Le maire de La Remaudière agressé lors de la fresque pour la réunification de la Bretagne

-- La réunification --

Enquete
Par Philippe Argouarch

Publié le 2/03/10 3:04 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
17572_1.jpg
Alain Coraud

Le maire de La Remaudière, Alain Coraud, un ardent partisan de la Réunification de la Bretagne et opposé à la labellisation «Vins de Loire» du Muscadet breton, élu maire en 2008, a été agressé par des militants d'extrême gauche à l'entrée du rassemblement pour la réunification de la Bretagne, samedi dernier sur l'Île de Nantes.

Alors qu'il arrivait sur les lieux où devait se composer la fresque humaine, il aperçut entre dix et quinze jeunes habillés en noir et portant des foulards qui leur cachaient une partie du visage. Intrigué, le maire leur demanda ce qu'ils faisaient là : On lui répondit «qu'ils étaient là pour empêcher l'extrême droite de participer». Des échanges s'ensuivirent, M. Coraud, qui lui-même est un modéré, élu sur une liste centre droit, déclara que «la réunification était l'affaire de tous».

C'est à ce moment qu'Alan Coraud – dont le passé de militant breton déterminé est justement rappelé dans le dernier numéro du magazine Bretons (il a fait 15 mois de prison ferme dans les années 1980 pour insoumission politique et fut même défendu par Amnesty International) – que ce service d'ordre ne semblait pas reconnaître, a été agressé par un des membres du commando.

«À ce moment j'ai reçu des coups de pieds dans les jambes et même dans les cuisses. Mes jambes me font toujours mal, bien que les douleurs soient tolérables» a déclaré à ABP Monsieur le Maire – que nous avions interviewé et filmé récemment (voir notre article).

Le comble c'est que le courageux élu – qui a fait adopter le Gwenn ha Du, dès le premier jour de son mandat (il flotte sur le fronton de sa mairie au côté du tricolore) – vient de faire voter par le conseil municipal de La Remaudière, un voeu pour la réunification – ce qui, pour le moment, est assez rare au sud de la Loire.

On imagine l'étonnement d'Alan Coraud. Il semble toutefois avoir gardé son sang froid. Voyant le degré d'immaturité de ceux à qui il avait affaire et l'énervement de son épouse, il quitta les lieux : «Mon épouse, qui assistait à la scène, étant en état de choc, nous avons alors rejoint la lettre H de la fresque qui nous avait été assignée. Plus tard, après la dispersion, j'ai souhaité parler avec le groupe qui était toujours là. Je leur ai demandé de quelle affiliation politique ils étaient. Un des individus répondit qu'il était de Breizistance-PSB (Parti Socialiste Breton). Je leur ai expliqué à nouveau que j'étais démocrate et pour la liberté d'expression pour tous. Un des individus m'a alors répondu que lui n'était pas démocrate du tout et retournant le revers de son blouson noir il me montra son pin's : une étoile rouge avec la faucille et le marteau».

Paul Loret, président de l'association Bretagne Réunie a déclaré à l'ABP qu'aucun service d'ordre n'avait été commandité. Le collectif 44=Breizh, co-organisateur de l'événement, a par contre admis avoir organisé ce service d'ordre. Un certain nombre de militants de 44=Breizh sont aussi membres du groupe d'extrême gauche pro-réunification Breizistance-PSB.

Un des amis d'Alan a commenté : «C'est un peu comme si un résistant de la seconde guerre mondiale était convié à une cérémonie de commémoration et que, au lieu de recevoir les honneurs et le respect qui lui sont dus, il se faisait tabasser par de jeunes voyous».


Mise à Jour du 6 mars

Suite à la publication de cet article, nous avons appris que 44=Breizh n'a prononcé aucune excuse à l'encontre d'Alan Coraud. Tout au contraire, M. Coraud nous signale une tentative de manipulation en guise de justification de l'agression. 44=Breizh a publié sur son blog des photos montrant les Coraud passant devant le groupe des militants d'Adsav. Coraud dénonce une interprétation frauduleuse des photos. L 'article du blog annonce que les Coraud auraient fraternisé avec ce parti et même tenté de faire entrer les militants d'Adsav – ce qui, d'après 44=Breizh, aurait entrainé la réaction du service d'ordre. Le maire s'est déclaré abasourdi devant cette «tentative honteuse de manipulation afin d'essayer de se justifier d'un acte odieux» (l'agression d'un élu du peuple). La photo ne montrant rien de tout cela, et devant une telle manipulation digne de l'époque des soviets où des dirigeants envoyés aux goulags étaient découpés des photos officielles, M. le Maire nous a déclaré vouloir porter plainte. Même si Alan Coraud avait discuté avec Adsav, avant d'enter, cela donne-t-il le droit au service d'ordre de l'agresser physiquement ?


