigilance et détermination..

"Une image valant 10 000 mots", la présentation depuis quelques années, des "cartes/image météo et d'infos régionales "liant" la région administrative de Bretagne à cette région à l'Histoire fantôme des PdlL aurait dû entraîner les convictions sur cette volonté à peine cachée du "Grantoueste", de "vouestitiser".Et l'utilisation pléthorique un peu partout de ce exécrable de Grand Ouest! Une carte de France j'ai trouvé, où seule l'Île de France portait son nom, de plus historique.

Ces bulletins d'infos et météo, encore présentés en fin de chaque semaine, une fois en "Pays de la Loire-Bretagne" et une autre fois en "Bretagne-Pays de la Loire" confirmait à chaque fois la proposition/dévoilement (certainement mûrie depuis longtemps) d'un élu de Loire Atlantique en 2007. Celle-ci exprimée lors d'une table ronde de l'émission Transbordeur de TéléNantes(?), était qu'un projet d'une telle région "devrait satisfaire les Bretons quant à "certaines" de leurs revendications"...

Une réaction "type Bonnets Rouges" aurait dû avoir existé depuis des années, mais les temps _une fois de plus_ et l'écotaxe n'étaient pas venus. Car présidentielles, législatives, et autres élections sans avenir pour nous, "encrassaient" les neurones!!! Comme d'hab...depuis de trop nombreuses décennies...

Ce qui fait que nous sommes toujours quasiment au même point. Les quelques réactions/explosions sporadiques de colère ne les dérangent pas plus que cela, car elles n'ont pas de détermination dans le temps, pas de persévérance dans l"'intensité de la revendication...Pas d'unité!...Pas d'objectifs clairs! Pas ou peu d'effets sur les revendications essentielles, qui seules peuvent tenter d'apporter des réponses à toutes les autres.!!!

Est-ce à la fin toujours une partie de poker-menteur? Et pigeons à plumer?

Ar Vran
Vendredi 13 décembre 2013

Au moins le côté positif de la chose est que définitivement en Bretagne il ne faut faire élire des gens qui dépendent de partis hexagonaux. Le PS et le PC sont indécrottables et n'ont plus rien à faire en Bretagne. Attention cela ne veut pas dire que l'"autre côté" ( la droite hexagonale )soit meilleur car aucun de leurs porte-parole ne s'est levé pour dénoncer l'oubli de la question de la réunification .

Seuls des votes pour des partis bretons changeront la donne.

Par conséquent j'aurai du mal à comprendre que lors des prochaines échéances électorales, les Bretons continuent à voter pour ces partis hexagonaux...

À moins que l'on se dirige vers 2 types de Bretons.

A savoir les brito- français qui comme les gallo-romains en leur temps se sont comportés comme des soumis, et ont disparus pour ne rien laisser en héritage

Et les vrais bretons, qui n'accepteront jamais cet état de déliquescence actuel et programmé pour leur véritable pays, la Bretagne....

marcello
Vendredi 13 décembre 2013

"M. le président. La parole est à Mme la ministre.

Mme Marylise Lebranchu, ministre : Très franchement, en tant que membre du Gouvernement, je n’ai pas de mandat pour faire autre chose que de m’opposer à ces amendements.

Lorsque la question a été inscrite à l’ordre du jour de deux assemblées, un certain nombre d’études économiques ont été conduites. Il est très difficile pour moi de le dire parce que je suis membre du Gouvernement, j’avais défendu à un moment donné cette position, et je me suis rendu compte avec de bons économistes aménageurs du territoire que la barrière Rennes-Nantes était favorable sur le plan économique à Brest, Quimper, Vannes, Lorient, Nantes et Rennes mais défavorable à une zone allant de Lamballe à Saint-Brieuc. C’est un élément que nous n’avions jamais étudié ensemble.

Il faut donc remettre la question à l’ordre du jour et bien étudier les conséquences en termes d’équilibre économique. Quand je suis dans le Finistère, j’entends beaucoup parler, par exemple, de la barrière de Rennes. Les Finistériens pensent dans leur très grande majorité qu’il y a une barrière au niveau de Rennes, que le sud s’en sort mieux que le nord et qu’une barrière Rennes-Nantes serait encore plus forte. Il serait donc intéressant d’avoir des études d’impact car on envisagerait alors peut-être un autre périmètre que le seul périmètre historique."

Elle entend parler de la "barrière de Rennes", mais pas du centralisme francilien. Vraiment aucune honte. Plus une voix dans les urnes pour ces gens-là.

Tous les débats sont ici :

(voir le site)

eugène le tollec
Vendredi 13 décembre 2013

Ar Vran

Vous semblez oublier une catégorie de breton,celle qui n'a été que formatée dans les humanités françaises(donc qui ne parle pas breton..mais qui connaît sa Bretagne,son historique et sa culture et qui est aussi fière d'être breton que d'avoir la teinture française.

Au passage,pour les nantais,les rennais les lorientais ,les quimperois,les brestois...pour qui allez vous voter?

Je pense qu'il ne faut pas tout mélanger!

eugène le tollec
Vendredi 13 décembre 2013

LPC

Mais depuis deux siècles la mentalité bretonne est entre quelle main?

Ces élites,à Paris en serviteur zélé...ou en Bretagne ,en roitelets locaux,faut-il des noms?

daniel b
Vendredi 13 décembre 2013

Il faut continuer, il faut persévérer et cela aboutira

Ar Vran
Vendredi 13 décembre 2013

@eugene le tollec

"Vous semblez oublier une catégorie de breton,celle qui n'a été que formatée dans les humanités françaises(donc qui ne parle pas breton..mais qui connaît sa Bretagne,son historique et sa culture et qui est aussi fière d'être breton que d'avoir la teinture française.