Mise à Jour du 7 mars

Nous avons reçu ce communiqué du maire de La Remaudière :

L'association du mensonge, de la violence et du caviardage photographique fait partie des innovations apportées par les totalitarismes du 20e siècle. Bien que très attaché à la sauvegarde des richesses du passé, je constate sans aucun plaisir l'existence de groupes qui vénèrent encore avec nostalgie ces idéologies de mort.

Un de ces groupes m'a interpellé lors de la grande fresque «44=BZH», le 27 février dernier à Nantes. J'avais eu le tort de m'interposer entre deux groupes de nostalgies symétriques.

Pour un élu responsable, confronter les points de vue opposés afin de trouver des solutions est une seconde nature. Mais la nature, malgré les exhortations écologiques, est encore considérée par ces survivants de l'ancien monde comme une force hostile.

Je m'en tire avec quelques contusions, des insultes réitérées et des photos truquées. Je suis publiquement accusé de dialogue. On me soupçonne de perturber les jeux du mensonge et de la violence. Que les Robespierre aux petits pieds se rassurent ; je plaide coupable.

Les derniers dinosaures se prennent pour de jeunes tigres. Je trouve cela grotesque et je les plains.

Alan Coraud, maire de La Remaudière.

Philippe Argouarch

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 10815 lectures.
mailbox imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.

Vos commentaires :

Daniel Houguet
Mardi 31 août 2010

Je suis écoeuré ! Je connais Alan depuis longtemps et il a toute mon estime. Il a été dans tous les combats pour la Bretagne. Je suis pessimiste pour l'avenir: si on n'est pas capable de se réunir pour une manifestation, comment peut-on envisager une réunification pour la Bretagne ?

Guy Corlay
Mardi 31 août 2010

Merci à Alain Coraud pour son travail et son engagement.

A l'évidence, Europe Ecologie qui a intégré Breizhistance-PSB sur sa liste n'a pas pour critère fondamental le respect de la démocratie des parties prenantes. A s'éloigner du fond pour des tactiques politiciennes, la Bretagne à tout à perdre.

Noe Erwan
Mardi 31 août 2010

Voici donc l'agression dont Adsav a été témoin et pour laquelle 44=Bzh et Breizhistance ont justifié leur violence par le doux mot de "journée démocratique".

Quel comble de voir que justement ces extrémistes violent se sont déclarés "non démocrates" d'après le témoignage de Monsieur Coraud.

Cet événement est une honte, Alain Coraud est un militant breton sincère connus de tous, démocrate pro réunification.

Bretagne Réunie s'est associé avec cette extrême gauche violente et anti-démocratique et voici le résultat, Bretagne Réunie doit en tirer les conséquences de ses actes.

La réunification est un sujet trop majeur pour le laisser être détourné par des extrémistes violents en leur donnant une part de l'organisation.

Tous le monde doit être accepté comme participants à ces événements de Bretagne Réunie, mais l'organisation officielle doit être uniquement du ressort de Bretagne Réunie et surtout plus jamais des groupuscule d'extrême gauche 44=Bzh et Breizhistance qui viennent de faire preuve de leur idéologie anti-démocratique et de leur violence.

Léon-Paul Creton
Mardi 31 août 2010

Voilà les conséquences des sempiternels combats, débats et oppositions des Droites et des Gauches, ces « identités parasites » qui sont dans cette affaire clairement dominants, prépondérants sur l'intérêt collectif des Bretons et de l'avenir de la Bretagne, mais de toute évidence à son détriment, surtout si l'on pense aux « régionales » proches.

Les attitudes décrites sont compréhensibles de la part de groupuscules et d'officines jacobines, mais s'il s'avérait que ce sont le fait d'organisations qui se revendiquent d'une lutte pour l'avenir de la Bretagne, il y a vraiment de quoi s'inquiéter pour cet avenir. Il y a donc nécessité de clarifier ces actes et de les condamner.

S'il s'agit des membres de Breizhistance-Parti « socialiste » Breton _ à vérifier_ et de gauche paraît-il, qui nous recommandait un choix de vote il y a peu de temps…Eh bien, c'est gagné !!!

De plus il n'y a pas de quoi susciter l'intérêt confiance et adhésion d'une majorité de Bretons à la cause bretonne… Mais, si c'est le but recherché…

Tout rassemblement « citoyen breton » deviendra le champ clos pour bagarre de sortie de stade…de France, entre petits bonshommes de droite et petits bonshommes de gauche;

Bravo Messieurs!!!...

Gaelle le Floch
Mardi 31 août 2010

Il faut se souvenir que M. Alan Coraud a été témoin de "moralité" au tribunal pour Jonathan Guillaume et Alan Haye. Et c'est comme ça qu'il est remercié ? Par des coups des gens de 44=BZH ?

Sympa ! Ca donne vraiment envie de fuir alors que la cause n'appartient pas à ces gens là !

mathieu ménard
Mardi 31 août 2010

Bretagne Réunie doit immédiatement condamner l'agression de ce maire, militant fidèle, intègre et courageux. Bretagne Réunie doit non seulement condamner ses agresseurs mais se désolidariser de "44=BZH" et de Emgann - PSB qui viennent au coeur de nos manifestations démocratiques semer le désordre et agressent nos représentants démocratiquement élus.

Jonathan Guillaume quant à lui doit répondre devant la justice en tant que dirigeant de cette association de la participation des membres de celle ci à ce lynchage. SI des photos sont disponibles, cette affaire sera réglée très vite.

Enfin, il faut définitivement exclure Emgann PSB et 44=BZH de nos manifestations tant l'image et les actes odieux qu'ils commettent sont à l'opposé de notre idéal. Seuls les partis respectant le droit peuvent y venir.

Jonathan Guillaume est définitivement discrédité après cet évènement tragique tout comme l'est le PSB qui agit désormais comme un groupe de terreur sectaire et ultra-marginal. Quelques soient les différences de sensibilité, jamais il n'y avait eu de violence entre militants bretons. Les agitateurs violents de ce groupe nous nuisent gravement et en fait ne sont pas des militants bretons mais des voyous anti-bretons.

J'attends pour ma part la réaction de Bretagne Réunie à cette agression et une prise de distance publique. Kristian Troadeg avait raison de refuser de dialoguer avec des mouvements extrémistes comme ceux là.

Enfin, si le but de ces individus était de faire passer Adsav pour non démocratique, ils viennent de réussir à prouver qu'ils étaient pour l'heure les seuls à correspondre à ce critère.

La balle est dans le camp de Bretagne Réunie.

PSB et BZH=44 sont désormais dans le camp de l'anti-Bretagne.

Guy Corlay
Mardi 31 août 2010

Je crois surtout que c'est à Breizhistance de présenter ses excuses (et de prendre vis à vis des membres incriminés les mesures qui s'imposent).

Je crois également que la liste Europe Ecologie sur laquelle Breizhistance-PSB figure devrait comdamner ces comportements : cette manifestation, en période électorale, se devait d'être unitaire et il est dommage qu'un mouvement associé à cette liste se soit livré à de tels comportements.

Le du
Mardi 31 août 2010

Allez maintenant expliquer que les Bretons sont prêts à prendre en main leur destin ! Les jacobins français doivent se frotter les mains ! "diviser pour mieux règner" , ça vous dit quelque chose ? Quand donc nos compatriotes feront le ménage une fois pour toutes et se débarrasseront des schémas français nauséabonds ? Quand donc la guéguerre "extrème-gauche" contre "extrème-droite" savamment entretenue par la barbouzerie française sera-t-elle reléguée à la poubelle de l'histoire bretonne ? Bretons, réveillez vous !

Philippe Delahaye
Mardi 31 août 2010

Il n'y a pas d'extrême droite dans le mouvement breton actuel. Il n' y a que des nationalistes bretons groupés par affinités. Tous revendiquent la même chose à quelques nuances près : le réunification, l'enseignement du breton, un pouvoir régional véritable. Tous sont démocrates, même Adsav. L'extrême droite en Bretagne, c'est le Front National et jusqu'à maintenant, il est très peu implanté chez nous. Avant de cataloguer son voisin de fasciste, une pratique assez courante en France, certains militants feraient bien de relire l'histoire. Les fascistes étaient des gens qui dans les années 30 et 40 courraient l'Italie pour bastonner à mort les militants socialistes et communistes et on peut comprendre aujourd'hui que les gens qui se disent de gauche soient aux aguets. Seulement il ne faut pas dire n'importe quoi. Même Jospin battu par le FN au premier tour des présidentielles, a déclaré récemment à l'occasion de la parution de son livre que le FN n'était pas un parti fasciste. Etre contre l'immigration maghrébine en France ou contre l'immigration française en Bretagne, ne veut pas dire que l'on est fasciste. Même le PCF était contre l'immigration. Ca n'en fait pas un parti xénophobe. Ceci étant dit, il est clair que les adversaires de nos revendications sont les jacobins de droite ou de gauche et les nationalistes français du Front National.