Au passage,pour les nantais,les rennais les lorientais ,les quimperois,les brestois...pour qui allez vous voter?

Je pense qu'il ne faut pas tout mélanger!"

Non pas du tout. Cela reste un définition. Pour moi, le fait de se revendiquer comme Breton ne veut pas dire être anti-France. C'est différent. Par exemple de nombreux bonnets rouges se revendiquent français mais d'abord breton. Ce qui les rejoignent est donc qu'ils mettent en avant leur identité de Breton et veulent décider au pays.

L'autre catégorie est celle des gens qui préfèrent se définir d'abord "français", voire ensuite s'il y a de la place "breton", mais jamais en sentiment identitaire. Ils préfèrent recevoir leurs ordres de Paris et s'en trouvent confortés.

Quant à votre dernière question, je ne vois pas où est le problème, car si on se définit comme Breton, on vote pour des Bretons qui se revendiquent comme tels et défendent d'abord la Bretagne avant de penser Paris...

En revanche pour les élections locales ,genre municipales, on vote pour ceux qui connaissent bien leur ville (que l'on soit de Nantes, de Brest, ou d'ailleurs en Bretagne)...

eugène le tollec
Vendredi 13 décembre 2013

Marcello

Assez de parler de cette LE BRANCHU,j'espère que les gens de Morlaix vont foutre cette personne dehors!

Iffig Cochevelou
Vendredi 13 décembre 2013

Quand on voit les résultats, Molac et de Rugy sont bien seuls , car il serait bien risqué de dire que l'UMP soit vraiment favorable , une opposition de principe au pouvoir comme on a pu le voir dans le vote négatif de ce même parti contre le Pacte d'avenir.

Pour moi pas de changement possible sans une réaction des habitants de Loire Atlantique, et arretons de réver à une évolution des partis parisiens : notre seule chance pour aboutir est de renforcer le mouvement breton et avoir des résultats concrets aux prochaines européennes et régionales. Sinon dans 100 ans nous en serons au même point !

eugène le tollec
Vendredi 13 décembre 2013

AR VRAN

Toutes les grandes villes bretonnes sont soumises aux diktats des partis français (PS et assimiles-droites diverses et assimilés...où sont ,où est la mouvance bretonne ...dans quelques % ) .

Comment voulez vous avoir une élite bretonne de bonne tenue!

Christine Viard
Vendredi 13 décembre 2013

L'argument de Lebranchu Ouest/Est est une connerie. Je me souviens qu'il y a 2 ou 3 ans, qu'il a fallu installer un nouveau scanner dans certains hôpitaux de l'Hexagone, Rennes et Nantes ont été choisies, chacune dans sa région administrative. Si les 2 villes étaient dans la même région administrative, il est clair que certains équipements seraient mieux répartis sur le territoire breton, un coup à l'Ouest, Brest, un coup à l'Est, Rennes/Nantes. Lamentable une fois de plus... On sait au moins pour qui il ne faut plus voter, ces Lebranchu, Poignant etc... qui sont PS avant d'être Bretons.

Michel Prigent
Samedi 14 décembre 2013

Iffig nous dit:

"Pour moi pas de changement possible sans une réaction des habitants de Loire Atlantique,..."

Jusqu'à présent, à ma connaissance, seule Nantes a été le lieu de toutes les manif pour la Réunification.

A croire que la Bretagne B4 est contente de son statut de petite région.

Gérard Gautier
Samedi 14 décembre 2013

Ce qui est "remarquable" est le fait qu'avant chaque élection, il semble soudain y avoir "unité de pensée et d'action" des parlementaires bretons.

Ce n'est, malheureusement, que de façade et je l'ai déjà dit, il ne s'agit souvent, que de "simple gesticulation...intelligente."

Le jour où tous les parlementaires bretons, de quelque bord ils soient, parce qu'il y a parmi eux des Femmes et des Hommes de qualité, menaceront de "démissionner TOUS ENSEMBLE avec leurs suppléant" pour démontrer leur véritable attachement à la Bretagne... alors là, ils feront vraiment acte d'engagement véritable respectable et seront crédibles.

Alors qu'ils ne sont même pas capables, aujourd'hui, de créer un "Groupe interparlementaire Breton"..."

Ils le feraient qu'ils pourraient être rejoints dans cette démarche par de nombreux collègues d'autres Régions qui ne supportent plus d'être "gouvernés" par Paris et sa Haute administration.

Iffig Cochevelou
Dimanche 15 décembre 2013

@Michel Prigent

Ce que je veux dire c'est que quelque soit la position des habitants de b4, il n'y a aucune chance de réussite sans que les habitants de Loire Atlantique massivement réclament le réunification . il faut quand même rappeler que la majorité des participants aux manifestations de Nantes ne sont pas des habitants ni de cette ville, ni du département : le jour ou nous verrons 10000 nantais dans la rue pour réclamer la réunification, les politiques changeront peut-etre d'attitude. Je rajouterai qu'a toutes les réunions de Bretagne 2030 , pourtant organisées par le CRB4 ,il a été posé la question du retour de la Loire Atlantique : j'ai personnellement participé a la réunion lorientaise ou toutes les tables ont ,d'une façon ou d'une autre, considérer que la réunification était une priorité . Le compte rendu officiel de cette réunion est a la disposition d'ABP .

ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 0 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.

--Publicité--
yoran embanner