Herlé AUDRAIN
Mardi 31 août 2010

Nous savons tous quelles sont les actions d'Alain Coraud pour la Bretagne et particulièrement son soutient indéfectible au rattachement de la loire-atlantique à sa province d'origine. Je suis profondement déçu et attristé que des personnes puissent en arriver à agrésser une autre, surtout de cette qualité et qui a toujours su faire preuve d'ouverture au-dela des différences politiques. Je manifeste ici toute ma symphatie à Alain Coraud après cette lamentable affaire.

jérôme jégou
Mardi 31 août 2010

quelle belle preuve de démocratie,M Alan Coraud devrait déposer plainte,il y a des photos de cette pitoyable bande de staliniste arriéré et des témoins de l'agression,de plus une autre plainte devrait-être déposé,pour création de milice armée,et les commanditaires poursuivis.

yann erden
Mardi 31 août 2010

A l'évidence, on se trouve devant un cas de plus en plus fréquent : soit des gens qui n'ont pas la moindre notion de ce qu'ils prétendent défendre, soit des gens qui sont de mauvaise foi, soit les deux. Des gens dangereux pour autrui, en tout cas, car infantiles. Des gens du genre : "pas de liberté pour les ennemis de la liberté", ou "il est interdit d'interdire". Ces phrases dénuées de sens. On est typique dans la "bouillie" intellectuelle d'extrême-gauche, donc pas de surprise pour ma part.

Jean-Loup LE CUFF
Mardi 31 août 2010

Dans un tel rassemblement pour la réunification de la Bretagne, tous les militants auraient du avoir accès à la fresque, mais sans arborer de signes distinctifs de chapelles, autres que les drapeaux bretons historiques... Tranquilles avec le sourire, et les mains dans les poches: est-ce si difficile? Il y a encore du boulot!

Bonnet Philippe
Mardi 31 août 2010

Ami de trente ans ( déjà) avec Alan Coraud et son épouse Luce , Alan est un militant breton sincère à qui j'apporte tout mon soutien contre cette agression complètement stupide ,ces actes discréditent complètement leurs auteurs et ceux qui les soutiennent. Philippe / Fulup Bonnet Sant Nazer

Luc Guihard
Mardi 31 août 2010

Sous prétexte de défendre la démocratie, un petit groupe de personnes a cru bon s'en prendre à un de plus fervents défenseurs de la cause bretonne en Loire-Atlantique ! Les militants pour la réunification n'avaient pas besoin de cela. Ce qui aurait dû, et a été à bien des égards, être une fête, est entaché par cet évènement, offrant sur un plateau aux opposants à notre cause l'argument de la division de ses militants. Je ne partage pas les idées d'Adsav, mais j'ai trouvé assez violente la façon dont ils ont été interdits de fresque, et pour en avoir parlé autour de moi, du sein du "Z", plusieurs personnes étaient d'accord pour les faire rentrer, à titre individuel, sans drapeau ni slogan, comme pour les autres organisations politiques. Quand on défend la tolérance, la démocratie, doit-on refuser l'intolérance de certains ? C'est tout un débat, pas facile à trancher. Je pense qu'une discussion franche avec l'extrême-droite, un mise au point, aurait été préférable à ce rejet sans appel, et ce débordement dont, encore une fois, la cause de la réunification n'avait pas besoin ! L'organisation d'une telle manifestation n'est pas simple, et je ne blâme ni Bretagne Réunie, ni 44=BZH, et les remercient pour la réussite de cette fresque, citoyenne et apolitique ... Monsieur Coraud n'a pas cru bon polémiquer sur cette affaire, pour ne pas ternir notre lutte pour une Bretagne réunifiée. Mais que tout cela nous serve de leçon pour les prochains évènements. Il y a un temps pour tout, et parfois l'action doit se libérer des clivages politiques. C'était d'ailleurs bien l'idée des organisateurs, qui ne souhaitaient pas voir afficher l'appartenance à tel ou tel mouvement au sein de la fresque. L'extrême droite aurait pu faire de même, et je pense qu'ils l'auraient compris. Tous les gens présents l'étaient pour une seule raison, indépendamment de leurs opinions politiques. C'était un beau moment ... Ne gardons que le meilleur, et continuons le combat !

Jean Cevaer
Mardi 31 août 2010

Alan Coraud, que je connais depuis des décennies est un authentique et exemplaire militant qui a beaucoup donné pour la cause et la défend courageusement dans le Vignoble. Son agression par un groupe de gauche est parfaitement choquante comme l'était leur présence sur les lieux d'une manifestation qui, politiquement se voulait oecuménique. Interdire l'accès du site à des gens d'extrême droite se comprend, tolérer les agissements violents d'un groupe d'extrême gauche est difficilement acceptable, surtout quand l'un de ses membres affiche son mépris pour la démocratie. Je crois que nous devons sérieusement réfléchir aux engagements politiques de ceux qui se rangent sous la bannière de la réunification administative de la Bretagne, sauf à perdre beaucoup de militants.

Padrig MONTAUZIER
Mardi 31 août 2010

Monsieur Luc Guihard si vous étiez présent, et je sais que vous l'étiez, pourquoi l'udb, le pb...etc affichaient leur appartenance politique avec drapeaux et banderolles. Pourquoi pas ADSAV reconnaissable seulement par ses magnifiques drapeaux ! Deux poids, deux mesures !!!

Milio Latimier
Mardi 31 août 2010

Surement l'article le plus intéressant sur le sujet: (voir le site)

Alan Coraud est un homme courageux, et semble déterminé à ce que cette affaire ne soit pas récupérée par les uns ou les autres.

alexis bouchard
Mardi 31 août 2010

demat!! total soutien a monsieur le maire pour son courage politique et surtout sa grande sagesse dans son attitude exemplaire , et honte au personne qui l'on pris a parti car ce n'est pas comme ca que nos idées avancerons pour notre pays la bretagne les querelle de chapelle sert que les intérés de nos opposants et celui de la france alors sur des sujet comme la réunification il devrait il y avoir une tréve entre les différents mouvement l'UNION FAIT LA FORCE le contraire nous décrébilise et nous affaiblie voili voila !!! amicalement un electron libre et libertaire breton kenavo agur

Klaoda An Dimezet
Mardi 31 août 2010

voici un problème complexe car si on les laisse entrer sans banderole ou drapeaux il faut en-effet en faire de même pour tous de breizhistance à adsav. Y avait-il menace sur les sound systems ? (voir le discours d'adsav qui dénigre ceux qu'ils voient d'un mauvais oeil comme une négation de l'identité dès qu'on vise la mixité des cultures, pourtant un fait réel du monde moderne) en tout cas, voici une tribune qui leur est offerte et ils doivent donc jubiler quelque part ! pour moi ces types là ne sont pas dangereux car ultra minoritaires, tandis que brezhistance bien que très minoritaire, bénéficie d'appuis certains dans l'emsav. Tout est compliqué donc...

Le Du
Mardi 31 août 2010

Tout ceci dessert globlalement la cause bretonne, et c'est voulu. Au moment où une liste véritablement anti-jacobinie émerge , la liste "Nous te ferons Bretagne" des débordements ont lieu pour discréditer le mouvement breton. Comment ne pas en être conscient ? Le grand problème des Bretons, c'est qu'ils semblent incapables de raisonner hors de leur microcosme et avoir une vision globale, véritablement politique, "hexagonale". Quelle est l'image que le français moyen retiendra de tout ça? Que le mouvement breton est immature, divisé entre factions violentes et que la "respectabilité" vient bien évidemment des partis français institutionnels. Je ne veux surtout pas faire mon oiseau de mauvais augure, mais ces hordes violentes ne sont qu'un début. Relisez l'histoire du mouvement breton. La Jacobinie veille soigneusement à torpiller toute initiative de réveil national. Les Bretons saurons-t-ils cette fois ci se montrer conscients et déjouer le piège ? Je l'espère, mais j'en doute.

Pierre CAMARET
Mardi 31 août 2010

Rien de ce que j'avais ecrit ,a ce sujet n'est paru. Pour moi il y a eu un Complot .La personnalite de la personne agressee, les regionales ,cette eternelle manifestation pour la Reunification etc...

Bien joue les Jacobins cela va alimenter la querelle Bretons de droite - Bretons de gauche pendant qq temps . Et l'essentiel sera oublie.

Philippe Delahaye
Mardi 31 août 2010

Cet incident aurait facilement pu être évité et est à mettre sur le compte, non pas du manque de préparation de l'évènement, mais sur des erreurs sur la conception même de la manifestation. Au lieu d'inviter ou de rejeter certains partis politiques, Bretagne Réunie aurait du inviter les Bretons, strictement en tant qu'individus. Tous les drapeaux de partis auraient du être interdits dès l'entrée et pas uniquement ceux d'ADSAV. Le service d'ordre aurait du être utilisé pour faire respecter cette règle de base à l'intérieur, au lieu de filtrer les entrées. Il y avait tellement de drapeaux de l'UDB qu'un communiqué de l'AFP repris par le figaro, affirmait que la fresque était organisée par l'UDB.

Yannig BICHON
Mardi 31 août 2010

Philippe Delahaye a raison. Lorsqu'un rassemblement de ce genre est prévu, l'organisateur devrait convoquer les autres partis, faire une tabe ronde et dire qu'en tant qu'organisateur, il voudrait que ça se passe selon ses conditions. Les invités acceptent ou refusent, mais n'imposent pas leurs idées. Ceux qui refusent ne pourront pas dire qu'ils n'étaient pas conviés! Une signature démontrerait qu'ils acceptent les conditions et s'engagent à les respecter et les faire respecter par leurs adhérants, et lors de l'évènement, il ne devrait pas avoir de provocations! LA REUNIFICATION, et ce qui en découle, DOIT ËTRE LA VICTOIRE DE LA BRETAGNE, non celle d'un parti politique quel qu'il soit. Si elle se fait, qu'un s'attribue le mérite, s'attirera les foudres des autres, et le pouvoir centralisateur fera une nouvelle séparation sur laquelle il n'y aura plus à revenir! Est-ce cela que vous voulez pour la Bretagne? C'est peut-être simplet ce que j'exprime plus haut, mais que risquons-nous? Avant que la Bretagne ne devienne une nation, il y avait des clans divisés, qui se sont unis pour lutter contre l'ennemi de l'est qui les provoquait. Ils l'ont fait pour la Bretagne. Organisateurs de futurs rassemblements, êtes-vous prêts à cela?

Makhno lagadek
Mardi 31 août 2010

Ils sont beau vos discours sur la cause bretonne , mais en attendant qui fait avancer la cause de la réunification?? Certainement pas le groupuscule adsav... 44=bzh est très actif sur le terrain de la réunification depuis quelques années et cela n'est pas le cas d'adsav qui montre une image désastreuse du peuple breton. Le pretendu parti du peuple breton essaye de prouver son existence en essayant une créer une polémique de bas étages alors que le travail de 44=bzh et de BR a été formidable pour l'organisation de la fresque .

Salutations antifasciste et indépendantiste

Frederig ar Bouder
Mardi 31 août 2010

Quelle est la priorité des quelques centaines de personnes qui composent ou décomposent le 'mouvement breton'? Faire avancer une cause? Ou bien se battre entre soi, se mesurer en permanence les uns aux autres, au risque de se ridiculiser?

P. Argouarch
Mardi 31 août 2010

Adsav sur ABP ou pas, Adsav dans la fresque de la réunification ou pas,le conflit autour d'Adsav semble un conflit récurrent dans le mouvement breton. Contrairement à ce que l'on peut penser ce n'est pas une question politique mais un conflit de droits, entre deux Droits. Un conflit entre le droit français, en perte de vitesse, et le droit anglo-saxon qui s'impose un peu partout dans le monde même en France, mais assez lentement il faut le dire. Dans le droit français et sa justice dite inquisitoire (oui l'inquisition), une association ou un parti, une attitude même comme la xénophobie ou une pensée comme le négationisme peuvent être criminalisées (voir à ce sujet les critiques de Noam Chomsky sur la France)-- même, et c'est là le hic, si aucun acte criminel n'a été accompli par les membres d'un groupe ou n'a été commis que par certains de ses membres. Dans le droit anglo-saxon, les droits fondamentaux de l'individu priment: liberté d'expression, liberté de circulation, liberté de pensée, liberté d'entreprendre. Seuls les criminels ou les auteurs d'actes contraires à la loi sont poursuivis. La criminalisation est à posteriori, pas à priori. L'UDB et Breizistance-PSB étant des partis anti-capitalistes (c'est dans les statuts de l'UDB et c'est leur droit), et les champions du libéralisme étant surtout les Anglo-saxons, ces partis ont malheureusement tendance à rejeter aussi le droit anglo-saxon et défendent le droit français qui leur a été imposé depuis 1532, et, qui limite leur propre liberté individuelle et même leurs libertés en tant que communauté distincte (voir les droits des Gallois et des Ecossais en comparaison avec ceux des Bretons). Etre Breton et défendre le droit français, c'est se tirer une balle dans le pied.

Les Bretons devaient bien sûr être invités a titre individuel, pas de partis, pas de signes ostentatoirs, sauf pour le gwen ha du. Cest une erreur d'organisation , qui aurait même pu être plus grave si il y avait eu affrontement. Les attaques d'Alan Coraud,accompagnées d'interprétations mensongères de photos, sur le site de 44=breizh, sont bien plus graves que le coup de pied d'âne qu'il a reçu, et sont inacceptables.

Renée Mazé
Mardi 31 août 2010

On ne peut blâmer les organisateurs. Une petite dizaine, en réalité, a réussi en deux mois, à monter cet énorme événement. Dans un esprit positif et très enthousiaste. Il est vrai qu'ils auraient dû penser à des débordements et récupérations possibles. Peut-être ont-ils été trop naïfs... dans leur enthousiasme. Ils auraient dû bien mentionner dans toutes leurs communications : « Seuls les Bretons et Bretonnes et tous les sympathisants de la réunification sont conviés, EN TANT QUE PERSONNES. Aucun signe distinctif d'appartenance politique ne sera accepté sur le site ». Éventuellement préciser : « Seuls les Gwenn Ha Du seront les bienvenus ». Ce qui aurait évité ET ce regrettable conflit ET la profusion de drapeaux UDB à tel point que le journaliste d'AFP sur place a cru que c'était l'UDB qui organisait la fresque. Ce n'était pas une manifestation au sens des défilés dans les rues où tous drapeaux prennent habituellement l'air, mais un rassemblement pacifique, apolitique, même si le but était lié aux prochaines élections régionales.

Launay Eric
Mardi 31 août 2010

Avoir le droit, en tant qu'individu breton, de participer à des manifestations aux objectifs d'intérêt général (breton) est inaliénable. L'intérêt de la Bretagne le réclame, combien de monde en plus si il n'y avait pas cet état d'esprit bigot, borné, sectaire et surtout réellement non pragmatique ? A croire que les Loret/Guillaume ont d'autres objectifs. Adsav! avait appelé les Bretons à participer à cette fresque et non pas à participer en tant que groupe constitué. Nous avions en vu , malgré l'esprit discriminatoir des organisateurs, la réussite de la photo. Nos consignes étaient pas de couleurs, "ce n'est pas notre manifestation", mais plusieurs personnes, déjà présentes, nous ont avertis de l'ambiance maccartiste. Nous décidâmes de nous présenter en groupe pour les derniers à venir et, à la vue des drapeaux U.D.B., certains décidèrent de sortir nos couleurs. C'est déplorable mais les camarades de l'U.D.B. devraient commencer à être un peu plus respectueux des manifestations trans-partis comme celles de soutient aux filières bilingues. Depuis 1963, c'est quand même une habitude qui dure... Quand j'appris par Ronan Le Gall qu'une personne s'était faite agressée, j'en fus consterné. Apprendre que c'était Alan Coraud renforça mon sentiment et me rappela le jour où j'allais le soutenir, adolescent anonyme que j'étais, place du Commerce à Nantes avec Amnesty international. Son intransigeance me marqua beaucoup et fit de moi un séparatiste. Pas besoin de Che Guevara... Merci pour tout, Alan Coraud, et désolé qu'à cause de nous vous ayez subi ça.

patrick chevin
Mardi 31 août 2010

Spectacle lamentable en effet... Personnellement, je crains fort que que le rattachement de la LA au reste de la région Bretagne risque d'aller dans le sens d'un francisation encore plus accentuée du Pays Breton, notamment en déplaçant son centre vers l'est francophone. Nantes ne peut pas ne pas être ce qu'elle est dèjà, la métropole d'un ensemble grand-ouest français... il serait plus judicieux de distinguer entre, d'une part, le Pays Breton, d'autre part le Pays gallo, voire le Pays Nantais, gallo/angevin et poitevin... Pour ce qui est de "Breizhistance", rien que le nom nous en dit suffisamment sur la sottise de ceux qui sont derrière...

Burban xavier
Mardi 31 août 2010

A Tous ,

Nous avons toujours organisé des manifestations pacifiques et exemptes d'incidents ce qui est à notre crédit , cet incident est facheux . Je témoigne de ma sympahie à l'égard de Mr Le Maire de la Rémaudière et espère que cet accroc sera isolé et ne se renouvellera pas . Nous devons etre exemplaire dans notre lutte . La violence ne mènera à rien .

Soyons pacifiques pour notre avenir !

xavier

Renée Mazé
Mardi 31 août 2010

"La violence ne mènera à rien". Bien sûr ! Sauf à faire bientôt les choux gras d'une dame F. M. occupée à finir un livre... et donc indisponible mais cependant probablement en embuscade quand même...

Vigilance et...maturité pour tous. Ne pas donner prise est une règle... Penser avant d'agir, en est une autre..., mais penser plus loin, au deuxième degré, pas en épidermique de blogs...

Léon-Paul Creton
Mardi 31 août 2010

Tous ceux qui s'expriment sur ce blog ne sont pas obligatoirement des militants « encartés », et « soumis à la charte ou aux codes » parfois à des exigences de disciplines pour ne pas dire disciplinaires, de partis ou d'organisations pour lesquels les actions et objectifs électoraux, électoralistes, deviennent souvent « Le But » ou l'exutoire, alors qu'ils ne devraient être que des moyens !

De cette « liberté », la parole peut paraître seulement épidermique parce que le poil s'y hérisse, non sans raisons, mais généralement cela vient de plus loin, de plus profond… lorsque l'on voit ce qui se passe en Bretagne.

Et pour « …ne pas donner prise » (?), les bouches doivent-elles se fermer, craintives, afin de ne pas donner de grain à moudre à la bande F.M ? Je crois qu'il faut faire front et assumer… S'assumer ! Il serait sans doute plus judicieux de débattre et d'agiter le bocal après les élections régionales …Lorsqu'ils seront élus ?... En attendant la prochaine, en hibernation ?

Quant à penser au deuxième degré…je pense que les « acteurs politiques vraiment bretons » apparemment n'ont pas les bons thermomètres ou mal étalonnés qui leur aurait permis de sentir _penser ?_ que ces élections régionales étaient peut-être différentes et que l'unification des forces bretonnes souhaitées depuis très longtemps, étaient aujourd'hui de bonne stratégie et essentielle. Qu'il était plus que temps de passer à un…degré supérieur.

Mais il fallait compter avec la « marche au pas » : Gauche, droite…Plouz, foenn…

Que des agriculteurs fassent une liste à part _Terre de Bretagne_ m'interroge sur la perception qu'a « le peuple » des partis. Leur légitimation par certaines franges des citoyens et électeurs bretons, et leur aptitude à les représenter

PS… ou Nota Bene : Pourquoi des banderoles UDB ? Europe Ecologie n'a pas voulu prêter les siennes ? Tout n'est pas partagé apparemment, ou à chacun ses moments.

Derrien David la faucheuse
Mardi 31 août 2010

l'agression, dont a été l'objet cette personne est facheuse. Pourquoi ? parce qu'elle vient ternir une revendication transversale, au-delà des idéologies, des partis, des intérêts divers et variés. Interdire à un groupuscule d'extrême droite, d'afficher les couleurs est légitime (encore que la régle aurait apparemment du s'appliquer à tous les groupes politiques), autant il est impossible, et c'est là que c'est dangereux, et où je rejoins JL Le Cuff, d'intedire à tout individu de se joindre à un rassemblement de type revendicatif et pluriel. Nous n'avons pas le droit en démocratie de s'opposer à l'individu même si nous savons que ses idées sont nauséabondes. Par contre nous avons le devoir de dénoncer le caractère violent de son appartenance mais uniquement dans l'action pacifique et civique.

herve le bleiz
Mardi 31 août 2010

Derrien, tu parles du devoir de dénoncer le moindre acte violent, alors que dire du communiqué de 44 bzh qui à la fois ne présente aucune excuse à alan coraud et qui ne se désolidarise en aucune façon de leur nervi d'extrème gauche allant jusqu'à les dédouaner sous le prétexte que alan coraud aurait parler de longues minutes avec les gens d'adsav ce qui est absolument faux, les gauchistes ne sont pas à un mensonge prêt mais celui ci revêt vraiment un caractère officiel.

Le Béhérec thierry
Mardi 31 août 2010

la mise à jour du 7 mars est limite diffamante : "idéologies de mort" "nostalgies symétriques" ; Adsav le parti du peuple breton se revendique du nationalisme (un nationalisme défensif respectueux des autres peuples) et non du nazisme ou du fascisme ; le nationalisme ou le patriotisme a toujours existé dans l'histoire des peuples (le droit à la défense des siens) contrairement à d'autres idéologies venues sur le tard

ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 3 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.

--Publicité--
yoran embanner